Vieux-Port de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vieux-Port.
Vieux-Port
Le Vieux-Port
Le Vieux-Port
Présentation
Type Port de plaisance
Construction Port depuis le VIe siècle av. J.-C.
Quais du XVe - XVIIe siècles
Statut Régie municipale
Tirant d'eau 5-6 m.
Longueur Bateaux de 90 m. max.
Activités Clubs nautiques.
Transport de passagers vers les îles de Marseille.
Pêche artisanale et marché traditionnel aux poissons.
Superficie env. 24 hectares (800x300 m.)
Places 3 500
Équipement Grues 6-20 t, slipway 500 t.
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 38″ N 5° 22′ 12″ E / 43.294, 5.37 ()43° 17′ 38″ Nord 5° 22′ 12″ Est / 43.294, 5.37 ()  
Pays Drapeau de la France France
Commune Marseille
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Vieux-Port

Géolocalisation sur la carte : Marseille

(Voir situation sur carte : Marseille)
Vieux-Port

Le Vieux-Port (en provençal lo Pòrt Vielh selon la norme classique, lou Port-Vièi selon la norme mistralienne[1],[2],[3]) est le plus ancien port de Marseille, ainsi que le centre historique et culturel de la ville depuis sa fondation sur ce site durant l'Antiquité. Le port était le centre économique de Marseille jusqu'au milieu du XIXe siècle, ouvert sur le commerce de la Mer Méditerranée puis des colonies françaises. Les activités portuaires de commerce furent ensuite déplacées vers d'autres sites plus au nord : les bassins de l'actuel Grand port maritime de Marseille.

Le « vieux port » est aujourd'hui un port de plaisance, un lieu de rassemblement populaire et l'un des symboles de Marseille. Avec la semi-piétonnisation, menée en 2012, le Vieux-Port devient l'une des plus grandes places d'Europe[4]. Le Vieux-Port est aussi un pôle intermodal de transport, avec une station de métro, de nombreux bus et plusieurs services maritimes dont le Ferry Boat.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

« Au milieu de la ville il y a un port, dont l'heureuse situation le rend un des meilleurs ports de la Méditerranée, et où il y a plus de sûreté pour les bâtimens ; il est couvert par une grosse pointe qui le garantit de la mer; son embouchure est entre les deux citadelles qui en défendent l'approche, où il y a trois piliers qui le renferment; son entrée est du côté du fort St. Jean, entre une haute tour quarrée et l'un desdits piliers; elle se ferme tous les soirs avec une chaîne de fer, soutenue par une grosse pièce de bois. »
— Henri Michelot, 1805[5]

Le Vieux-Port est situé au bas de la Canebière.

Approche nautique[modifier | modifier le code]

Depuis le large, le phare de Planier signale l'approche de la baie de Marseille. L'approche se fait ensuite en contournant l'archipel du Frioul. L’Entrée sud qui mène à l’Avant-port Joliette est située entre l'extrémité de la digue du Large et la pointe de la Désirade, toutes deux signalées par des feux latéraux. La passe Sainte-Marie qui lui fait face mène au bassin de la Joliette du Grand port maritime, réservée aux cargos et ferrys. En serrant à tribord, il faut longer l'anse du Pharo (petit chantier naval) puis le petit port de la Réserve, pour enfin arriver dans le Vieux-Port. Le bureau du port (capitainerie) est située à l'entrée, côté tribord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marseille, cité grecque.

En 600 av. J.-C., les Phocéens débarquèrent dans la calanque du Lacydon, qui forme aujourd’hui le Vieux-Port.

Ils s’installent sur la rive nord du port et construisent des temples, un théâtre, une agora. La ville est protégée par des remparts dont certaines parties sont encore visibles au jardin des vestiges situé au centre Bourse. Pour faire face à l’augmentation de la population, le tracé des remparts évoluera jusqu’au XVIIe siècle.

Limite de l'ancien rivage du port de Marseille vers le Ier siècle av. J.-C.

Le fond du port est occupé par des marais qui sont asséchés progressivement dès l’occupation grecque ainsi que l’ont montré les fouilles archéologiques effectuées avant la construction d’un parc de stationnement souterrain, place du Général-de-Gaulle.

La rive sud est occupée par des carrières d'où sont extraites les pierres qui servent à l'édification des remparts. C'est également la cité des morts, le lieu où sont inhumés les défunts.

Légende du Plan : 1. Jardin des vestiges, 2. Musée d'histoire de Marseille, 3. Palais de la Bourse, 4. Église des Augustins, 5. Place du Général-de-Gaulle, 6. Opéra, 7. Palais de justice, 8. Fort Saint-Nicolas, 9. Palais du Pharo, 10. Fort Saint-Jean, 11. Église Saint-Laurent, 12. Hôtel de ville, 13. Place Jules-Verne, 14. Hôtel Daviel, 15. Église Notre-Dame-des-Accoules, 16. Place de Lenche, 17. Place des Moulins, 18. Hôtel-Dieu, 19. Église Saint-Cannat, 20. La Vieille Charité, 21. Cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sur la rive sud, entre les IIIe et IXe siècles, est édifié la très puissante Abbaye de Saint-Victor de Marseille. À l’est de l’abbaye, on trouve des salines dès le VIe siècle. Elles font partie de la donation du comte Thibert à l’abbé de Saint-Victor au Xe siècle. Possessions de l’abbaye jusqu’à ce que celle-ci les vende en 1512 pour l’extension des tercenaux du roi Louis XII.

Les tercenaux sont établis en 1488, sur ordre de Charles VIII afin d’abriter les galères du roi.

Dès le Xe siècle, les marais asséchés de la rive est du port prennent le nom de plan Fourmiguier. Y sont installés des entrepôts, des chantiers de charpente et un chantier communal de constructions navales. Des cordiers s’y installent également et travaillent le chanvre pour la fabrication des élingues et cordages. C’est de ce chanvre, canebe en provençal que vient le nom de Canebière.

En 1265, le comte de Provence, Charles Ier commande aux armateurs de la ville, une trentaine de galères complètement équipées. En 1291, Charles II aménage au sud-ouest du port un embarcadère militaire. En 1296, il obtient de la ville une concession sur le 'plan Fourmiguier afin d’y installer des chantiers navals. C’est l’origine de l’arsenal des galères.

XVe au XVIIe siècles[modifier | modifier le code]

Les quais furent construits sous Louis XII et Louis XIII, entre le XVe et le XVIIe siècle.

En 1423, des galères espagnoles vinrent attaquer le port et la tour Saint-Jean et repartirent avec, notamment en trophée, la chaîne barrant l'entrée du Vieux-Port. Cette dernière se trouverait sur le mur de la Cathédrale de Valence (Espagne)[6].

Le quartier de l’Hôtel de Ville[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIe sont construites les deux plus vieilles maisons de Marseille, l’hôtel de Cabre et la Maison Diamantée. La loge des marchands, créée en 1599 fait construire la maison de Ville, l’actuelle mairie de Marseille. L’édifice est construit par les architectes Gaspard Puget et Mathieu Portal. Curiosité du bâtiment, il a deux niveaux mais l'escalier se trouve dans le bâtiment d’à-côté. En 1666, le roi Louis XIV ordonne l’extension de la ville. Les remparts sont détruits, la ville s’étend sur toutes les rives du Vieux-Port.

L’Arsenal des galères[modifier | modifier le code]

Carte de Marseille, 1584
Article détaillé : arsenal des Galères.

Sur le plan Fourmiguier, le port militaire installé par Charles II est agrandi et englobe le chantier communal. C'est l’arsenal des Galères dont il reste aujourd'hui un pavillon sur le cours Estienne d'Orves. À la sortie du port, l’antique tour du roi René et l’hôpital de l’ordre hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem sont intégrés dans le nouveau fort qui, construit par le chevalier de Clerville, prend le nom de fort Saint-Jean. Sur l'autre rive, le fort Saint-Nicolas est construit autour de la chapelle de Saint-Nicolas par le même architecte.

XVIIIe[modifier | modifier le code]

Devant le fort Saint-Jean est construit, en 1719, la consigne sanitaire qui vient compléter le dispositif de quarantaine du Frioul. Ce dispositif sera impuissant à empêcher la peste de Marseille en 1720. Un deuxième bâtiment sera construit à l'identique en 1862.

XIXe siècle : construction du nouveau port[modifier | modifier le code]

Vieux-port de Marseille en 1918.
Le bassin de la Joliette, à la même époque.

L'extension du port était envisagée depuis longtemps, mais au début du XIXe siècle les projets ne se concrétisent pas, comme le projet de 1805 de construire un nouveau bassin vers le sud. Les seuls travaux sont des consolidations, la construction d'un bassin de carénage en 1829 (avec sa machine à vapeur en 1836). En 1833, l'ingénieur Poirel débute la construction de la digue d'Alger avec la nouvelle technique de grands blocs de béton, qui sont moins coûteux et bien plus résistants aux vagues que les anciens ouvrages de maçonnerie[7].

Dans les années 1840, le trafic devient trop intense pour les capacités du port (encombrement, capacité d'accueil), et une extension paraît indispensable. Le trafic passe de 1 374 067 tonneaux en 1830 à 2 932 005 tonneaux en 1847[7]. Des projets modestes d'extension se succèdent.

Deuxième port de France, l'enjeu devient trop important et la décision échappe à la ville ; par la loi du 5 août 1844 le gouvernement ordonne la construction du bassin de la Joliette, au nord du port, à travers un ambitieux chantier (18 millions de francs). La construction de la digue du Large reprend les techniques de blocs de béton. Les infrastructures de la Joliette commencent à être utilisée dès 1847, le bassin est achevé en 1853. Le port auxiliaire du Frioul est également agrandi. L'extension du port continue avec la loi du 10 juin 1854 et du décret du 23 novembre 1856 qui ordonnent la constructions des bassins du Lazaret et d'Arenc, puis la construction du bassin Napoléon (1859)[7]. Pour relier l’ancien et le nouveau port, la rue Impériale est tracée.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le Quai de la Fraternité était desservi par l'ancien tramway de Marseille, en ces années 1910
Vue générale du pont transbordeur
La rive nord vue du pont transbordeur, juste avant la destruction de janvier 1943

Le pont transbordeur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pont transbordeur de Marseille.

De 1905 à 1944, le pont transbordeur permettait la traversée. Entre la rive sud et la rive nord, en 1905, Ferdinand Arnodin propose la construction d’un pont transbordeur sous réserves d’une concession de 75 ans. Une nacelle suspendue sous le tablier du pont permet de traverser entre le fort Saint-Jean et le bassin de Carenage, à côté du fort Saint-Nicolas.

La halle aux poissons[modifier | modifier le code]

Sur la rive sud, en 1909, est créée la halle aux poissons qui restera en activité jusqu’en 1975. Elle est alors convertie en théâtre (La Criée), et abrite deux salles de spectacle. Sa façade a été préservée.

La destruction du quartier du Vieux-Port[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale bouleverse le cadre du Vieux Port : le vieux quartier sur la rive nord est dynamité par les occupants nazis avec l’aide de la police française durant la « rafle de Marseille ».

Entre le 22 et le 24 janvier 1943, 30 000 personnes habitant les vieux quartiers sont expulsées. Le vendredi 22 débute une rafle qui vise la population juive des quartiers du Vieux-Port : plusieurs milliers de personnes sont arrêtées, dont plusieurs centaines de Juifs qui sont envoyés vers les camps d'internement français puis les camps d'extermination [8]. Maison par maison, les 1 500 immeubles du Vieux-Port sont ensuite dynamités, laissant un champ de ruines. Le Pont transbordeur est détruit en 1944.

Articles détaillés : Bataille de Marseille et Rafle de Marseille.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Le quartier rive nord est reconstruit par l’architecte Fernand Pouillon en 1948. À cette occasion, des dolia datant de l’époque romaine sont trouvés et sont exposés in situ dans le Musée des docks romains.

En 1976, toutes les activités de pêche et La Criée aux poissons sont transférés dans le port de Saumaty. Le trafic de passagers et de marchandises est effectué au Grand port maritime de Marseille (ancien Port autonome) dans les bassins situés au nord du Vieux-Port, ou bien du côté de Fos-sur-Mer. Le Vieux-Port est aujourd'hui essentiellement un port de plaisance municipal, complété dans cette fonction par les ports de La Pointe Rouge, du Frioul et de L'Estaque.

Les seules activités de passagers correspondent aux navettes touristiques (à destination du Château d'If, des Iles du Frioul et des calanques de Marseille), et les navettes de transport (batobus) mises en place en 2012 vers la Pointe Rouge et l'Estaque.

À l'occasion de la capitale européenne de la culture à Marseille en 2013 , la Communauté urbaine a lancé un councours international de réaménagement et de réorganisation du Vieux-Port[9]. C'est le projet développé par l'architecte Norman Foster et le paysagiste Michel Desvigne qui est retenu.[10] Le Vieux-Port est alors dit semi-piétonnisé, car les piétons gagnent une surface considérable, bien que les voies de circulations ne disparaissent pas (il reste deux couloirs de bus et deux couloirs pour le trafic automobile - contre six couloirs automobiles avant le projet). La première phase des travaux est estimée à 36 millions d'euros[11].

Infrastructures portuaires[modifier | modifier le code]

Le vieux port de Marseille, vu du parc du Pharo

Jusqu’au XXe siècle, la traversée du Vieux Port se faisait sur de petites embarcations qui transportent les passagers d’une rive à l’autre à la rame.

Le Ferry-boat et les navettes maritimes[modifier | modifier le code]

Le ferry-boat (prononcé par certains feri-boate à Marseille) permet la traversée du Vieux-Port, de la Mairie à la Place aux Huiles. Cette ligne existe depuis 1880. Exploitée de 1953 à 2008 par le célèbre César, le bateau a été remplacé début 2010 par un nouveau ferry-boat électro-solaire pour assurer cette célèbre traversée, présentée par les Marseillais comme la plus courte liaison maritime du monde (283 m, la largeur du Vieux-Port). Dans une scène de Marius tournée en extérieur, l'un des prédécesseurs du César, qui étaient les Mouche IV et Mouche VII, permet de mettre le personnage du capitaine Escartefigue en situation. Plusieurs autres lignes maritimes relient le Vieux-Port à d'autres territoires. Des navettes desservent régulièrement le Frioul et le Château d'If. D'autres navettes vont vers L'Estaque et la Pointe Rouge de mars à octobre. Des excursions en bateau permettent aussi de visiter les calanques. Un projet vise également à relier le terminal croisière[12]).

Le Tunnel sous le Vieux-Port[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tunnel du Vieux-Port de Marseille.

À hauteur des forts Saint-Jean et Saint-Nicolas, un tunnel permet la circulation des véhicules depuis 1967. Il permet de relier les rives nord et sud du port. Il est en fait composé de deux tunnels — Est et Ouest — à deux voies chacun et réservés aux véhicules légers. Sa longueur est de 600 mètres.

Il fait partie aujourd'hui d'un axe Nord-Sud important permettant de traverser la ville, reliant via le tunnel Prado-Carénage au nord à l'autoroute A55 (Autoroute du Littoral) et au sud à l'autoroute A50 (Autoroute Est).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Références cinématographiques 

Marius, Fanny et César, la Trilogie marseillaise de Marcel Pagnol avec Raimu dont l'action se passe sur le Vieux-Port du Marseille traditionnel d'entre deux guerres, et particulièrement au « Bar de la Marine ».

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Depuis plus de 30 ans, les étudiants de l'École centrale organisent la « Traversée du Vieux-Port ». Les participants, principalement des étudants de l'école, sont chargés d'amener le matin même leur matériel afin de construire directement sur place des radeaux et autres embarcations de fortune avant de s'affronter lors d'une course en ligne ou de joutes nautiques. Sont remis au cours de l'événement le trophée TVP, le prix de la rapidité, le prix de l'originalité, le prix de la combativité et le « prix Titanic ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. X. de Fourvières, Pichot tresor
  2. Le provençal pour les nuls, 2011, page 82
  3. Petit dictionnaire français-provençal Coupier, diffusion Edisud 1998, 2000
  4. http://www.marsactu.fr/archi-et-urbanisme/miracle-sur-le-vieux-port-nos-elus-marchent-sur-leau-29522.html
  5. Henri Michelot, Portulan de la mer Méditerranée ou Guide des pilotes côtiers, 1805, tome 1, p. 580
  6. Muse, Marseille Provence, France, « Marseille : qu'est devenue la chaîne du Vieux Port ? »,‎ 5/01/2010 (consulté le 19 septembre 2011)
  7. a, b et c Dir. Jean-Lucien Bonillo, Marseille Ville et Port, Parenthèses, 1991, p. 43-48 (ISBN 2-86364-060-7)
  8. Renée Dray-Bensousan, Les juifs à Marseille pendant La Seconde Guerre mondiale: août 1939-août 1944, Paris, Belles lettres, 2004 (ISBN 2251380663)
  9. http://www.batiactu.com/edito/un-concours-international-pour-la-renovation-du-vi-24016.php
  10. http://www.marseille.fr/sitevdm/jsp/site/Portal.jsp?document_id=10798&portlet_id=967
  11. http://www.marseille.fr/sitevdm/jsp/site/Portal.jsp?document_id=10798&portlet_id=967
  12. http://www.meretmarine.com/fr/content/marseille-un-projet-de-navette-maritime-entre-le-vieux-port-et-le-mpct

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adrien Blés, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Ed. Jeanne Laffitte, Marseille, 1989, (ISBN 2-86276-195-8)
  • Marc Bouiron, Henri Tréziny éd., Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René, actes du colloque international d'archéologie, Marseille, 3-5 novembre 1999, Marseille, Édisud, 2001 (Études massaliètes, 7) (ISBN 2-7449-0250-1)
  • sous la direction de Marc Boiron, Marseille, du Lacydon au faubourg Sainte-Catherine, les fouilles de la place Général-de-Gaulle, Ed. Maison des sciences de l'Homme, Paris, 2001 (ISBN 2-7351-0809-0)
  • Raoul Busquet, Histoire de Marseille, Ed. Jeanne Laffitte, Marseille, 2002, (ISBN 2-86276-323-3)
  • Jean-Lucien Bonillo, La Reconstruction à Marseille 1940-1960, architectures et projets urbains, éditions Imbernon, Marseille, 2008, (ISBN 2-9516396-6-X)
  • Jean-Lucien Bonillo (dir.), René Borruey, Jean-Denis Espinas et Antoine Picon, Marseille Ville et Port,‎ 1991 (ISBN 2-86364-060-7)

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]