Jean-Yves Le Gall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ne doit pas être confondu avec Jean-Loïc Galle, président-directeur général depuis fin 2012 de Thales Alenia Space.

Jean-Yves Le Gall (né le 30 avril 1959) est un ingénieur et gestionnaire industriel français, président du Centre national d'études spatiales (CNES) depuis avril 2013.

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Le Gall est né le à Marseille (Bouches-du-Rhône), son père était officier de marine marchande et sa mère enseignante[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Le Gall est ingénieur diplômé de l'École supérieure d'optique (promotion 1981) et docteur-ingénieur en optique et traitement du signal de l'Université Paris-Sud en 1983[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il débute sa carrière en 1981 comme chercheur en astronomie au laboratoire d'astronomie spatiale au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)[1]. Il y travaille sur les projets Hipparcos and ISO (télescope spatial).

En 1985, il rejoint le ministère de l'Industrie. Affecté à la sous-direction Espace, il est responsable des relations avec l'industrie spatiale. En 1988, il est conseiller aux questions spatiales. À ce titre, il participe à la définition des programmes du CNES et de l'Agence spatiale européenne (ESA). De 1988 à 1992, il est conseiller technique au cabinet de Paul Quilès, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Espace[1].

En 1993, il rejoint Novespace, une filiale du CNES, dont il est directeur général. Il est ensuite nommé directeur général adjoint du CNES en 1996 et à ce titre, il représente la France à l'ESA. De 1998 à 2002, il est président-directeur général de Starsem, poste qu'il retrouve en 2006[1].

En 2001, il rejoint Arianespace en tant que directeur général, puis en est nommé président-directeur général en 2007. Le 3 avril 2013, il est nommé président du CNES par le conseil des Ministres et succède ainsi à Yannick d'Escatha qui avait confirmé son départ au cours de ses vœux 2013[2],[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Le Gall est chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur et officier de l'ordre national du Mérite. Il est titulaire de l’Ordre de l’Amitié de la Fédération de Russie[4].

En 2001, il reçoit le prix de l'Astronautique délivré par l'Association aéronautique et astronautique de France (AAAF), en 2005, le magazine Via Satellite le nomme Satellite Executive of the Year[1].

En 2007, il reçoit le Lifetime Achievement Award décerné par l’Asia-Pacific Satellite Communications Council (APSCC) et en 2011, il est reçu au « Hall of Fame » de la Society of Satellite Professionals International (SSPI) et reçoit le Prix Icare de l’Association des journalistes professionnels de l’aéronautique et de l’espace (AJPAE)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Who's Who in France, édition 2008, p. 1357.
  2. « Espace : les sept orientations stratégiques de Jean-Yves Le Gall pour le CNES », sur le site du quotidien La Tribune (consulté le 1er avril 2013).
  3. « Jean-Yves Le Gall nommé à la présidence du Cnes », sur le site du quotidien Le Figaro (consulté le 4 avril 2013).
  4. a et b « Jean-Yves Le Gall - Président - CNES », sur le site du CNES (consulté le 16 avril 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Son CV sur le site d'Arianespace (janvier 2013)
  • Son CV sur le site du CNES (avril 2013)