Lola Lafon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafon.

Lola Lafon, née en 1975[1], est une écrivain, chanteuse, compositrice, féministe et libertaire[2] française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Elle est l'auteure de quatre romans, Une Fièvre impossible à négocier (2003), De ça je me console (2007), Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce (2011) et La petite communiste qui ne souriait jamais (2014).

  • De ça je me console (sélectionné pour le prix de Flore 2007) se rapproche plus d'une quête existentielle dans laquelle les personnages interrogent le lecteur sur le sens de l'époque. Le tout servi par un style remarqué[3].
  • Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce (finaliste du Prix Marie-Claire et du Prix Sagan) est, selon son éditeur Flammarion, un « conte, mais insurrectionnel et féministe », construit autour des évènements du Haymarket Square qui ont eu lieu à Chicago au XIXe siècle. Sorti en mars 2011, il obtient le Prix du Coup de Cœur de la 25ème Heure. Plusieurs critiques[Qui ?] ont noté la coïncidence étonnante de l'insurrection décrite par Lola Lafon avec le mouvement des Indignés, bien que le roman ait été écrit avant. Ce roman est sorti aux États-Unis aux éditions "Seagull Books" en juillet 2014, sous le titre "We are the birds of the coming storm".
  • La petite communiste qui ne souriait jamais, sorti en janvier 2014 chez Actes Sud, « est un dialogue fantasmé entre Nadia Comăneci, la jeune gymnaste roumaine de quatorze ans devenue, dès son apparition aux Jeux olympiques de 1976, une idole pop sportive à l’Ouest et « plus jeune héroïne communiste » à l’Est, et la narratrice, « Candide occidentale » fascinée, qui entreprend d’écrire son histoire ».
    • Ce roman a obtenu le Prix du roman historique du salon du livre de Levallois, le Prix Littéraire de la ville d'Arcachon, le Prix de la Closerie des Lilas 2014, le Prix Ouest-France Etonnants-Voyageurs 2014, le Prix du roman Madame Figaro 2014, ainsi que le Prix du salon du livre de Mouans-Sarthoux.

Lola Lafon a également publié plusieurs nouvelles, dont une pour jeunes adolescents en 2004 dans le recueil Bonnes Vacances (Gallimard Jeunesse) au profit du Secours populaire français.

En 2010, Lola Lafon a participé au numéro d'avril de la revue littéraire NRF (Gallimard) sur la thématique: "Où en est le féminisme". Son article Le chant des batailles désertées est disponible en libre-accès sur son blog[4]. Lola Lafon est également l'auteure, avec Peggy Sastre d'une tribune Filles de rien consacrée aux mots utilisés par les défenseurs médiatiques de Roman Polanski, parue dans Libération (Rebonds). Elles dénoncent les « relents de féodalité drapée dans «l’honneur» des «citoyens» «de gauche», éclaireurs de la nation, artistes, intellectuels, tous d’accord... »[5]

Musique[modifier | modifier le code]

Lola Lafon a sorti un premier album ..Grandir à l'envers de rien en 2006 (Bleu electric/Label Bleu) salué par la critique[6].

Le deuxième album, Une Vie de Voleuse est sorti le 2 mars 2011 (Le Chant du Monde/Harmonia Mundi), a été suivi d'une tournée. Sur cet album, Dominique A signe le titre "l'Abandon".

Lola Lafon a également été invitée par Jean Corti à chanter Goëttingen de Barbara sur scène aux Bouffes du Nord et sur l'album Fiorina en 2009 (WEA).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Participation
  • Collectif, Bonnes vacances, Gallimard Jeunesse, 2004 - Recueil de nouvelles

Disques[modifier | modifier le code]

  • ...Grandir à l'envers de rien, 2006 (Label Bleu/Bleu électric)
  • Une vie de voleuse, 2011 (Le chant du Monde/Harmonia Mundi)
Participation
  • Invitée à chanter Goëttingen de Barbara sur l'album de Jean Corti Fiorina (WEA 2009)

Articles[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. Lola Lafon, lauréate du Prix de La Closerie des Lilas
  2. Johanna Luyssen, Lola Lafon - La Révolution en chantant, Causette, 5 octobre 2011, lire en ligne.
  3. « Rebelle dans le fond, gracieuse dans le style, Lola Lafon impose son style » au sujet de De ça je me console, cité dans les "indispensables" du journal Marianne en 2009
  4. son blog
  5. Affaire Polanski : les filles de rien et les hommes entre eux, tribune dans Libération, 21 juillet 2010
  6. Le Monde 2 : "De l’audace de Lola Lafon...On retiendra surtout de ce bel album Le Bilan de compétence, une des plus belles chansons écrites sur la société actuelle." L'Humanité: « À l'instar d'une Nina Simone ou d'une Brigitte Fontaine, Lola Lafon, née d'une mère biélorusse et d'un père français, fait partie de ces artistes par lesquels votre existence change, dès la première écoute Sa vie cabossée hante, pudiquement, les mélodies sublimées par les compositions et les arrangements. grisant accordéon balkanique, samples judicieux de Bartok et Stravinsky, guitares folk-rock, mélopées aux résonances soufis... Une œuvre enchanteresse et poignante. ». Rock'n Folk: « Cet album attachant qui bénéficie de la force de textes murmurés, déclamés ou chantés, et de l'impact d'une musicalité exigeante : accordéon balkanique, guitare folk-rock et samples ébauchent des ambiance raffinées et cosmopolites avec en point d'orgue, une reprise hiératique et impressionnante de "Paint it, black" ».

Liens externes[modifier | modifier le code]