Hôpital de la Timone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Timone.
Hôpital de la Timone
Image illustrative de l'article Hôpital de la Timone
Panneau touristique sur l'histoire de la Timone
Présentation
Coordonnées 43° 17′ 28″ N 5° 24′ 10″ E / 43.291075, 5.402779 ()43° 17′ 28″ Nord 5° 24′ 10″ Est / 43.291075, 5.402779 ()  
Pays Drapeau de la France France
Ville Marseille
Adresse 264, rue Saint-Pierre
Fondation 1974
Site web www.ap-hm.fr
Organisation
Type CHU
Services
Nombre de lits 1 069

L'hôpital de la Timone est le plus grand hôpital de Marseille (Bouches-du-Rhône, en France). Les bâtiments actuels dateraient de 1974 mais sur le site d'un ancien hôpital[1]. L'hôpital appartient à l'AP-HM (Assistance publique - Hôpitaux de Marseille). Il est aussi le siège du Samu et du 15 de Marseille.

Doté du statut de CHU, il est lié à l'UFR de médecine de l'Université d'Aix-Marseille.

L'hôpital de la Timone comporte deux bâtiments : l'un pour les enfants et l'autre pour les adultes[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôpital est construit sur un terrain de quatre hectares situé au centre de Marseille et acheté en 1654 par Louis David, chargé d'affaires de France à Gênes. Alors plantation de vignes et d'oliviers, le terrain passe par mariage entre les mains de la famille Timon, qui y fait construire en 1765 une bastide et donne au lieu le nom de Timone.

Ce n'est qu'en 1869 que la ville acquiert les lieux et leur donne leur vocation actuelle en y installant une extension de l'asile municipal établi non loin. Jusqu'alors installée au palais du Pharo, la faculté de médecine de Marseille le quitte alors pour la Timone, le but étant de réunir en un même lieu les soins, l'enseignement et la recherche en médecine[3]. Alors unifiée, la faculté de médecine se divise avec l'apparition d'une faculté de pharmacie puis d'odontologie dans les années 1970, elles aussi basées à la Timone[3]. De grands travaux sont lancés en 1970 sous l'impulsion de Gaston Defferre afin de faire de la Timone le plus grand hôpital de la ville. Ils prennent fin en 1974 et donnent naissance aux bâtiments existants.

Dès 2007, l'assistance publique-hôpitaux de Marseille a lancé un important programme de travaux à la Timone. Prévus pour prendre fin en 2012, ils devraient voir la naissance d'une « deuxième Timone », ce qui permettrait à terme une organisation plus efficace et rationnelle des soins[4],[5].

Offre de soins[modifier | modifier le code]

Infrastructures et capacités[modifier | modifier le code]

En novembre 2009, de gros travaux ont débuté devant permettre la construction de deux nouveaux bâtiment :

  • un grand bâtiment médico-technique terminé en 2012, dont le montant est évalué à 140 millions d'euros en 2008. Il regroupe (sur 49 000 m2) des activités comme : service d'urgences, 49 blocs opératoires, plateau d'imagerie médicale (scanner, échographie, endoscopie), 120 chambres d’hospitalisation représentant 268 lits, dont les services de réanimation (70 lits)[6] ;
  • un hôpital parent-enfant finit en 2011 avec 534 lits et places (438 lits et 96 places)[7]. Il est « le plus grand centre européen consacré à l'enfant et à sa famille[8] ».

Spécialités[modifier | modifier le code]

Recherche et premières[modifier | modifier le code]

Greffes pédiatriques[modifier | modifier le code]

L'hôpital de la Timone est considéré comme un établissement pionnier en matière de greffes pédiatriques[9],[10]. En 1986, il réussissait la première greffe de rein sur un enfant (de un an) réalisée en France avec survie de l'enfant. Le 30 avril 2008, il a célébré « la 100e greffe de rein et la 100e greffe de foie réalisées sur des enfants en un peu plus de 20 ans d'activité[11] ».

Épilepsie[modifier | modifier le code]

L'hôpital est une référence internationale dans le domaine de l'épilepsie. Le professeur Jean Régis, neurochirurgien à l'hôpital de la Timone, et l'équipe du professeur Patrick Chauvel, épileptologue, ont « révolutionné » le traitement de l'épilepsie grâce à l'utilisation de la radiochirurgie Gamma Knife. Selon Le Figaro Magazine « ces pionniers de la médecine sont reconnus comme la référence mondiale dans le traitement des épilepsies par radiochirurgie Gamma Knife, ce qui leur vaut de recevoir des patients venant de tous les continents ». Ils ont été lauréats des Victoires de la médecine 2007[12].

Pédopsychiatrie[modifier | modifier le code]

L'hôpital a pris une avance, avec le service du docteur Marcel Rufo, en termes de pédopsychiatrie des adolescents. « Pour les adolescents de 11 à 19 ans, l'Espace Arthur est un concept unique en France. Ouvert depuis mai 1999, ce service accueille une petite vingtaine d'adolescents souffrant de pathologies courantes chez les jeunes : tentatives de suicide, anorexies, phobies scolaires, dépression ou crise identitaire. Parmi la quinzaine de services réservés aux adolescents dans les hôpitaux de France, celui de La Timone fait office de figure de proue. » écrivait en 2001 La Libre Belgique[13].

Maladies infectieuses[modifier | modifier le code]

Le professeur Didier Raoult et son équipe, de la Timone, ont découvert les plus gros virus du monde (dont le mimivirus en 1992) et le premier virus virophage, ouvrant probablement la voie à de nouvelles thérapies antivirales[14].

Célébrités[modifier | modifier le code]

Plusieurs médecins de renom exercent à la Timone, parmi lesquels :


Personnel médical[modifier | modifier le code]

Patients célèbres[modifier | modifier le code]

La Timone au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Professeur Yves Baille, « Histoire de l'AP-HM », sur le site de l'AP-HM. Consulté le 13 novembre 2008.
  2. « Hôpital de la Timone », sur ap-hm.fr (consulté le 19 janvier 2009)
  3. a et b Histoire de la faculté de médecine de Marseille sur le site de l'université de la Méditerranée Aix-Marseille II
  4. Description des travaux sur le site de l'Ap-HM
  5. « Marseille : un deuxième hôpital à la Timone », 23 avril 2010, La Provence
  6. « Plan hôpital 2007 et plan stratégique : Bâtiment médico-technique », sur le site de l'AP-HM. Consulté le 13 novembre 2008.
  7. « Plan hôpital 2007 et plan stratégique : Hôpital parents-enfants », sur le site de l'AP-HM. Consulté le 13 novembre 2008.
  8. « Timone : les grands travaux commencent (AP-HM) », sur le site informationhospitaliere.com, 24 octobre 2007. Consulté le 13 novembre 2008.
  9. « 100e greffe de rein et 100e greffe de foie à Marseille », 29 avril 2008, L'Express.fr
  10. « Greffe cardiaque des tout-petits : mobilisons-nous ! », émission C'est au programme, France 2, 7 avril 2011
  11. « Les centièmes greffes de rein et de foie pour l'hôpital de La Timone Enfants », sur hopital.fr (le site de la Fédération hospitalière de France), 30 avril 2008. Consulté le 13 novembre 2008.
  12. Florence Broué, « Quand la médecine célèbre ses « victoires » », dans Le Figaro Magazine, 24 novembre 2007 [[PDF] texte intégral sur le site du CHU de Tour].
  13. Amandine Maziers, « Thérapie de la mode » dans La Libre Belgique, 30 octobre 2001 texte intégral.
  14. Didier Raoult, chercheur volontariste, in Les Echos, 29 octobre 2008, page 13
  15. Un grand ponte des hôpitaux marseillais démissionne (24/06/2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]