Thierry Amiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Cœur sacré » redirige ici. Pour les autres significations, voir Sacré-Cœur (homonymie).
Page d'aide sur les redirections Pour son album, voir Thierry Amiel (album).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amiel.

Thierry Amiel

Naissance 18 octobre 1982 (31 ans)
Marseille, Drapeau de la France France
Activité principale Chanteur
Genre musical Pop
Années actives Depuis 2003
Labels RCA (Sony BMG)
Site officiel thierryamiel.com

Thierry Amiel est un chanteur français né le 18 octobre 1982 à Marseille en France. Révélé par l'émission À la recherche de la Nouvelle Star dont il a été finaliste en 2003, il a depuis sorti trois albums en 2003, 2006 et 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Troisième d'une famille de 4 enfants (3 frères), Thierry Amiel nait le 18 octobre 1982 à Marseille et passe son enfance à Plan-de-Cuques, dans les Bouches-du-Rhône. Son père est policier et sa mère assistante maternelle. Troisième enfant, il a trois frères.

Il s'intéresse très vite à la musique. À 18 mois, il porte déjà un baladeur sur les oreilles. À 11 ans, il écrit « chanteur » sur les fiches de renseignement du collège.[réf. nécessaire] À l'âge de 13 ans, ses parents l'inscrivent à la maîtrise des Bouches-du-Rhône où il apprend les techniques élémentaires du chant. Il participe à divers concerts donnés dans deux opéras, notamment celui de Marseille. Tout en suivant des cours de piano et de violon à l’école d’Alice Dona, il arpente les fêtes et les bals de la région, se produisant sur scène avec son orchestre. Son répertoire : les reprises des grands standards anglo-saxons, mais aussi le patrimoine francophone. Rapidement remarqué pour son talent et sa prestance[réf. nécessaire], il se produit même en première partie de Zouk Machine puis de Herbert Léonard.

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Les débuts (2000-2003)[modifier | modifier le code]

Mais le métier de chanteur d’orchestre ne suffit pas à assurer son indépendance matérielle. Il continue de suivre des cours de psychologie à l'Université de Provence, et d’exercer le métier de vendeur à temps partiel. Il participe à de nombreux concours de chant, dont la finale du Graines de Star Tour (déjà sous la houlette de la chaîne M6) et le Tremplin 2000 de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

En 2001, après avoir arrêté ses études, Thierry passe sa première audition : Rêve d'un soir, sans succès, mais il réussit à arracher des larmes d'émotion à Hélène Ségara et Jean-Pierre Papin[réf. nécessaire], alors membres du jury de cette émission. Fort de cette expérience et déterminé à se faire connaître, Thierry tente, en 2002 l'audition de Popstars 2, toujours en vain[réf. nécessaire].

Un an plus tard, son frère Eddy le pousse à s'inscrire à l'audition de la première édition de À la recherche de la Nouvelle Star. C'est avec la chanson Je suis malade qu'il se présente aux auditions de Marseille. Sélectionné, il arrive en finale mais perd face à Jonathan Cerrada. Le 15 août 2003, à Auriol, il reçoit des mains du maire de sa ville une médaille d'honneur pour son talent d'interprète de la chanson française.

Paradoxes (2004-2006)[modifier | modifier le code]

Après l'émission, il sort son 1er single, Les mots bleus, reprise du célèbre standard de Christophe qui se vend à plus de 125 000 exemplaires. Par la suite, son premier album Paradoxes, partiellement écrit par Lionel Florence (alors membre du jury de À la recherche de la nouvelle star) se classe 3e des ventes d'albums en France la semaine suivant sa sortie et est certifié disque d'or dès la première semaine.

Entre temps, Hélène Ségara fait appel à lui et l'invite à faire la 1re partie de son Olympia début novembre 2003. Il bénéficie d'un très bon accueil et chante en duo avec elle Vivo Per Lei. Le single suivant, Je regarde là haut connaît néanmoins un succès bien moindre, et le troisième extrait, Un jour arrive, n'est pas commercialisé, même si un clip en est tourné. Une tournée suit en 2004. Thierry Amiel passe, entre autres, au Bataclan du 11 au 15 mai 2004 et au Casino de Paris le 19 novembre de la même année. Il affiche complet dans ces deux salles. Dans les derniers concerts de cette première tournée, il présente un titre inédit, "Lou"[réf. nécessaire], dont il a lui-même écrit les paroles.

Thierry Amiel (2006-2008)[modifier | modifier le code]

Son deuxième album (éponyme) sort le 20 novembre 2006, se terminant par le titre Suède composé par Jean-Pierre Pilot et écrit par Thierry lui-même. Le premier single extrait, Cœur sacré, est signé Daniel Darc, ex-chanteur du groupe Taxi Girl dans les années 1980, et entre au Top 6 des singles et au Top 11 des titres téléchargés. L'album culmine à la 16e place des ventes d'albums en France et est certifié disque d'or dans le mois suivant sa sortie. Il s'est investi en participant à l'écriture de 2 textes en collaboration avec Axelle Renoir (Qu'on en finisse, Prendre mon âme). On retrouve sur cet album les signatures de Benoit Poher sur L'amour en face, et de Laurent Lescarret, plus connu sous le nom de Doriand (Soleil blanc et L'amour en face).

Le 22 février 2007, il est présent au Trabendo Session, diffusé sur Europe2TV (devenue depuis Virgin 17, Direct Star, puis enfin aujourd'hui D17), où il interprète des titres de ses deux premiers albums. Des concerts ont lieu en mai 2007, avec deux passages à l'Olympia les 21 et 22 mai 2007, où il reprend notamment la reprise du classique « Take on Me » de A-Ha.

Avec ce second album, il lance un sérieux parfum de Perfide Albion, grâce bien sûr aux musiciens anglais (Ian Thomas à la batterie, Robert Johnson aux guitares), mais aussi à la réalisation artistique de François Delabrière. Le troisième extrait envisagé, L'amour en face ne sera pas commercialisé, mais sort sur les plates-formes de téléchargement légal le 18 juin 2007.

Le 1er septembre 2007, Thierry participe à la finale du Festival de Sopot (Pologne) avec, parmi ses adversaires, Emmanuel Moire ou encore Sophie Ellis-Bextor. Il termine en 3e position de ce festival.

Où vont les histoires ? (2008-2010)[modifier | modifier le code]

Pour son troisième album, épaulé par la musicienne Axelle Renoir, Thierry Amiel entre en studio à l'automne 2008 mais la réalisation prend du retard. Pour ce nouvel opus, il choisit le registre de la chanteuse canadienne Sarah McLachlan. Grand fan de l'artiste, son album se compose de reprises intimistes des ballades anglophones de la chanteuse mais aussi d'adaptations en français, selon le Parisien[1]. Le single « Où vont les histoires ? » est disponible en téléchargement légal depuis le 23 octobre 2009. Le second extrait, « Celui qui », est disponible à l'écoute sur son myspace depuis fin avril 2010. Une version inédite de l'opus (renfermant 2 titres bonus en anglais) est mis en téléchargement légal sur son site officiel quelques jours avant la sortie officielle de l'album dans les bacs.

Sur cet album, Thierry se remet à l'écriture en adaptant lui-même les textes en français « je cours après le temps » et « même si tes nuits sont plus belles que tes jours ».

Adam et Eve, la seconde chance (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Thierry Amiel avec la troupe d'Adam et Ève.

Pascal Obispo choisit Thierry Amiel pour jouer le rôle d'Adam dans sa comédie musicale, dix ans après Les dix commandements : Adam et Ève : La Seconde Chance. Ce dernier endosse donc officiellement le rôle masculin phare du spectacle, Adam, ce personnage biblique que la culture occidentale religieuse considère être le premier homme.

Le premier extrait du spectacle s'intitule "Rien ne se finit" et est interprété par Thierry lui-même, en duo avec la chanteuse Cylia. Le deuxième extrait "Ma bataille" est aussi interprété par Thierry, en duo avec Nuno Resende. Il chante aussi dans le troisième extrait : "Ce qu'on ne m'a jamais dit" avec Cylia. Le spectacle a lieu du 31 janvier 2012 au 25 mars 2012 au Palais des sports de Paris. Le spectacle est capté en DVD le 24 mars 2012 et diffusé dans les cinémas du 24 au 26 août 2012.

Une mini tournée composée de showcases et de mini concerts a également lieu entre les mois de mai et juin 2012. La troupe devait ensuite partir en province pour une trentaine de dates à partir de septembre 2012, mais fin août la tournée d'Adam et Eve est annulée pour cause économique.

Néanmoins, l'album II d'Adam et Ève : La Seconde Chance, composé des chansons inédites du spectacle, sort le 8 octobre 2012. On y retrouve Thierry Amiel en solo sur le titre "C'est écrit", et avec le reste de la troupe sur les titres "Qui a dit qu'on naissait égaux?", "Time to see the light" et "Soldiers".

L'après Adam et Eve, la seconde chance (2013)[modifier | modifier le code]

Thierry Amiel a annoncé le week-end du 16 et 17 juin 2013, via les réseaux sociaux, être en préparation de nouveaux titres afin de repartir sur sa carrière solo[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 20 août 2003 : Les mots bleus (disque d'argent[5])
  • 25 novembre 2003 : Je regarde là-haut
  • 18 mai 2004 : Un jour arrive (non commercialisé)
  • 22 janvier 2007 : Cœur sacré (sortie numérique le 18 septembre 2006)
  • 2007 : Réveille-toi (non commercialisé)
  • 18 juin 2007 : De là-haut (sortie numérique)
  • 2007 : L'amour en face (non commercialisé)
  • 2009 : Où vont les histoires ?
  • 2010 : Celui qui
  • 2011 : Rien ne se finit (comédie musicale Adam et Ève : La Seconde Chance)
  • 2011 : Ma bataille (duo avec Nuno Resende, Adam et Ève : La Seconde Chance)
  • 2012 : Ce qu'on ne m'a jamais dit (duo avec Cylia, Adam et Ève : La Seconde Chance)

Clips[modifier | modifier le code]

Carrière solo
  • Les mots bleus (2003)
  • Je regarde là haut (2003)
  • Un jour arrive (2004)
  • Cœur sacré (2007)
  • De là-haut (2007)
  • Où vont les histoires (2009)
Adam et Ève : La Seconde Chance
  • Rien ne se finit (2011)
  • Ma bataille (2011)
  • Ce qu'on ne m'a jamais dit (2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]