Fanny (film, 1961)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fanny.

Fanny

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Leslie Caron est Fanny

Titre original Fanny
Réalisation Joshua Logan
Scénario Julius J. Epstein
Acteurs principaux
Sociétés de production Mansfield Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Sortie 1961
Durée 114↔134 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fanny est un film américain réalisé par Joshua Logan et sorti en 1961.

Sans être un film musical, c'est l'adaptation cinématographique du livret de la comédie musicale éponyme créée à Broadway en 1954, elle-même inspirée de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Marseille, près du Vieux-Port, Fanny, fille de la marchande de poissons Honorine, et Marius, fils de César, patron du Bar de la Marine, s'aiment secrètement depuis longtemps. Mais l'attirance de Marius pour la mer l'emporte. Lorsqu'il quitte Marseille, il ignore que Fanny est enceinte. Pour éviter le déshonneur de se retrouver mère célibataire, Fanny accepte d'épouser Honoré Panisse, un commerçant âgé, mais prospère qui, informé de la situation, reconnaît le nouveau-né baptisé Césariot. Lorsque Marius revient un beau jour, Césariot est déjà un jeune homme. Honoré étant décédé, les sentiments de Fanny et Marius se révèlent être restés intacts et, malgré la difficile acceptation de la vérité par Césariot, les amoureux marseillais finiront leurs jours ensemble.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : États-Unis Laurel Awards 1962 : Jack Cardiff lauréat du Golden Laurel du meilleur film en couleur (3e place)

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • En 1954, est représentée à Broadway, Fanny, une comédie musicale reprenant les arguments de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol. Le livret est de S.N. Behrman et Joshua Logan et la musique d'Harold Rome. Son adaptation cinématographique conserve l'intrigue tandis que les morceaux musicaux sont abandonnés (les thèmes sont simplement repris pour l'illustration sonore). La mise en scène est confiée à Logan.
  • Leslie Caron[2] : « J'acceptai le rôle de Fanny dans une adaptation pour le cinéma de la trilogie de Marcel Pagnol. […] Josh Logan (nommé pour un Oscar pour ce film) était un géant tant par sa taille que par sa riche imagination. Il était capable d'émotions si fortes que je le surnommais Jupiter. Le cadre du Sud de la France et une magnifique équipe de comédiens concouraient à faire de Fanny une œuvre riche et pittoresque. La scène où je flirte avec Maurice Chevalier est, dans mon souvenir, parmi les plus agréables de ma carrière. Son rôle plaisait beaucoup à Maurice et il apportait des nuances d'une extrême finesse à ses moindres répliques : nous formions, je crois, un excellent duo (il fut nommé pour un Golden Globe). En tant que César, Charles Boyer, un acteur admirable, montra qu'il était capable de jouer des rôles beaucoup plus variés que ceux qui lui étaient habituellement offerts. Abandonnant les tons de velours de sa voix de séducteur, il fit ressortir avec beaucoup d'humour le côté excessif du caractère méridional. […] Horst Buchholz était le plus délicieux des complices, tendre, sensible et capable d'un lyrisme qui rendait les scènes d'amour aussi faciles que mémorables. Le rôle de Fanny est probablement le plus romantique de tous ceux qui m'avaient été offerts jusque-là. Les émotions qu'il m'a donné l'occasion d'exprimer m'ont enrichie, je me sentais comblée. »
  • En février 2009, Claude Chabrol classera Fanny parmi les trois « plus mauvais films de l'histoire du cinéma », aux côtés de Folies bourgeoises, un de ses propres films, et du film de Bernard-Henri Lévy : Le Jour et la Nuit (avec Alain Delon, Arielle Dombasle et Karl Zéro)[3].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Durée de la version française annoncée par le CNC.
  2. Extrait de ses mémoires, Une Française à Hollywood, pages 243-244, Éditions Baker Street, 2011 (ISBN 9782917559154).
  3. Interviewé par Pascal Mérigeau, master class au Forum des Images, 4 février 2009, http://www.dailymotion.com/video/x8e33j_master-class-claude-chabrol_shortfilms (visible à 1:21:40)