Ferdinand Brunetière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ferdinand Brunetière

Description de l'image  Ferdinand Brunetière.jpg.
Activités Critique littéraire
Naissance
Toulon
Décès (à 57 ans)
Paris
Langue d'écriture Français
Mouvement Classicisme rationaliste
Genres Critique littéraire, historien de la littérature
Distinctions Académie française

Signature

Signature de Ferdinand Brunetière

Ferdinand Vincent-de-Paul Marie Brunetière, né à Toulon le et mort à Paris le , est un historien de la littérature et critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un inspecteur général de la Marine, Brunetière s’éloigne rapidement de la Provence pour passer son enfance à Fontenay-le-Comte. Il échoue à l’École normale supérieure en 1869 et 1870, devient répétiteur dans des institutions privées. Il collabore à partir de 1875 à La Revue des Deux Mondes, dont il devient le secrétaire de rédaction de 1877 à 1893, puis le directeur en 1893. Il devient un proche de l'écrivain Paul Bourget. Maître de conférences à l’École Normale Supérieure en 1886, il est décoré, en 1887, de la Légion d'honneur. Il devient ensuite professeur à la Sorbonne.

Élu membre de l’Académie française le , il succède à John Lemoinne au fauteuil 28. Il est reçu le par Paul-Gabriel d'Haussonville.

En 1897, il donne des conférences aux États-Unis. Il se convertit au catholicisme en 1900.

Brunetière était essentiellement un tenant du classicisme rationaliste du XVIIe siècle, ce qui l’amena à s’opposer parfois durement aux écoles littéraires de son époque. Il écrivit ainsi des articles contre Gustave Flaubert (notamment pour Trois Contes), contre Zola (dans Le Roman naturaliste) et protesta en 1892 contre le projet d’un monument à Charles Baudelaire. Il était également hostile au scientisme dominant, ce qui l’a rapproché un temps d’un anarchiste comme Octave Mirbeau.

Antidreyfusard, mais non antisémite, il a accusé, en 1898, les intellectuels dreyfusards de se dévoyer en intervenant sur un terrain qui n’était pas de leur compétence. Son amie Flore Singer, dreyfusarde, tenta à plusieurs reprises de lui faire changer positions[1]. Brunetière défendit une théorie de l’évolution des genres littéraires, inspirée des thèses de Darwin.

Principales publications[modifier | modifier le code]

Envoi de Ferdinand Brunetière.

(Influence des femmes en littérature, Montesquieu, Schopenhauer, Théophile Gautier, Baudelaire, etc...)

  • Nouvelles questions de critique, 1890 ;
  • Évolution de la critique, 1890 ;
  • Évolution des genres dans l’histoire de la littérature, 2 volumes, 1890 :
    • volume 1 : L'évolution de la critique depuis la renaissance jusqu'à nos jours, volume 2 :)
  • Epoques du théâtre français (1636-1850), 2 volumes, 1891-1892 ;

(Conférences de l'Odéon, 1892)

  • Histoire de la littérature française classique (1515-1830), 4 volumes, 1891-1892 ;

(tome 1: De Marot à Montaigne, Tome 2 : Le dix-septième siècle, Tome 3 : Le dix-huitième siècle, Tome 4 : Le dix-neuvième siècle)

  • Essais sur la littérature contemporaine, 1892 ;

(la critique impressionniste, Alfred de Vigny, la philosophie de Schopenhauer, Sully-Prudhomme, Alexandre Vinet, le symbolisme contemporain, critique et roman, etc...)

  • Évolution de la poésie lyrique en France au dix-neuvième siècle, 2 volumes, 1892-1894 :
    • Volume 1 : Objet, méthode et esprit du cours ; les origines du lyrisme contemporain ; Bernardin de Saint-Pierre, Chateaubriand et André Chénier ; la poésie de Lamartine ; l'émancipation du moi par le Romantisme ; la première manière de Victor Hugo ; l'œuvre poétique de Sainte-Beuve ; Alfred de Musset ; la transformation du lyrisme par le roman.
    • Volume 2 : Alfred de Vigny ; l'œuvre de Théophile Gautier ; la seconde manière de Victor Hugo ; la renaissance du naturalisme ; M. Leconte de Lisle ; MM. de Heredia, Sully Prudhomme et François Coppée ; le Symbolisme ; conclusions.
  • Nouveaux essais sur la littérature contemporaine, 1895 ;

(Bernardin de Saint Pierre, Lamennais, Victor Hugo, Octave Feuillet, Baudelaire, Leconte de Lisle, Paul Bourget,...)

  • Bases de la croyance, 1896 ;
  • La renaissance de l'idéalisme, 1896 ;
  • Manuel de l’histoire de la littérature française, 1898 ;
  • Discours académiques (1894-1900), 1901 ;
  • Les raisons actuelles de croire, 1901 ;
  • Victor Hugo, 2 volumes, 1902 ;
  • Variétés littéraires, 1904 ;
  • Cinq lettres sur Ernest Renan, 1904 ;
  • Sur les chemins de la croyance, 1904 ;
  • Honoré de Balzac, 1799-1850, Calmann-Lévy, Paris, 1906.
  • Discours de combat, 3 volumes :
    • Première série, 1900 : la renaissance de l'idéalisme (Besançon, 2 février 1896) ; l'art et la morale (Paris, 18 janvier 1898) ; l'idée de patrie (Tours, 23 février 1901) ; les ennemis de l'âme française (Lille, 15 mars 1899) ; la nation et l'armée (Paris, 26 avril 1899) ; le génie latin (Avignon, 3 août 1899) ; le besoin de croire (Besançon, 19 novembre 1898) ;
    • Nouvelle série, 1903 : les raisons actuelles de croire (Lille, 18 novembre 1900) ; l'idée de solidarité (Toulouse, 16 décembre 1900) ; l'action catholique (Tours, 23 février 1901) ; l'œuvre de Calvin (Genève, 17 décembre 1901) ; les motifs d'espérer (Lyon, 24 novembre 1901) ; l'œuvre critique de Taine (Fribourg, 18 janvier 1902) ; le progrès religieux (Florence, 8 avril 1902) ;
    • Dernière série, 1907 : le génie breton ; la liberté d'enseignement dans la morale contemporaine ; les difficultés de croire ; l'évolution du concept de science ; la modernité de Bossuet ; la renaissance du paganisme ; l'action sociale du christianisme ; le dogme et la libre pensée ; la réunion des Églises.
Écrit posthume
  • Lettres de combat, 1912.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Compagnon, « Connaissez-vous Brunetière ? Enquête sur un antidreyfusard et ses amis », Paris, Seuil, 1997

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Ferdinand Brunetière Suivi par
John Lemoinne
Fauteuil 28 de l’Académie française
1893-1906
Henri Barboux