Fort Saint-Nicolas (Marseille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fort Saint-Nicolas.
Fort Saint-Nicolas de Marseille
Image illustrative de l'article Fort Saint-Nicolas (Marseille)
Présentation
Type Citadelle
Architecte Louis Nicolas de Clerville
Date de construction 1660 - 1664
Destination initiale Fort militaire
Propriétaire État
Protection Logo monument historique Classé MH (1969)[1].
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Blason région fr Provence-Alpes-Côte d'Azur.svg Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département
Blason département fr Bouches-du-Rhône.svg
Bouches-du-Rhône (13)
commune Blason ville fr Marseille (Bouches-du-Rhône).svgMarseille (7e)
Localisation
Coordonnées 43° 17′ 28″ N 5° 21′ 45″ E / 43.291111, 5.3625 ()43° 17′ 28″ Nord 5° 21′ 45″ Est / 43.291111, 5.3625 ()  

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Fort Saint-Nicolas de Marseille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort Saint-Nicolas de Marseille

Le fort Saint-Nicolas est un fort surplombant le port de Marseille. Il a été édifié de 1660 à 1664 par le chevalier de Clerville sur ordre de Louis XIV afin de mater l’esprit d’indépendance de la ville de Marseille.

Le fort Saint-Nicolas a été classé Monument historique par arrêté du 14 janvier 1969[1].

Occupation ancienne du site[modifier | modifier le code]

À cet emplacement se trouvait dès le Moyen Âge une petite chapelle fondée entre 1150 et 1218[2], placée sous le vocable de Saint-Nicolas et dépendant de l’abbaye Saint-Victor. Au pied de cette chapelle, au niveau de l’ouverture la plus étroite entre les forts Saint-Jean et Saint-Nicolas, le sénéchal de Provence ordonna en 1322 l’aménagement d’une palissade en bois à l’extrémité de laquelle était fixée une chaîne barrant la passe du port. Cette palissade est progressivement renforcée pour former en 1381 deux véritables piles de pont. À cette date la chapelle Saint-Nicolas fit l’objet d’importants travaux avec édification d’un chemin de ronde et d’une muraille allant jusqu’à la chaîne du port[3].

Ce système de défense s’avéra inefficace lors de l’attaque de la ville par le roi Alphonse V d’Aragon le 20 novembre 1423. Débarqués dans une anse voisine, les Aragonais prirent à revers la chapelle et les galères catalanes purent pénétrer dans le port. La ville fut pillée pendant trois jours et les Aragonais emportèrent comme trophée la chaîne du port qui se trouve toujours exposée dans la cathédrale de Valence (Espagne).

En 1591 quatre particuliers Louis Naudet, Gabriel Delassus, Jean Beolan et Antoine Mascaron firent rebâtir la chapelle Saint-Nicolas[4]. Antoine Mascaron était un ami de Charles de Casaulx et fut directeur de la monnaie en 1593. Son fils, Pierre Mascaron fut le premier imprimeur à Marseille en 1596 en éditant le livre de Bellaud de la Bellaudière : « Obros et rimos provenssalos ».

Marseille rebelle[modifier | modifier le code]

Afin de reprendre en main la gestion de la ville de Marseille, le duc de Mercœur, gouverneur de la Provence, fait nommer consul Lazare de Vento seigneur de la Baume par lettres patentes d’octobre 1657. Les deux autres consuls étaient Boniface Pascal et Joseph Fabre. Sous prétexte de défendre la ville contre les pirates mais surtout pour être agréables à Mercœur, les consuls décident d’armer aux frais de la ville la galère du chevalier de Vendôme, fils du duc de Mercœur. Cette décision provoque une vive opposition à la tête de laquelle figurait Gaspard de Glandevès de Niozelles. Des émeutes agitent la ville ; Niozelles et ses partisans s’emparent de l’hôtel de ville qui est repris par les troupes du gouverneur entrées dans la ville dans la nuit du 18 au 19 juillet 1658. En octobre 1658 les partisans de Niozelles remportent les élections qui sont cassées par le roi. Louis XIV ordonne aux chefs de l’opposition de venir le trouver. L’entrevue a lieu à Paris le 6 janvier 1659, mais ensuite les incidents se multiplient. Henri de Forbin-Maynier, baron d’Oppède, président du parlement de Provence estime que seule une intervention personnelle du roi est indispensable pour soumettre Marseille et propose cette solution à Mazarin. L’occasion est fournie par un grave incident. Gouvernelle, lieutenant des gardes de Mercœur, fut chargé de porter à Niozelles une nouvelle convocation à la Cour. Ce document portant la signature du roi lui est arraché et lacéré. L’intervention du roi devenait inévitable devant une telle rébellion. De la côte basque où il venait de signer le traité des Pyrénées, Louis XIV, accompagné de Mazarin, de la reine mère et de la Cour, se rend à Toulouse, Beaucaire, Tarascon ; il est à Arles le 13 janvier 1660 et à Aix-en-Provence le 18 janvier 1660.

La décision de construction d’une citadelle[modifier | modifier le code]

Le 19 janvier 1660, le roi Louis XIV adressait une lettre au duc de Mercœur, gouverneur de Provence, précisant sa décision d’envoyer des troupes sur Marseille afin d’empêcher la continuation des désordres. Cette lettre était accompagnée d’une instruction qui prescrivait à Mercœur plusieurs obligations dont la construction d’une citadelle « en l’endroit de ladite ville qui sera jugé le plus propre »[5]. Ce projet avait été suggéré à Mazarin par le duc de Mercœur et Henri de Forbin-Maynier, baron d’Oppède. Mazarin envoya à Marseille le célèbre ingénieur militaire, le chevalier Louis Nicolas de Clerville, qu’il avait fait venir exprès de Nancy. Clerville procéda en premier lieu au choix de l’implantation qui devait permettre à la fois la surveillance de la ville mais également sa protection contre une attaque en provenance de la mer. Clerville écarta la colline Saint-Charles car trop éloignée du rivage pour permettre un ravitaillement par mer. Il retint donc l’emplacement actuel, derrière l’abbaye de Saint Victor et dont l’étendue était suffisante « pour y maintenir pour jamais l’autorité du roi » »[6]. Cet emplacement était de plus doté d’une fontaine d’eau douce qui figure sur les anciennes cartes.

Mazarin ne se rangea pas immédiatement à cet avis et envoya à Marseille le maréchal du Plessis-Praslin pour avoir une autre opinion. Celui-ci aurait préféré une implantation à l’endroit où se trouve actuellement le palais du Pharo, mais se rangea ensuite à l’avis du chevalier de Clerville.

Les travaux[modifier | modifier le code]

Clerville qui était allé à Aix-en-Provence pour faire approuver ses plans par Mazarin, fit commencer les travaux immédiatement en utilisant les matériaux de démolition de la Porte Royale et des murailles avoisinantes constituant les anciens remparts de Marseille. Les pierres du cap Couronne furent également utilisées. Le duc de Mercœur posa la première pierre le 11 février 1660 sur laquelle on grava « de peur que la fidèle Marseille, trop souvent en proie aux criminelles agitations de quelques séditieux ne perdît enfin la ville et le royaume ou par la fougue des plus hardis ou par une trop grande passion de la liberté et que le roi des Français voulait pourvoir par cette citadelle à la sûreté des grands et du peuple. »[7]. Trois médailles commémoratives furent frappées pour rappeler cet évènement. Le 2 mars 1660 à l’entrée de Louis XIV dans Marseille, le chantier battait son plein.

La construction fut réalisée en un temps record pour un édifice de cette importance. En effet le haut fort était terminé par le maître maçon Jean Étienne Chieuse en 1663. Les travaux du bas fort, partie située au nord du boulevard Charles Livon et comprise entre le quai Marcel Pagnol et le port de la Réserve, furent interrompus à la mort de Mazarin le 9 mars 1661 ; Le Guette décida de les reprendre le 16 juillet 1663 en passant un marché avec sept maçons dont Pierre Puget, cousin germain et homonyme de Pierre Puget sculpteur. Les travaux furent achevés en 1664.

Vauban qui n’a pas été mêlé à la construction de la citadelle, visita le fort et écrivit le 16 mars 1679 une lettre très critique : « J’ai visité la citadelle de Marseille qui est un assemblage fort magnifique de tout ce qui a jamais passé d’extravagant et de ridicule par la tête des plus méchants ingénieurs du monde »[8]. En 1701, Vauban propose des modifications qui ne seront pas réalisées.

Le gouverneur de cette nouvelle citadelle fut contrarié de la proximité du Lazaret qui s’étendait du pied du nouveau fort jusqu’à l’anse des Vieilles Infirmeries, actuellement plage des Catalans. Il demanda le transfert du Lazaret qui fut implanté par la ville près de Saint-Martin d’Arenc. Après la peste de 1720, quelques pêcheurs catalans vinrent exercer dans les environs et s’installèrent dans les locaux désaffectés de l’infirmerie d’où le nom donné au quartier[9].

Les amputations[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la présence des forts Saint-Jean, Saint-Nicolas et de Notre-Dame-de-la-Garde inquiéta la population car certains pensaient que leurs commandants y accumulaient des munitions. Le 30 avril 1790 le conseil général de la commune (équivalent du conseil municipal) se présenta à la porte de la citadelle Saint-Nicolas. Le major de la Roque, commandant du fort, pensant que sa petite troupe, ex-régiment du Vexin allait faire défection, signa un compromis aux termes duquel il laisserait entrer chaque jour autant de gardes nationaux qu’il y avait de soldats de son service.

Parement reconstruit du fort Saint-Nicolas

À la suite de divers incidents, la foule commença le 18 mai 1790 la destruction de la partie Est de ce monument symbole du despotisme, mais l’Assemblée nationale soucieuse de conserver un ouvrage utile à la défense de la ville, ordonna d’arrêter la démolition de la forteresse par décret du 28 mai 1790. En 1833, le préfet Thomas fait rétablir les parties démolies mais cette restauration a été faite avec des pierres grisâtres de qualité médiocre tranchant nettement avec les parties non détruites faites en pierres roses du cap Couronne.

Afin de relier le Vieux Port au palais du Pharo qui n’était accessible que par le boulevard de la Corderie et l’avenue de la Résidence actuellement avenue Pasteur, la commission municipale vota le 18 avril 1860 l’ouverture d’une voie, actuellement boulevard Charles Livon[10]. Les murs de soutènement de la tranchée réalisée pour le passage de cette nouvelle voie sont en calcaire urgonien blanc tranchant nettement les pierres roses du cap Couronne utilisées pour la construction du fort. La citadelle se trouva ainsi coupée en deux parties indépendantes.

La prison[modifier | modifier le code]

Le fort reçut, en 1823, à la suite de l’expédition du duc d’Angoulême en Espagne, 569 prisonniers dont le soldat Valdès qui avait été un des organisateurs de la guérilla contre les troupes napoléoniennes après 1808. Le 30 avril 1832, il servit également de lieu de détention pour les marins du bateau qui avait débarqué le 28 avril 1832 la duchesse de Berry près de Carry-le-Rouet et qui avait été arraisonné par le vapeur « Le Sphinx » près de l’île verte à La Ciotat.

Le fort Saint-Nicolas resta une prison jusqu’à la fin de la dernière guerre. Parmi les prisonniers célèbres on peut citer :

  • l’écrivain Jean Giono qui avait été arrêté à Digne le 16 septembre 1939 à cause de ses publications pacifistes antérieures, fut emprisonné au fort Saint-Nicolas. Il est libéré à la mi-novembre après la prononciation d’un non-lieu. Dans son roman Noé, l’écrivain rappelle cet épisode de sa vie : « …haut sur l’horizon et murant entièrement tout le fond de la Canebière, le magnifique corps en forme de couronne du fort Saint-Nicolas. Le grand mur du fort qui me fait face se termine vers la gauche par une belle arrête de proue. C’est exactement dans cette proue que j’avais ma cellule en 1939. »[11] ;
  • Jean Zay (député socialiste, 1940, suite à sa condamnation pour « désertion » par le régime de Vichy) ;
  • Hédi Nouira (homme politique tunisien, même période) ;
  • Habib Bourguiba (homme politique tunisien, 1940-1942).

Occupation actuelle[modifier | modifier le code]

La partie située entre le boulevard Charles Livon et la mer est le bas fort qui a pris le nom de fort Ganteaume en hommage à un ancien vice-amiral, préfet maritime, Ganteaume. Il abrite le cercle militaire avec le mess des officiers.

L’autre partie au sud du boulevard est le haut fort qui est également appelé fort d’Entrecasteaux du nom d’un amiral parent du bailli de Suffren, Entrecasteaux. Il est composé de deux enceintes imbriquées. Le haut fort est restauré depuis 2003 par l'association ACTA VISTA dans le cadre de chantiers de formation aux métiers du patrimoine. ACTA VISTA y a aménagé en 2005 son siège d'activité. En 2009 ACTA VISTA crée son pôle de formation et d'apprentissage aux métiers du patrimoine bâti ancien et de l'eco construction, soutenu par l'union européenne, ce pôle de formation permet d'embaucher et de former chaque année plus de 350 personnes. Grâce à ses nombreux mécènes, l'association ACTA VISTA a permis la restauration des remparts Est, Nord, et Ouest, (600 ml), de la demi Lune de Villeroy (Poudriere), de la Demi Lune Dauphine et du Bastion de Beringhen, différents espaces du fort d'Entrecasteaux dédiés a l'apprentissage, la formation, l'insertion professionnelle et la culture des metiers d'art. L’ancien moulin à vent est devenu depuis 1954 un monument commémoratif des morts de guerre. L’accès s’effectue par une porte située à l’Est. La partie centrale du haut fort dépend de l’armée et ne se visite pas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00081345 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Marc Bouiron, « Histoire et topographie des monuments de Marseille médiévale », dans Marseille, trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Études massaliètes, Éditions Édisud, 2001 (ISBN 2-7449-0250-0), p 265
  3. Antoinette Hesnard, Philippe Bernardi et Christian Maurel, « La topographie du port de Marseille de la fondation de la cité à la fin du Moyen Âge », dans Marseille, trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Études massaliètes, Éditions Édisud, 2001(ISBN 2-7449-0250-0), p 170-171
  4. Antoine de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille, Henri Martel imprimeur libraire, Marseille, 1696, 2 volumes, tome 2, page 178
  5. Adolphe Crémieux, Marseille et la royauté pendant la minorité de Louis XIV (1643-1660), Librairie Hachette, Paris 1917, 2 volumes, tome 2 page 802
  6. Adolphe Crémieux, Marseille et la royauté pendant la minorité de Louis XIV (1643-1660), Librairie Hachette, Paris 1917, 2 volumes, tome 2 p 810
  7. Augustin Fabre, Les rues de Marseille, édition Camoin, Marseille, 1867, 5 volumes, tome 2 p 442
  8. Joseph Billoud,Le Fort Saint-Nicolas, revue Marseille, No 30 page 11
  9. Pierre Gallocher, Zigzags dans le passé, Tacussel, Marseille, 1989, tome II P 58
  10. Adrien Blés, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Ed. Jeanne Laffitte, Marseille, 1989, p 215 (ISBN 2-86276-195-8)
  11. Jean Giono, Noé, Gallimard, édition de la pléiade, Paris, 1974, 5 volumes tome III page 719

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Billoud, Le fort Saint-Nicolas, Revue Marseille, 1956, no 30 pages 3–12 et no 31 pages 3–16.
  • Adrien Blés, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Éd. Jeanne Laffitte, Marseille, 1989, (ISBN 2-86276-195-8).
  • Marc Bouiron, Henri Tréziny, Bruno Bizot, Armelle Guilcher, Jean Guyon et Mireille Pagni, Marseille, trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Actes du colloque international d’archéologie, 3-5 novembre 1999, Études massaliètes, éditions édisud, 2001(ISBN 2-7449-0250-0)
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :