Camille Jullian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jullian.

Camille Jullian, né à Marseille le et mort à Paris le , est un historien, philologue et épigraphiste français. Élu au Collège de France en 1905, il y crée la chaire des Antiquités Nationales. Il est l'auteur d'une monumentale Histoire de la Gaule, parue entre 1907 et 1928, première approche scientifique de la Gaule.

Une carrière de chercheur et d'enseignant[modifier | modifier le code]

L'historien de Bordeaux[modifier | modifier le code]

Après l'obtention de son doctorat, il est nommé professeur à l'université de Bordeaux, il écrivit plusieurs monographies sur la ville et la région.

Petit, timide, il avait la voix faible et les yeux très myopes, mais il savait captiver ses auditoires. Toute sa vie, il mena un labeur écrasant et exemplaire[2].

C'est par hasard des affectations que ce Marseillais vint à Bordeaux. Mais il se prit d'affection pour cette ville ; il y fit une grande part de sa carrière et devint le plus grand historien de Bordeaux. Il s'y maria en 1890 avec Madeleine Azam, fille du docteur Eugène Azam, professeur à l'université de Bordeaux et voulut y être enterré non loin du lycée sur le « mont Judaïque », dans le cimetière protestant. Il est le grand-père de l'auteur et dessinateur Philippe Jullian (1919-1977), né Philippe Simounet.

La publication en 1895 de L’Histoire de Bordeaux est le premier grand ouvrage scientifique et synthétique sur la ville.

L'historien de la Gaule[modifier | modifier le code]

Mais son principal objet d’étude et de recherche devait être la Gaule, à laquelle il consacra sa gigantesque Histoire de la Gaule. Élu professeur au Collège de France en 1905, titulaire de la chaire des Antiquités nationales, Camille Jullian a considérablement renouvelé l’histoire antique de la Gaule.

C'est lui qui, pratiquement, révéla scientifiquement à la France Vercingétorix, le héros national dans un ouvrage publié en 1901 qui eut un immense retentissement. Avec ses huit volumes parus entre 1908 et 1921, dont les quatre premiers avant 1914, Camille Jullian a rédigé le premier véritable ouvrage complet sur la Gaule, qui fit référence.

Fondateur de la recherche historique sur la Gaule avec sa chaire au collège de France; il y eut trois successeurs : Albert Grenier (de 1935 à 1948), Paul-Marie Duval (de 1964 à 1982) qui se placèrent plus ou moins sous son patronage tout en donnant à leurs chaires des intitulés différents et enfin Christian Goudineau, qui, depuis 1984 a repris exactement le même intitulé, rendant un explicite hommage à Camille Jullian.

Pour Camille Julian, la Gaule avait à la veille de la conquête romaine était presque une nation : si les peuples gaulois formaient un ensemble humain sans base ethnique particulière car celle-ci était déjà le fruit de multiples métissages venus de la pré ou protohistoire mais ils formaient un ensemble caractérisé par[3]. :

  • l'appartenance à un territoire commun nettement défini, celui de la Gaule décrit par Jules César jusqu’au Rhin, aux Alpes et aux Pyrénées ;
  • une communauté de langage, de croyances religieuses ou morales, c'est-à-dire une communauté de civilisation matérielle et spirituelle ;
  • une communauté, certes encore morcelée ou dispersée, de formes politiques : celle des soixante « cités » en deçà du Rhin, avec leur souveraineté et leur monnayage, leurs magistrats, issus peut-être d’une royauté antérieure peu accessible à la recherche, leur clergé druidique, leurs aristocraties foncières et militaires.

À cette nation, Jullian attribue la première possession de la future France, le premier aménagement du territoire, la création d’une géographie historique de longue durée, la création de de paysages[3].

Un historien libéral, national et moral[modifier | modifier le code]

Esprit littéraire, grand écrivain, Camille Jullian, fut cependant un historien libre d'esprit, honnête et rigoureux. Marqué comme toute sa génération par la défaite française de 1870, chargé de préparer le traité de Versailles en 1919, lui qui mourut l'année de l'avènement d'Adolf Hitler en Allemagne, se voulut toujours au service de la nation et de la patrie, d'aujourd'hui comme celle de jadis.

Marqué par le protestantisme, il a toujours considéré que l'histoire était « morale », qu'elle était « l'obéissance de la vérité ». « Au service de l'histoire » toute sa vie, il publia sous ce titre son dernier travail, les leçons d'ouverture qu'il prononça au Collège de France de 1905 à 1930 ; comme le montre quelques lignes suivantes (presque son testament) de la leçon du 3 décembre 1924 sur la valeur de l'histoire : « L'histoire est un métier de vaillance et de dignité… L'histoire enseigne d'abord la reconnaissance… L'histoire, ensuite, enseigne la justice… L'histoire enseigne enfin la loyauté… L'histoire est un apprentissage de devoirs ».

Il est élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1908 et de l'Académie française en 1924.

Frappé d'une congestion cérébrale en 1930, il mourut trois ans plus tard, à l'âge de soixante-quatorze ans.

Autres œuvres de Camille Jullian[modifier | modifier le code]

Sur Bordeaux et la Gironde[modifier | modifier le code]

  • Étude d’épigraphie bordelaise. Les Bordelais dans l’armée romaine. Notes concernant les inscriptions de Bordeaux extraites des papiers de M. de Lamontagne, 1884
  • Les antiquités de Bordeaux (Revue archéologique), 1885
  • Inscriptions romaines de Bordeaux, 1887-1890
  • Ausone et Bordeaux. Études sur les derniers temps de la Gaule romaine, 1893 [lire en ligne]
  • Histoire de Bordeaux depuis les origines jusqu’en 1895, 1895 [lire en ligne]

Travaux sur la Gaule[modifier | modifier le code]

  • De protectoribus et domesticis augustorum, 1883
  • Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, de Fustel de Coulanges (édition posthume des œuvres), 1890
  • Gallia, tableau sommaire de la Gaule sous la domination romaine, Hachette, 1892
  • Fréjus romain, 1886
  • Notes d’épigraphie, 1886
  • Les transformations politiques de l’Italie sous les empereurs romains, 43 av. J.-C.-330 après J.-C., 1884
  • Extraits des historiens du XIXe siècle, publiés, annotés et précédés d’une introduction sur l’histoire de France, 1897
  • Inscriptiones Galliae narbonensis Latinae (CIL XII), en collaboration, 1899
  • Vercingétorix, 1901
  • La politique romaine en Provence (218-59 avant notre ère), 1901
  • Recherches sur la religion gauloise, 1903
  • Plaidoyer pour la préhistoire, 1907
  • Les anciens dieux de l’Occident, 1913
  • Les Paris des Romains. Les Arènes. Les Thermes, 1924
  • Histoire de la Gaule, rééd. Hachette, Coll. Références, 1993, 1270 pages, (ISBN 978-2010212178)
  • Au seuil de notre histoire. Leçons faites au Collège de France, 1905-1930, 3 vol. 1930-1931

Les œuvres du patriote[modifier | modifier le code]

  • Le Rhin gaulois : le Rhin français, 1915
  • Pas de paix avec Hohenzollern. À un ami du front, 1918
  • La guerre pour la patrie, 1919
  • Aimons la France, conférences : 1914-1919, 1920
  • De la Gaule à la France. Nos origines historiques, 1922

Hommages à Camille Jullian[modifier | modifier le code]

De nombreuses rues, collège et lycées portent son nom :

  • Créé en 1883, le lycée de jeunes filles de Bordeaux dit lycée Barada, puis Mondenard où l’historien avait donné quelques cours dans les classes préparatoires à l’École normale supérieure de Sèvres, fut baptisé en 1955, lycée Camille-Jullian.
  • En 1938, la ville de Bordeaux éleva à Camille Jullian, sur la place qui porte son nom, un petit monument fait de vestiges gallo-romains.
  • Le Centre Camille Jullian, composante de la Maison méditerranéenne des Sciences de l'Homme (MMSH), est un Laboratoire du CNRS et de l’université de Provence, à Aix-en-Provence, dirigé par Dominique Garcia, professeur d'archéologie à Aix-Marseille université. Nommé ainsi depuis 1994, les activités du Centre Camille-Jullian sont axées sur l’archéologie et l’histoire du Sud-Est de la France, de l’Occident méditerranéen et de l'Afrique antique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Christian Goudineau, « Camille Jullian : la passion de la Gaulle », Le Nouvel Observateur, no 1107 (hors-série),‎ 30 juin 2011, p. 81
  2. notice biographique sur le site du lycée Camille-Jullian de Bordeaux à
  3. a et b Claude Nicolet, La Fabrique d'une nation. La France entre Rome et les Germains, Perrin, Paris, 2003, p. 230.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Camille Jullian Suivi par
Jean Aicard
Fauteuil 10 de l’Académie française
1924-1933
Léon Bérard