French Connection (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir French Connection (homonymie).

French Connection

Description de cette image, également commentée ci-après

Lieu du tournage (Brooklyn) en 1974.

Titre québécois La filière française
Titre original The French Connection
Réalisation William Friedkin
Scénario Robin Moore (roman)
Ernest Tidyman (adaptation)
Acteurs principaux
Sociétés de production D'Antoni Productions
Schine-Moore Prod.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Policier
Sortie 1971
Durée 104 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

French connection (The French Connection) est un film policier américain réalisé par William Friedkin, produit par Philip D'Antoni avec la musique de Don Ellis sorti en 1971. Les acteurs principaux sont Gene Hackman, Fernando Rey et Roy Scheider.

Le scénario s'inspire de l'enquête de policiers du New York City Police Department nommés "Popeye" Doyle et Buddy "Cloudy" Russo, qui sont en fait, dans la réalité, Eddie Egan et Sonny Grosso. Ils ont enquêté sur les réseaux de la French Connection, organisation criminelle qui importait depuis la France la majeure partie de l'héroïne consommée aux États-Unis. Par ailleurs, Egan et Grosso ont des rôles dans le film.

Il est le premier film classé R de l'histoire du cinéma américain depuis l'introduction de la classification de la Motion Picture Association of America à avoir gagné l'Oscar du meilleur film.

Premier grand succès de son réalisateur, il remporta en tout cinq Oscars du cinéma, dont celui du meilleur acteur pour Gene Hackman, meilleur film, meilleur réalisateur, du meilleur montage et celui du meilleur scénario adapté pour Ernest Tidyman. Le film est aussi proposé pour l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Roy Scheider, l'Oscar de la meilleure photographie et celui de l'Oscar du meilleur mixage de son. Tidyman a reçu pour son scénario le prix Edgar-Allan-Poe et une proposition pour le Golden Globe. Il est classé à la 93e place des meilleurs films du cinéma américain par l'American Film Institute.

En 2005, le film est sélectionné par Le National Film Registry pour être conservé à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis pour son « importance culturelle, historique ou esthétique »[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Marseille, un policier est en train de surveiller Alain Charnier (Fernando Rey), un riche criminel français qui est soupçonné de diriger la plus grosse organisation de trafic d'héroïne du monde. Le policier est tué par le bras-droit de Charnier, Pierre Nicoli (Marcel Bozzuffi). Charnier prévoit, par ailleurs, de passer en contrebande 32 millions $ d'héroïne aux États-Unis dans une voiture, une Lincoln Continental Mark III conduite par un de leurs amis au-dessus de tout soupçons, un présentateur de télévision français très célèbre, Henri Devereaux (Frédéric de Pasquale).

À New York, deux flics des narcotiques, Jimmy « Popeye » Doyle (Gene Hackman) et Buddy « Cloudy » Russo (Roy Scheider), sont en train de conduire une enquête sous couverture dans Bedford-Stuyvesant à Brooklyn. Après avoir assisté à une transaction de drogue dans un bar, Cloudy procède à l’interpellation, mais le suspect résiste et lui entaille le bras avec un couteau. Après avoir été arrêté et sévèrement battu, les policiers l'interrogent et il leurs révèle qu'il fait partie d'un réseau de trafic de stupéfiants bien plus important.

Lincoln Continental Mark III semblable à celle du film

Plus tard, Popeye et Cloudy sortent boire un verre au Copacabana, où Popeye remarque que Salvatore « Sal » Boca (Tony Lo Bianco) et sa jeune femme de 19 ans, Angie (Arlene Farber), sont en train de discuter avec des membres de la mafia impliqués dans le trafic de drogue. Ils décident de suivre le couple. Ils découvrent que le couple tient un petit restaurant (luncheonette) et qu'ils ont tous les deux un casier judiciaire : Sal pour vol à main armées et meurtre et Angie pour vol dans les magasins. Les policiers suspectent les Boca, qui fréquentent les boîtes de nuit et conduisent des voitures chères d'être impliqués dans des activités criminelles. Ils font bientôt le lien entre les Boca et un avocat, Joel Weinstock (Harold Gary), qui est lié avec des trafiquants de drogue.

Peu de temps après, Popeye apprend d'un informateur qu'une importante cargaison d'héroïne arrive à New York. Les policiers arrivent à convaincre leur supérieur, Walt Simonson (Eddie Egan), de mettre sur écoute les téléphones du couple Boca. Par ailleurs, ils utilisent différentes ruses pour obtenir d'autres informations. Popeye et Cloudy sont rejoints dans leur enquête par deux agents fédéraux, Klein (Sonny Grosso) et Mulderig (Bill Hickman). Popeye et Mulderig se détestent cordialement parce qu'ils ont, par le passé, travaillé ensemble et que Mulderig rend responsable Popeye de la mort d'un policier.

Après que la Lincoln de Devereaux arrive à New York, le chimiste de Weinstock (Pat McDermott) teste un échantillon d'héroïne et il s'avère que l'échantillon testé est le plus pur qu'il n'ait jamais vu, affirmant que la marchandise fera beaucoup plus de 32 millions $ à la revente pour seulement 500 000 $ d'investissement. Boca est impatient de faire affaire avec Charnier qui est désireux de retourner le plus vite possible en France, tandis que Weinstock, plus expérimenté dans le trafic de stupéfiant, tempère l'impatience de Boca, lui expliquant que son téléphone est sur écoute et que la police est en train d'enquêter sur lui.

Charnier réalise qu'il est suivi depuis son arrivé à New York et arrive à semer Popeye dans le métro. Nicoli propose de tuer Popeye, mais Charnier n'est pas d'accord, sachant que Popeye serait remplacé par un autre policier. Nicoli insiste, cependant, expliquant qu'ils seront déjà repartis en France avant qu'il ne soit remplacé.

Peu de temps après, Nicoli tente d'assassiner Popeye depuis le toit de l'immeuble où se trouve l'appartement de Doyle. La tentative échoue. Popeye prend en chasse l'assassin. Durant sa fuite, Nicoli prend le métro aérien à la station du Bay 50th Street Station à Bensonhurst. Doyle réquisitionne une voiture et remonte à contre-sens Stillwell Avenue. Dans le métro, Nicoli braque le train, menace le conducteur avec son arme et tue un policier qui tentait d'interposer. Le conducteur a une crise cardiaque, quand le métro atteint la fin de la ligne, il frappe une autre rame, projetant Nicoli contre les vitres. Popeye arrive et voit le tueur descendre les escaliers de la plate-forme. Quand il voit Popeye, il retourne en arrière mais Popeye l'abat d'un coup de feu dans le dos.

Après avoir suivi Devereaux, Popeye saisit sa voiture Lincoln et la démonte pièces par pièces, cherchant la drogue. Il ne la trouve jusqu'au moment où Cloudy remarque que la voiture pèse 60 kilos de plus que le poids donné par le constructeur, ils sont donc persuadé que la drogue se trouve à l'intérieur. Ils continuent leurs recherches et découvre la drogue dans les marche-pieds du véhicule. La police remet la drogue, restaure le véhicule à l'identique et le rend à Devereaux, qui s'empresse de livrer la voiture à Charnier.

Charnier arrive avec le véhicule dans une vieille usine désaffectée sur Ward's Island et réalise la transaction. Après que Charnier a enlevé les marche-pieds de la Lincoln, le chimiste de Weinstock teste un des sachets et confirme la qualité du produit. Charnier remplace les sachets de drogue par l'argent de la transaction dans les marche-pieds de la Lincoln qu'il compte rapatrier en France. Tandis que la transaction est terminée, Charnier et Sal quitte l'endroit à bord de la Lincoln mais les forces de police décident d'intervenir menées par Popeye. L'intervention oblige la Lincoln à revenir vers la vieille usine, où Sal est tué durant une fusillade avec la police et les autres se rendent.

Charnier s'échappe dans la vieille usine, Popeye le poursuit et Cloudy le rejoint dans la traque. Alors que Popeye voit une ombre au loin, il recharge son arme et tire après avoir lancé un avertissement. L'homme qu'il a abattu n'est par Charnier mais Mulderig. Décontenancé par l'erreur commise, Popeye dit à Cloudy qu'il aura Charnier. Après avoir rechargé son pistolet, Popeye repart à sa poursuite et quelques secondes plus tard, un autre coup de feu retentit.

En toute fin du film, un petit générique informe du devenir des personnages principaux : les deux policiers Doyle et Russo sont expulsés de la brigade des stupéfiants et transférés dans une autre, Joel Weinstock et Angie Boca n'ont jamais été condamnés, Lou Boca a obtenu une réduction de peine, Henri Devereaux est condamné à quatre ans de prison et Alain Charnier n'a jamais été interpellé et continuerait à vivre tranquillement dans le sud de la France.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du film[modifier | modifier le code]

Le scénario s'inspire de faits réels, ceux du trafic de drogue des années 1960 jusqu'au début des années 1970 appelé French Connection. À cette période, 80% de l'héroïne arrivant illégalement sur la côte Est des États-Unis provient du sud de la France. En plus des deux personnages principaux, plusieurs personnages du film s'inspirent de personnages réels. Le personnage d'Alain Charnier est basé sur Jean Jehan qui a été arrêté à Paris pour trafic de stupéfiants, malgré cela il ne sera jamais extradé vers les États-Unis, la France n'extradant pas ses citoyens[3]. Le réalisateur explique le laxisme supposée de la police française par le fait qu'il aurait effectué son service militaire sous les ordres de Charles de Gaulle.

Sal Boca est inspiré de Pasquale « Patsy » Fuca et de son frère Anthony. Angie Boca est basée sur la femme de Patsy, Barbara, qui a écrit une autobiographie avec l'aide de Robin Moore détaillant sa vie avec Patsy. Les frères Fuca et leur oncle faisaient partie d'une équipe de trafiquant de drogue en lien avec les cinq familles du crime new-yorkaises[4]. Henri Devereaux, qui importe la Lincoln à New York, est inspiré de Jacques Angelvin, acteur puis présentateur de télévision qui fut réellement arrêté en 1962 pour importation illégale de produit stupéfiant. Il a été condamné de 3 à 6 ans de prison dans un pénitencier fédéral. Il effectuera 4 ans de détention avant d'être expulsé vers la France. Par la suite il deviendra agent immobilier[5]. Avant la sortie du film, Gérard Oury s'était déjà inspiré de son histoire pour tourner Le Corniaud en 1964. Le personnage de Joel Weinstock est, selon les commentaires du réalisateur, une composition de plusieurs trafiquants de drogue similaires[6].

French Connection s'attache à décrire le déroulement de l'enquête avec la plus grande authenticité possible. C'est cette recherche de réalisme qui fait l'originalité du film et son aspect documentaire[réf. nécessaire]. De nombreuses scènes sont tournées caméra à l'épaule, dans des décors naturels et à la lumière naturelle.

Distribution[modifier | modifier le code]

Bien que la distribution se soit révélée être l'une des grandes forces du film, le réalisateur William Friedkin eut des problèmes avec le choix des acteurs dès le départ. Fortement opposé au choix de Gene Hackman pour le rôle principal, Popeye Doyle[7], il pressentit Paul Newman, Jackie Gleason et le journaliste new-yorkais Jimmy Breslin, qui n'avait jamais joué auparavant. Mais le budget du film ne permettait pas d'engager Newman, tandis que la 20th Century Fox ne voulait pas de Gleason en raison de l'échec commercial de Gigot, le clochard de Belleville, en 1962[8] et Breslin refusa de prendre le volant d'une voiture, nécessaire pour la scène de poursuite en voiture. James Caan et Peter Boyle furent également dans la liste pour incarner Doyle, mais refusèrent successivement[9]. Steve McQueen fut un temps envisagé, mais ne voulait pas faire d'autre film policier après Bullitt[8], et comme Newman, ses honoraires auraient dépassé le budget de production du film. Charles Bronson et Rod Taylor furent également pressentis pour incarner Doyle, avant que Gene Hackman fût finalement engagé pour le rôle.

Le choix de Fernando Rey pour incarner Alain Charnier, l'antagoniste principal du long-métrage, résulte d'une erreur d'identité : William Friedkin avait demandé à son directeur de casting d'engager un acteur espagnol qu'il avait vu dans Belle de jour, de Luis Buñuel, mais dont il ne connaissait pas le nom : Francisco Rabal[7]. Rey, qui avait tourné à plusieurs reprises sous la direction de Buñuel, fut contacté à la place de Rabal. Après que Rabal fut finalement retrouvé, la production découvrit qu'il ne parlait ni français ni anglais, et Rey fut donc gardé pour le film[10]. Mais ironie de la situation, lors du montage final, le français de Rey avec son accent espagnol fut considéré comme inadmissible par les producteurs qui décidèrent de doubler tous ses passages en français tout en conservant ses dialogues en anglais.

À noter l'apparition des Three Degrees, célèbre trio de chanteuses noires américaines des années 1970 dans le cabaret où Doyle et Russo surveillent Bocca.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de French Connection se déroule du 30 novembre 1970 à mars 1971[2] à New York, à Marseille, à Cassis et à Washington[11].

Dans les commentaires de Friedkin présents pour l'édition DVD de la version Collector du film, Friedkin explique avoir recherché le côté film documentaire. Ce réalisme est le résultat direct de l'influence de film Z (film) de Costa-Gavras, un film français. De plus, ce fut le premier film à montrer le World Trade Center, la Tour Nord est terminée et la tour sud est partiellement réalisée. On peut les apercevoir dans l'arrière-plan d'une scène.

Friedkin attribue sa décision de diriger le film à une discussion avec le réalisateur Howard Hawks, dont la fille vivait avec Friedkin à l'époque. Friedkin a demandé à Hawks ce qu'il pensait de ses films, il lui a carrément répondu qu'il les trouvait «moche». Hawks lui a recommandé de "Faire une bonne course-poursuite en voiture. Faire mieux que tous les autres."

Au début du film, sur le plan où est indiqué le lieu où va commencer l'histoire, il est écrit "Marseilles" avec un "s". Contrairement à ce que les spectateurs français pourraient penser, ce n'est pas une erreur. Il se trouve simplement que Marseille et Lyon s'orthographient respectivement Marseilles et Lyons en anglais...

Scène de la course-poursuite[modifier | modifier le code]

Le film est souvent cité pour sa scène la plus célèbre qui est celle de la poursuite en voiture considéré comme l'une des plus grandes scènes de poursuite de l'histoire du cinéma moderne. Dans la scène, Popeye réquisitionne une voiture d'un civil (une Pontiac LeMans de 1971) puis il part à la poursuite finale qui met aux prises le héros au trafiquant de drogue dans le métro aérien de la BMT West End Line de New York[12]. La scène est filmé dans Bensonhurst à Brooklyn s'étendant sous la ligne BMT West End Line (actuellement le train D, puis le train B). Cette dernière fonctionne sur une voie surélevée au-dessus de l'avenue Stitllwell sur la 86th Street et New Utrecht Avenue à Brooklyn et la scène se termine au nord de la 62ème rue lorsque que le rame de tête, arrivé en station, percute une autre rame. Le plan de Friedkin incorpore une conduite avec cinq cascades distinctes :

  • Doyle est pris en étau par une voiture à une intersection.
  • La voiture de Doyle se voit coupé la route par un camion portant un autocollant "Drive Carefully" (conduisez prudemment).
  • Doyle manque de justesse une femme avec une poussette de bébé et s'écrase sur un tas d'ordures.
  • La vision de Doyle est bloquée par un camion semi-remorque de déménagement qui l'oblige à percuter une clôture d'acier.
  • Doyle doit aller en sens inverse du trafic pour poursuivre sur un chemin parallèle le train. Les scènes de voiture sont entrecoupés sous le métro aérien avec des images supplémentaires (plans de face de la voiture, plan du point de vue du conducteur). Notamment dans Bushwick à Brooklyn, lorsque Doyle manque le camion de déménagement et percute une clôture d'acier.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

French Connection est tourné dans les lieux suivants[13],[14],[15] :

  • 50th Street et First Avenue à New York, New York, USA (Où Doyle attend en-dehors du restaurant)
  • 82nd Street et Fifth Avenue (près du Metropolitan Museum of Art), New York, New York, USA (Hôtel de Weinstock)
  • 86th Street à Brooklyn, New York, New York, USA (la scène de la poursuite en voiture)
  • 91 Wyckoff Avenue à Bushwick dans Brooklyn, New York, New York, USA (café de Sal & Angie)
  • 940 2nd Avenue, New York, New York, USA (lorsque Charnier et Nicoli achètent des fruits et Popeye est en train de les observer)
  • 177 Mulberry Street près de Broome street dans Little Italy, New York, New York, USA (Lorsque Sal fait une chute)
  • Avenue de l'Amiral-Ganteaume à Cassis dans les Bouches-du-Rhône en France (Maison de Charnier)
  • Château d'If à Marseille dans les Bouches-du-Rhône en France (où Charnier et Nicoli rencontrent Devereaux)
  • Chez Fon Fon, rue du Vallon-des-Auffes à Marseille, Bouches-du-Rhône, France (Où Charnier dine)
  • Columbia Heights, Brooklyn, New York, New York, USA (où Sal gare la Lincoln)
  • Le Copain, 891 First Ave, New York, New York, USA (où Charnier dine)
  • Doral Park Avenue Hotel (de nos jours au 70 Park Avenue Hotel), 38th Street and Park Avenue, New York, New York, USA (hôtel de Devereaux)
  • Dover street près du Brooklyn Bridge, New York, New York, USA (où Sal laisse la Lincoln)
  • Forest Avenue à Ridgewood dans le Queens, New York, New York, USA
  • Grand Central Station Shuttle à Manhattan, New York, New York, USA
  • Henry Hudson Parkway Route 9A à Junction 24, New York, New York, USA (l'accident de voiture)
  • Marlboro Housing Project, Avenues V, W, and X off Stillwell Avenue à Brooklyn, New York, USA (Où Popeye vit)
  • Montee Des Accoules, Marseille, Bouches-du-Rhône, France
  • Onderdonk Avenue, Ridgewood, Queens, New York, New York, USA
  • Plage du bestouan, Cassis, Bouches-du-Rhône, France
  • Putnam Avenue, Ridgewood, Queens, New York, New York, USA
  • Randall's Island, East River, New York, New York, USA
  • Ratner's Restaurant, 138 Delancey Street, New York, New York, USA (lorsque Sal et Angie emergent)
  • Remsen Street, Brooklyn, New York, New York, USA (lorsque Charnier et Nicoli regarde la voiture être décharger du bateau)
  • Rio Piedras (qui est maintenant démolie), 912 Broadway à Brooklyn, New York, New York, USA (Lorsque la filature déguisé en pêre noël commence)
  • Rapid Park Garage, East 38th Street près de Park Avenue à New York, New York, USA (Lorsque Cloudy suit Sal Cloudy)
  • Ronaldo Maia Flowers, 27 East 67th Street at Madison à New York, New York, USA (Lorsque Charnier donne le coupon)
  • The Roosevelt Hotel, 45th Street & Madison Avenue à Manhattan, New York, New York, USA
  • Rue des Moulins et rue du Panier dans le vieux Marseilles, Bouches-du-Rhône, France (Lorsque les policiers français marchent avec le pain à la main)
  • La Samaritaine au 2 Quai du Port, Marseille, Bouches-du-Rhône, France
  • South Street at Market Street at the foot of Manhattan Bridge, New York, New York, USA (Où Doyle sort du bar)
  • Triborough Bridge à Randall's Island toll bridge sur east end of 125th Street, New York, New York, USA
  • Wards Island, New York, New York, USA (la scène finale)
  • Washington (district de Columbia), USA (où Charnier et Sal se rencontrent)
  • Westbury Hotel, 15 East 69th Street, Manhattan, New York, New York, USA (Hôtel de Charnier)

Réception[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

French Connection a obtenu un accueil critique favorable, obtenant 98 % d'avis positifs sur le site Rotten Tomatoes, pour quarante-sept commentaires collectés et une note moyenne de 8.6/10[16] et un score de 96/100 sur le site Metacritic pour quatre commentaires collectés[17].

Box-office[modifier | modifier le code]

Tourné pour un budget de 1,8 million de dollars, French Connection rencontra un important succès commercial, où il totalisa 51,7 millions de dollars de recettes sur le territoire américain en fin d'exploitation[18] (soit plus de 252 000 000 dollars avec l'inflation en 2013[19]) et 2 154 207 entrées en France[20].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1972, le film fut récompensé de cinq Oscars[21],[22]. La même année, French Connection fut récompensé de trois Golden Globes [23].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Award Category Nominee Result
Oscars, 1972[21],[22] Meilleur film Phillip D'Antoni Lauréat
Meilleur réalisateur William Friedkin Lauréat
Meilleur acteur Gene Hackman Lauréat
Meilleur scénario adapté Ernest Tidyman Lauréat
Meilleur montage Gerald B. Greenberg Lauréat
Meilleur acteur dans un second rôle Roy Scheider Nomination
Meilleure photographie Owen Roizman Nomination
Meilleur mixage de son Theodore Soderberg
Christopher Newman
Nomination
American Cinema Editors, 1972[22] Meilleur montage Gerald B. Greenberg Nomination
BAFTA, 1973[22] Meilleur acteur Gene Hackman Lauréat
Meilleur montage Gerald B. Greenberg Lauréat
Meilleur réalisateur William Friedkin Nomination
Meilleur film Philip D'Antoni Nomination
Meilleur bande-son originale Christopher Newman
Theodore Soderberg
Nomination
David di Donatello Award, 1972[22] Meilleur film étranger Philip D'Antoni Lauréat
Directors Guild of America, 1972[22] Outstanding Directorial Achievement William Friedkin Lauréat
Prix Edgar-Allan-Poe, 1972[22] Meilleur film Ernest Tidyman Lauréat
Golden Globes, 1972[23] Meilleur film dramatique Phillip D'Antoni Lauréat
Meilleur réalisateur William Friedkin Lauréat
Meilleur acteur dans un film dramatique Gene Hackman Lauréat
Meilleur scénario Ernest Tidyman Nomination
Kansas City Film Critics Circle, 1972[22] Meilleur acteur Gene Hackman Lauréat
Meilleur film Ernest Tidyman Lauréat
National Society of Film Critics, 1972[22] Meilleur acteur Gene Hackman Nomination
New York Film Critics Circle, 1971[22] Meilleur acteur Gene Hackman Lauréat
Meilleur film Ernest Tidyman Nomination
Writers Guild of America, 1972[22] Meilleur scénario dramatique adapté Ernest Tidyman Nomination

Suites et adaptations[modifier | modifier le code]

Le film donna lieu à une suite : French Connection 2 réalisée par John Frankenheimer en 1975. Gene Hackman et Fernando Rey y reprirent chacun leur rôle.

En 1973, Bien que n'étant pas une suite du film, Police puissance 7 (The Seven-Ups) a un scénario proche de French Connection avec comme acteurs principaux Roy Scheider et Tony Lo Bianco. Il est produit et dirigé par Philip D'Antoni sur un scénario de Sonny Grosso et le film comprend une fameuse scène de course de voitures chorégraphié par Bill Hickman. La bande originale du film est aussi de Don Ellis.

La scène où la Lincoln Continental est démantelée par Popeye et l'équipe de mécaniciens de la police pour chercher la drogue a inspiré une scène d'un épisode de Police Squad, les différences étant que la drogue ne se trouvait pas seulement à l'intérieur des marche-pieds mais aussi que le véhicule était totalement différent de l'original.

Sortie vidéo[modifier | modifier le code]

Le film connue de nombreuses sorties en format vidéo VHS. En 2009, il est l'objet d'une sortie en Blu-ray. William Fridkin effectua un étalonnage de couleur controversé donnant un aspect visuel avec des couleurs trop « froides »[24]. Le directeur de la photographie, Owen Roizman, qui n'avait pas été consulté au sujet des changements considéra le résultat comme « atroce »[25]. La version Blu-ray avec un étalonnage remanié supervisé à la fois par Friedkin et Roizman est plus fidéle à l'œuvre originale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  2. En France, le film est interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en salles.
  3. Eddie Egan est le véritable inspecteur de police, joué par Gene Hackman. Dans le film, il joue le rôle de son chef.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "The National Film Registry List – Library of Congress". loc.gov. Consulté le 12 mars 2012
  2. a et b (en) Box-office/business - « French Connection » sur l’Internet Movie Database
  3. http://www.tcm.com/this-month/article/97174%7C0/The-French-Connection.html
  4. http://books.google.fr/books?id=b1dtJEnSivQC&printsec=frontcover&redir_esc=y
  5. Alain Bauer, Christophe Soullez : La Criminologie pour les nuls ; Éditions Générales First, 2012 ISBN 2754031626
  6. Commentaire du film
  7. a et b « The French Connexion », sur TCM Movie Database (consulté en 1er juillet 2012).
  8. a et b (en) French Connection (film) sur l’Internet Movie Database.
  9. « (fr) « French Connection » : secrets de tournage », sur Allocine.fr (consulté en 1er juillet 2012).
  10. Cette anecdote est citée dans « Making the Connection », supra.
  11. (en) Lieux de tournage de « French Connection» sur l’Internet Movie Database.
  12. « The Five Best Car Chase Scenes In Movie Histor », The New York Times,‎ 23 mars 2011 (lire en ligne)
  13. http://www.movie-locations.com/movies/f/frenchconn.html
  14. http://www.reelstreets.com/index.php?option=com_films_online&task=view&id=1249
  15. http://www.imdb.com/title/tt0067116/locations
  16. « The French Connection » (1971), sur Rotten Tomatoes.com (consulté en 1er juillet 2012).
  17. http://www.metacritic.com/movie/the-french-connection
  18. « The French Connection », sur Box Office Mojo.com (consulté en 1er juillet 2012).
  19. « William Friedkin », sur Box Office Mojo.com (consulté en 1er juillet 2012).
  20. « French Connection », sur Jp's Box-office.com (consulté en 1er juillet 2012).
  21. a et b « The 44th Academy Awards (1972) Nominees and Winners », oscars.org (consulté le 2011-08-27)
  22. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) French Connection (film) sur l’Internet Movie Database
  23. a et b (en) « The 20th Annual Golden Globe Awards (1972) Nominees and Winners », goldenglobes.org
  24. http://www.nytimes.com/2009/02/22/movies/homevideo/22dave.html?pagewanted=2&_r=2&sq=french%20connection&st=cse&scp=3&
  25. http://www.hollywood-elsewhere.com/2009/02/atrocioushorrif/

Liens externes[modifier | modifier le code]