École centrale de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École centrale de Marseille
Image illustrative de l'article École centrale de Marseille
Nom original 1891-1972 : École d'ingénieurs de Marseille

1972-2003 : École supérieure d'ingénieurs de Marseille



1909-1989 : École supérieure de chimie de Marseille
1989-2003 : École nationale supérieure de synthèses, procédés et ingénierie chimiques d'Aix-Marseille
1959-2003 : École nationale supérieure de physique de Marseille
1991-2003 : École supérieure de mécanique de Marseille



2003-2006 : École géneraliste d'ingénieurs de Marseille

Informations
Fondation 1891
Fondateur Jules Macé de Lepinay
Type École d'ingénieurs (EPSCP)
Localisation
Coordonnées 43° 20′ 29″ N 5° 26′ 17″ E / 43.341519, 5.438125143° 20′ 29″ Nord 5° 26′ 17″ Est / 43.341519, 5.4381251  
Ville Marseille
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Campus Technopôle de Château-Gombert
Pôle de l'étoile
Direction
Directeur Frédéric Fotiadu
Chiffres clés
Enseignants 109
Enseignants-chercheurs 34
Étudiants 800
Doctorants 39
Niveau Bac+5 et bac+8
Divers
Mascotte Gabian
Affiliation Groupe Centrale, CGE, CDEFI, Fédération Gay-Lussac, Pegase PACA, TIME
Site web www.centrale-marseille.fr/

Géolocalisation sur la carte : Marseille

(Voir situation sur carte : Marseille)
École centrale de Marseille

L'École centrale de Marseille (aussi appelée Centrale Marseille) est une grande école d'ingénieurs française située à Marseille, au cœur du technopôle de Château-Gombert, dans le 13e arrondissement de la ville. L'école a le statut d'établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel. Établie sous sa forme actuelle en 2006, elle est l'héritière de l'École d'Ingénieurs de Marseille fondée en 1891 et appartient désormais au Groupe des Écoles centrales.

Metro-M.svg Ce site est desservi par le métro de Marseille : station La Rose - Technopôle de Château-Gombert.

Historique[modifier | modifier le code]

Développement de l'industrie portuaire à Marseille au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Depuis le milieu du XIXe siècle, la chambre de commerce de Marseille a identifié le besoin grandissant d'ingénieurs mécaniciens[1] pour l'industrie régionale en expansion. Dans un premier temps, la chambre de commerce soutient et subventionne la création de l'École d'arts et métiers à Aix-en-Provence (1843), qui ne répond pas cependant à tous les besoins d'ingénierie dans une ville portuaire[2]. « Le port du XIXe siècle serait un port d'ingénieurs, » d'où le besoin d'une filière de formation régionale d'ingénieurs capables de prendre en main l'expansion portuaire dans l'intérêt de la chambre de commerce, face au Corps des Ponts et Chaussées dirigé depuis Paris[3].

La fondation de l'École d'ingénieurs de Marseille en 1891[modifier | modifier le code]

Article détaillé : École d'ingénieurs de Marseille.

Créée en 1891 sous l'impulsion d'un « Comité de patronage des hautes études » présidé par Félix Baret, maire de Marseille, l'École a notamment pour administrateurs-fondateurs Jules Macé de Lepinay, professeur de physique à la Faculté des sciences de Marseille, Ernest Marguery, avocat, adjoint au maire de Marseille, ainsi que Louis Ostrowsky, Ingénieur des Arts et Manufactures (École centrale de Paris), qui en devient le directeur-fondateur. Une convention fut ainsi passée le 12 septembre 1891 décidant de « la création d'un établissement d'enseignement supérieur technique formant des ingénieurs pour toutes les branches de l'industrie » dont le programme initial s’inspira de celui de Centrale Paris. Elle devait être ouverte aux bacheliers.

Évolution des formations d'ingénieurs à Marseille au XXe siècle aboutissant à l'École centrale de Marseille[modifier | modifier le code]

Depuis la création de l'École d'ingénieurs de Marseille (EIM) en 1891 jusqu'à la création de l'EGIM en 2003, puis de l'École centrale Marseille en 2006, les Écoles marseillaises n'ont eu de cesse de s'adapter à leur temps et, notamment, de se regrouper.

En 2003, l'École généraliste d'ingénieurs de Marseille (EGIM) voit le jour grâce au regroupement de 3 ENSI :

  • l'École nationale supérieure de physique de Marseille (ENSPM), créée en 1959.
  • l'École nationale supérieure de synthèse de procédés et d'ingénierie chimique d'Aix-Marseille (ENSSPICAM), créée en 1989 et résultant de la fusion de l'École supérieure de chimie de Marseille (ESCM, 1909) et de l'École supérieure d'ingénierie, de pétrochimie et de synthèse organique industrielle (ESIPSOI, 1959).
  • l'École supérieure de mécanique de Marseille (ESM2), créée en 1991.

L'EGIM est rejointe en 2004 par l'École supérieure d'ingénieurs de Marseille (ESIM, issue en 1972 du regroupement de l'EIM (École d'ingénieurs de Marseille (1891) ), l'EEIM (École d'électricité industrielle de Marseille) et l'EREM (École de radio-électricité de Marseille) ) et devient officiellement Centrale Marseille le 23 septembre 2006.

L'École centrale de Marseille se trouve ainsi dotée d'une double capacité : d'une part, la recherche, grâce aux regroupements des laboratoires des différentes écoles, d'autre part, des liens privilégiés avec les entreprises, longtemps entretenus par les écoles gérées par la Chambre de commerce et d'industrie de Marseille.

L'École centrale de Marseille, qui a vu sa première promotion centralienne diplômée en fin d'année 2006, est donc l'aboutissement d'un processus pensé depuis plusieurs années afin de former à Marseille une grande école d'ingénieurs dotée d'un effectif de professeurs important et de nombreux laboratoires de recherche.

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Locaux actuels de Centrale Marseille, au cœur du Technopôle de Château-Gombert

En 2010, l'École centrale Marseille et l'IAE Aix-en-Provence signent une alliance stratégique afin de bâtir ensemble un pôle d'excellence scientifique et managérial à dimension internationale en région PACA [4].

En 2010, l'École centrale de Marseille rejoint la Fondation Centrale Initiatives[5] sous l'égide de la Fondation de France, crée conjointement par l'École centrale de Lille et l'École centrale de Nantes.

En 2010, l'École centrale de Marseille rejoint l'École centrale de Lyon et l'École centrale de Nantes dans Centrale Innovation[6], une filiale commune de valorisation de la recherche.

En 2012, l'École centrale de Marseille crée un track de MBA avec Euromed Management intitulé "Complexity, Innovation and Risk Management"[7].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Recrutement[modifier | modifier le code]

L'admission à Centrale Marseille s'opère à travers plusieurs voies de recrutement, la très grande majorité des admis provenant des classes préparatoires aux grandes écoles. Depuis 2004, Centrale Marseille recrute ces étudiants par le concours Centrale-Supélec commun aux autres Écoles centrales. Par ailleurs, des places sont également offertes aux étudiants venant de la voie universitaire par concours passerelle ainsi qu'aux étudiants étrangers dans le cadre d'un double diplôme.

Formation d'ingénieur centralien[modifier | modifier le code]

La formation à Centrale Marseille est marquée par l'héritage des écoles dont elle est issue et par l’appartenance au groupe des Écoles centrales. L’organisation pédagogique est ainsi centrée sur la formation d’ingénieur centralien correspondant à un enseignement pluridisciplinaire ayant vocation à former des ingénieurs généralistes.

La fusion effective et la stabilité institutionnelle acquise ont permis à l'école d'engager dès 2007 une réflexion en profondeur sur le cursus de formation. Inspiré de celui des autres Écoles centrales, ce cursus a été mis en œuvre à partir de la rentrée 2009, et se déroule en trois temps répartis sur trois ans.

1er temps : connaissance partagée et développement des compétences[modifier | modifier le code]

Lors des trois premiers semestres, les élèves sont conduits à acquérir des connaissances dans les disciplines scientifiques fondamentales, mais également en matière de langues et cultures internationales ou encore de sciences sociales. Ils se familiarisent avec la résolution de problèmes complexes, avec le monde de l’entreprise à travers des stages et des rencontres organisées par l'école, et ils procèdent à des premiers choix d'enseignements. Les enseignements électifs sont proposés en une vaste liste recouvrant toutes les disciplines du tronc commun permettant aux élèves des ouvertures dans des domaines particuliers de leurs choix et une construction de leur projet personnel et professionnel.

Les enseignements sont de nature scientifique et technique et recouvrent un large spectre issu des compétences diversifiées des écoles fondatrices. Ils se déclient notamment en :

  • Sciences de base et sciences des spécialités (mathématiques fondamentales, mécanique et génie des procédés, sciences de la matière, physique appliquée, électronique, chimie) pour environ de 45% du volume horaire
  • Sciences de l’ingénieur (analyse numérique, probabilités et statistiques, informatique, systèmes industriels et économiques) pour environ de 20% du volume horaire
  • Méthodes de l’ingénieur (gestion de projet, projet transverse) pour environ de 10% du volume horaire
  • Langues et cultures internationales pour environ de 10% du volume horaire

2e temps : ouverture internationale et parcours personnalisés[modifier | modifier le code]

Le quatrième semestre de formation est personnalisé. Pour environ la moitié de la promotion, il donne l'occasion de réaliser un séjour international, de nature académique dans l'une des universités partenaires ou sous forme de stage en entreprise. Les élèves désirant poursuivre leurs études à Centrale Marseille choisissent, dans l'offre proposée, l'un des parcours pluridisciplinaires consacrés aux grands défis scientifiques et sociétaux. Ils associent des enseignements scientifiques et des considérations relevant des sciences sociales.

Un choix de 6 parcours thématiques est proposé :

  • Énergie durable
  • Environnement et développement durable
  • Sciences de l’information et société numérique
  • Dynamique, mutation et crises
  • Biotechnologies et santé
  • Nanosciences et nanotechnologies

3e temps : approfondissement des savoirs et engagement professionnel[modifier | modifier le code]

La dernière séquence pédagogique (correspondant aux cinquième et sixième semestres) offre une imposante multiplicité des choix. 78 combinaisons à partir de 13 parcours d’approfondissement et de 6 filières métier sont proposées. En parallèle, un Master Recherche peut être choisi parmi une vingtaine de mentions, couvrant un large spectre disciplinaire. Les étudiants peuvent également décider de suivre la suite de leur formation hors de Centrale Marseille avec éventuellement 2 semestres supplémentaires, à l'instar d'un double diplôme international, un double diplôme avec l'IAE ou l'IEP d'Aix-en-Provence, d'une césure professionnelle ou académique ou encore d'une poursuite de la formation dans une autre École Centrale. Un travail de fin d'études (TFE) de 24 semaines achève systématiquement le cursus. Il est réalisé en entreprise ou en laboratoire, en France ou à l'international : l’élève se retrouve alors dans une situation concrète d’ingénieur, et doit faire preuve de ses capacités à mener une étude de haut niveau sur les plans scientifique, technique et méthodologique.

Les 13 parcours d'approfondissement sont répartis dans 6 options :

MECA : MECAnique

  • Acoustique industrielle
  •  Modélisation mécanique des matériaux et des structures
  •  Fluides : énergie, transports, environnement, santé
  • Génie mer

GREEN : biotechnoloGie, ingénieRie, Environnement, Energie

IRIS : Photonique et systèmes innovants

MMEFI : Mathématiques, Management, Economie, Finance

  • Gestion quantitative
  • Mathématiques appliquées à la finance et l’assurance

OMIS : Organisations, Mathématiques et Informatique pour les Services

  • Science des organisations
  •  Modélisation mathématique
  • Informatique

SIC : Signaux Images et Communications

  • Signaux et perception
  • Systèmes communicants

Parallèlement, six filières métier sont proposées :

  • Recherche et développement : Propriété industrielle, méthodologie, financement, valorisation, créativité
  • Conception, Bureau d’études : Design, CAO, analyse de la valeur
  • Production, Logistique : Gestion de production, GPAO, qualité, maintenance, sécurité, logistique
  • Audit & Conseil : Analyse et stratégie d’accompagnement des entreprises
  • Management d’entreprise et entrepreneuriat : management, marketing, contrôle de gestion
  • Management opérationnel : en partenariat avec l'IAE d'Aix-en-Provence

Stages[modifier | modifier le code]

Les périodes de stages sont des moments privilégiés d’échanges et de formation entre le monde économique et l’école. Les stages font partie intégrante de la formation de l’ingénieur centralien, ils se déroulent dans le cadre de stages obligatoires conventionnés. Les élèves-ingénieurs de l'École centrale de Marseille effectuent 3 stages :

  • Un stage « ouvrier » de 1 à 2 mois en fin de première année. Il a pour objectif la découverte de l’entreprise et du monde socio-économique. Les thèmes retenus sont liés principalement à la production dans l’entreprise, et couvrent tous les domaines.
  • Un stage de 2 à 3 mois en fin de deuxième année. Il doit permettre à l’élève de réaliser une mission lui permettant de révéler ses capacités à assumer sa position d’acteur dans la conception, et/ou la mise en œuvre de démarches, méthodes ou processus d'organisation, de contrôle, de planification, d'animation d'une équipe...
  • Un projet de fin d'étude de 5 à 6 mois en fin de troisième année. Cette période de fin d’études de longue durée a pour objectif de placer l’élève dans une situation concrète d’ingénieur dans le milieu de l’industrie ou de la recherche.

Masters recherche[modifier | modifier le code]

Les élèves de l'école peuvent entreprendre des études doctorales en suivant, en parallèle avec la troisième année, un master-recherche. Centrale Marseille est co-habilité à délivrer les masters recherches suivant :

  • Master mention Énergie nucléaire
  • Master mention Génie des procédés
  • Master mention Informatique
  • Master mention Instrumentation
  • Master mention Matériaux
  • Master mention Mathématiques et applications
  • Master mention Mécanique, physique et ingénierie
  • Master mention Micro et nanoélectronique
  • Master mention Physique
  • Master mention Chimie
  • Master mention Sciences économiques

Mastères spécialisés[modifier | modifier le code]

L'école propose 2 mastères spécialisés :

  • Création d'entreprise et défis de l'innovation, en partenariats académiques avec l'IAE Aix-en-Provence et le centre d'Aix-en-Provence d'Arts et Métiers ParisTech, et en partenariats professionnels avec la pépinière d'entreprises Marseille Innovation, l'incubateur national multimédia Belle de Mai, l'incubateur régional Impulse et la SATT PACA Corse.
  • Ingénierie et énergies marines, labellisé par le Pôle Mer PACA.

La recherche[modifier | modifier le code]

Les laboratoires[modifier | modifier le code]

Huit laboratoires de recherche de la région marseillaise sont sous la tutelle de l'école (en cotutelle avec Aix Marseille Université et le CNRS). La grande majorité des enseignants de l'école y exercent une activité de recherche.

Les laboratoires partenaires :

L'École est de plus partenaire de trois laboratoires d'excellence (LABEX) : MEC (Mécanique, Energie Complexité), AMSE (École d'Economie d'Aix Marseille), Archimede (Mathématiques et informatique).

Le CMRT[modifier | modifier le code]

Créé en 2005, le CMRT, Centrale Marseille Recherche et Technologies, est une structure interne à l'école dédiée à la R&D, dont l'ambition est de resserrer le lien entre la recherche académique classique et l'industrie. Ainsi, sa mission est de répondre à des demandes formulées par les partenaires industriels de l'école.

Le CMRT est organisé autour de deux grands domaines, « perturbations des systèmes industriels » et « énergie propre et maîtrise de l'énergie », et dispose de moyens importants, notamment un canal à houle, 2 chambres anéchoïques, un laboratoire d'électronique ainsi qu'un centre de moteurs thermiques.

Ouverture internationale[modifier | modifier le code]

L'école compte une quarantaine d'élèves internationaux par promotion, notamment des élèves brésiliens et chinois. L'école dispose de 86 accords de partenariat en Europe et dans le monde, ce qui permet à de nombreux étudiants d'effectuer un double-diplôme dans les établissements partenaires. L'école profite également des accords établis dans le cadre du réseau TIME, réseau européen et overseas, en tant que membre à part entière.

Europe[modifier | modifier le code]

Pays Établissement Type d'accord


Drapeau de l'Allemagne Allemagne Université technique de Munich Double diplôme / Erasmus
Université technique de Berlin Double diplôme / Erasmus
Université de technologie de Darmstadt Double diplôme
Université technique de Dresde Erasmus
Université technique de Rhénanie-Westphalie Double diplôme / Erasmus
Institut de technologie de Karlsruhe Erasmus
Drapeau de l'Autriche Autriche Université technique de Vienne Double diplôme / Erasmus
Drapeau de la Belgique Belgique Faculté polytechnique de Mons Erasmus
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Université Saint-Clément d'Ohrid de Sofia Erasmus
Drapeau du Danemark Danemark Université technique du Danemark Double diplôme / Erasmus
Drapeau de l'Espagne Espagne Université pontificale de Comillas Erasmus
Université polytechnique de Madrid Erasmus
Université polytechnique de Valence Double diplôme
Université polytechnique de Catalogne Double diplôme
Université de Séville Double diplôme / Erasmus
Drapeau de la Grèce Grèce Université polytechnique nationale d'Athènes Erasmus
Drapeau de la Hongrie Hongrie Université polytechnique et économique de Budapest Double diplôme
Drapeau de l'Italie Italie Université La Sapienza de Rome Double diplôme / Erasmus
École polytechnique de Milan Double diplôme / Erasmus
École polytechnique de Turin Double diplôme / Erasmus
Université de Brescia Erasmus
Université de Sienne Erasmus
Université de Florence Erasmus
Drapeau de la Norvège Norvège Université norvégienne de sciences et de technologie Erasmus
Université d'Oslo Erasmus
Drapeau de la Pologne Pologne École polytechnique de Wrocław Double diplôme / Erasmus
Université technologique de Łódź Erasmus
École des mines et de la métallurgie de Cracovie Double diplôme
Drapeau de la République tchèque République tchèque Université Charles de Prague Double diplôme / Erasmus
University of West Bohemia Double diplôme / Erasmus
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Université de Cranfield Erasmus
Université de Swansea Erasmus
Drapeau de la Russie Russie Université technique d'État de Moscou-Bauman Double diplôme
MIREA -
Institut Lavrentyev d'hydrodynamique Novossibirsk Recherche
Institut Taganrog de technologie Recherche
Université technique d'État de l'Oural -
Université polytechnique de Tomsk -
Drapeau de la Suède Suède Institut royal de technologie Double diplôme / Erasmus
Drapeau de la Turquie Turquie Université technique d'Istanbul Erasmus

Hors Europe[modifier | modifier le code]

La vie étudiante[modifier | modifier le code]

Les évènements organisés par les élèves[modifier | modifier le code]

  • Le FOCEEN : FOrum CEntrale marseille ENtreprise
  • Le MSB : Massilia Sun Ball (tournoi sportif inter écoles sur les plages marseillaises)
  • La TVP : La Traversée du Vieux-Port
  • Le Gala de l'école
  • Les Massiliades : Festival de musique organisé par les étudiants de l'école.
  • La Semaine Ski, le Weekend en Eaux Vives, le tournoi Intercentrales, le Challenge Centrale Lyon et plein d'autres évènements sportifs organisés par le bureau des sports de l'École

Les associations[modifier | modifier le code]

  • Bureau des Élèves (BDE)
  • Bureau des Sports (BDS)
  • Bureau des Arts (BDA)
  • Cercle des Associations de Centrale Marseille (CAC13)
  • Knowledge-Science-Innovation (KSI) : Junior-Entreprise
  • International Centrale Marseille (ICM) : association pour l'échange culturel
  • Ginfo : association informatique
  • Phy-TV : association audiovisuelle
  • Échanges Phocéens : association visant à l'ouverture d'esprit de jeunes marseillais de milieu défavorisé
  • Ingénieurs Sans Frontières (ISF) Provence
  • Massilia Défi Voile (MDV) : association axée sur la voile et les sports nautiques
  • Forum Centrale Marseille Entreprises (FOCEEN) : association organisatrice du forum entreprises
  • La Farigoule : fanfare de l'école
  • Club Finance : L'association de finance de l'école
  • Odyssound : association ayant pour projet de mener une action humanitaire en lien avec l’enfance dans quatre pays en voie de développement
  • Eco-Racing Centrale Marseille (ERCM) : association participant aux raids motorisés : EducEco, 4L Trophy et Student Challenge
  • Club robot : association participant tous les ans depuis 2012 à la coupe de France de robotique
  • Raid Centrale Marseille : association chargée le l'organisation du raid, sur le modèle du Raid Centrale Paris
  • Fab lab : association mettant à disposition des outils de prototypage rapide pour les industriels et laboratoires de la région
  • cHeer uP! Marseille : la branche marseillaise de le fédération cHeer uP !

Quelques anciens élèves[modifier | modifier le code]

  • Simon Méry, industriel Français, cofondateur en 1899 de l'entreprise d'automobile Turcat-Méry [8]
  • Alexandre Favre (1931), professeur émérite à l'Université de la Méditerranée, membre de l'académie des sciences [9]
  • Alain Dutheil (1969), directeur général de STMicroelectronics
  • Jean-Dominique Perret (1970), membre du directoire de Rexel, group Senior Vice President, DRH du groupe
  • Maurice Dijols (1974), President of Russia Operations at Schlumberger Limited
  • François Guibert (1978), CEO de STMicroelectronics pour la région Asie-Pacifique, président de la Chambre de commerce européenne à Singapour
  • Laurent Roux (1979), fondateur et PDG de Ion Beam Services
  • Hugues Souparis (1979), fondateur et PDG de Hologram Industries
  • Jean-Claude Fayat (1982), directeur général de Fayat
  • Jean-René Cazeneuve (1982), directeur général de Bouygues Telecom Entreprises, ex-directeur général d'Apple France
  • Pierre Bang (1983), Directeur Opérations Total E&P
  • Francis Meston (1984), ancien PDG de EDS France, vice-président exécutif intégration de systèmes chez Atos Origin
  • Laurent Demortier (1984), CEO and Managing Director of CG, ex- senior vice president Alstom Power
  • Pascal Barbolosi (1986), vice-président Extreme Computing chez Bull
  • Franck Lacroix (1986), Senior Executive Vice-President in charge of the Energy Services division, Veolia Environnement, ex-CEO Dalkia France
  • Slim S. Souissi (1990), Senior Vice President and Chief Technology Officer of Novatel Wireless, Inc
  • Philippe Nicard (1994), Directeur France d'Epsilon International
  • Patrick Chapalain (1994), Chief Executive Officer of Gulmar Offshore, ex- vice president at SBM offshore
  • Junien Labrousse, Executive Vice President, Products and President, Logitech Europe

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]