Louis Jourdan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jourdan et Louis Jourdan (peintre).

Louis Jourdan

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dans Madame Bovary (1949)

Nom de naissance Louis Robert Gendre
Naissance 19 juin 1921 (93 ans)[1]
Marseille (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Acteur
Films notables Lettre d'une inconnue
Gigi
Can-Can
Le Comte de Monte-Cristo
Hôtel International
Octopussy
Site internet Louis Jourdan.net

Louis Jourdan, nom de scène de Louis Robert Gendre, né le 19 juin 1921 à Marseille, est un acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Henry Gendre et d'Yvonne Jourdan, propriétaires d'un hôtel[2] et frère de Pierre Jourdan. Dès 17 ans, il témoigne de son désir de devenir acteur lorsque son père, directeur, à l'époque, du Grand Hôtel à Cannes, le présente à ses hôtes Raimu et Charles Blavette en marge du tournage de La Femme du Boulanger (1938)[3]. Il a été élevé en France, en Turquie et en Angleterre, et s'est exercé en tant qu'acteur à l'École dramatique, faisant ses débuts à l'écran en 1939.

Après l'occupation allemande de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, il a continué à faire des films, mais après avoir refusé de participer aux productions cinématographiques de propagande nazie. Il a rejoint la résistance française ; son père a été arrêté par la Gestapo[4].

Après la Libération, Louis Jourdan a épousé Berthe Frédérique avec qui il a eu un fils.

Il fit une carrière internationale importante, notamment à Hollywood, mettant en avant le charme français à la manière d'un Charles Boyer (surnommé « The French Lover »). En 1954, il joue au théâtre avec James Dean et tourne régulièrement pour le grand écran. Mais, de plus, fait notable, comme des acteurs américains des années 1950-1960 pouvaient l'être, il était rompu à plusieurs disciplines et chantait en anglais et sans doublage dans les comédies musicales auxquelles il a participé outre-Atlantique (Gigi avec Leslie Caron et Maurice Chevalier, et Can-Can, aux côtés de Shirley MacLaine et Frank Sinatra) ou lors d'une scène romantique comme son duo avec Ann-Margret dans Made in Paris (1966).

Dans les années 1980, il fait un retour vers le grand public en interprétant le rôle du méchant dans le film de la série des James Bond, Octopussy (1983), puis interprète le rôle de Pierre de Coubertin à la télévision américaine dans la télésuite The First Olympics: Athens 1896 (1984).

Louis Jourdan a l'honneur peu courant d'avoir deux étoiles à son nom (musique et télévision) sur le Walk of fame d'Hollywood Boulevard.

Le 22 juillet 2010, Louis Jourdan reçoit des mains de Pierre Vimont la Légion d'honneur avec grade d'officier. La cérémonie se déroula le 22 juillet 2010 à Los Angeles en compagnie de Mme Jourdan, de Kirk Douglas et de Sidney Poitier, grands amis de Louis Jourdan[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Honneur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Théâtre[6],[7][modifier | modifier le code]

Avec l'actrice Felicia Montealegre[8] en janvier 1955 en marge de la pièce Tonight in Samarkand (Broadway, février-mars 1955)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

En 1959, avec l'actrice Edie Adams dans l'épisode The Falling Angel de la série General Electric Theater

Discographie[modifier | modifier le code]

  1. Overture (instrumental),
  2. Thank Heaven for Little Girls (Maurice Chevalier),
  3. It's a Bore (Maurice Chevalier, Louis Jourdan),
  4. The Parisians (Leslie Caron),
  5. Waltz at Maxim's (instrumental),
  6. The Night They Invented Champagne (Leslie Caron, Louis Jourdan, Hermione Gingold),
  7. I Remember It Well (Maurice Chevalier, Hermione Gingold),
  8. Say a Prayer for Me Tonight (Leslie Caron),
  9. I'm Glad I'm Not Young Anymore (Maurice Chevalier),
  10. Gigi (Louis Jourdan),
  11. Finale (instrumental).
  1. Can-Can Entracte (instrumental),
  2. It's All Right With Me (Frank Sinatra),
  3. Come Along With Me (Shirley MacLaine),
  4. Live And Let Live (Maurice Chevalier, Louis Jourdan),
  5. You Do Something To Me (Louis Jourdan),
  6. Let's Do It (Frank sinatra, Shirley MacLaine),
  7. Main Title :
    I Love Paris (chœurs),
    Montmartr' (Frank Sinatra, Maurice Chevalier, chœurs),
  8. C'est magnifique (Frank Sinatra),
  9. Maidens typical of France (chœurs),
  10. Just One of Those Things (Maurice Chevalier),
  11. I Love Paris (Frank Sinatra, Maurice Chevalier),
  12. Can-Can (instrumental).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Différentes sources donnent la date de 1919 ou 1920, mais sa naissance en 1921 est attestée par son extrait de naissance no 550/1921 chez Les Gens du Cinéma
  2. Louis Jourdan Biography (1920-)
  3. Source : Ma Provence en cuisine, « mémoires cinématographiques et culinaires » de Charles Blavette, Éditions Jeanne Laffitte, 2002 (ISBN 2862763861), page 137 :
    « Nous retrouvons Raimu dans le hall du Grand Hôtel avec M. Gendre et ses deux fils.
    — Je suis navré que vous partiez aussi vite, nous dit-il.
    Il me présente ses fils, dont l'un se prénomme Louis. C'est un fort beau garçon brun.
    — Il est bien, ce garçon, dis-je à Raimu un moment après.
    — Justement, son père m'en parlait. Il voudrait qu'il fasse du cinéma… c'est pas plus bête que ça… belleou [« peut-être », en provençal]…
    Ce garçon est aujourd'hui Louis Jourdan. »
  4. Louis Jourdan Biography - Yahoo! Movies
  5. La remise de la légion d'honneur à Louis Jourdan par M. Pierre Vimont se déroula le 22 juillet 2010 à Los Angeles. Pierre Vimont fut ambassadeur de France aux États-Unis de 2007 à 2010. Louis Jourdan est fait « officier » de la légion d'honneur, le grade de chevalier ayant été annoncé par erreur par les médias. Preuve en est de la vidéo disponible sur Internet sous le titre : "A day with the french ambassador".
  6. Source : sa biographie à la BiFi
  7. Source : archives Playbill Vault
  8. Épouse du compositeur Leonard Bernstein.
  9. Pièce créée à Paris en 1950.
  10. S'il apparaît en couverture du numéro de septembre 65 du magazine Playbill, Louis Jourdan ne figure pas au casting archivé chez la même revue tandis qu'il est crédité par la BiFi.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]