La Gloire de mon père (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le roman éponyme, voir La Gloire de mon père.

La Gloire de mon père est un film français d’Yves Robert sorti en 1990, réalisé d’après le premier livre autobiographique du cycle des Souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol (qui est composée de quatre romans autobiographiques : La Gloire de mon père, Le château de ma mère, Le temps des secrets et Le temps des amours).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Yves Robert réalisa simultanément les deux adaptations des deux premiers volumes des mémoires de Marcel Pagnol ; le deuxième, Le Château de ma mère sortit quelques semaines après celui-ci.
  • Le personnage de Joseph, père de Marcel Pagnol et instituteur pétri de morale laïque, est interprété par Philippe Caubère, comédien de théâtre (Théâtre du soleil d'Ariane Mnouchkine) révélé au grand public par son interprétation de Molière dans le film Molière d'Ariane Mnouchkine.
  • Augustine, la mère de Marcel Pagnol, est interprétée par Nathalie Roussel, qui aura un rôle comparable dans les deux films qui retracent l'enfance du cinéaste Henri Verneuil : « Mayrig » et « 588, rue Paradis ».
  • Le personnage de l'Oncle Jules est interprété par Didier Pain, également connu pour être l'oncle et le mentor à ses débuts de Vanessa Paradis.
  • Le film est aussi servi par des seconds rôles populaires comme Pierre Maguelon, qui joue le père de Lili et qui était très connu du public pour son rôle dans la série « Les Brigades du Tigre ».
  • Le jeune comédien qui joue Marcel Pagnol, Julien Ciamaca, n'a pas poursuivi sa carrière : ce fut sa seule apparition au cinéma. Idem pour Victorien Delamare, alias Paul, ou Joris Molinas, alias Lili.
  • Des passages du texte de Marcel Pagnol sont prononcés en voix off par le comédien Jean-Pierre Darras, notamment celui-ci :

« J’avais la passion des mots ; en secret, sur un petit carnet, j’en faisais une collection, comme d’autres font pour les timbres. J’adorais “grenade, fumée, bourru, vermoulu” et surtout “manivelle” : et je me les répétais souvent quand j’étais seul, pour le plaisir de les entendre. »

Nominations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]