École des hautes études commerciales de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hautes études commerciales Paris (HEC Paris)
Image illustrative de l'article École des hautes études commerciales de Paris
Devise Apprendre à oser
Informations
Fondation 1881
Fondateur CCI
Type École de commerce consulaire
Régime linguistique Français, anglais
Budget 124,3 millions d'euros (2012)[1]
Localisation
Coordonnées 48° 45′ 29″ N 2° 10′ 13″ E / 48.758056, 2.170278 ()48° 45′ 29″ Nord 2° 10′ 13″ Est / 48.758056, 2.170278 ()  
Ville Jouy-en-Josas / Paris
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Direction
Directeur Bernard Ramanantsoa
Chiffres clés
Enseignants 108 permanents, 800 au total
Étudiants 2 700
Niveau Bac+5 à Bac+8 (Doctorat)
Diplômés/an 488 (en 2009)[2]
Divers
Affiliation Université Paris-Saclay, UniverSud Paris, ParisTech, CGE, AACSB, EQUIS, AMBA, G16+
Site web www.hec.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Hautes études commerciales Paris (HEC Paris)

L'École des hautes études commerciales de Paris (ou HEC Paris) est une grande école française créée en 1881, gérée et financée par la chambre de commerce et d'industrie de Paris.

Elle fait partie du groupe HEC, une structure administrative créée par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP) en 1970, sous le nom de Centre d'enseignement supérieur des affaires, afin de rassembler l'École des hautes études commerciales, l'Institut supérieur des affaires (ISA) et le Centre de formation continue. Le Centre de perfectionnement aux affaires de Paris a été intégré au Groupe HEC en 1999. Le Groupe HEC propose différentes formations au management et à l'entrepreneuriat  : cursus classique sur concours (appelé cursus Grande école) débouchant sur un diplôme de Master of Science, Mastères spécialisés, MBA, Executive MBA, doctorat et formations professionnelles certifiante (CESA).

Le 1er juillet 2008, HEC Paris rejoint ParisTech comme « membre fondateur[3] ».

Le campus est installé depuis 1964 à Jouy-en-Josas, dans les Yvelines. L’École se situe dans la partie nord du futur cluster technologique Paris-Saclay, qui doit rassembler 25% de la recherche publique française et 350 000 emplois à l'horizon 2020.

HEC Paris fait partie du réseau des ESC de la CCI Paris Île-de-France avec l'ESSEC, Novancia et l'ESCP. Le 20 décembre 2013, HEC a été classé meilleure école de commerce de France par le magazine Challenges [4].

Histoire de l'école[modifier | modifier le code]

Des débuts difficiles[modifier | modifier le code]

Sous l'impulsion de Gustave Roy, président de la Chambre de Commerce, qui avait été à l'origine de ce projet en 1879 [5] , l'école des Hautes Études Commerciales ouvre ses portes à 57 élèves le 4 décembre 1881, boulevard Malesherbes à Paris, ce qui est assez tardif par rapport à d'autres écoles, comme l'ESCP Europe créée à Paris en 1819 ou les Écoles Supérieures de Commerce (ESC) du Havre, de Rouen et de Lyon au début des années 1870. En 1898, « elle forme aux affaires de banque, au commerce, à l'industrie, prépare aux carrières consulaires et administratives. L'admission s'y fait sur examen, l'âge d'entrée est de seize ans, les études durent deux ans, et se terminent avec un diplôme ou un certificat d'études. Une école préparatoire admet sans examen les candidats à l'âge de 15 ans »[6]. L'école ambitionne alors « d'être pour le commerce ce que l'École centrale est pour l'industrie »[réf. nécessaire]. L'état d'esprit de l'époque est alors à une meilleure reconnaissance du rôle de l'économie. Ainsi, Maurice Rouvier, ministre des colonies, déclare-t-il lors de l'inauguration[7] :

« Votre œuvre, messieurs, a un double mérite : elle procède d'une pensée élevée et féconde et elle vient à son heure. Je dis qu'elle vient à son heure car nous touchons au moment où les questions de l'ordre économique, commercial et financier sont appelées à prendre une part de plus en plus large. »

— Maurice Rouvier, ministre des colonies, Discours d'inauguration le 4 décembre 1881

Les débuts sont difficiles : L'école est peu connue, chère[8] et souffre d'être considérée comme une école facile pour enfants de bonne famille. La chute du nombre d'élèves, entre 1902 et 1904, qui diminue de 401 à 277, en est une parfaite illustration. Les bacheliers sont alors encore admis de droit[9]. L'instauration d'un concours en 1892 tente de renverser cette tendance. Supprimé en 1906, il est rétabli en 1913. La direction innove également par l'instauration d'un concours d'entrée en deuxième année en 1921 ou, l'année suivante, l'introduction expérimentale de la méthode des cas. Les cours restent cependant, comme dans l'enseignement français de l'époque, très théoriques. En 1938, la scolarité passe de deux à trois ans et le stage obligatoire en entreprise est introduit[7].

L'après guerre : Une refonte de l'enseignement[modifier | modifier le code]

Les années de guerre affaiblissent l'établissement qui cependant reste ouvert. Parmi les diplômés de l'époque, on peut citer par exemple Maurice Herzog[10]. La rupture de la guerre débouche dans les années 1950 sur une évolution rapide vers des méthodes inspirées des business schools américaines : En 1952 une délégation part étudier ce modèle tandis que la Chambre de commerce et d'industrie de Paris dont dépend l'école pousse dans cette voie.

La « remise à plat » effectuée par le directeur de l'école, Guy Lhérault, va dans ce sens : il vise à donner à la gestion ses lettres de noblesse en la « scientisant », notamment par une plus grande place accordée aux mathématiques, le développement des enseignements de finance ou de contrôle de gestion. En 1958, la méthode des cas, née à Harvard dans les années 1950, est généralisée à toutes les matières[11], et le niveau du corps professoral est amélioré par le recrutement de titulaires de MBA américains. En 1964, la rupture est incarnée par le déplacement de l'école sur un véritable campus à Jouy-en-Josas, inauguré le 9 juillet 1964 par le Général de Gaulle[12]. C'est l'une des premières écoles à quitter Paris [réf. nécessaire] pour s'installer dans des locaux plus vastes en banlieue. L'évolution générale se poursuit avec la constitution d'un corps professoral permanent qui, de zéro en 1962, passe à 79 en 1970[7].

Le déménagement facilite la création de formations complémentaires dans les années suivantes : la formation continue pour les cadres ayant déjà de l'expérience en 1967 et en 1975 un programme doctoral visant à former des professeurs en gestion. En 1969 l'Institut supérieur des affaires (ISA), programme MBA du Groupe HEC, avait été créé pour des gens d'horizons divers ayant déjà une qualification élevée (ingénieurs, diplômés de troisième cycle, jeunes cadres ayant quelques années d'expérience). Là encore Lhérault reprend un modèle proche des standards américains[7]. Il quitte son poste en 1969, après avoir radicalement étendu le périmètre du « Groupe HEC » qui ne se cantonne plus à la grande école, mais reste encore très centré sur la France[7].

Depuis les années 1970 : Internationalisation, lien avec les entreprises et recherches[modifier | modifier le code]

Les années 1970 et 1980 sont celles de l'internationalisation et de l'accent mis sur la recherche : création en 1973 et en partenariat avec la New York University et la London School of Economics d'un programme d'échanges, le Partnership in International Management[13]. Des accords sont également signés avec des écoles étrangères comme l'ESADE de Barcelone, l'Université Bocconi de Milan ou McGill à Montréal[7]. En 1975 un concours réservé aux étudiants étrangers est ouvert. En 1988, la création du réseau CEMS (Community of European Management Schools) avec l'Esade, Bocconi et l'Université de Cologne multiplie les possibilités d'échanges en Europe[14]. Les accréditations AMBA, Equis et AACSB viennent reconnaître ces progrès dans les années 1990-2000. En 2001 le groupe HEC lance le TRIUM Executive MBA, programme mené conjointement avec la New York University et sa Stern School of Business et la London School of Economics[15].

En 1973, le concours d'entrée est ouvert aux filles et l'école de Haut enseignement commercial pour les jeunes filles disparaît[11] tandis que 27 filles réussissent le concours[16]. En 1985, les filles représentent 30 % de la promotion et dans les années 2000 entre 45 et 50 %.

Le programme doctoral voit le jour en 1975 mais jusqu'en 1985 les docteurs doivent soutenir leur thèse à l'université. C'est en 1985 que l'école obtient le droit de décerner le titre de docteur; elle est à ce jour la seule école de commerce en France à avoir obtenu cette possibilité[17]. Le corps professoral continue à se développer et atteint 350 personnes en 1980[9] puis environ 800 actuellement. La part d'enseignants-chercheur augmente progressivement dans le corps professoral et celles des titulaires d'un PhD ou d'un doctorat passe à 90 % en 2007[7].

Les liens avec les entreprises sont par ailleurs renforcés[18], avec comme corollaire une plus grande spécialisation : Création des spécialisations « Finance » et « Entrepreneurs » en 1986. Corollaire du Big Bang et de l'explosion de la City, de plus en plus d'étudiants de cette première spécialisation partent en Angleterre et, plus généralement, à l'étranger. En 2006, un tiers des étudiants partaient pour leur premier emploi à l'étranger[19].

Par ailleurs l'école développe les chaires financées par des entreprises (Deloitte, EDF, Toshiba, …) pour multiplier les liens avec ces dernières. La fondation HEC, créée en 1972, a pour but spécifique de développer ces liens et le financement de l'école par les entreprises, actuellement de 4,5 millions d'euros par an[20]. Elle est dirigée depuis avril 2008 par Daniel Bernard (HEC 1969) en remplacement de Jean-Marie Hennes (MBA 1980).

Dans les années 2000, l'importance des effectifs de jeunes diplômés qui entrent dans la finance[21] suscite des interrogation, comme pour les écoles d'ingénieurs, au vu de l'éloignement par rapport aux missions commerciales auxquelles préparait, historiquement, leur enseignement[22], dans un contexte où la finance est accusée d'asphyxier l'industrie.

Gamme de formations[modifier | modifier le code]

HEC Paris propose différentes formations à la gestion :

  • Le programme grande école pour la formation initiale, l'École des hautes études commerciales (École HEC Paris)
  • Les doubles cursus : avec Sciences Po Paris et avec l'ENSAE
  • Les mastères spécialisés HEC pour les spécialistes d'un domaine voulant s'ouvrir en un an aux problématiques gestionnaires

ou pour les cadres ayant quelques années d'expérience

  • Le MBA d'HEC, (Institut supérieur des affaires),

pour les cadres et cadres dirigeants, HEC Paris Executive Éducation

  • L’HEC Executive MBA, Paris, Pékin, St Petersbourg, 13 à 18 mois part-time ;
  • Les 7 Executive Mastères Spécialisés, une année part-time ;
  • Les certifiants (2 et 3 semaines avec rythme modulaire) et les programmes courts.
  • Le Trium Executive MBA, en partenariat avec l'Université de New York (Stern School of Business) et la London School of Economics and Political Science
  • Le doctorat (130 docteurs diplômés)
  • Les programmes de formation pour cadres et dirigeants au sein du pôle "Executive Éducation", incluant le CRC (Ex-Centre de recherche des chefs d'entreprises).

Le cursus « Grande école »[modifier | modifier le code]

Concours d'accès

Les étudiants du « Programme Grande École » HEC Paris sont sélectionnés par un concours considéré très sélectif. Il existe deux concours d'accès  :

  • Admission en première année  : après deux ou trois ans de classes préparatoires, en particulier les classes préparatoires aux écoles de commerce (couramment appelées Prépa HEC). 380 places sont offertes pour ce concours, pour environ 4 000 candidats inscrits, et environ 9000 élèves de classes préparatoires "EC", soit un taux de sélectivité de 9,5 %. HEC Paris est ainsi la seule école à ne pas proposer de liste complémentaire[23]; en d'autres termes, seuls les 380 meilleurs élèves à l'issue des épreuves orales sont admis. Si certains d'entre eux décident d'intégrer une autre école, ils ne sont pas remplacés par ceux qui les suivent au classement. En général environ 95 % des admis (soit 365 candidats) choisissent d'intégrer l'école. Il est aussi à noter que les classes préparatoires aux écoles de commerce comptent près de 9 000 étudiants, ce qui signifie que tous les préparationnaires ne présentent pas HEC Paris et une auto-sélection s'opère dès l'inscription au concours. Finalement, moins de 5 % des élèves de classes préparatoires aux Grandes Écoles de commerce intègrent effectivement HEC Paris. Ce concours est rattaché à la Banque commune d'épreuves (BCE) pour les écoles de gestion (filière de classes préparatoires commerciales option S, E, T, et classes préparatoires lettres ENS A/L, ENS B/L, ENS LSH).
  • Admission en deuxième année : Le Concours d'Admission Directe en deuxième année (CAD) offre 30 places en deux sessions pour près de 1 100 candidats (1044 candidats en 2008, 1079 en 2009) soit un taux de sélectivité oscillant autour de 2 %. C'est un concours national, commun avec l'ESCP Europe et quelques Écoles supérieures de commerce de province. Il est accessible aux meilleurs étudiants des universités françaises, titulaires au minimum d'une licence. Plusieurs préparaionss spécialisées existent pour ce concours. Toutefois, 48,9 % des candidats au concours et 76,7 % des admis sont titulaires d'un Bac+5 universitaire, d'un diplôme d'une autre grande Ecole ou d'un IEP, voire de diplômes universitaires supérieurs à Bac +5 lorsqu'ils présentent le concours [24]. Cette forte sélectivité fait parfois opter certains étudiants déjà très diplômés pour un master spécialisé mais il faut alors bien mesurer la différence et les intérêts comparés des deux cursus (Grande Ecole avec formation complète généraliste et internationale dans le premier cas, spécialisation plus pointue dans un domaine de compétence spécifique dans l'autre).
Admissions internationales

Le Service des admissions internationales (SAI) a pour mission de recruter des élèves étrangers des écoles de commerce dépendant de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (HEC Paris, ESCP Europe).

HEC Paris sélectionne exclusivement, par le biais du SAI, des candidats titulaires d’un diplôme non français (Licence (ex: Bachelor) obtenu au minimum après trois années d'études supérieures effectuées hors de France). La procédure de sélection s'opère sur deux examens: un entretien visant à apprécier les motivations du candidat ainsi que son potentiel, et un test d'aptitude au management (GMAT ou TAGE-MAGE). La moyenne du GMAT se situe à 720/800. Les candidats doivent également fournir un dossier complété de pièces annexes[25]. Les étudiants ainsi sélectionnés intègrent directement la deuxième année du Programme Grande école correspondant à la première année de master, et se voient attribuer, à l'issue de leurs études, le MSc in Management d'HEC Paris, au même titre que les autres étudiants du programme.

Cursus[modifier | modifier le code]

La scolarité à l'école HEC Paris dure trois ans correspondant successivement à la troisième année de licence (L3) puis aux deux années du cycle master (M1 puis M2). Ces trois années de scolarité sont généralement complétées par une « année de césure professionnelle » visant à donner à l'étudiant une expérience de longue durée d'au moins six mois dans le monde de l'entreprise. Cependant, les étudiants peuvent effectuer une à trois missions professionnelles durant leur césure.

Pendant les deux premières années, les étudiants acquièrent une formation fondamentale et généraliste en management en suivant un tronc commun (finance, comptabilité, marketing, supply chain, gestion des systèmes d'information, méthodes et analyse des coûts…) et des cours de leur choix, dits « électifs » (langues étrangères, pré-spécialisations). L'année de césure professionnelle optionnelle, mais suivie par 95 % des étudiants a en général lieu après l'année de M1, c'est-à-dire avant l'année de spécialisation. Enfin, en troisième année, les étudiants choisissent dans une « majeure » de spécialisation (marketing, stratégie juridique et fiscale, IFAC[26],finance, entrepreneur, économie, management stratégique, finance et économie quantitative, gestion du service public, média, art et création, gestion du secteur alternatif…).

Les élèves doivent valider au minimum 40 semaines de stages et 20 semaines à l'étranger, ces dernières pouvant l'être en échange académique ou en stage.

Les meilleurs élèves de la Grande École (2 %) sont distingués sur la Liste du Président (Dean's Honor List). L'école finance la publication des lauréats dans les carnets du journal Le Monde.

Débouchés[modifier | modifier le code]

Les débouchés accessibles aux élèves du programme Grande École sont très diversifiés, avec cependant une majorité des élèves qui s'orientent vers le conseil (32,6 % en 2007[27]) et la finance (32,6 % en 2007[27]). Les autres fonctions occupées par les diplômés sont l'audit, la direction/administration, le contrôle de gestion, ou la justice (avocats d'affaires ou avocats fiscalistes). Les secteurs de la publicité, les ressources humaines, ou la logistique attirent également quelques élèves.

Concernant les secteurs d'activité, outre le conseil (31,5 %), l'audit (6,1 %) et la finance/banque/assurance (28 %), les diplômés s'orientent essentiellement vers le commerce et la distribution (4 %), l'immobilier/BTP (4 %), la Chimie/Énergie (3,2 %), l'ensemble presse/audiovisuel (3,2 %) et le luxe (3,2 %). L'informatique, le tourisme ou l'hôtellerie attirent également quelques étudiants chaque année[27].

Doubles diplômes[modifier | modifier le code]

En première année de cycle Master, les étudiants peuvent postuler aux doubles diplômes suivants :

Les doubles diplômes HEC-École d'ingénieur au sein de Paristech: ces programmes allongent d'une année le cursus HEC et permettent aux étudiants de recevoir le diplôme de la Grande École HEC et le diplôme d'ingénieur d'une des écoles partenaires.

Il existe également d'autres doubles diplômes:

Ce programme allonge d'un an le cursus HEC standard et permet l'obtention du diplôme de l’École Normale Supérieure.

Ce programme de double diplôme ne rallonge pas le cursus HEC standard.

  • En 2010, un double diplôme en droit des affaires est lancé, en partenariat avec l’École de droit de la Sorbonne de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Ce double diplôme conduit à l'obtention, pour les étudiants suivant cette formation, d'un Master 1, puis d'un Master 2 "droit des affaires et fiscalité" délivré par Paris I, associé au diplôme Grande École HEC (majeure juridique et fiscale). La scolarité se déroule en trois ans, dont une année de césure.

HEC propose des doubles diplômes intégrés en partenariat avec des institutions internationales de premier rang. Les étudiants sélectionnés sont titulaires du diplôme d'HEC Paris et de celui de l'institution partenaire:

Préparation au concours de l'ENA[modifier | modifier le code]

Chaque année, entre 2 et 5 étudiants préparent le concours de l'ENA au sein de la prép'ENA de la Sorbonne (1 an au minimum). Ce dispositif est facilité via la troisième année d'HEC où une option a été créée pour permettre de se consacrer exclusivement à la préparation des concours de la haute fonction publique. Après deux ou trois années de préparation, entre 1 et 4 élèves réussissent le concours de l'ENA. Depuis la création du double-diplôme avec Sciences Po, une vingtaine d'élèves est susceptible de passer les concours administratifs au terme de ce cursus, avec davantage de chances de réussite.

MBA[modifier | modifier le code]

Ce cursus d'une durée de 16 mois est le plus international du Groupe HEC. Il s'adresse à des candidats ayant déjà une formation supérieure et quelques années d'expérience professionnelle. La particularité du programme est son caractère international dans la mesure où les participants sont issus de plus de 50 pays différents, l'enseignement étant quasi exclusivement dispensé en anglais. L'âge moyen des participants est de 29 ans. Le MBA, à l'instar de la grande école, bénéficie de programmes d'échange d'excellence avec les meilleurs établissements étrangers, tels la Wharton School, Columbia University (États-Unis), Tecnológico de Monterrey (Mexique), la London Business School (Grande-Bretagne), ou l'Université Tsinghua (Chine). Il fait partie des meilleures formations MBA au monde d'après les différents classements publiés (9e mondial d'après le Wall Street Journal, 5e en Europe d'après le Financial Times).

Mastères spécialisés[modifier | modifier le code]

Après la réforme LMD et le remplacement du DEA par le master. L'accession à un mastère spécialisé se fait après obtention d'un diplôme de l'enseignement supérieur. La scolarité d'un mastère spécialisé à HEC Paris varie suivant le mode choisi (temps plein ou temps partiel) et suivant sa durée. L'obtention du mastère spécialisé HEC Paris donne droit à un diplôme distinct de celui de la Grande école.

Les mastères spécialisés sont soit sous la responsabilité d'HEC Paris, soit sous la responsabilité conjointe d'HEC Paris et d'un autre établissement. Les établissements habilités à délivrer des diplômes de mastère spécialisé en partenariat avec HEC Paris sont :

Parmi eux se trouvent les mastères de Droit et Management International, d'Intelligence Marketing (4e au classement SMBG 2011 des masters marketing), de Logistique des Achats Internationaux ou encore de Management des Systèmes d'information et des Technologies.

Huit mastères bénéficient d'une organisation particulière : les élèves de mastères sont mélangés aux élèves de la Grande École pour tout ou partie des cours. Ces mastères particuliers sont :

  • Entrepreneurs
  • Strategic Management
  • Management de la Supply Chain
  • Management du développement durable
  • Management des Risques internationaux - Affaires internationales
  • Management des Nouvelles Technologies, en partenariat avec Télécom ParisTech
  • Management de Grands Projets (en partenariat avec l'ISAE)
  • Médias, art et création

HEC Executive MBA[modifier | modifier le code]

Château de Jouy-en-Josas, destiné à l’Executive Éducation.

L’Executive MBA HEC est un programme multi-site qui s’adresse aux cadres dirigeants. Ce MBA est issu du Centre de Perfectionnement aux Affaires (CPA) fondé en 1930 par la Chambre de Commerce et d'Industrie avec l'université de Harvard pour introduire la méthode des cas en France. Le programme met l'accent sur la Stratégie et le Leadership; sa particularité réside dans l'importance accordée au partage d'expérience entre des participants généralement très expérimentés (en moyenne 14 années).

Au fil du temps l'Executive MBA s'est enrichi d’une vision internationale anglo-saxonne puis s'est implanté en Chine (Pékin, Shanghaï), en Russie (St. Petersbourg) et au Qatar (Doha). La formation s'étend sur 16 à 18 mois partagés entre cours théoriques, études de cas, audit stratégique et séminaires à l'étranger. Les Universités partenaires du programme sont UCLA, Stern School of Business et Babson College aux États-Unis, Université Tsinghua en Chine ou Université Nihon au Japon. Différentes formules sont proposées pour permettre à des cadres en activité de suivre la formation. L'Executive MBA bénéficie de la triple accréditation AACSB, AMBA et EQUIS.

Executive MBA Trium[modifier | modifier le code]

LExecutive MBA Trium est un programme dExecutive MBA Global mené par HEC en partenariat avec la New York University Stern School of Business (NYU Stern) et la London School of Economics and Political Science (LSE). Il s'agit de l'un des programmes d'Executive MBA[35] les plus cotés au monde puisqu'il est classé numéro deux mondial par le Financial Times[36], devant ceux de l'Université de Pennsylvanie (Wharton) et devant celui de l'Université Columbia. Ce programme s'adresse à des cadres à très haut potentiel amenés à des responsabilités d'envergure internationale.

Recherche[modifier | modifier le code]

Les centres de recherche

La recherche à HEC Paris est organisée autour de dix pôles thématiques :

  • Comportement du consommateur ;
  • Facteurs culturels et management des ressources humaines ;
  • Formes organisationnelles, apprentissage et performance ;
  • Entreprise et société : le management en question ;
  • L'information comptable et financière : valeur et limites ;
  • L'innovation ;
  • Modélisation et évaluation de performances de chaînes logistiques ;
  • Organisation des marchés et asymétrie d'information ;
  • Pilotage et évaluation de la performance ;
  • Stratégies de croissance.

Les projets réalisés par ces pôles reçoivent le soutien financier de la Fondation HEC.

  • Sept de ces pôles sont actifs au sein du laboratoire GREGHEC (Groupement d'études et de recherche en gestion à HEC Paris), une unité du CNRS localisée sur le campus de l'école HEC Paris.
  • HEC Paris a créé avec l'École polytechnique l'INSEFI, un institut de recherche et d’enseignement supérieur en économie et finance.
  • HEC Paris est membre associé du Pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) UniverSud Paris, et partenaire académique du pôle mondial SYSTEM@TIC Paris-Région.
  • Depuis le 1er juillet 2008, HEC Paris est membre fondateur du PRES ParisTech.
Les centres d’études spécialisés

Ils sont ouverts aux étudiants et aux professionnels : HEC European Institute, l’Institut HEC Start Up, le Club Finance Internationale, HEC Eurasia Institute, le Centre d’Activité HEC Amérique latine, le Centre d’Activité HEC Europe centrale et orientale, le CREA (Centre de recherche et d’études anglophones).

Depuis 2001, huit chaires d'enseignement ont été créées en partenariat avec de grandes entreprises : Groupe Carrefour – Caisse d'épargneToshibaAccor, Air France, SNCFAppleBanque PostaleAtos OriginDeloitte.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

HEC Paris est installé sur un campus de 130 hectares à Jouy-en-Josas. La grande majorité des étudiants de première et seconde année vivent sur le campus, ce qui permet une vie étudiante importante. Elle se manifeste en particulier par l'existence de plus de 80 associations.

La Junior Entreprise[modifier | modifier le code]

HEC Junior Conseil est la Junior Entreprise de l'école. Il s'agit d'une association fonctionnant comme un cabinet de conseil. Ses administrateurs, étudiants de l'école, s'appuient sur les cours dispensés par leurs professeurs et sur l'expérience acquise au cours des trente dernières années pour mettre leurs compétences au service de leurs clients.

Que ce soit pour une étude de satisfaction, l'élaboration d'une stratégie de lancement, une étude de marché, un business plan, un audit de process, une mission de contrôle de gestion, etc. les administrateurs sont à même de répondre à de nombreux appels d'offre dans des domaines très variés. HEC junior Conseil allie, par sa structure, un engagement sérieux et un contrôle qualité poussé pour satisfaire ses clients.

Le but de cette association est de proposer des missions rémunérées aux 5000 étudiants du campus (recherche documentaire, administration de questionnaires, traduction, traitement statistique...) pour leur permettre d'enrichir leurs expériences professionnelles.

HEC Junior Conseil est une entité autonome, mais bénéficiant du soutien de l'administration de l'école ainsi que de celui de son corps professoral.

Le Bureau des Élèves[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bureau des élèves HEC.

Le Bureau des élèves HEC (BDE) d'HEC Paris est l'association la plus ancienne de l'école, existant formellement depuis 1901. Le BDE est chargé d'organiser les soirées hebdomadaires sur le campus.

Il est élu au terme d'une campagne se déroulant généralement au mois de mars, au cours de laquelle s'affrontent deux ou trois listes concurrentes. Celles-ci doivent organiser des soirées et animer le campus. Un vote a lieu à la fin de la semaine pour déterminer le gagnant.

Association des diplômés HEC Paris[modifier | modifier le code]

L’Association des diplômés HEC Paris, rebaptisée en juin 2012 HEC Alumni, est une association loi de 1901 fondée en 1883 et reconnue d'utilité publique par décret du 11 janvier 1900 qui regroupe tous les élèves diplômés des institutions du Groupe HEC : École HEC Paris, MBA HEC Paris, HEC Paris Executive MBA, Mastères HEC Paris et Doctorat HEC Paris.

Première association d'anciens par la taille, elle a un budget de plus de 2,9 millions d'euros (2009) et compte plus de 42 000 membres à travers le monde. Il y a des groupes constitués de diplômés dans 53 pays, mais des anciens dans bien d'autres pays. Le Classement international professionnel des établissements d'enseignement supérieur effectué par Mines ParisTech indique que HEC est, au niveau mondial, la sixième institution d'enseignement supérieur en termes d'anciens élèves présidents de l'un des 500 plus grands groupes mondiaux[37]. Son président actuel est Jean d'Arthuys. Ses prédécesseurs ont été Xavier Romatet, Mercedes Erra et Rémy Pflimlin.

Son action vise à faciliter la carrière des diplômés de l'école en organisant des évènements leur permettant de se rencontrer, en animant le réseau ou en promouvant l'image de l'école en France et à l'international. Elle est subdivisée en groupes sectoriels, géographiques (régions françaises ou pays à l'international), et par promotions. Mentionnons la branche HEC au féminin[38] qui vise à répondre à des attentes et problématiques spécifiques aux diplômées.

Les services réservés aux membres comprennent par exemple la fourniture d'une adresse électronique universelle valable à vie et l'annuaire des diplômés (en ligne avec un moteur de recherche pour les cotisants). L'association publie également une revue bimestrielle, Hommes Et Commerce[39].

L'association des diplômés HEC Paris organise :

Liste d'anciens diplômés de HEC Paris[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.challenges.fr/classements/ecoles_de_commerce/avec_prepas/hec_paris,24.html
  2. http://www.letudiant.fr/palmares/classement-esc/fiche/ecole-des-hautes-etudes-commerciales-7304.html
  3. « HEC Paris rejoint ParisTech comme membre fondateur », 30 juin 2008.
  4. Kira Mitrofanoff, Découvrez le nouveau classement des meilleurs écoles de commerce de France, Challenges, 20 décembre 2013
  5. HEC was founded when members of the Paris Chamber of Commerce and Industry, under the presidency of Gustave Roy, recognized that a system of business education was needed to develop relations with other countries.
  6. D'après le Nouveau Larousse illustré, 1898-1907, V° École, Écoles actuelles, Écoles de l'État, Ministère du commerce et de l'industrie, Écoles de commerce.
  7. a, b, c, d, e, f et g HEC, l'excellence européenne, un rayonnement mondial, Patricia Defever & Tristan Gaston-Breton, Le Cherche Midi Éditions, collection marques de légende, 2007
  8. La pension y est de 2800 francs, la demi-pension de 1300 francs, tandis qu'à l'ESCP Europe, elles sont respectivement de de 2000 et 1000 francs. Mais des bourses étaient accordées par l'État, la ville de Paris, ou autres. Nouveau Larousse illustré, 1898-1907.
  9. a et b Histoire d'une grande école : HEC 1881 - 1981, Marc Meuleau, 1981
  10. Maurice Herzog, article écrit à l'occasion de son décès dans Le Monde
  11. a et b Histoire d'HEC, hec.fr
  12. « La jeunesse intelligente, éclairée, entreprenante, qui entre dans cette école après un concours difficile et qui en sort après trois années d'études étendues et approfondies est appelée, j'en suis convaincu, à encadrer et à conduire une des plus fécondes réussites de ce temps, je veux dire celle de la France comme grande puissance économique moderne ».
  13. (en) Histoire du réseau PIM
  14. Le réseau CEMS, hec.fr
  15. Classement des Executive MBA 2007 du Financial Times: l'Executive MBA TRIUM à l'honneur, e-tud.com, 22 octobre 2007
  16. Nos années HEC, Christie Vanbremeersch, Publibook, 2005
  17. Écoles de commerce : le succès des françaises, Le Monde, 5 décembre 2007
  18. En 1990 la fondation HEC publie un texte dans laquelle elle en fait le « moteur » du développement du groupe
  19. [PDF]Rapport de placement 2006
  20. La Fondation HEC, groupehec.asso.fr
  21. "Métiers de la finance : tapis rouge pour les ingénieurs !", dans Le Journal des Grandes Écoles" du 17 mai 2011 [1]
  22. "Des candidats en quête de sens", dans Le Figaro du 14/10/2007 [2]
  23. Voir 'Pourquoi n'y a-t-il pas de liste complémentaire?' sur le site de l'école
  24. Statistiques du concours 2008 disponibles sur le sites de la Direction des Admissions et Concours (site de la DAC)
  25. Admission SAI sur le site officiel de HEC Paris (consulté le 1er août 2008)
  26. http://www.hec.fr/Grande-Ecole/Programme/(o)/master-2
  27. a, b et c Rapport de placement en PDF tiré du site de HEC Paris (consulté la 1er août 2008)
  28. www.hec.fr
  29. www.hec.fr
  30. [3]
  31. [4]
  32. Signature d’un accord de partenariat stratégique et d’un programme de double diplôme entre HEC Paris et l’IIM Ahmedabad
  33. [5]
  34. http://www.hec.fr/Grande-Ecole/Partenariats/Doubles-Diplomes
  35. MBA réservé aux cadres.
  36. Classement 2007 du FT (en) (consulté le 1er aiût 2008)
  37. [PDF]Professionnal ranking of world universities, Mines ParisTech, septembre 2007
  38. HEC au féminin
  39. Hommes Et Commerce

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages utilisés dans l'article[modifier | modifier le code]

  • Patricia Defever & Tristan Gaston-Breton, HEC, l'excellence européenne, un rayonnement mondial, Le Cherche Midi Éditions, collection marques de légende, 2007.
  • Marc Meuleau, HEC 100 : 1881-1981. Histoire d’une grande école, Jouy-en-Josas, Groupe HEC, 1981.
  • Christie Vanbremeersch, Nos années HEC. Mythes, rites et tabous d'une grande école, Paris, Éditions Publibook, 2005.

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Yves-Marie Abraham, Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un « HEC », Revue française de sociologie, n°48-1, janvier-mars 2007, p. 37-66.
  • Olivier Basso, Philippe-Pierre Dornier, Jean-Paul Mounier, Tu seras patron mon fils ! Les grandes écoles de commerce face au modèle américain, Paris, Village Mondial, 2004.
  • Pierre Bourdieu, Monique de Saint Martin, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989.
  • Michel Euriat, Claude Thélot, Le recrutement social de l’élite scolaire en France. Évolution des inégalités de 1950 à 1990, Revue française de sociologie, n° 36, 1995, pp. 403–438.
  • André Grelon, Le développement des écoles de commerce en France (1800-1914) et les relations avec les formations d’ingénieurs, in Monique de Saint Martin, Mihai Dinu Gheorghiu (dir.), Les écoles de gestion et la formation des élites, Paris, MSH, 1997, pp. 15–33.
  • Gilles Lazuech, La question de la formation des « managers » dans les écoles de commerce et d’ingénieurs en France depuis le début des années 1980, in Monique de Saint Martin, Mihai Dinu Gheorghiu (dir.), Les écoles de gestion et la formation des élites, Paris, MSH, 1997, pp. 203–222.
  • Gilles Lazuech, L’exception française. Le modèle des grandes écoles à l’épreuve de la mondialisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.
  • Henri Le More, Classes dirigeantes, classes possédantes. Essai sociologique sur l’École des Hautes Études Commerciales, Paris, EHESS, thèse de doctorat, 1976.
  • Henri Le More, L’invention du cadre commercial : 1881-1914, Sociologie du travail, n°4, 1982, pp. 443–450.
  • Philippe Maffre, Les origines de l’enseignement commercial supérieur en France au XIXe siècle, Paris, Université Paris I, thèse de doctorat, 1983.
  • Marc Meuleau, Les HEC et l’introduction du management en France, Paris, Université Paris X- Nanterre, thèse d’État, 1992.
  • Florence Noiville, J'ai fait HEC et je m'en excuse, Paris, Stock, coll. « Parti pris »,‎ 9 septembre 2009, 150 p. (ISBN 2234063396 et 978-2234063396)
  • Marc Nouschi, HEC. Histoire et pouvoir d’une grande école, Paris, Robert Laffont, 1988.

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]