Eugène Fournier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fournier.

Eugène Fournier

Naissance 28 décembre 1871
Saint-Brieuc
Décès 1941
Besançon
Nationalité française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Autres activités

Eugène Fournier, né en 1871 et mort en 1941, fut un grand précurseur de la spéléologie en Franche-Comté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le professeur Eugène Fournier est né le 28 décembre 1871 à Saint-Brieuc. Il est décédé à Besançon en 1941.

Il fut un grand précurseur de la spéléologie en Franche-Comté. Dans cette région très riche en cavités de toutes sortes, peu de gens avant lui avaient osé explorer le monde souterrain, et aucun n'y avait réalisé des observations et travaux aussi poussés.

Licencié ès Sciences en 1894, il fut nommé collaborateur au "Service de la carte géologique de France". Il y fut notamment chargé du levé de la feuille de Cahors au 1/80 000.

Il effectue en 1895 un voyage au Caucase, d'où il revient avec les matériaux d'une thèse de doctorat ès Sciences naturelles en géologie, qu'il soutient en Sorbonne.

Il sera ensuite nommé, en 1896, chargé de cours de géologie à la Faculté des sciences de Besançon. Parmi ses premiers élèves, il eut le brillant Jacques Deprat qu'il embaucha plus tard à la Faculté de 1905 à 1909 comme chargé de cours non rémunéré.

Il sera Doyen de la Faculté de 1918 à 1921, et enfin retraité en 1935.

Contributions à la spéléologie[modifier | modifier le code]

Sa première publication, en 1891 : " Quelques cavernes des environs de Marseille " concerne des cavités qu'il avait surtout fouillées au point de vue préhistorique.

D'autres travaux en ce domaine semblent à l'origine de ses relations avec Martel. C'est grâce à leur action conjointe que fut notamment démontrée l'absence de toute filtration dans les fissures des calcaires, base de toute la législation actuelle sur le captage et la protection des eaux potables.

Il a exploré le Quercy, la Provence, les Pyrénées (où il effectua avec Martel une mission financée par le ministère de l'Agriculture en 1906) et dans la chaîne du Jura où ses inventaires de cavités, explorations et études hydrologiques constituent la base de tout ce qui est fait actuellement.

La notion d'exsurgence et de résurgence est due à Fournier. Il a en effet précisé ces notions dans un petit livre paru en 1924. Grâce à sa prudence et à son autorité, et malgré un matériel bien moins perfectionné qu'aujourd'hui, aucun accident ne lui est survenu dans sa longue et féconde carrière.

Il s'avère indispensable pour les spéléologues francs-comtois de consulter les travaux du Professeur pour s'éviter des déceptions (fausses premières), voire les dangers (noyade de 6 personnes à la grotte de la Creuse, signalée par le Professeur Fournier comme entièrement occupée par sa rivière souterraine en temps de crue).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur un total de 300 publications d'importance diverse, 71 ont trait à la spéléologie, associée ou non à l'hydrologie, et 9 concernent des gisements préhistoriques situés dans des cavernes.

Alors qu'il est Doyen de la Faculté des sciences de Besançon, il rédige une étude sur les gisements de houille en Franche-Comté, notamment celui de Saint-Germain[1],[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le livre jaune du comité de défense de la mine, Comité de défense de la mine,‎ 1954 (lire en ligne).
  2. Eugène Fournier 1920.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.