Un, deux, trois, soleil (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Un, deux, trois, soleil.

Un, deux, trois, soleil est un film français réalisé par Bertrand Blier, sorti en 1993.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un, deux, trois, soleil est l'histoire de Victorine (Anouk Grinberg) qui grandit dans la banlieue de Marseille, étouffée par sa mère (Myriam Boyer) et prise entre l'envie pressante de grandir et celle d'aider son père alcoolique (Marcello Mastroianni) à guérir et rentrer chez lui. Victorine devient adulte tant bien que mal et rencontre son premier amour, Petit Paul (Olivier Martinez) qui est tué lors d'un cambriolage. Plus tard, Victorine rencontre Maurice (Jean-Michel Noirey), son futur mari.

Sur le film[modifier | modifier le code]

Avec Un, deux, trois, soleil, Bertrand Blier réalise un film sur la banlieue, les classes sociales, l'éducation et l'enfance. La banlieue est évoquée tout au long du film, mais principalement dans une réplique de Jean-Michel Noirey, affirmant qu'on est « tous de la banlieue ». L'éducation - ou, du moins, l'apprentissage de la vie - est marquée par une scène dans un terrain vague, avec des loubards, où l'on peut entendre ces deux répliques « Tu crois qu'on en a connu de la délicatesse, nous ? » et « Tu veux que j'te raconte, moi, les caresses de mon père, comment il me les faisait ! ». L'enfance et le cours de la vie sont évoqués dans le fait que Blier garde les mêmes acteurs pour incarner toute la vie de leurs personnages. Ainsi, Anouk Grinberg, incarne Victorine de ses huit ans à sa maternité. Il en va de même pour tous les acteurs.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le tournage s'est déroulé à Marseille.
  • Le film est sorti en DVD chez Studio Canal en septembre 2011.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]