La French

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir French.

La French

Réalisation Cédric Jimenez
Scénario Audrey Diwan
Cédric Jimenez
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
Légende Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Policier
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La French est un film français réalisé par Cédric Jimenez, sorti en 2014.

Le film met en scène Jean Dujardin et Gilles Lellouche, qui incarnent respectivement le juge Pierre Michel assassiné à Marseille en 1981 et Gaëtan Zampa, figure du milieu marseillais dans les années 1970 et 1980.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Marseille, 1975. Pierre Michel est un jeune magistrat arrivant de Metz avec sa famille. Il est nommé juge du grand banditisme. Il est déterminé à s’attaquer à la French Connection, large organisation mafieuse ayant ses bases dans la ville et spécialisée dans le trafic mondial d'héroïne, plus particulièrement à destination des États-Unis. Malgré l'avis de son entourage, le juge Michel part tout seul dans une croisade antidrogue lutter contre Gaëtan Zampa, parrain intouchable du « milieu ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Ce long métrage au budget de dix-sept millions d'euros, qui ne se veut pas « film historique », est qualifié de « fresque romanesque plongée dans la réalité »[1]. Il marque un retour du cinéma français vers le polar après 36, quai des Orfèvres en 2004 ou Mesrine quatre ans plus tard[1]. Cédric Jimenez, marseillais, contacte le producteur Ilan Goldman aux environs de 2011 pour lui présenter un projet ; ce dernier peu intéressé lui demande s'il n'a pas une idée de film ancré à Marseille[1] ; son père, Daniel Goldman avait financé Borsalino tourné dans cette même ville[1]. La French est déjà dans la tête du réalisateur. Bien que Cédric Jimenez soit peu connu et ait alors une très courte carrière, le producteur donne « carte blanche » au réalisateur, y compris sur la distribution principale composée du duo Lellouche-Dujardin ; Si Gilles Lelouche est immédiatement enthousiasme à la lecture du script, Jean Dujardin sera plus long à réagir[1].

Après avoir rencontré plusieurs témoins de l'époque et s'être fait aider de Thierry Colombier, spécialiste du grand banditisme et documentaliste, Cédric Jimenez débute l'écriture avec Audrey Diwan. Il s'éloigne volontairement d'une vérité historique : « C'est comme adapter un livre. On ne le trahit pas, on le façonne. la structure narrative d'un film nécessite des rebondissements. On donne de l'importance dans l'intrigue à un fait mineur dans la réalité, on en élimine un autre […][1]. » De cette façon, la rencontre visible dans le film entre le juge et le truand n'a jamais existé[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le 26 août 2013 à Marseille. Le 28 août 2013, l'équipe du film tourne des séquences entre 14 et 18 heures sur le chemin du Roucas Blanc, entre la place du Terrail et le boulevard Tellène. La circulation y est interrompue et seules sont autorisées à circuler des voitures et motos rétro.

Une station essence a également été montée spécialement pour le film sur la corniche du Président-John-Fitzgerald-Kennedy.

En octobre 2013, l'équipe du tournage se rend a Anvers en Belgique pour les besoins de scènes dans un décor de boite de nuit. Ils seront également a Charleroi pour des scènes dans une prison.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Allociné classe le film à 4,3 étoiles. Éric Libiot dans sa chronique de L'Express, qui consacre d'ailleurs dans ce numéro quatre page à la genèse du film, attribue la note maximum de trois étoiles avec le commentaire « Lellouche-Zampa est exceptionnel […] Ce cinéma romanesque, qui remet du sens commun dans la salle et du plaisir sur l’écran, en un acte artistique et militant assumé, est évidemment plus difficile à réussir que ces films décharnés où le vent pousse et la pluie mouille[2]. » Le JDD souligne à propos des deux acteurs que « Jean Dujardin et Gilles Lellouche peuvent ainsi faire exister des rôles tout en nuances sur une reconstitution solide de ces années marseillaises[3]. »

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Elle : « Le cahier des charges du film de gangster est parfaitement rempli. »
  • GQ : « Le pari est réussi. »
  • Le Parisien : « Outre la remarquable reconstitution du Marseille des années 1970, ce thriller […] palpitant pendant plus de deux heures, mélange subtilement les séquences d'action et des scènes plus intimistes. »
  • Le Point : « Plutôt que de renouer avec les films politiques des années 70, La French choisit le registre du divertissement brillant, enlevé, misant sur le duel de caractères et l’opposition d’acteurs. »
  • Metro : « Fort d'une mise en scène élégante, le cinéaste Cédric Jimenez réussit le mariage parfait entre film exigeant et œuvre populaire. Coup de maître ! »
  • Télé 7 Jours : « Cédric Jimenez […] nous emporte en virtuose avec ce polar rétro et racé qui s'inscrit dans l'héritage de Scorsese. »
  • Première : « La reconstitution se révèle soignée et Marseille, personnage à part entière, est superbement filmée. Tout cela se montre aussi efficace qu’un bon vieil Yves Boisset […] »

Box-office[modifier | modifier le code]

Sorti dans 644 salles, La French prend la seconde place du box-office avec 521 078 entrées lors de la première semaine d'exploitation, portant le total avec les résultats lors des avant-premières (65 965 entrées) à 587 043 entrées [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Christophe Carrière, « Duel sur la Cannebière », L'Express, Groupe Express-Roularta, no 3309,‎ 3 décembre 2014, p. 78 à 82 (ISSN 0014-5270)
  2. Éric Libiot, « Mistral gagnant », L'Express, Groupe Express-Roularta, no 3309,‎ 3 décembre 2014, p. 115 (ISSN 0014-5270)
  3. A voir en salles cette semaine, sur lejdd.fr, 2 décembre 2014
  4. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=14488

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]