Ordre moral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : L'Ordre et la Morale.

L'Ordre moral est une coalition des droites qui se forme après les chutes successives de Napoléon III et du gouvernement républicain provisoire. C'est aussi le nom de la politique souhaitée par le gouvernement d'Albert de Broglie formé sous la présidence du maréchal Mac-Mahon à partir du . L'objectif de ce gouvernement était de préparer la société à la troisième restauration[1]. L'expression est employée dans le discours de Mac-Mahon le  : « Avec l'aide de Dieu, le dévouement de notre armée, qui sera toujours l'esclave de la loi, avec l'appui de tous les honnêtes gens, nous continuerons l'œuvre de la libération de notre territoire, et le rétablissement de l'ordre moral de notre pays. Nous maintiendrons la paix intérieure et les principes sur lesquels repose notre société ». Cette période prend fin avec la victoire des républicains aux élections législatives de 1876.

Une volonté d'ordre moral est fréquemment prêtée à la politique du maréchal Pétain durant le régime de Vichy[2]. Mais Pétain déclarait, dans un discours du  : « L'ordre nouveau ne peut, en aucune manière, impliquer un retour, même déguisé, aux erreurs qui nous ont coûté si cher, on ne saurait davantage y découvrir les traits d'une sorte « d'ordre moral » ou d'une revanche des événements de 1936. » [3]

L'ordre moral est employé comme terme péjoratif par la gauche pour fustiger une politique jugée réactionnaire et liberticide.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire encyclopédique Quillet
  2. Livre d'histoire Magnard 1998, « Vichy veut rétablir l'ordre moral. Il s'agit de restaurer une société hiérarchisée puisant ses modèles dans le passé… »
  3. Vichy et l'ordre moral de Marc Boninchi

Liens externes[modifier | modifier le code]