Éric Gonzalès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gonzales.
Éric Gonzalès
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Prèmi Joan Bodon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Éric Gonzalès est un écrivain et traducteur français de langue occitane né en 1964 à Pau (Pyrénées-Atlantiques).

Biographie[modifier | modifier le code]

Éric Gonzalès, né d'un père rapatrié d'Algérie et d'une mère béarnaise, a appris l'occitan auprès de son grand-père paternel et n'a cessé depuis lors de l'étudier et de l'écrire.

Il a vécu à Gelos et vit aujourd'hui à Pau.

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

Éric Gonzalès n'a fait ses premiers pas dans l'écriture qu'en 1992, à l'âge de 27 ans, en publiant les nouvelles There's no place like home[1] et Amors estivencas dans la revue Reclams. Il a ensuite, pendant plusieurs années, enchaîné les nouvelles publiées dans cette même revue.

Son premier roman, L'òrra istuèra d'un hilh de Gelòs ("L'horrible histoire d'un fils de Gelos"), paru en 1996, raconte la jeunesse et la mort tragique à trente ans de Vincent Labache. C'est un roman très moderne, « à plusieurs voix », où les faits passés, appréciés par sept narrateurs successifs, deviennent parfois insaisissables. Mais c'est également une œuvre pleine de réalisme, autant géographique (une grande partie du récit se déroule à Gelos, ville mitoyenne de Pau où l'auteur a passé son enfance, dans des lieux existant réellement) que psychologique (l'amour y tient un rôle majeur). L'auteur y parle et fait parler le petit peuple de la Cité de la Tannerie, un quartier de Gelos, et du quartier du 14-Juillet, à Pau.

Ce roman, qui a obtenu le prix Jean Boudou, a eu une suite dans Lo melic de Silvia Chasaus ("Le nombril de Sylvie Chazaux") qui raconte comment et par qui Vincent Labache a été assassiné. Mais ce roman policier plein d'humour fait un contraste trop marqué avec L'òrra istuèra et semble en être une suite trop simple.

Éric Gonzalès a également publié :

  • 1999 : Arantxa, roman ;
  • 2000 : Isabèu de la Valea ("Isabelle de la Vallée"), recueil de nouvelles ;
  • 2001 : Las Tortoras ("Les Tourterelles"), un roman partiellement fantastique ;
  • 2003 : Dazibao ;
  • 2005 : La guèrra de Bambovila ("La Guerre de Bambouville").

La tonalité de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Les personnages d'Éric Gonzalès sont souvent des gens en rupture de ban avec leur famille, sinon la société : c'est le cas de Visenç Labaisha, le personnage principal de L'òrra istuèra d'un hilh de Gelòs et de tous les personnages de Dazibao.

Globalement, son œuvre fait alterner des textes sombres avec des textes plein d'optimisme (Isabèu de la Valea, Las Tortoras). Ces deux aspects, sombre et optimisme, s'entremêlent dans le recueil Isabèu de la Valea et dans Dazibao.

Éric Gonzalès a également produit des textes fantastiques, voire oniriques, repris dans le recueil Isabèu de la Valea.

Le traducteur[modifier | modifier le code]

Éric Gonzalès a également traduit en occitan Amélie Nothomb et Albert Camus :

Le chroniqueur et blogueur[modifier | modifier le code]

Éric Gonzalès publie régulièrement articles et chroniques dans les journaux occitans en ligne lo Jornalet[3] et A Vòste[4]. Il dispose en outre d’un joueb[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]