Intellectuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un intellectuel est une personne dont l'activité repose sur l'exercice de l'esprit, qui s'engage dans la sphère publique pour faire part de ses analyses, de ses points de vue sur les sujets les plus variés ou pour défendre des valeurs, qui n'assume généralement pas de responsabilité directe dans les affaires pratiques[1], et qui dispose d'une forme d'autorité. L'intellectuel est une figure contemporaine distincte de celle plus ancienne du philosophe qui mène sa réflexion dans un cadre conceptuel.

Selon les historiens Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, un intellectuel est « un homme du culturel, créateur ou médiateur, mis en situation d’homme du politique, producteur ou consommateur d’idéologie[2] ».

Le modèle français de « l'intellectuel » est particulièrement prégnant.

« Intellectuel » en France[modifier | modifier le code]

Le nom commun « intellectuel » est « né socialement » avec l'Affaire Dreyfus en France[3], après avoir été utilisé de manière plus confidentielle dès la décennie 1880, en particulier par la critique littéraire, où il prend déjà une valeur polémique[4],[5],[6]. Marie-Christine Granjon évoque une « singularité française » d' « intellectuels engagés et savants de l'engagement ». Dans Pour une histoire comparée des intellectuels paru en 1998, elle écrit : « Depuis le célèbre “J'accuse...” d'Émile Zola, publié à la une de L'aurore le 13 janvier 1898, dont on vient de fêter officiellement le centenaire, l'intellectuel est devenu l'un des hérauts de la geste républicaine française ». Plus loin dans son texte « Une enquête comparée sur l'histoire des intellectuels : synthèse et perspectives », en introduction de l'ouvrage Pour une histoire comparée des intellectuels, qu'elle a codirigé avec Michel Trebitsch, elle écrit : « Dans le sillage de l'Affaire et tout au long du XXe siècle, les intellectuels ne vont pas cesser de s'engager pour ou contre de multiples causes (Front populaire, guerre d'Espagne, fascisme, communisme, indépendance de l'Algérie, etc.) » [7]. M.-C. Granjon, à propos du livre de Louis Bodin, Les Intellectuels existent-ils? (1997), s'interroge également sur cette particularité française: « Des intellectuels scrutant leur propre rôle historique et leur fonction sociale: sommes-nous en présence d'une particularité hexagonale, à nulle autre pareille, d'un exercice narcissique inconnu ailleurs? » [8].

Le mot a été adopté par Maurice Barrès[9] et Ferdinand Brunetière[10], qui, dans leurs écrits anti-dreyfusards, entendaient dénoncer l'engagement d'écrivains comme Émile Zola, Octave Mirbeau ou Anatole France en faveur de Dreyfus, et sur un terrain – les affaires militaires et l'espionnage – qui leur était étranger.

Rôle socio-historique de l'intellectuel en France[modifier | modifier le code]

Plusieurs conceptions du rôle de l'intellectuel dans la société peuvent être évoquées.

En 1895, Octave Mirbeau définissait ainsi la mission de l'intellectuel : « Aujourd’hui l’action doit se réfugier dans le livre. C’est dans le livre seul que, dégagée des contingences malsaines et multiples qui l’annihilent et l’étouffent, elle peut trouver le terrain propre à la germination des idées qu’elle sème. Les idées demeurent et pullulent : semées, elles germent ; germées, elles fleurissent. Et l’humanité vient les cueillir, ces fleurs, pour en faire les gerbes de joie de son futur affranchissement[11]. »

Raymond Aron, dans L'Opium des intellectuels (1955), pose cette question du rôle du savant dans la cité, et concernant les grands débats du moment. Pour Aron, l'intellectuel est un « créateur d'idées » et doit être un « spectateur engagé ». À cette conception s'oppose celle du dreyfusard Julien Benda. Dans un essai intitulé La Trahison des clercs (1927), il déplorait le fait que les intellectuels, depuis la guerre, aient cessé de jouer leur rôle de gardiens des valeurs « cléricales » universelles, celles des dreyfusards (la Vérité, la Justice et la Raison), et les délaissent au profit du réalisme politique, avec tout ce que cette expression comporte de concessions, de compromis, voire de compromissions. La référence aux « clercs » (que la tonsure distinguait des laïcs) souligne cette fonction quasi-religieuse qu'il assigne aux intellectuels. L'attitude du clerc est celle de la conscience critique (plutôt que de l'engagement stricto sensu).

Jean-Paul Sartre, définira l'intellectuel comme « quelqu'un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas ». C'est celui à qui, selon la formule de Diderot empruntée à Térence, rien de ce qui est humain n'est étranger, qui prend conscience de sa responsabilité individuelle dans une situation donnée, et qui, refusant d'être complice, par son silence, des injustices ou des atrocités qui se perpètrent, en France même ou ailleurs dans le monde (pensons au rôle de Sartre dans le Tribunal Bertrand Russell érigé pour juger les crimes de guerre au Vietnam), utilise sa notoriété pour se faire entendre sur des questions qui ne relèvent pas strictement de son domaine de compétence, mais où l'influence qu'il exerce et le prestige, national ou international, dont il bénéficie peuvent se révéler efficaces. L'intellectuel, pour Sartre, est forcément « engagé » pour la cause de la justice, et donc en rupture avec toutes les institutions jugées oppressives.

Cela l'oppose évidemment à Raymond Aron, son ancien « petit camarade » de l'École Normale, à propos duquel il écrira, en mai 1968 : « C'est le système actuel qu'il faut supprimer Cela suppose qu'on ne considère plus, comme Aron, que penser seul derrière son bureau – et penser la même chose depuis trente ans – représente l'exercice de l'intelligence. […] Il faut, maintenant que la France entière a vu de Gaulle tout nu, que les étudiants puissent regarder Raymond Aron tout nu. On ne lui rendra ses vêtements que s'il accepte la contestation »[12]. Pour Sartre, l'intellectuel ne peut donc être que « de gauche », à condition d'entendre ce terme dans le sens d'un désir éthique de justice, et non dans un sens purement politique et partidaire.

Pour Albert Camus, l'écrivain « ne peut se mettre au service de ceux qui font l’histoire : il est au service de ceux qui la subissent » : « Notre seule justification, s’il en est une, est de parler, dans la mesure de nos moyens, pour ceux qui ne peuvent le faire. » Mais, ajoute-t-il, il ne faudrait pas pour autant « attendre de lui des solutions toutes faites et de belles morales. La vérité est mystérieuse, fuyante, toujours à conquérir. La liberté est dangereuse, dure à vivre autant qu’exaltante[13]. »

Serge Halimi, reprenant une célèbre expression de Paul Nizan[14], a qualifié de « nouveaux chiens de garde » du système, par opposition aux intellectuels « dissidents » et « résistants »[15], les intellectuels de la fin du siècle. Dans la continuité de Michel Foucault, et selon la définition que celui-ci en a donnée, Pierre Bourdieu était un « intellectuel spécifique »[16] et il entendait mettre ses compétences de sociologue au service de son engagement. Des hellénistes comme Jean-Pierre Vernant, ancien résistant, et Pierre Vidal-Naquet ne prétendaient pas avoir de compétences particulières dans leurs interventions sur la scène publique, que ce soit contre la torture en Algérie ou pour les droits du peuple palestinien, et se situaient davantage dans la lignée d'Albert Camus et des intellectuels dreyfusards comme Émile Zola et Octave Mirbeau, qui partaient du principe d'éthique.

Pour le sociologue Laurent Muchielli, directeur de recherches au CNRS, « le rôle des intellectuels est de rompre avec les registres événementiel et émotionnel, qu’ils soient consensuels ou conflictuels, pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse au débat collectif »[17].

Les intellectuels et la population[modifier | modifier le code]

Les intellectuels semblent former un groupe à part de la population.

Selon Noam Chomsky[modifier | modifier le code]

Noam Chomsky – souvent présenté comme un intellectuel d'envergure internationale – est très critique à l'égard de la figure de l'intellectuel telle qu'elle se manifeste dans les médias. Pour lui, elle caractérise les acteurs d'un consensus politique qui étouffe toute critique réelle et efficiente des discours dominants. Dans cette perspective, l'intellectuel est avant tout au service de l'idéologie dominante[18]. Chomsky considère qu'« il y a le travail intellectuel, que beaucoup de gens font ; et puis il y a ce qu'on appelle la « vie intellectuelle », qui est un métier particulier, qui ne requiert pas spécialement de penser – en fait, il vaut peut-être mieux ne pas trop penser – et c'est cela qu'on appelle être un intellectuel respecté. Et les gens ont raison de mépriser cela, parce que ce n'est rien de bien spécial. C'est précisément un métier pas très intéressant, et d'habitude pas très bien fait »[19]. Il ajoute : « Ces gens-là sont appelés « intellectuels », mais il s'agit en réalité plutôt d'une sorte de prêtrise séculière, dont la tâche est de soutenir les vérités doctrinales de la société. Et sous cet angle-là, la population doit être contre les intellectuels, je pense que c'est une réaction saine[20]. »

D'autres auteurs dans la lignée de Chomsky, comme Normand Baillargeon ou Jean Bricmont, défendent cette idée.

Intellectuelles[modifier | modifier le code]

Un groupe de recherche de l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP) du CNRS s'est penché sur l'impact du genre dans l'histoire des intellectuel(le)s[21]. L'ouvrage issu de ce « groupe de recherche sur l'histoire des intellectuels » (GRHI) « tente de susciter des interrogations inédites, de changer de focale et d’angle de vue en introduisant la problématique du “genre” en histoire des intellectuels »[22].

Exportation et retour(s) du modèle français[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'une « histoire comparée des intellectuels en Europe », Christophe Charle analyse quelques retombées d'un certain« aveuglement » des « historiens français » qui « traditionnellement, ont tendance à poser d'emblée les modalités du politique et de l'activité intellectuelle comme universelles »: « Cet aveuglement est d'autant plus répandu que les intellectuels des autres nations ont spontanément, en raison de l'antériorité des évolutions en France, pris cette référence comme modèle, sans toujours avouer ou s'avouer les choix et les déformations qu'ils opéraient à partir de cette matrice simplifiée parce que vue de loin »[23]

Yvan Lamonde, s'interrogeant sur « le rapport de l'affaire Dreyfus à l'émergence de l'intellectuel au Québec, aux États-Unis ou en Argentine », pose la question suivante: « À quelles conditions l'Affaire est-elle exportable pour comprendre la naissance de l'intellectuel dans d'autres sociétés européennes ou américaines? »[24] Michel Trebitsch souligne dans sa « Présentation » de l'ouvrage qu'il a codirigé avec Marie-Christine Granjon Pour une histoire comparée des intellectuels, combien la « boutade » d'Yvan Lamonde: « Peut-on être intellectuel québécois? » révèle « le double-écran auquel il s'est heurté dans sa recherche, l'opposition de la tradition anglophone à la tradition francophone minoritaire, l'obstacle d'une importation de concepts et de méthodes français dans un contexte historiographique dominé, même au Québec, par les sciences sociales américaines »[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir par exemple Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942, Paris: Petite bibliothèque Payot, II. La sociologie de l'intellectuel. p. 158 et suivantes disponible sur Les Classiques des sciences sociales
  2. Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les Intellectuels en France. De l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 2002, p. 10.
  3. Selon l'expression de Maurice Tournier, « Des mots en politique. Les intellectuels, déjà, encore, toujours », dans Mots, décembre 1993, no 37, p. 106-110.
  4. Trevor Field, « Vers une nouvelle datation du substantif intellectuel», dans Travaux de linguistique et de littérature, 1976, tome 14, no 2, pages 159-167.
  5. William M. Johnson, « The origins of the term "intellectual" in the french novels and essays of the 1890's », dans Journal of european studies, 1974, p. 43-56, cité par Yvan Lamonde, « Les "intellectuels" francophones au Québec au XIXe siècle  : questions préalables », dans Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 48, no 2, 1994, p. 153-185. Johnson identifie la première occurrence du substantif sous la plume de Paul Bourget dans un article sur Flaubert datant de 1882.
  6. Voir aussi l'article cité de Maurice Tournier, qui renvoie à Geneviève Idt, « L'intellectuel avant l'affaire Dreyfus », dans Cahiers de Lexicologie, t. 15, 1969, p. 35-46, et à une attestation du substantif sous la plume de Joséphin Peladan en 1891 : « Le devoir supérieur de l'intellectuel réside tout entier dans la manipulation du Divin ».
  7. Pour une histoire comparée des intellectuels (dir. Michel Trebitsch, Marie-Christine Granjon), 1998, p. 21 et 22.
  8. Marie-Christine Granjon, « Une enquête comparée sur l'histoire des intellectuels: synthèse et perspectives », dans Pour une histoire comparée des intellectuels (dir. M-C. Granjon, M. Trebitsch, 1998, p. 19. M.-C. Granjon cite en note 2 Louis Bodin, Les intellectuels existent-ils?, Paris, Bayard Éditions, 1997, p. 9, 11.
  9. Zeev Sternhell, Barrès et le nationalisme français.
  10. Ferdinand Brunetière, « Après le procès », Revue des deux mondes, 15 mars 1898, p. 420-446, réédité la même année : « Après le procès. Réponse à quelques « intellectuels » . Paris: Librairie académique Didier-Perrin et Cie., 1898.
  11. Article paru le 11 mars 1895 dans Le Journal.
  12. Cité par Annie Cohen-Solal, Sartre, Gallimard, 1989, p. 588-589.
  13. Discours de Suède, Gallimard, 1958, p. 14, 59 et 19.
  14. Les Chiens de garde, Rieder, 1932.
  15. Les Nouveaux Chiens de garde, Liber - Raisons d'agir, 1997, nouvelle édition en 2005.
  16. Pour Michel Foucault, il s'agit d'un « intellectuel qui ne travaille plus dans « l’universel », « l’exemplaire », « le-juste-et-le-vrai-pour-tous », mais dans des secteurs déterminés, en des points précis où les situent soit leurs conditions professionnelles, soit leurs conditions de vie (le logement, l’hôpital, l’asile, le laboratoire, l’université, les rapports familiaux) », Michel Foucault, Dits et écrits, « La Fonction politique de l’intellectuel », nº 184, 1976, p. 109.
  17. Laurent Muchielli, « Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? »,‎ 2015.
  18. « les intellectuels sont des spécialistes de la diffamation, ce sont fondamentalement des « commissaires politiques », des directeurs idéologiques, et ce sont donc eux qui se sentent le plus menacés par la dissidence. » dans Comprendre le pouvoir, deuxième mouvement, Noam Chomsky (propos recueillis par Peter R. Mitchell et John Schoeffel), éditions Aden, 2006. p. 184.
  19. Comprendre le pouvoir, premier mouvement, Noam Chomsky (propos recueillis par Peter R. Mitchell et John Schoeffel), éditions Aden, 2006, p. 185.
  20. Comprendre le pouvoir, premier mouvement, de Noam Chomsky (propos recueillis par Peter R. Mitchell et John Schoeffel), éditions Aden, 2006, p. 183.
  21. Nicole Racine et Michel Trebitsch (dir.), Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Paris/Bruxelles, IHTP-CNRS/Complexe, coll. « Histoire du temps présent », 2004.
  22. Cité de: [1].
  23. Christophe Charle, «  L'histoire comparée des intellectuels en Europe. Quelques points de méthode et propositions de recherche », dans Pour une histoire comparée des intellectuels (dir. M-C. Granjon et M. Trebitsch),1998, p. 44.
  24. Yvan Lamonde dans Pour une histoire comparée des intellectuels (dir. M-C. Granjon et M. Trebitsch),1998, p. 111
  25. Michel Trebitsch, « Présentation », dans Pour une histoire comparée des intellectuels (dir. M-C. Granjon et M. Trebitsch),1998, p. 15

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Intellectuels en Europe et dans le monde[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des sciences historiques (dir. André Burguière ), Entrée: « Intellectuelle (Histoire) », article de Roger Chartier, Paris, PUF, 1986, p.  372-377 (ISBN 2 13 039361 6).
  • Lucien Calvié, Le Renard et les raisins. La Révolution française et les intellectuels allemands. 1789-1845, Paris, Études et Documentation Internationales (ÉDI),1989, (ISBN 2-85139-094-5)
  • Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle : essai d'histoire comparée, Seuil, 1996.
  • Dans Pour une histoire comparée des intellectuels (dir. M.Trebitsch, M.-C. Granjon), , Bruxelles, Complexe, 1998, coll. « Histoire du temps présent ». Articles de : Hans Manfred Bock, « Histoire et historiographie des intellectuels en Allemagne »; Yvan Lamonde, « L'affaire Dreyfus et les conditions d'émergence de l'intellectuel vues des Amériques »; Michaël Löwy, « Les intellectuels juifs »; Max-Jean Zins, « L'intellectuel occidentalisé indien: de l'intellectuel syncrétique à l'intellectuel organique ». Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]