Jean-Paul Marat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marat.
Jean-Paul Marat
Portrait de Marat par Joseph Boze (1793), musée Carnavalet.
Portrait de Marat par Joseph Boze (1793), musée Carnavalet.
Fonctions
Député de la Seine
9 septembre 179213 juillet 1793
Législature Assemblée nationale législative
Convention nationale
Groupe politique Montagne
Biographie
Nom de naissance Jean-Paul Marat
Surnom « L'Ami du peuple »
Date de naissance 24 mai 1743
Lieu de naissance Boudry
Date de décès 13 juillet 1793 (à 50 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Français et Prussien
Profession Journaliste, médecin, physicien

Jean-Paul Marat, né à Boudry (principauté de Neuchâtel) le 24 mai 1743 et mort à Paris le 13 juillet 1793 est un médecin, physicien, journaliste et homme politique français. Il fut député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution. Son assassinat par Charlotte Corday permit aux Hébertistes d'en faire un martyr de la Révolution et d'installer pendant quelques mois ses restes au Panthéon.

Médecin et physicien[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sur la maison natale de Jean-Paul Marat à Boudry.

Natif de Boudry, dans la principauté de Neuchâtel (prussienne à l'époque, et dont le territoire correspond à celui de l'actuel canton de Neuchâtel en Suisse), il était le fils de Jean-Baptiste Marat, un capucin défroqué d'origine sarde né à Cagliari en 1704 et dessinateur en indiennes converti au calvinisme, et de la genevoise Louise Cabrol[1] dont la famille calviniste était originaire du Rouergue ; la famille Mara, originaire d'Espagne[2], a donné plusieurs personnalités remarquables comme son frère cadet David (1756-1821) qui fut professeur de littérature française au Lycée impérial de Tsarkoïe Selo.

Une page des Recherches physiques sur le Feu avec des corrections manuscrites de la main de Marat.

Le futur conventionnel quitta Neuchâtel et sa famille en 1759, après ses études au collège et devint précepteur des enfants d'un armateur bordelais. Après un séjour à Paris de 1762 à 1765 où il compléta ses études et acquit en autodidacte une formation de médecin, il se fixa à Londres, puis à Newcastle en 1770, où il exerça comme médecin et vétérinaire. Entre 1770 et 1772, il écrivit Les Aventures du jeune comte Potowsky, un roman épistolaire dans le goût du temps, qui demeure inédit. En 1772, il publia anonymement An Essay on the Human Soul, puis, après son retour dans la capitale britannique, en 1773, un second écrit philosophique, A Philosophical Essay on Man, qui fut réédité en 1775[2]. Disciple de Rousseau, il attaqua plusieurs fois Helvétius, traité d'« esprit faux et superficiel », dans cet ouvrage, mais aussi Voltaire, qu'il qualifiait d'« inconséquent » et qui lui répondit par le persiflage dans un petit article[3],[4] paru dans le Journal de politique et de littérature le 5 mai 1777[5].

En mai 1774, Marat fit paraître à Londres les Chains of Slavery, qui s'inscrivait dans le contexte de la campagne électorale qui vit l'élection de John Wilkes comme alderman, puis Lord Maire de Londres[2].

Après un court séjour dans les Provinces-Unies (1774-1775)[1] et l'obtention de son diplôme de médecin à l'Université de St Andrews (Écosse), le 30 juin 1775, il s'installa à Paris, où il publia en 1776 une édition française de son traité De l'homme[1]. Le comte d’Artois lui octroya, le 24 juin 1777, le brevet de médecin de ses gardes du corps[6]. Il ouvrit un cabinet d'expériences où il fit des recherches en physique expérimentale, en particulier sur la nature du feu, la lumière et l'électricité médicale. En août 1783, ce dernier thème lui valut d'être couronné par l'Académie de Rouen[1].

En 1779, Benjamin Franklin est invité par son ami Jean-Baptiste Le Roy à assister chez le marquis Maximilien de Châteauneuf de L'Aubespine[n 1], dans son grand hôtel de la rue de Bourgogne, aux expériences de Marat, qui veut faire ses preuves aussi bien en physique qu'en médecine[7]. En 1778, celui-ci avait présenté un mémoire sur la nature du feu, et Jean-Baptiste Le Roy qui avait été nommé membre de la commission chargée d'enquêter sur le bien-fondé des théories de Marat, avait réussi à y attirer Franklin: « Ayant exposé sa tête chauve au foyer du microscope solaire (instrument inventé par Marat), nous l'aperçumes ceinte de vapeurs ondulantes qui se terminaient en pointes torses ; elles représentaient l'espèce de flamme que les peintres ont fait l'attribut du génie »[8]

Ces recherches lui valurent des critiques défavorables de l'Académie des sciences de Paris[9].

Tombé malade en 1782, outre ses démêlés scientifiques, il connut des revers de fortune, avant de perdre, en 1784 sa charge de médecin auprès du comte d'Artois[1],[10],[11]. Dans les années 1780, Marat continua de soigner Claire de Choiseul, marquise de l'Aubépine de Châteauneuf (1751-1794) qui le soutenait financièrement et avec laquelle il aurait eu une liaison intéressée si l'on en croit les éditeurs de Jacques-Pierre Brissot[12].

Quelques années aux appointements du comte d’Artois en qualité de médecin, Marat se lia, si l’on en croit le journal l’Observateur, avec le libraire Laurent qui passait pour l’âme damnée du ministre Calonne qui, à Londres, organisait la contre-révolution avec l’appui inavoué du gouvernement anglais. Le libraire Laurent aurait été même l’éditeur véritable de la feuille de Marat[n 2][réf. insuffisante].

Un autre contemporain qui connaissait particulièrement bien Marat et sa famille, l'ex-abbé Jean-Louis Giraud-Soulavie, un républicain qui fut envoyé comme ambassadeur « résident » à Genève en 1793 et 1794, confirme[13] ces informations plus tard corroborées par Barère de Vieuzac :

« Marat sorti de Genève en 1782 et fanatisé à Londres où il retourna en 1790 car poursuivi par La Fayette, revint en 1791 se mettre à la tête des Cordeliers, principaux agitateurs de la populace. Ses deux collègues était Gasc[14], associé de d'Yvernois[15] dans l'administration des subsides anglais, et Jannot-Lançon. C'est près de ces aventuriers que je fus envoyé par la République française et c'est contre eux que j'eus à lutter, surtout quand je leur prouvai que, sous le voile trompeur de leur démocratie, ils étaient le canal de la distribution dans Lyon[16] des sommes envoyées par la cour de Londres aux chefs patriotes et aux chefs royalistes qui dévastèrent en 1793 ce point central de notre commerce[17]. »

Il fut un temps pressenti, sans succès, pour fonder une académie à Madrid par le ministre Floridablanca[1], en 1788. Il souffrait de graves crises inflammatoires et croyait ses jours en danger. Il rédigea même son testament en été de cette année, qu’il confia à l’horloger suisse Abraham Breguet[18].

Armes, blason, devise[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il était médecin de l'écurie et des pages du comte d'Artois, frère du roi, Marat essaya vainement de faire reconnaître sa noblesse espagnole et enregistrer un blason[19] que l'on retrouve sur sa correspondance entre 1778 et 1789[20].

« Au 1er de (émail inconnu) à un demi-aigle de (émail inconnu) au vol abaissé mouvant du parti; au 2e tranché en chef de (émail inconnu), à la bande ou demi-chevron de (émail inconnu), et en pointe de pourpre. »

— Écu surmonté d'une couronne de comte[21].

La Révolution[modifier | modifier le code]

Début révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Marat par Viollat
Marat par Claessens

Le 25 juillet 1789, le comité de Constitution présentait à l’Assemblée, par la voix du député Mounier, un premier projet. À ce moment précis, Marat publie, début août, une feuille in-8° de 8 pages Le Moniteur patriote[22], entièrement consacrée à la critique du projet de Constitution, critique nourrie, entre autres par son expérience du modèle constitutionnel anglais. Il s'adresse également en ce sens, à la fin du mois d'août, à l'Assemblée nationale dans une lettre intitulée « Tableau des vices de la Constitution Anglaise, présenté en août 1789 aux États-Généraux comme une série d’écueils à éviter dans le Gouvernement qu’ils voulaient donner à la France ».

Marat publiciste[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 1789, Marat publiait le premier numéro du Publiciste parisien, journal politique, libre et impartial journal quotidien connu sous le titre L’Ami du peuple. Il comportait normalement 8 pages in-8°, parfois 10 ou 12, quelques fois 16. De septembre 1789 à septembre 1792, Marat fera ainsi paraître près de mille numéros. Sous la Constituante, il défendit la cause des citoyens passifs, des victimes du marc d'argent. Il écrivit ainsi une « supplique du citoyen passif ». Il prit même position sur les questions coloniales entre mai 1791 et avril 1792. Imprégné de la pensée de Montesquieu auquel il avait rendu hommage dans un concours pré-révolutionnaire pour l'ironie de son texte De l'esclavage des Nègres en mai 1791 il défend la cause des gens de couleur libres, condamne l'amendement Rewbell du 15 mai qui reconnaît la citoyenneté à certains mais en discrimine d'autres. Il publie même le 18 mai 1791 un plan d'abolition progressive de l'esclavage des Noirs avec indemnisation des planteurs. À l'automne 1791 à l'annonce de l'insurrection d'esclaves à Saint-Domingue il radicalisera sa pensée prenant fait et cause pour les insurgés, dont il prédit le 12 décembre 1791 l'accès à l'indépendance[23]. Juste avant son assassinat, ayant reçu une lettre d'un ami créole emprisonné après une intrigue de colons blancs, Philippe Rose-Roume, il s'apprêtait à reparler de la situation à Saint-Domingue dans une lettre à la Convention[24]. Roume sera libéré peu après sur initiative de Chabot[25].

Marat fit deux voyages en Angleterre au temps de la Révolution. Le premier eut lieu dans les années 1790, et le second au printemps 1792. Lorsqu'il revint à Paris, Marat s'était détaché du duc d'Orléans, qu'il avait vivement défendu sous l'Assemblée constituante, jusqu'en juillet 1791, pour contribuer à développer désormais le mouvement encore embryonnaire de l'exagération révolutionnaire qui débuta de façon spectaculaire avec les massacres de Septembre 1792, se poursuivit toute l'année 1793 et se termina avec la fin de la Grande Terreur.

Jean-Paul Marat et les massacres de Septembre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacres de Septembre.

Après la journée du 10 août 1792, il incite à la poursuite du mouvement en prônant l’élimination des royalistes emprisonnés. À la différence de ses précédents appels au meurtre, il est cette fois suivi par une partie de la presse, notamment girondine. La publication de l’Ami du peuple cesse au 21 août, et son dernier appel au meurtre date du 19 ; il est cependant probable qu’au moins un placard anonyme du 26 août est de sa main[26].

À l'avant-veille du 2 septembre 1792, celui-ci fut nommé adjoint au comité de surveillance de la Commune de Paris. Dans son journal, il racontait quelque deux jours plus tôt que le[réf. souhaitée] peuple était en grande ébullition[réf. nécessaire] et que les responsables de la journée du 10 août 1792 étaient restés impunis[réf. souhaitée]. Il évoquait ceux et celles qui avaient assuré la défense du château des Tuileries et la protection de la famille royale. En fait, le tribunal du 17 août avait déjà commencé à fonctionner et trois serviteurs des Tuileries avaient été exécutés, en particulier Arnault de Laporte, l’intendant de la liste civile et l'écrivain Farmain du Rosoy. Les sectionnaires extrémistes trouvaient cependant que ce tribunal acquittait trop facilement, et jugeait trop lentement. À la fin août, les visites domiciliaires effectuées pour trouver des armes aboutirent à de nombreuses arrestations ; le 30 août 1792, les prisons de Paris étaient pleines.

Les révolutionnaires se rendirent alors aux prisons, et y massacrèrent, du 2 au 6 septembre, d’abord prêtres insermentés, puis gardes suisses et gardes du corps du roi, aristocrates suspectés de complot, enfin de nombreux prisonniers de droit commun (au total, il y eut environ 1500 morts). Dès le 3 septembre, il signe, et probablement rédige, la circulaire du 3 septembre imprimée sur ses presses et envoyée aux départements et municipalités de toute la France, et appelant à la généralisation des massacres[27]. Cette circulaire et ses écrits violents ont fortement contribué à le faire tenir pour le principal responsable des massacres, mais cette vision des choses est abandonnée par les historiens depuis les années 1930 et les ouvrages de Gottschalk[28] et Walter[29].

Les commissions d'enquête parlementaire réclamées par les Girondins tardèrent à se mettre en place.

Le durcissement de la Révolution débouche aussi sur des décisions pour réglementer la spéculation. Au mois de septembre 1792 les élections de la Convention nationale qui doit succéder à la Législative ont lieu, à deux niveaux, selon les prescriptions de la Constitution de 1791.

Le 9 septembre 1792, Marat est choisi par sa section pour être député de Paris à la Convention.

Le procès de Marat[modifier | modifier le code]

Triomphe de Marat
Marat porté en triomphe par le peuple après son acquittement par le Tribunal révolutionnaire. Gravure anonyme de 1793.
« Immortel défenseur du peuple et de ses droits,
Il terrassa les grands et renversa le trône,
Fonda l’égalité sur la chute des rois ;
De la vertu civique offrons-lui la couronne ! »

Paradoxalement il se montra très légaliste sur le sort à infliger à Louis XVI. Au contraire de Robespierre, de Saint-Just, de Jeanbon Saint-André, il voulait un vrai procès qui permettrait de mettre en lumière les crimes du roi. Il entendait aussi expurger les crimes et délits antérieurs à septembre 1791 (fuite du roi à Varennes et fusillade du Champ-de-Mars) dans la mesure où ils avaient été amnistiés. Seule la journée des Tuileries pouvait donc être retenue contre Louis XVI comme un crime dûment établi. Il n'en vota pas moins la mort du roi dans les 24 heures et rejeta bien sûr l'appel au peuple et le sursis. Peu après, il prit l'offensive contre la faction dite des « Hommes d’État » c'est-à-dire les partisans de Brissot qu'il dénonça sans répit. Il s'en prit particulièrement à Lebrun-Tondu qu'il accusait d'entretenir des liens avec des « agents de l'étranger », notamment Édouard de Wackiers sa famille et les représentants de la banque internationale[30]. Depuis qu'il avait été élu à la présidence des Jacobins, le 5 avril 1793, une circulaire appelant à l'insurrection et au coup d'État fut publiée sous sa signature. « La contre-révolution, affirmait-il, est dans la Convention nationale (...) Levons-nous, oui levons-nous tous ! Mettons en état d'arrestation tous les ennemis de notre Révolution et toutes les personnes suspectes. Exterminons sans pitié tous les conspirateurs si nous ne voulons pas être exterminés nous-mêmes (...) Dumouriez marche sur Paris pour rétablir la royauté (...) Aux armes ! »

Le 12 avril, Guadet donna lecture de quelques extraits de ce manifeste et, en conclusion, demanda l’arrestation de Marat[31]. À l'issue d'un débat houleux[32], la Convention vota l'arrestation de Marat[33], qui ne s'effectua pas grâce au soutien de ses partisans[34]. Le lendemain, 13 avril, le décret d’accusation de Marat fut émis, à la suite d'un vote nominal, par les conventionnels à la majorité de 220 voix contre 92[35]. Quarante-huit membres se récusèrent.

Le 23 avril, l'acte d'accusation contre Marat arriva au ministère de la justice et celui-ci se constitua prisonnier[36]. Confronté le 24 avril à ses accusateurs et à ses défenseurs, Marat bénéficia d’un jury qui lui était acquis d'avance. Acquitté le 24 avril, Marat, couronné de lauriers, fut porté en triomphe.

La dénonciation des emprunts de Necker[modifier | modifier le code]

Marat dénonce avec vigueur le coût de la dette publique française induit par l'engouement pour les rentes viagères, sous la direction du ministre des finances de la fin des années 1770, Jacques Necker.

Les derniers numéros de L'Ami du peuple[modifier | modifier le code]

Sous la Législative, dès la première quinzaine de décembre 1791 — et parmi les premiers futurs montagnards engagés dans cette lutte —, Marat combattit vigoureusement le bellicisme girondin dans L'Ami du peuple. Le 15 décembre 1791, il publia un plan de guerre défensive[37]. Après cette date pour des raisons financières, il dut suspendre sa publication jusqu'au début avril 1792, mais dès lors, plus radicalement que Robespierre [38] il reprit le cap, tenant même un discours défaitiste après le 20 avril 1792 ; la crainte de voir la guerre profiter à La Fayette que les députés girondins ne voulaient pas destituer, motivait sa décision et l'exposa à de nouvelles poursuites judiciaires[39]. En novembre 1792, presque seul il s'abstint dans le vote sur l'annexion de la Savoie à la France ; et en ce qui concerne les territoires occupés par la France, il prêcha à l'hiver 1792-1793, la modération à l'égard des forces aristocratiques et du Clergé que les Brissotins voulaient exclure de la vie politique[40]. Tout cela n'était pas contradictoire avec sa plaidoirie pour la guerre à outrance contre les puissances coalisées, dans la mesure où elle était devenue défensive. Juste avant sa mort le 12 juillet 1793 à l'occasion d'un renouvellement il demanda l'éviction de Barère du comité de salut public [41] qui, montagnard non jacobin, fut toujours partisan de la guerre d'attaque. Ce sont toutes ces données qui le font apparaître par Thomas Paine et les conventionnels dits « modérés » (mais comme Barère et la Gironde, d'anciens bellicistes) comme l'allié objectif de William Pitt qui se félicitait du « soutien » de Marat à « sa politique guerrière » et à son rôle actif dans la première « saignée » — la proscription des Girondins — pratiquée au sein de la Convention. Et pour cause : ce furent eux qui à nouveau firent déclarer à l'Angleterre, le 1er février 1793 (sur rapport de Brissot). Au Parlement britannique, le Premier ministre arguait de l'instabilité du gouvernement français.[réf. souhaitée] Il était imprudent, prétendait-il, de traiter avec un comité « qui est changé et renouvelé tous les quinze jours », et dont les membres à supposer qu'ils voulussent conclure un arrangement, se trouvaient dans le cas d'être guillotinés ou pendus avant l'arrangement des ratifications. Le cabinet britannique rejetait donc dans l'immédiat toute tentative d'accommodement.[réf. souhaitée] « Si nous traitions avec Marat, avant la fin de la négociation, il retomberait dans la lie populaire dont il est sorti et laisserait la place à un scélérat encore plus désespéré que lui »[42].

L’assassinat de Marat[modifier | modifier le code]

Portrait de Charlotte Corday (Jean Jacques Hauer, XVIIIe siècle)

Depuis le 3 juin 1793, Marat ne se présente plus à la Convention. L’évolution de sa maladie l’empêche de paraître en public. D’après le docteur Souberbielle, l’origine du mal était herpétique. Le docteur Cabanès a avancé la probabilité d’une forme grave d’eczéma ou des conséquences d’un diabète[43]. D'autres maladies sont évoquées : dermatite herpétiforme, scabiose, dermite séborrhéique[44]. À partir du 20 juin, son état s’aggrave et l’oblige à prendre continuellement des bains curatifs au soufre dans sa baignoire sabot en cuivre, ainsi qu'à envelopper sa tête d'un mouchoir trempé de vinaigre pour soulager ses migraines. Mais de cette baignoire équipée d'une écritoire il envoie régulièrement des lettres à la Convention qui ne sont jamais discutées[45].

Marie-Anne Charlotte de Corday d’Armont, issue de la noblesse de Caen et descendante en droite ligne de Pierre Corneille, prend connaissance des événements révolutionnaires en rencontrant plusieurs députés girondins qui se sont réfugiés à Caen après leur mise en accusation par la Convention. Bien qu'ouverte aux idées nouvelles, la jeune femme est indignée par les excès de la Révolution. Considérant Marat comme un tyran et le principal instigateur des massacres révolutionnaires, elle décide de l'éliminer.

Le 11 juillet 1793, elle arrive à Paris dans l’intention d’assassiner Marat dans l’assemblée, mais doit revoir ses plans en ayant appris son absence à la Convention[46]. Le 12 juillet, Marat reçoit la visite de députés jacobins, dont le peintre Jacques Louis David, qui sont les derniers à le voir vivant. Le 13 juillet Charlotte Corday se présente une première fois au domicile du tribun en fin de matinée mais Simone Évrard sa compagne refuse de la laisser entrer, elle essaye une deuxième fois d’entrer en contact sans succès, mais elle fait communiquer une lettre qu’elle a écrite donnant des informations sur un prétendu complot[46]. À la troisième tentative, c’est Marat lui-même qui demandera qu’on la laisse entrer. Après un entretien qui, selon Simone Évrard dure environ un quart d’heure, Charlotte Corday sort un couteau et frappe Marat à la poitrine, le trajet de la lame qui traverse le poumon droit, l’aorte et le cœur, entraîne sa mort dans sa baignoire[47].

Charlotte Corday est arrêtée sur les lieux du meurtre et, après son jugement par le Tribunal révolutionnaire, exécutée le 17 juillet 1793.

Après l’assassinat[modifier | modifier le code]

La Mort de Marat par Santiago Rebull, 1875.

Le peintre et conventionnel Jacques-Louis David est chargé d’orchestrer les funérailles de Marat qui, surtout uni à Lepeletier de Saint-Fargeau, est présenté comme martyr de la Liberté, avec toute la phraséologie chère à l’époque. Cet épisode de communication intense ne durera que quelques mois, mais a eu un fort impact, y compris historiographique. Le 15 juillet, David prépare l’exposition du corps aux Cordeliers, mais l’état de décomposition, dû à une chaleur intense, ne permet pas de montrer Marat au public, le peintre décide de le recouvrir entièrement d’un drap, sauf la plaie causée par l’assassinat[48]. Grand organisateur des cérémonies, David prévoit pour le mardi 16 juillet 1793 un impressionnant cortège qui part vers 18 heures. Le convoi part de la rue des Cordeliers, passe par la rue de Thionville, le Pont-Neuf, le quai de la Ferraille et remonte jusqu’au Théâtre-Français, pour se rendre aux Cordeliers, où a lieu l’inhumation. Un peuple immense défila toute la nuit, à la lueur des flambeaux. Le Club des Cordeliers a demandé à déposer dans le lieu de ses séances le « cœur » de Marat, il rejoint celui de Buirette de Verrières qui y est déjà exposé. Dans les semaines qui suivent, des centaines d’hommages seront faits à l’Ami du peuple à travers la France et des statues des « martyrs » sont inaugurées un peu partout.[réf. souhaitée]

Marat est « panthéonisé » en novembre 1793 et entre au Panthéon le 21 septembre 1794[49], mais dès le 8 février 1795[50], un nouveau décret le dépanthéonise, précisant que l’image d’aucun citoyen ne figurera plus dans l’Assemblée ou en un lieu public quelconque que dix ans après sa mort ; ses restes sont inhumés dans le cimetière (disparu aujourd'hui) de Sainte-Geneviève, près l'église Saint-Étienne-du-Mont, le 26[51]. Le tableau est rendu à son auteur qui le conservera jusqu’en 1820 date à laquelle il fut confié à Antoine-Jean Gros qui le cache à Paris jusqu'à la mort de David[52].

À la suite de l’assassinat, plusieurs villes de France, comme Saint-Nazaire[53] ou Le Havre[54] se baptisèrent Marat. Ce fut l’affaire de quelques mois. On trouve, aujourd’hui encore, quelques traces de ces dénominations, des rues (Ivry-sur-Seine, Décines-Charpieu) portent son nom.

En mars 1921, le cuirassé Petropavlovsk est renommé Marat en l'honneur du célèbre révolutionnaire[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il était le descendant du garde des sceaux de Louis XIII, fils du marquis de l'Aubépine, brigadier de cavalerie sous Louis XV, marié le 2 octobre 1770, sous les auspices de la reine Marie-Antoinette, à Claire Adélaïde Antoinette de Choiseul-Beaupré, fille d'Antoine, marquis de Choiseul, et de Michelle de Beauval
  2. Laurent fut véritablement un éditeur de Marat. L’Observateur, 1789, p. 463.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Michel Vovelle, « Marat Jean-Paul », dans Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989 (rééd. Quadrige, 2005, pp. 709-713.
  2. a, b et c Voir la présentation de Michel Vovelle dans Jean Paul Marat, Les Chaînes de l'esclavage, Éditions Complexe, 1988, 326 pages, pp. IX-XXXVIII (ISBN 2-87027-257-X).
  3. Albert Keim, Helvétius, sa vie et son œuvre, d'après ses ouvrages, des écrits divers et des documents inédits, F. Alcan, 1907, 719 pages, p. 634.
  4. Jean Philibert Damiron, Mémoire sur Helvétius, Paris, A. Durand, 1855, 181 pages, pp. 40-41, qui cite un extrait de la réponse de Voltaire.
  5. Louis Eugène Hatin, Bibliographie historique et critique de la presse périodique française : avec extraits, notes historiques, critiques, et morales, indication des prix que les principaux journaux ont atteints dans les ventes publiques, etc., Paris, Firmin-Didot frères, 1866, 660 pages, p. 103.
  6. Charles Vatel, Charlotte de Corday et les Girondins, Paris, Henri Plon, 1864-1872, tome I, pp. 332-333, note 1.
  7. Cf. : correspondance de Marat et de Franklin in Marat avant 1789 de Jean-Paul Marat et de Jacques de Cock ; Éditions Fantasques ; 2003 ; ISBN 978-2-913846-10-4 ; p. 127-128
  8. B.-G. Sage, Analyse chimique et concordance des trois règnes, Paris, 1786, I, p.117 cité par A. Cabanès, Marat inconnu: l'homme privé, le médecin, le savant, Paris, pp.63-66.
  9. Jean Guilhaumou, La Mort de Marat, p. 11.
  10. Jean Guilhaumou, Op. cit., p. 12.
  11. Selon Charles Vatel, Charlotte de Corday et les Girondins, Paris, Henri Plon, 1864-1872, tome I, pp. 332-333, note 1, un nouveau brevet de médecin des gardes du corps du comte d'Artois fut octroyé le 23 avril 1786 au sieur Enguehard, pour succéder à Marat.
  12. Mémoires de Brissot, publiés par Ladvocat et Montrol, Paris, 1830-32, tome I, p. 347-350 (longue notice de M. de Montrol).
  13. Jean Louis Giraud-Soulavie, Mémoires historiques et politiques du règne de Louis XVI : depuis son mariage jusqu'à sa mort : ouvrage composé sur des pièces authentiques, fournies à l'auteur avant la révolution par plusieurs ministres et hommes d'État et sur les pièces justificatives, recueillies après le 10 août dans les cabinets de Louis XVI, à Versailles, et au château des Tuileries, Paris, Treuttel et Würtz, 1801. Sur les rapports de Soulavie, voir Olivier Blanc, Les Espions de la Révolution et de l'Empire, Paris, 1995, p.318.
  14. Antoine Gasc, 39 ans en 1791, bourgeois natif de Narbonne, bourgeois, demeurant à Paris, 33, rue Mazarine. Albert Mathiez, Le club des Cordeliers pendant la crise de Varennes et le massacre du Champ de mars: documents en grande partie inédits, H. Champion, 1910, 392 pages, p. 258.
  15. Fils d'un négociant de Genève, sir Francis (ou François) d'Yvernois, né à Genève en 1756, se fit connaître en publiant les œuvres de Rousseau dont il se disait l'ami. Conseiller d'État influent, ennemi de la France, banni de Genève en 1782 avec Marat et d'autres, il fut pendant vingt ans, avec son compatriote Mallet du Pan, l'agent zélé du gouvernement britannique. Dictionnaire universel, historique, critique, et bibliographique de Louis Mayeul Chaudon (Imprimerie de Prudhomme fils, 1812), tome XIX, pp. 558-560, et Biographie nouvelle des contemporains: ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers d'Antoine-Vincent Arnault, Antoine Jay, Etienne de Jouy et Jacques Marquet de Norvins, Paris, Librairie historique, 1825, tome XX, pp. 312-313.
  16. Il s'agit du soulèvement de Lyon et de ses suites, du rôle joué par Nathaniel Parker-Forth (1744-1809) agent des services secrets britanniques et payé par eux (Marion Ward, Parker-Forth, 1982, p.137) et du notaire Claude-Odile Baroud dans cette dramatique affaire
  17. Olivier Blanc, Les espions, Paris, 1997, p 91-92
  18. Cf. courrier de Marat à ce sujet in Marat avant 1789, édité par Jacques De Cock, Fantasques éditions, 2003, p. 542, fac-simile en ligne
  19. Cf. courrier de Marat au juge d'armes à ce sujet in Marat avant 1789, édité par Jacques De Cock, Fantasques éditions, 2003, p. 123, texte cité en ligne
  20. Selon Claudius Roux : « À cette époque, il se faisait appeler M. de Marat, essayait vainement de se faire anoblir, ayant par avance fait graver dans ce but un cachet avec des armoiries initiées de Genève et de Neuchâtel, surmontées d'une couronne de comte, cachet dont j'ai pu retrouver une empreinte intacte dans les archives de l'Académie des Sciences de Stockholm, et dont il existe une autre empreinte, brisée, dans les archives de l'Académie de Lyon. »
  21. Description du cachet sur une lettre de Marat du 28 décembre 1789 à Camille Desmoulin par A. Duleau, « Le blason de Marat », in Revue historique, héraldique et nobiliaire, pp. 84-85
  22. F. Chevremont, Marat - Index du bibliophile, 1876, p. 18
  23. Aimé Césaire, Toussaint-Louverture, la révolution française et la question coloniale, Présence africaine, 1962 ; Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies, Paris, 2002
  24. François Chèvremont, L'esprit scientifique de Marat, 1880 ; Olivier Coquard, Marat, Fayard, 1993
  25. Jean-Daniel Piquet, L'émancipation des Noirs dans la Révolution française (1789-1795), Paris Karthala, 2002
  26. Frédéric Bluche, septembre 1792. Logiques d'un massacre, Paris, Robert Laffont, 1986, ISBN 2-221-04523-8, p 35-37
  27. Frédéric Bluche, op. cit., p 170
  28. Louis Gottschalk, Jean-Paul Marat, l’Ami du peuple, Payot, 1929
  29. Gérard Walter, Marat, Albin Michel, 1933
  30. Olivier Blanc, Les espions de la Révolution et de l'Empire, Paris, 1995, p.25
  31. Philippe-Joseph-Benjamin Buchez, Pierre-Célestin Roux-Lavergne, Histoire parlementaire de la Révolution française ou Journal des assemblées nationales, depuis 1789 jusqu'en 1815, Paulin, 1836, pp. 425-429
  32. Collectif « Les amis de l'histoire » , Les Grands Procès de l'histoire, Omnibus, 2012, p.880
  33. Philippe-Joseph-Benjamin Buchez, Pierre-Célestin Roux-Lavergne, Histoire parlementaire de la Révolution française ou Journal des assemblées nationales, depuis 1789 jusqu'en 1815, Paulin, 1836, p.437
  34. Philippe-Joseph-Benjamin Buchez, Pierre-Célestin Roux-Lavergne, Histoire parlementaire de la Révolution française ou Journal des assemblées nationales, depuis 1789 jusqu'en 1815, Paulin, 1836, p 442
  35. Louis Blanc, Histoire de la révolution française, p. 280
  36. Louis Blanc, Histoire de la révolution française, p. 286
  37. Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, « La Législative » ; Jean Massin, Marat, 1960
  38. Max Gallo, Robespierre, histoire d'une solitudeParis, Perrin,1968
  39. Jean Massin, Marat (1961).
  40. Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution, « La Révolution française et l'Europe »
  41. Jean Massin,op cit.
  42. Discours au Parlement d'Angleterre le 17 juin 1793, publié par Alphonse Aulard, La Diplomatie du premier comité de salut public, p. 92.
  43. Jean Massin, Marat (rééd Alinéa 1988), p. 277.
  44. (es) JAIME CERDA L, « Jean-Paul Marat: Médico, científico y revolucionario », Revista médica de Chile, vol. 138, no 1,‎ 2010 (DOI 10.4067/S0034-98872010000100018)
  45. Jean-Denis Bredin, « Charlotte Corday, « ange de l'assassinat » », émission Au cœur de l'histoire sur Europe 1, 6 mars 2012
  46. a et b Jean Massin, Marat (rééd Alinéa 1988), p. 289.
  47. Jean Massin, Marat (rééd Alinéa 1988), p. 291.
  48. Régis Michel, David l’art et le politique, 1989 p. 85.
  49. Olivier Dumoulin, Françoise Thelamon, Autour des morts: mémoire et identité : actes du Ve colloque international sur la sociabilité, Rouen, 19-21 novembre 1998, Numéro 296 de Publications, Université de Rouen, 2001 p.255
  50. Selon Jean-Louis Ormières, Politique et religion en France, Éditions Complexe, 2002, 294 pages, p. 237, note 108 (ISBN 2-87027-927-2), ce double mouvement illustre la fragilité de la coalition anti-robespierriste.
  51. Lise Andriès, Jean-Claude Bonnet, La Mort de Marat, Flammarion, 1986, 510 pages, p. 104 (ISBN 2-08-211526-7).
  52. Antoine Schnapper (1989) David 1748 1825 (catalogue de l'exposition) p. 282 notice La mort de Marat (Historique)
  53. Pierre Lemonnier, La déportation ecclésiastique à Rochefort, 1794-1795 d'après les documents officiels, Société des archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, 1916, 270 pages, p. 120.
  54. Le Havre devient Le Havre-Marat. Voir André Corvisier, Histoire du Havre, et de l'estuaire de la Seine, Privat, 1983, 335 pages, p. 316
  55. Stephen McLaughlin, Russian and Soviet battleships, Naval Institute Press, 2003, p.226

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Jean-Paul Marat[modifier | modifier le code]

  • An Essay on the human soul, Londres, 1772
  • Les Chaînes de l'esclavage, 1774 [lire en ligne]
  • A philosophical Essay on man, Londres, 1773, Ridley, 2 volumes
  • Les Charlatans modernes, Paris, 1791
  • Marat, textes choisis, présentés par Claude Mossé, Paris Éditions Sociales, les classiques du peuple, 1950
  • Jean-Paul Marat : Écrits, textes présentés par Michel Vovelle, Paris, Éditions sociales/ La Dispute, 1988
  • Œuvres politiques de Marat présentées par Jacques de Cock et Charlotte Goetz, Bruxelles, Éditions Pôle Nord, 1989-1995, 10 volumes
  • Journal de la République française, 1793

Ouvrages et articles sur Marat[modifier | modifier le code]

  1. Études
  • Alfred Bougeart, Marat, l'ami du peuple, A. Lacroix, Verboeckhoven & Ce Éditeurs, Paris, 1865, 2 vol., 438 pages [Texte intégral], [Volume 1]
  • François Chevremont, Esprit politique et scientifique de l'œuvre de Marat, Paris 1880, 2 volumes
  • Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, 1901-1908, réédition, Paris, Éditions sociales, 6 volumes, 1968
  • Julien Louvrier, « Marx, le marxisme et les historiens de la Révolution française au XXe siècle », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 102, 2007, mis en ligne le 21 septembre 2009, consulté le 24 mai 2014
  • Jean-Claude Bonnet (dir.), La Mort de Marat, Flammarion, Paris, 1986
  • Olivier Coquard, « La politique de Marat », dans Annales historiques de la Révolution française, no 285, 1991, pp. 325-351 [lire en ligne] [PDF]
  • Olivier Coquard, « Un inédit de Marat », dans Annales historiques de la Révolution française, no 285, 1991, pp. 377-379 [lire en ligne] [PDF]
  • Olivier Coquard, « Marat : biographie d'un homme des Lumières devenu l'Ami du peuple », dans Annales historiques de la Révolution française, no 292, 1993, pp. 295-301 [lire en ligne] [PDF]
  • Olivier Coquard, Marat, Paris, Fayard, 1993.
  • Frantz Funck-Brentano, Marat, ou le Mensonge des mots, Paris, Grasset, 1941
  • (en) Louis Gottschalk, A Study of Radicalism, New-York, Londres, 1927
  • Jacques Guilhaumou, 1793. La mort de Marat, Bruxelles, Complexe, 1989
  • Jean-Bernard et Jean-François Lemaire, Jean-Pierre Poirier, Marat homme de science ?, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, Les Empêcheurs de penser en rond, 1993, 225 pages
  • Jean Massin, Marat, Club français du livre, 1960, 302 pages (rééd. Alinéa, 1988, 308 pages)
  • Charles Reber, Un homme cherche la liberté. Jean-Paul Marat, Éditions A la Baconnière, Boudry-Neuchâtel, 1950
  • Gérard Walter, Marat, Paris, Albin Michel, 1933 et nouvelle édition augmentée, 1960, 506 p.
  • Michel Vovelle, entrée Marat Jean-Paul, dans Albert Soboul, Jean-René Surrateau (dir.) Dictionnaire Historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989
  • Mona Ozouf, entrée Marat Jean-Paul, dans François Furet, Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988 (rubrique acteurs) 1992, Garnier Flammarion, 5 volumes, tome 1
  • Augustin Kuscinsky, Marat Jean-Paul , Dictionnaire des conventionnels 1916
  • Jean-Philippe Giboury, Marat Jean-Paul, Dictionnaire des régicides, Paris, Perrin, 1989
  • Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies, Paris, La Découverte 1987
  • Jean-Daniel Piquet, L'Emancipation des Noirs dans la Révolution française (1789-1795), Paris, Karthala, 2002
  • Jacques De Cock, « Marat, prophète de la Terreur ? », dans Annales historiques de la Révolution française, no 300, 1995, pp. 261-269 [lire en ligne] [PDF]
  • Jacques De Cock, « Marat et le « vrai nom des choses » », dans Mots, no 23, 1990, pp. 111-114 [lire en ligne] [PDF]
  • Lorenzo Giani, « Le réalisme politique de Jean-Paul Marat, député de la Convention », dans Annales historiques de la Révolution française, no 306, 1996, pp. 675-692 [lire en ligne] [PDF]
  • Guillaume Mazeau, Le bain de l'histoire. Charlotte Corday et l'attentat contre Marat (1793-2009), Champ Vallon, collection « La chose publique », 2009
Fiction

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]