Bataille de Peyrestortes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Peyrestortes
Informations générales
Date 17 septembre 1793
Lieu Peyrestortes, Pyrénées-Orientales (France)
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau français République française Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Royaume d'Espagne
Commandants
Louis-Charles de Flers
Eustache Charles d'Aoust
Antonio Ricardos
Forces en présence
12 000 hommes
10 000 fantassins
2 000 cavaliers
12 000 hommes
Pertes
300 morts 800 tués
1 500 blessés
1 200 prisonniers
Première coalition
Guerres de la Révolution française
Guerre du Roussillon
Batailles
Guerre de la Coalition

Porrentruy — Marquain — Verdun — Thionville — Valmy — Lille — 1er Mayence — Jemappes — Namur — Maastricht — Francfort — Neerwinden — Landau — St-Amand (en) — Famars — San Pietro — 2e Mayence — 1er Arlon — Valenciennes — Dunkerque — Hondschoote — Avesnes (en) — Méribel — Menin — 1re Wissembourg — Kaiserslautern — Maubeuge — Wattignies — Wœrth — 2e Wissembourg — Martinique — St-Florent (en) — Bastia (en) — Guadeloupe — 2e Arlon — 1er Landrecies — Villers-en-Cauchies (en) — Troisvilles (en) — Mouscron (en) — Tourcoing — Tournai — Ouessant (navale) — Fleurus — Calvi — Tripstadt (en) — Sprimont — Luxembourg — Helder — Gênes (navale) — Groix (navale) — Quiberon — Hyères (navale) — 3e Mayence — Ettlingen (en) — Friedberg — Neresheim — Irlande (1796) — Droits de l'Homme (navale) — Amberg — Friedberg — Terre-Neuve (en) — Würzbourg (en) — Biberach — Emmendingen — Schliengen (en) — Kehl — Fishguard — Cap Saint-Vincent (navale) — Neuwied — Diersheim (en) — Santa Cruz de Ténérife (navale) — Camperdown (navale)


Guerre du Roussillon
Le Boulou 1 — Mas Deu — Bellegarde — Peyrestortes — Trouillas — Fort-Liberté - Toulon — Le Boulou 2 — Bastan - Orbaitzeta - Roses - Montagne Noire — Golfe de Rosas


Campagne d'Italie
Saorge — 1e Dego — Loano — Voltri (en) — Montenotte — Millesimo — 2e Dego — Ceva (en) — Mondovi — Cherasco — Fombio — Pont de Lodi — Borghetto — Mantoue — Lonato — Castiglione — Peschiera — Rovereto — Bassano — Pont d'Arcole — Rivoli — La Favorite — Faenza —Valvasone — Tyrol —Tarvis (en) — Leoben — Pâques véronaises — Chronologie de la campagne

Coordonnées 42° 45′ 18″ N 2° 51′ 09″ E / 42.755, 2.8525 ()42° 45′ 18″ Nord 2° 51′ 09″ Est / 42.755, 2.8525 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Peyrestortes.

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Peyrestortes.

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Orientales)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Peyrestortes.

La bataille de Peyrestortes s’est déroulée le 17 septembre 1793, à Peyrestortes, près de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, entre les troupes Françaises et les troupes Espagnoles, lors de la Guerre du Roussillon pendant les Guerres de la Révolution française de la Première Coalition.

Préambule[modifier | modifier le code]

En réponse à l'exécution de Louis XVI l’Espagne déclare la guerre à la République française le 17 avril 1793.
L'armée espagnole, bien préparée et aguerrie, sous le commandement du général Antonio Ricardos, bouscule l’armée des Pyrénées orientales, composée de nouvelles recrues qui ne pouvaient qu’opposer qu’une faible résistance.
Elle envahit alors le Roussillon avec environ 25 000 hommes et une centaine de pièces d'artillerie, en passant par Saint-Laurent-de-Cerdans, et se rend maitre du Perthus, de la vallée du Tech (Arles sur Tech, Céret, Trouillas...) et s’approche de Perpignan par le sud.
Les troupes espagnoles scindées en 3 colonnes sont désormais positionnées à :

Le gros des troupes françaises est installés sur une ligne allant de Cabestany à Orles, avec des positions secondaires au nord de Perpignan à Rivesaltes et Salses.

Prélude[modifier | modifier le code]

Début septembre après avoir installé son quartier général à Trouillas, le général Ricardos ayant pour but de prendre Perpignan, attaque, le 3 septembre, le moulin d’Orles[1] situé à moins de 3 km de Perpignan. Le 3e régiment de la cavalerie nationale de Montpellier, le 2e régiment des hussards sous les ordres de Charles-Louis Gau-Fregeville et les artilleurs de Pierre Banel repoussent l’attaque.
Le général Ricardos décide alors de contourner Perpignan par le Nord.
Le 8 septembre 1793, Antonio Ricardos ordonne à la division de Jeronimo Giron-Moctezuma marquis Las Amarillas de quitter Saint Estève par Baixas et de prendre possession de la colline de Peyrestortes en attaquant les 4 000 fantassins français sous les ordres d'Eustache Daoust installés à Rivesaltes. Malgré une résistance acharnée des Français, les espagnols prennent Rivesaltes et les français furent rejetés sur Salses et sur les positions avancée de Perpignan au Vernet[2].
Le 10 septembre, les espagnols mettent en place un second campement, de 10 000 fantassins et 2 000 cavaliers à Peyrestortes[3], coupant ainsi les communications avec Narbonne. Le territoire fertile est traversé par 3 ruisseaux affluents du fleuve Agly : la Llavanera, la Llobera, l'Oms.

Le général Eustache Charles d’Aoust renforce alors le camp du côté du Vernet pour faire face au camp espagnol de Peyrestortes. Les troupes de Joseph Cassanyes redescendent alors rapidement de Cerdagne et s’installent un peu plus au nord, au fort de Salses.
La bataille pour Perpignan est imminente.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 17 septembre 1793, Antonio Ricardos lance deux offensives sur les troupes françaises:

  • le premier, au sud, à partir de Trouillas en direction d’Orles,
  • le second à l'ouest, à partir de Peyrestortes en direction du Vernet.

Combats au sud[modifier | modifier le code]

Au sud, 400 artilleurs bombardement la citadelle de Perpignan à partir de 2 heures du matin. Les troupes espagnoles se déplacent sur Pollestres.
Les troupes françaises des généraux Dagobert, Barbantane, Pérignon et Poinsot contre-attaquent. Les français malgré la perte de 2 000 hommes, font reculer l’ennemi. Les troupes espagnoles refluent dans le désordres vers Le Boulou, et malgré l’insistance de Cassanyes, le général en chef de Flers refuse d'exploiter cet avantage pour les anéantir.

Combat de Vernet et bataille de Peyrestortes[modifier | modifier le code]

A l’ouest, sur la colline du Vernet face à Peyrestortes, la cavalerie de Jeronimo Giron-Moctezuma, surveille, harcèle les artilleurs de Joseph-Charles Mondredon qui a remplacé le général Louis Lemoine. Les avant-postes du camp retranché de Vernet sont attaqués et les Français sont obligés de céder devant le nombre des assaillants. Toutefois les 40 canons bombardent le camp espagnol et les troupes du général Charles de Eustache d'Aoust sont renforcées par 6 000 hommes venant du camp de l’Union [4] permettant, dans un premier temps de tenir la position.
Une fois les renforts totalement arrivés, les Français lancent alors une contre attaque en 4 colonnes :

Au petit matin, les Français attaquent la position espagnole de Peyrestortes sous un déluge d’artillerie.
La colonne de gauche, sous les ordre du général Lemoine, contourne les positions ennemies et les prend de revers.
Désormais les Français et les Espagnols sont face à face sur le plateau séparé par le ravin que forme la rivière Llavanera[5].
Le général Louis Antoine Goguet lance alors par surprise ses fantassins à l’assaut des positions espagnoles de Jeronimo Giron-Moctezuma. A la baïonnette les soldats français s’engagent dans un corps à corps jusque tard dans la nuit, repoussant également les contre-attaques de la cavalerie ennemie.

La colonne d’observation du général Soulheirac, passée à droite du dispositif français, ainsi que les soldats de la garnison du Fort de Salses arrivent en renfort, attaquent et percent le flanc droit espagnol.
A 22 heures, les forces du marquis Las Amarillas et de Juan Curten sont en déroute et refluent en désordre au-delà de la Têt vers Ponteilla, Mas Deu et Trouillas.

Cette victoire française marque l'arrêt des attaques contre la citadelle de Perpignan et la fin de la progression espagnole en Roussillon.

Bilan[modifier | modifier le code]

La bataille de Peyrestortes marque l'arrêt des attaques contre la citadelle de Perpignan et la fin de la progression espagnole en Roussillon.
Elle a fait 800 tués, 1 500 blessés et 1 200 prisonniers côté espagnol.
Les Français eurent 300 tués et capturèrent 6 obusiers, 40 canons et, étant rentrés dans le campement espagnol, un important stock d’armes, de vivres etc…

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Troupes françaises ayant participé à la bataille 
(à l'époque on ne parle pas de régiments mais de demi-brigade)

Personnalités[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant combattu à Peyrestortes  :

Notes, sources et référence[modifier | modifier le code]

Entre autres:

  • Les liens cités en liens externes
  1. En 1793, le moulin d'Orles était un groupe de maisons et de granges proche du bois qui borde la rivière Basse. C’est désormais un quartier de Perpignan que l’on peut situer à l’ouest de l’A9, près du marché international Saint Charles, dont une rue porte le nom de Moulin d’Orles
  2. Le Vernet est désormais un quartier de Perpignan situé au nord Situation du Vernet
  3. En 1793, 225 habitants habitent le bourg Peyrestortes bati sur un plateau de 95 m de haut situé à 5 km de Perpignan avec le versant Est abrupte et celui d'Ouest qui s'incline doucement vers la route de Narbonne.
  4. Le camp de l'Union également appelé camp du mas Ros ou du mas Conte était situé à 3 km sur la colline la plus haute de la plaine au Sud Ouest de la citadelle de Perpignan au mas de Serrât d'en Vaquer, à droite la colline du moulin d'Orles et à gauche la colline de Cabestany.Camp de l'Union : portes ouvertes
  5. Carte actuelle de Peyrestortes et de la Llavanera sur le site de l’Atlas des zones inondables.
  6. devenu le 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803) le 4e régiment d'infanterie de ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]