Première bataille de Zurich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Zurich.
Première bataille de Zurich
Informations générales
Date 2 au 5 juin 1799
Lieu Rivière Limmat à proximité de Zurich
Issue Victoire autrichienne
Belligérants
Drapeau français République française
Flag of the Helvetic Republic (French).svg République helvétique
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Commandants
André Masséna Charles Louis d'Autriche
Friedrich von Hotze
Forces en présence
30 000 hommes 40 000 hommes
Pertes
1 700 hommes 3 500 hommes
Deuxième Coalition
Batailles
Guerre de la Deuxième Coalition

St George's Caye (navale) · Copenhague (navale) · Algésiras (navale)


Campagne de Hollande
Callantsoog · Vlieter · Krabbendam · Bergen · Alkmaar · Castricum


Campagne de Suisse
Ostrach · 1re Stockach · Winthertur · 1re Zurich · 2e Zurich · Biberach · Engen · 2e Stockach · Moesskirch · Höchstädt · Ampfing · Hohenlinden


Campagne d'Égypte
Prise d'Alexandrie · Chebreiss · Pyramides · 1re Aboukir · Sédiman · Nicopolis · Caire · El Arish · Jaffa · Saint-Jean-d'Acre · Mont-Thabor · 2e Aboukir · Damiette · Héliopolis · 3e Aboukir · Mandora · Canope · Siège d'Alexandrie


2e Campagne d'Italie
Magnano · Cassano · Bassignana · Trebbia · Mantoue · Novi · Montebello · Gênes · Marengo · Pozzolo

Coordonnées 47° 22′ 00″ N 8° 33′ 00″ E / 47.366666666667, 8.55 ()47° 22′ 00″ Nord 8° 33′ 00″ Est / 47.366666666667, 8.55 ()  

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
 Différences entre dessin et blasonnement : Première bataille de Zurich.

La première bataille de Zurich eut lieu du 2 au 5 juin 1799, pendant les guerres de la Deuxième Coalition sur les rives de la Limmat, à proximité de Zurich, entre l'armée française commandée par le maréchal André Masséna et l'armée autrichienne, commandée par l'Archiduc Charles Louis d'Autriche.

40 000 Autrichiens défont 30 000 Français, forcés de se retirer laissant 1 700 morts contre 3 500 chez les Autrichiens.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le général Masséna dispose d'environ 70 000 hommes sur toute la Suisse, mais plusieurs facteurs réduisent ses forces opérationnelles. La République helvétique est une république sœur de la république française et le général français doit donc protéger ses frontières. Ses lignes sont donc très étendues. De plus, depuis le mouvement des forces autrichiennes dans les Grisons, plusieurs cantons[1] sont le cadre d'insurections paysannes anti-françaises.

Les mouvements préliminaires du général autrichien von Hotze, dès le 1er mai, poussent Masséna à édifier un camp retranché aux abords de Zürich. Ce camp, appuyé sur les reliefs alentours, ne sera pas terminé au début de la bataille.

La bataille[modifier | modifier le code]

Conclusions et conséquences[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Principalement les cantons de Schwyz, d'Uri et d'Unterwald

Sources[modifier | modifier le code]