Lucien Bonaparte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison Bonaparte.
Lucien Bonaparte
Lucien Bonaparte par François-Xavier Fabre
Lucien Bonaparte par François-Xavier Fabre
Fonctions
Ministre français de l'Intérieur
24 décembre 17997 novembre 1800
Prédécesseur Pierre-Simon de Laplace
Successeur Jean-Antoine Chaptal
Président du Conseil des Cinq-Cents
23 octobre 179912 novembre 1799
Législature Directoire
Prédécesseur Jean-Pierre Chazal
Successeur Antoine Boulay de la Meurthe, Pierre Daunou et Jean-Ignace Jacqueminot
Député de Corse au Conseil des Cinq-Cents
18 avril 17989 novembre 1799 (18 Brumaire, an VIII)
Élection avril 1798
Biographie
Nom de naissance Luciano Buonaparte
Date de naissance 21 mai 1775
Lieu de naissance Ajaccio
Date de décès 29 juin 1840 (à 65 ans)
Lieu de décès Viterbe
Nationalité Drapeau : France Française
Parti politique jacobin
bonapartiste
Conjoint Christine Boyer,
Alexandrine de Bleschamp

Lucien Bonaparte

Lucien Bonaparte[1],[2] (Ajaccio, 21 mai 1775, - Viterbe, 29 juin 1840), est le troisième[3] fils de Charles-Marie Bonaparte et de Maria-Létizia Ramolino et le second frère de Napoléon Bonaparte. Homme politique français, il est ministre de l'Intérieur (1799-1800) puis tribun (1802). Il est prince romain de Canino, prince français en 1815, puis prince (romain) de Musignano en 1824 et prince (romain) Bonaparte en 1837. Il a douze enfants de son second mariage dont Charles-Lucien Bonaparte (1803-1857), Louis Lucien Bonaparte (1813-1891) et Pierre Bonaparte (1815-1881).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Comme tous les garçons Bonaparte, il fait ses études sur le continent, à Autun, puis à Brienne où il croise son futur illustre frère, mais il renonce à la carrière des armes pour celle de l'Église et entre au séminaire d'Aix-en-Provence. Revenu en Corse, il continue dans cette voie quand la Révolution française vient bouleverser sa vie.

Il a 15 ans et s'enthousiasme pour les idées nouvelles, il devient secrétaire particulier de Pascal Paoli, mais en 1793, à la mort de Louis XVI, Lucien, devenu jacobin se brouille avec Paoli et ourdit contre lui un complot qui échoue et qui provoque le bannissement de Corse de toute la famille Bonaparte. Réfugié à Saint-Maximin, il y épouse Christine Boyer, la fille de son aubergiste en 1794. Jacobin (il prend le nom de Brutus, en hommage au personnage de la Rome antique qui assassina Jules César pour « sauver la République »), ami de Robespierre, il est victime de la répression à la chute de ce dernier et est emprisonné un temps. Il n'a que 19 ans et, grâce à son frère devenu général, il obtient un poste de commissaire des guerres à l'armée du Nord une fois l'agitation de Thermidor retombée.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Portrait par Robert Lefèvre.

Il vient à Paris, fréquente Barras, la montée en puissance de Napoléon lui est favorable. Il entame une carrière politique dans le sillage de son frère mais souhaite se consacrer à sa région d'origine. Député aux Conseil des Cinq-Cents pour la Corse en 1798, il en était président le jour du 18 brumaire et avait avec Sieyès activement préparé le coup d'État mais n'en tira que peu de profit.

Il est, en tant que député, membre de la commission chargée de proposer une loi répressive des délits de la presse, antécédent historique à la liberté de la presse, ladite presse étant, à l'époque, placée sous la surveillance de la police par la loi du 19 fructidor de l'an V.

Il devient ministre de l'Intérieur sous le Consulat à partir du 24 décembre 1799, mais il fait de l'ombre au Premier Consul qui l'envoie pendant un an ambassadeur en Espagne ; il y fait prévaloir l'influence française contre le parti britannique et regagne par là les bonnes grâces du premier consul, bien qu'il ait touché plusieurs pots-de-vin des Espagnols et des Portugais. De retour en France, il est membre du Tribunat en 1802 mais finalement, sa mésentente avec Napoléon le fait s'écarter de la course au pouvoir, il accepte cependant un mandat au Sénat conservateur.

Sa première femme meurt en couches en 1800, le laissant père de deux enfants. Il se remarie avec une veuve, Alexandrine de Bleschamp veuve Jouberthon, qui vient de lui donner un fils en 1803, Charles Lucien, union qui provoque la fureur du futur empereur et force Lucien à partir à Rome, à se retirer auprès du pape Pie VII, dont il s'était concilié l'amitié en 1801 en soutenant le Concordat. Refusant de se séparer de sa femme, en 1804, il ne récolte rien des honneurs et promotions du sacre impérial et sa famille est déclarée non dynaste en France. La mésentente avec Napoléon, qui lui doit pourtant en grande partie le pouvoir, est telle que Lucien, selon Chaptal, aurait demandé à son frère : "Ne crains-tu pas que la France ne se révolte contre l'indigne abus que tu fais du pouvoir ?" ce à quoi Napoléon lui aurait répondu : "Ne crains rien, je la saignerai tellement au blanc qu'elle en sera de longtemps incapable". De plus, si Lucien se voit réprouver par son frère son deuxième mariage, lui aussi critique le mariage de son frère avec Joséphine. Toujours, selon Chaptal, il lui aurait dit : "Et toi aussi, tu as épousé une veuve. Mais la mienne n'est ni vieille ni puante." La tension est forte entre les deux hommes, notamment donc du fait de la volonté de Napoléon de décider des conjoints des membres de sa famille. Lucien a dit alors à Roederer à propos de Napoléon : "Je l'honore, je le respecte, je l'admire comme chef de gouvernement, je ne l'aime plus comme un frère."[4]

Il se fixe près de Viterbe dans la terre de Canino, que le pape érige pour lui en principauté. La réconciliation ne se fait pas avec Napoléon, si bien que Lucien veut partir aux États-Unis. En 1810, c'est au cours de cette traversée qu'il est arrêté par les Britanniques et emprisonné jusqu'en 1814. En exil à Rome depuis mai 1814, il est fait prince de Canino le 31 août de cette année par le pape Pie VII[5].

Il apprend en 1815 le retour de Napoléon de l'île d'Elbe et décide immédiatement de rentrer en France. L'empereur accepte de le recevoir et ils se réconcilient. Il est cette fois pair de France (2 juin 1815, faisant de Lucien, ipso facto un comte de l'Empire[6]), et prince français et couvert d'honneurs (néanmoins il demeure exclu de la succession impériale pour cause de mariage non autorisé par l'empereur). La chute définitive de Napoléon après Waterloo l'oblige à retourner à Rome, étant proscrit sous la Restauration. Il sera fait prince de Musignano le 21 mars 1824 par le pape Léon XII, prince Bonaparte par Grégoire XVI en 1837, mais mourra en exil comme simple particulier en 1840. Ses descendants ne seront que « princes Bonaparte » sous Napoléon III, avec prédicat d'Altesse pour le seul aîné d'entre eux.

Les papiers personnels de Lucien Bonaparte et de ses descendants sont conservés aux Archives nationales sous la cote 103AP[7].

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Deux enfants (non identifiés) de Lucien, miniature sur émail de Daniel Saint, musée du Louvre.
  • Marié le 4 mai 1794 avec Christine Boyer (1771-1800), dont :
    • Philistine Charlotte Bonaparte née à Saint-Maximin le 22 février 1795, morte à Rome le 6 mai 1865, princesse française et altesse impériale (1815), princesse Bonaparte et altesse (1853), alliée à don Mario Gabrielli, 3e prince de Prossedi (1773-1841) puis en 1842 au chevalier Settimio Centamori.
    • nn Bonaparte (1796-1796)
    • Victoire Bonaparte (1797-1797)
    • Christine-Égypta Bonaparte née à Paris le 19 octobre 1798, morte à Rome le 19 mai 1847, princesse française et altesse impériale (1815), alliée en 1818 à Arvid comte Posse, chambellan à la cour de Suède puis en 1824 à Lord Dudley Coutts Stuart, député à la Chambre des communes.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Accomplissements littéraires[modifier | modifier le code]

Parallèlement, Lucien s'intéressait beaucoup à la vie littéraire et écrivit lui-même quelques ouvrages, ce qui lui valut un fauteuil à l'Académie française en 1803 à l'âge de 28 ans. Il était aussi un assidu du salon de Mme Récamier. Il composa deux poèmes épiques : Charlemagne et La Cyrnéïde ou la Corse sauvée. Il avait été admis à l'Institut, et fut un des premiers protecteurs de Pierre-Jean de Béranger.

Les œuvres de Lucien Bonaparte[modifier | modifier le code]

  • La Tribu indienne, ou Edouard et Stellina, roman, Paris 1799 (trad. en anglais et en allemand)
  • Charlemagne ou l'Église sauvée, poème épique en 24 chants, Paris 1815 (traduit en anglais)
  • La Cyrnéïde ou la Corse sauvée, 12 chants, Paris 1819
  • Aux citoyens français membres des colléges electoraux, Le Mans 1834
  • La vérité sur les Cent-Jours, Paris 1835
  • Mémoires de Lucien Bonaparte, prince de Canino, écrits par lui-même, Paris 1836
  • Mémoire sur les vases étrusques, Paris 1836
  • Le 18 Brumaire, Paris 1845

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il fut déclaré et connu dans la première partie de sa vie sous le patronyme « de Buonaparte », son père Charles Bonaparte portant la particule dès avant son intégration à la noblesse française. Charles Bonaparte imposa la graphie avec le u avant le o bien que sa famille et lui-même aient aussi utilisé le nom Bonaparte sans le u ; ainsi, sur l'acte de mariage de Charles Bonaparte celui-ci est mentionné comme Carlo de Bonaparte. Par ailleurs, la famille Bonaparte parlant italien en Corse, il était appelé Luciano mais dès son enfance et son arrivée en France, on utilisa la forme française Lucien.
  2. Hervé Pinoteau, Vingt-cinq ans d'études dynastiques, Paris, Ed. Christian, 1982, p.228.
  3. Il est le quatrième fils si on prend en compte un Napoléon mort peu après sa naissance.
  4. André Castelot, Bonaparte, pages 600/602
  5. Monument de Canino
  6. Brune sur napoleon-monuments.eu
  7. Archives nationales


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 1, Bureau de l'administration,‎ 1842 (lire en ligne) ;
  • « Lucien Bonaparte », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]