Royaume de Prusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Royaume de Prusse
Königreich Preußen (allemand)

17011918

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

Le royaume de Prusse au sein de l'Empire allemand en 1871

Informations générales
Statut Monarchie, État du Saint-Empire romain germanique (jusqu'en 1806), puis de l'Empire allemand (à partir de 1871)
Capitale Berlin
Histoire et événements
26 décembre 1701 Couronnement de Frédéric Ier de Prusse
7 novembre 1918 Instauration de la république
Roi
(1e) 1701-1713 Frédéric Ier
(De) 1888-1918 Guillaume II

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le royaume de Prusse (en allemand : Königreich Preußen) est un État européen formé en 1701, intégré en 1871 à l'Empire allemand, dont il est la composante principale ; il disparaît en 1918 lorsque l'Allemagne devient une République.

Le royaume de Prusse devient un Etat de rang européen avec le règne de Frédéric II (1742-1786), joue un rôle essentiel de 1792 à 1815 comme adversaire de la France (guerres de la Révolution et de l'Empire), de 1815 à 1866 comme adversaire de l'Autriche (unification de l'Allemagne excluant l'Autriche), et en 1870-71 de nouveau comme adversaire de la France (guerre franco-prussienne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Depuis 1618, l'électorat de Brandebourg (relevant du Saint-Empire) et le Duché de Prusse (relevant de l'Etat polonais) sont unis dans le cadre d'une union personnelle par la dynastie des Hohenzollern, formant une entité appelée Brandebourg-Prusse.

La fondation du royaume[modifier | modifier le code]

En 1688, commence le règne du prince-électeur de Brandebourg et duc de Prusse Frédéric III : c'est lui qui va obtenir de l'Empereur un titre royal depuis longtemps convoité.

Par le traité de la Couronne (en allemand : Krontraktat), signé à Vienne le 16 novembre 1700, l’Empereur Léopold Ier accorde ce droit  : le 18 janvier 1701, Frédéric III, électeur du Saint-Empire romain germanique, devient Frédéric Ier, roi en Prusse. Personne en effet ne peut être couronné roi à l'intérieur du Saint-Empire romain germanique), mais la Prusse se trouve à l'extérieur. Frédéric se couronne lui-même dans la chapelle du château de Königsberg (actuelle Kaliningrad). Désormais, toutes les possessions des Hohenzollern sont réunies au sein du royaume prussien.

En 1698, Frédéric avait demandé à Andreas Schlüter la transformation du château de Berlin, en prévision de son élévation à la dignité royale, puis, en 1700, sur l'initiative de Leibniz, Berlin accueille la troisième Académie des sciences en Europe. Il fait également construire pour sa femme Sophie-Charlotte un somptueux château à Charlottenburg, ville alors située hors de Berlin. Enfin, en 1711, Antoine Pesne, d'origine française, devient peintre de la Cour. Mais toute cette politique d'apparat, due en partie aux appétits de prestige du nouveau roi, coûte cher : la cour dépense la moitié des revenus annuels.

Frédéric Ier de Prusse.

Frédéric-Guillaume Ier, le « roi-sergent »[modifier | modifier le code]

En 1713, Frédéric-Guillaume Ier devient roi en Prusse. Il est resté comme le Soldatenkönig, le roi-sergent. C’est un roi qui aime les beuveries, les tabagies et les chants guerriers. Il s’entoure d’une garde de géants, célèbre dans toute l’Europe, pour laquelle il fait recruter de gré ou de force des géants partout sur le continent. Mais Frédéric-Guillaume se caractérise par un sens aigu du devoir envers l’État. Il consolide le royaume, renfloue les caisses par une économie austère, et fait de l’armée prussienne l’une des plus fortes du continent avec 76 000 hommes (à cette époque, la France en compte à peine le double et elle est beaucoup plus peuplée que la Prusse). Malgré son implication dans la guerre du Nord, et l’acquisition de Stettin et de la Poméranie occidentale, Frédéric-Guillaume s’occupe surtout de perfectionner son armée, notamment en organisant des recrutements et un nouveau découpage en cantons : depuis 1711, chaque régiment se voit attribuer un canton dans lequel il peut effectuer ses recrutements. Ce faisant, il lègue à son fils une puissante machine de guerre dont lui-même ne s'est pas servi.

L'avènement d'une puissance[modifier | modifier le code]

La Prusse de Frédéric le Grand[modifier | modifier le code]

La Prusse en 1740.
Frédéric II.

Frédéric devient roi en 1740 sous le nom de Frédéric II, Frédéric le Grand. C’est un jeune homme de vingt-huit ans, d’éducation et de culture française, admirant Voltaire. Son père l’a souvent traité de fillette et il semble mal préparé à monter sur le trône, mais il se révèlera un redoutable stratège et un véritable despote éclairé.

Grâce à l’armée de son père, il peut attaquer l’Autriche de Marie-Thérèse : en 1742, il conquiert la Silésie, région à majorité catholique très riche, qui augmente considérablement le territoire de la Prusse et sa population, ainsi que le comté de Glatz. C’est le déclenchement de la guerre de Succession d'Autriche, ou Première Guerre de Silésie qui trouve son origine dans la Pragmatique Sanction : Charles VI d’Autriche (devenu empereur du Saint-Empire après la mort de son frère) n’ayant pas d’héritier mâle, réussit en 1713 à faire accepter des chancelleries européennes la « Sanction » qui permettait à sa fille Marie-Thérèse d’hériter de ses possessions en Europe centrale. À sa mort en 1740, Marie-Thérèse devint donc archiduchesse d’Autriche, mais plusieurs pays européens ne l’entendaient plus de cette oreille, Frédéric le premier. Après une guerre de huit ans, l’acquisition du duché de Silésie est confirmée à Frédéric II.

Mais, soucieuse de reconquérir la Silésie, Marie-Thérèse s’allie avec la tsarine Élisabeth, de son côté George II, roi de Grande-Bretagne et électeur de Hanovre s’allie avec la Prusse. Sentant l’encerclement le menacer, Frédéric prend l’initiative et envahit la Bohême et la Saxe en 1756. La guerre de Sept Ans, ou Seconde Guerre de Silésie, commence. La guerre oppose l’Autriche, la France, la Suède, la Russie, l’Espagne et la Saxe d’une part et la Prusse ainsi que la Grande-Bretagne d’autre part. Très vite, la situation devient dramatique : pratiquement seul contre tous, le Brandebourg est envahi, Berlin assiégée. C’est alors que, le jour de Noël 1761, la tsarine Élisabeth meurt, et son neveu, Pierre III, est couronné tsar en janvier 1762. Admirateur de la Prusse et en premier lieu de Frédéric, Pierre conclut la paix avec le Hohenzollern et, peu après, la guerre se termine ; la Prusse est sauvée et le traité d’Hubertsburg en 1763 officialise définitivement le rattachement de la Silésie à la Prusse.

Cependant, le royaume reste, vu son étendue d’Aix-la-Chapelle à Kœnigsberg, morcelé en trois entités : à l’Est, la Prusse ; au centre le Brandebourg et à l’Ouest les possessions occidentales, incluses dans la Kleinstaaterei, terme intraduisible décrivant la mosaïque de principautés de l’Allemagne à cette époque, et l’un des facteurs empêchant la réalisation de l’unité.

Durant son règne de despote éclairé, Frédéric, aussi surnommé le vieux Fritz, confie à Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff la construction à Potsdam, au sud-ouest de Berlin, du palais de Sanssouci, où il fait venir Voltaire et d’autres philosophes constituant une cour disparate et pittoresque. En 1744, il nomme le mathématicien malouin Pierre Louis Maupertuis à la tête de l’Académie des Sciences de Berlin, laquelle compte également Leonhard Euler. Voltaire en fit partie et, à sa mort, après que Louis XVI eut refusé à l'Académie française le droit de célébrer une messe pour le repos de son âme, il en fit solennellement célébrer une à l'église catholique de Berlin, à laquelle assistèrent tous les membres catholiques de son Académie.

La même année, Frédéric obtient le comté de Frise orientale, mais surtout, en 1772, d’un commun accord Russie, Autriche et Prusse se partagent la Pologne : Frédéric obtient la Prusse royale, sauf Thorn et Danzig. Désormais, la Prusse est réunie au Brandebourg. À la fin du règne de Frédéric, le territoire de la Prusse a presque doublé, et le trésor royal a été multiplié par huit.

La Prusse dans les coalitions contre la France[modifier | modifier le code]

La Prusse à la mort du Grand Frédéric en 1786.
La Prusse et l'Europe centrale en 1838

En 1786, Frédéric-Guillaume II, neveu du roi précédent, est couronné roi de Prusse. C’est un roi médiocre qui laisse la réalité du pouvoir à ses ministres (notamment Johann Christoph von Wöllner), mais sous son règne, la Pologne est partagée une deuxième et une troisième fois. La Prusse y obtient la Posnanie et la région de Varsovie.

Sous son règne, Langhans construit la porte de Brandebourg à Berlin (1791), Kant publie Critique de la raison pratique (1788).

En 1797, Frédéric-Guillaume III devient roi de Prusse. Il est confronté aux dernières guerres révolutionnaires puis aux Guerres napoléoniennes. Allié dans un premier temps à la France, il se retourne bientôt contre elle. En 1806, pressée par son allié russe, la Prusse déclare la guerre à la France : l’armée prussienne, malgré sa réputation, est vite défaite, notamment à Iéna et Auerstaedt. Napoléon entre à Berlin ; le roi se replie à Königsberg. En 1807, la Prusse doit signer le traité de Tilsit : l’armée prussienne est réduite à 47 000 hommes et la Prusse est contrainte de procéder à des réformes intérieures (abolition du servage en 1807 ; autonomie accordée aux villes en 1808).

Devant l'occupation française, un profond sentiment national s’éveille alors dans toute l'Allemagne et les Prussiens, sous les ministères du baron vom Stein et du comte von Hardenberg, conservent et entraînent en secret une puissante armée. Mais plus que le roi Frédéric-Guillaume, c’est surtout sa femme Louise qui incarne la résistance face à Napoléon et aux Français.

Après la défection du général Yorck lors de la campagne de Russie (1812), et son exploitation politique par von Hardenberg, l’armée prussienne fond sur les restes de la Grande Armée et, par la bataille décisive de Leipzig, l'oblige à se replier en Rhénanie (1813). L'armée prussienne, menée par le général Blücher, joue un rôle de premier plan dans la Campagne de France (1814). Elle appuie encore de manière décisive l'armée de Wellington pendant les Cent-Jours.

La Prusse après le congrès de Vienne[modifier | modifier le code]

Finalement, les vainqueurs de 1815 remodèlent l’Europe au Congrès de Vienne. Mais les intérêts de la Prusse sont insuffisamment défendus par un von Hardenberg hésitant face à Metternich, et Frédéric-Guillaume doit céder les territoires acquis lors du troisième partage de la Pologne (1795) et une partie des territoires acquis lors du deuxième partage (1793). En revanche, la Prusse obtient pratiquement toute la Rhénanie et toute la Westphalie (formant la Rhénanie prussienne) ainsi que toute la partie nord de l'ancien électorat de Saxe.

Ainsi, les énormes bassins houillers de la Ruhr et de la Sarre lui permettent un essor économique considérable et surtout de mettre en place le Zollverein, une structure d'apparence économique, mais qui en réalité relèguera graduellement au second plan l'autorité des Habsbourg en Allemagne en quelques décennies. L'unité allemande, proposée entre autres par le Baron vom Stein, aurait pu être faite d’ailleurs lors du Congrès de Vienne mais, du fait des réticences des rois et des princes, elle a été retardée d’un demi-siècle.

Emprise de la Prusse dans l’Empire allemand.

L'unification de l'Allemagne par la Prusse[modifier | modifier le code]

En 1840, Frédéric-Guillaume IV est couronné roi de Prusse. L’événement majeur de son règne est la Révolution de Mars à Berlin. Les parlements sont dissous et les nouvelles assemblées proposent au Roi la couronne impériale d’Allemagne. Ce dernier refuse car l’assemblée n’est pas légitime et la Révolution est réprimée. À la fin de son règne, le roi est déclaré inapte à régner du fait de l’altération de ses facultés mentales ; c’est son frère Guillaume qui assure la régence jusqu’à la mort du roi.

En 1861, Guillaume de Hohenzollern est couronné roi sous le nom de Guillaume Ier. Un an plus tard il choisit le comte Bismarck, un pur junker, comme chancelier. Par sa politique belliqueuse et pragmatique (Realpolitik), ce ministre réalise en l'espace d'une décennie l’Unité allemande en évinçant militairement les Habsbourg de l'Allemagne du Nord. La guerre des Duchés, une guerre commune avec l’Autriche contre le Danemark, donne en 1864 conjointement à la Prusse et à l’Autriche la gestion des duchés de Schleswig et de Holstein. Puis, prenant prétexte de la mauvaise gestion autrichienne en Hesse, Bismarck déclare la guerre à l’Autriche en 1866. Ceux qui prévoyaient que la guerre austro-prussienne serait longue et se solderait par la victoire de l’Autriche voient leurs prévisions complètement bouleversées : en moins de trois semaines, par les batailles de Langensalza et Sadowa, l’armée prussienne, bénéficiant d'un armement moderne (canons Krupp et fusils chargés par la culasse et non plus la bouche ), ne fait qu’une bouchée de l’armée autrichienne, hétéroclite, mal entraînée et mal commandée. La Prusse annexe ainsi, outre les duchés de Schleswig et du Holstein, le Hanovre, Francfort, la Hesse et le Duché de Nassau. Désormais, la Prusse est un territoire d’un seul tenant du Rhin au Niémen. Il ne reste plus à Bismarck qu'à faire reconnaître l'Unité allemande grâce à la guerre franco-prussienne de 1870. Habilement trompée par la « Dépêche d'Ems », la France déclare la guerre à la Prusse, prenant la responsabilité des hostilités. Là aussi, l’armée prussienne, mais également bavaroise et wurtembergeoise, sous le commandement de Von Moltke, écrase l’armée française en deux semaines. Les Prussiens assiègent Paris et par le traité de Francfort (1871) annexent l’Alsace-Lorraine. Ils obligent la France à payer une indemnité de cinq milliards de francs-or.

La Proclamation de l'Empire allemand à Versailles. Tableau d'Anton von Werner.

La Prusse dans l'Empire allemand[modifier | modifier le code]

La période bismarckienne (1871-1890)[modifier | modifier le code]

Le 18 janvier 1871, 170 ans après que Frédéric Ier a été couronné roi de Prusse, Guillaume Ier reçoit la couronne de l’Empire allemand des mains des princes allemands, réunis dans la Galerie des Glaces du château de Versailles. Bismarck a atteint son but : l’unité allemande est achevée. Mais l’Empire est une fédération de 25 États réunis sous l’égide de la Prusse, et certains États conservent un particularisme très fort, comme la Bavière. Cette Bavière de Louis II, qui s’est fait octroyer par Bismarck des droits importants pour prix de son adhésion à l’Unité.

En 1888, Frédéric III est couronné roi de Prusse et empereur d’Allemagne, mais il meurt d'un cancer trois mois plus tard, et son fils Guillaume lui succède sous le nom de Guillaume II.

En 1890, il renvoie Bismarck et nomme des chanceliers qui lui sont dévoués, tels Bethmann-Hollweg.

La période wilhelminienne (1890-1918)[modifier | modifier le code]

L'industrie allemande, qui est essentiellement prussienne (Ruhr, Brandebourg, Silésie), s'impose vers 1890 comme la deuxième au monde après le Royaume-Uni. Sur les marchés étrangers, les biens manufacturés allemands remportent un succès croissant, amenant les autorités britanniques à imposer l'étiquetage Made in Germany sur les biens importés de l'Empire allemand. Mais l'exode rural a bouleversé en quelques décennies la structure démographique du pays, désormais essentiellement urbain ; et malgré une industrie chimique de premier plan, la Prusse est dépendante des grands empires coloniaux britanniques et français pour alimenter son industrie en matières premières (pétrole, papier, caoutchoucetc.) et pour le secteur agroalimentaire.

La Première Guerre mondiale, liée en partie à la recherche désespérée de nouveaux débouchés pour l'Empire allemand, dans une économie mondiale dominée par les grands ensembles coloniaux, s'ouvre sur une série de succès, tant sur le front Est qu'en Belgique. Mais après la défaite de la bataille de la Marne et les difficultés des alliés autrichiens en Serbie, et ottomans en Grèce, l'économie du pays bascule rapidement dans la récession. Le manque de matières premières amène les industriels et les chercheurs à développer le recyclage des matériaux et à mettre au point divers ersatz (comme le Buna), mais la famine touche sérieusement la population urbaine à partir de 1917.

La perte des Dardanelles, l'effondrement du front ouest à l'automne 1918 et l'explosion révolutionnaire dans les grands centres urbains balaient l’Empire allemand et les Hohenzollern ; Guillaume II abdique en novembre 1918 et se réfugie aux Pays-Bas; dans un contexte de crise politique et économique, l’Allemagne se constitue en une république (la République de Weimar) dont la Prusse n'est plus qu'un simple Land : l'État libre de Prusse (Freistaat Preußen).

L'organisation du royaume[modifier | modifier le code]

Les provinces de Prusse en 1914[modifier | modifier le code]

La Prusse en 1905 avec 12 provinces

À la veille de Première Guerre mondiale, le Royaume de Prusse était divisée en 14 provinces :

Les 14 provinces comprennent des Régences ou Présidences (Bezirke) et celles-ci des Cercles (Kreise). Chaque province a un parlement élu par celui des cercles.

Drapeaux du Royaume de Prusse[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]