Monarchisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le monarchisme est une doctrine politique qui prône la monarchie, c’est-à-dire une forme de gouvernement dans laquelle une seule personne fonde l'autorité de l'État. Le mode de désignation du monarque n'est pas nécessairement héréditaire : il peut dans de rares cas être élu, comme les empereurs du Saint-Empire romain germanique, les doges de la République de Venise ou (encore actuellement) les Papes de l'Église catholique romaine.

Cependant, les mots monarque et monarchisme sont presque toujours utilisés à la place de ceux de roi et royalisme, en particulier dans les textes de ceux qui critiquaient la royauté sous l'Ancien Régime. On parle aussi, avec le présidentialisme, de monarchie républicaine.

Types de monarchie[modifier | modifier le code]

Si l'on admet l'identification entre royauté et monarchie, plusieurs monarchies sont concevables :

  • La monarchie de droit divin, système qui considère que toute autorité vient de Dieu, et que le roi est considéré comme Son lieutenant temporel et doit protéger l'Église catholique. Ce système repose sur plusieurs grands thèmes fondateurs, en particulier le baptême de Clovis, les royautés de Salomon et David, la « mission divine de la France », etc.
  • La monarchie absolue désigne une conception de la légitimité des sources du pouvoir ; la monarchie absolue est un système dans lequel le "pouvoir d'un seul" (le monarque) ne découle pas d'une désignation populaire ou nobiliaire et trouve sa source en soi, et, à l'inverse, il est la source de tout pouvoir (étymologiquement, le « comte » (comes, itis, « l'envoyé ») est un commis du roi). "Source du Droit", la personne du roi ou de la reine n'est en concurrence avec personne : ni avec la noblesse, ni avec une représentation (parlement, conseil) qui n'est qu'éventuelle et n'est conçue que comme un moyen de gouverner. Le principe monarchique comme source de tout pouvoir légitime, est un absolu.

L'absolutisme concerne la source du pouvoir et non son exercice : l'exercice de la monarchie absolue française est délimitée par les Lois fondamentales du royaume de France et les lois et coutumes des différentes provinces et corps de l'État de la France d'Ancien Régime que le roi s'engage à respecter lors de son sacre.

  • La monarchie constitutionnelle, système dans lequel les prérogatives du roi sont définis et limitées par une constitution écrite.
  • La monarchie parlementaire, système dans lequel le roi indépendant des partis, exerce une autorité morale, magistrature suprême d'influence et d'arbitrage dans la vie politique, le gouvernement, étant seul responsable devant le parlement:
    • La monarchie parlementaire, dès lors qu'elle est dotée d'une constitution, est par définition une monarchie constitutionnelle, comme c'est le cas en Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en Suède, au Luxembourg, à Monaco, au Cambodge, Maroc ou comme ce fut le cas en France de 1814 à 1848, sous la première et la seconde Restauration et la Monarchie de Juillet.
    • Toutefois, il existe des cas où la monarchie parlementaire n'est pas constitutionnelle, comme au Royaume-Uni, dépourvu de constitution écrite mais disposant de lois fondamentales du royaume et de droits coutumiers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Travaux universitaires[modifier | modifier le code]

  • 2005 - Absolut de la Gastine Eléonore, Le Retour des émigrés royalistes à Paris au début de la Restauration, mémoire de maîtrise, sous la direction de J.-O. Boudon, université Paris IV-Sorbonne.
  • 2003 - Tartaud-Gineste Cédric, Les Protestants royalistes en France au XXe siècle, sous la direction de Jean-Pierre Chaline, université Paris IV-Sorbonne.
  • 2001 - Lamorre-Cargill Vanessa, L’Étudiant français et la jeunesse royaliste au Quartier Latin (1934-1939), sous la direction de R. Sanson et Ch. Charle, université Paris 1.
  • 1999 - Goutaland Cyril, "La République lyonnaise", journal royaliste, 1927-1932, 281 p. Lyon-2.
  • 1969 - Clenet Louis-Marie, La Droite en Vendée de 1900 à 1940 : du royalisme au nationalisme, maîtrise de sciences politiques, université de Bordeaux.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]