Bataille du pont de Lodi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Pont de Lodi
Bonaparte donnant ses ordres à la bataille de Lodi  par Louis-François Lejeune
Bonaparte donnant ses ordres à la bataille de Lodi
par Louis-François Lejeune
Informations générales
Date 21 floréal an IV
10 mai 1796
Lieu Sur la rivière Adda,
sud-est de Milan
Issue Victoire tactique et stratégique française
Belligérants
Drapeau de la France République française Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Commandants
Napoléon Bonaparte Karl Philipp Sebottendorf
Forces en présence
9 500 hommes 17 500 hommes
Pertes
1 000 morts ou blessés 3 200 morts ou blessés
2 000 prisonniers
14 canons
Première Coalition
Batailles
Guerre de la Coalition

Porrentruy · Marquain · Verdun · Thionville · Valmy · Lille · 1er Mayence · Jemappes · Limbourg · Anderlecht · Namur · Maastricht · Francfort · Neerwinden · Landau (en) · St-Amand (en) · Famars · San Pietro · 2e Mayence · 1er Arlon · Valenciennes · Dunkerque · Hondschoote · Avesnes (en) · Méribel · Menin · Bergzabern · 1re Wissembourg · Kaiserslautern · Maubeuge · Wattignies · Wœrth · 2e Wissembourg · Martinique · Saint-Florent · Bastia · Guadeloupe · 2e Arlon · 1er Landrecies · Villers-en-Cauchies (en) · Troisvilles (en) · Mouscron (en) · Tourcoing · Tournai · Ouessant (navale) · Fleurus · Calvi · Tripstadt (en) · Sprimont · Luxembourg · Helder · Gênes (navale) · Groix (navale) · Quiberon · Hyères (navale) · 3e Mayence · Ettlingen (en) · Friedberg · Neresheim · Irlande (1796) · Droits de l'Homme (navale) · Amberg · Friedberg · Terre-Neuve · Würzbourg (en) · Biberach · Emmendingen · Schliengen (en) · Kehl · Fishguard · Cap Saint-Vincent (navale) · Neuwied · Diersheim (en) · Santa Cruz de Ténérife (navale) · Camperdown (navale)


Guerre du Roussillon
Bataille du Boulou (1793) (es) · Mas Deu · Bellegarde · Perpignan · Peyrestortes · Trouillas · Fort-Liberté · Toulon · Le Boulou 2 · Les Aldudes · Bastan · Orbaitzeta · Roses · Montagne Noire · Golfe de Rosas


Campagne d'Italie
Saorge · 1e Dego · Loano · Voltri (en) · Montenotte · Millesimo · 2e Dego · Ceva (en) · Mondovi · Cherasco · Fombio · Pont de Lodi · Borghetto · Mantoue · Lonato · Castiglione · Peschiera · Rovereto · Bassano · Pont d'Arcole · Rivoli · La Favorite · Faenza · Valvasone · Tyrol · Tarvis (en) · Leoben · Pâques véronaises · Chronologie de la campagne

Coordonnées 45° 19′ N 9° 30′ E / 45.3167, 9.545° 19′ Nord 9° 30′ Est / 45.3167, 9.5  

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

(Voir situation sur carte : Lombardie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du pont de Lodi.

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du pont de Lodi.

La bataille du pont de Lodi oppose, le 10 mai 1796 (21 floréal an IV), l’armée d'Italie du général Bonaparte aux armées coalisées commandées par le général Sebottendorf, pour la prise du pont de Lodi sur l’Adda. Elle conclut de manière victorieuse la deuxième partie de la campagne d’Italie.

Campagne précédant la bataille[modifier | modifier le code]

Bonaparte surprend tout le monde par son début de campagne : il sépare les armées Austro-Sardes, lors des batailles de Montenotte et Mondovi, et contraint cette dernière, forçant le royaume de Piémont-Sardaigne à signer l'armistice de Cherasco, le 28 avril, puis le traité de Paris, le 15 mai. Il trompe ensuite le général Beaulieu en franchissant, après un petit engagement au cours duquel le général Laharpe trouve la mort, le à Plaisance alors que le général autrichien l’attendait 80 km plus en amont, à Valenza. Beaulieu réussit néanmoins à éviter d’être tourné et à franchir l’Adda et la Mincio mais il doit abandonner Milan. Bonaparte borde alors l'Adda à hauteur de Pizzighetone mais les défenses ennemies sont trop puissantes à cet endroit-là. Il longe l'Adda vers le nord et parvient à Lodi. C'est ici qu'il trouve la faille dans le dispositif adverse : l’arrière-garde autrichienne, commandée par Sebottendorf, qui cherche à détruire le pont.

Conditions de la bataille[modifier | modifier le code]

Le général Sebottendorf dispose de 17500 hommes. Il a rangé ses soldats sur deux lignes : trois bataillons au débouché du pont appuyés par 20 canons, cinq autres en arrière avec la cavalerie.

L'armée française qui arrive sur l'autre rive compte 9 500 hommes, dirigés par Lannes, Dallemagne et Masséna. Elle commence par établir ses canons le long de la rive, de manière à empêcher les sapeurs autrichiens de faire sauter le pont.

Bonaparte envoie Kilmaine chercher un gué au sud, et Beaumont au nord, avec leurs cavaliers. Si tout va bien, ils déboucheront dans deux heures à droite et à gauche des Autrichiens, forçant la décision.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Vers dix-huit heures, apercevant le gros de la division Masséna qui s'approche en arrière de Lodi, Bonaparte parcourt les rangs. Il s'agit de convaincre ces fantassins qui ont marché depuis six heures du matin de courir sous le feu vers l'autre rive, avec une chance sur trois d'arriver vivant de l'autre côté.

Les Savoyards sous les ordres du chef de bataillon Dupas, commandant le 2e de carabiniers, reçoivent la mission d'être les premiers à franchir le pont. Les Autrichiens retiennent leur feu puis tirent à mitraille sur les premiers qui s'engagent. Autour de Dupas, c'est un massacre, l'assaut se rompt. Voyant que ce coup d'arrêt peut tout perdre, les généraux réagissent, Masséna, Dallemagne, Berthier et Cervoni, suivis par leurs aides de camp, se ruent en avant au cris de « Vive la République ». Cette charge des chefs fait merveille. En quelques minutes deux compagnies abordent l'autre rive. Beaucoup sont tombés mais les tirs ont fait de la fumée, habitués aux torrents de la montagne, les Savoyards ont remarqué que la profondeur du fleuve diminue d'un coup. Ils se glissent dans le flot rapide et débouchent du pont en hurlant. La première ligne autrichienne cède.

Au moment où la deuxième ligne contre-attaque, les cavaliers français du général Beaumont, arrivés à temps, ont fait le tour par le nord et chargent le flanc droit ennemi. La cavalerie napolitaine ne peut que protéger la retraite des Autrichiens à dix-neuf heures.

Bilan[modifier | modifier le code]

Bonaparte entre à Milan, capitale de la Lombardie, quelques jours plus tard. Après avoir conquis le Piémont, l’armée française s’empare de la Lombardie, et élimine une armée de l'empereur d'Autriche.

Hommages[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Bataille de Lodi, Napoleon: Total War de Sega (2010)