Philibert-Louis Debucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Debucourt.
La Belle Frascatane.
(Aquatinte de Philibert-Louis Debucourt d'après Raphaël.)
Réjouissances données par la Ville de Paris aux Halles, le 21 janvier 1782, à l'occasion de la naissance du dauphin
musée Carnavalet
La Galerie de bois au Palais-Royal, Musée Marmottan Monet (Huile sur toile, 1798).
Calendrier républicain pour l'an II. (Estampe au lavis (1794).)
La fête des Loges au XVIIIe siècle, dessin

Philibert-Louis Debucourt (né le 13 février 1755 à Paris et mort le 22 septembre 1832 (à 77 ans) à Belleville) est un peintre et graveur français, connu pour ses tableaux de genre.

Sa vie et son œuvre[modifier | modifier le code]

Élève de Joseph-Marie Vien en 1774, il est agréé par l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1781. D’abord peintre de genre dans le style de Jan Van der Heiden, Debucourt s’oriente en 1785 vers la gravure en couleur et devient l’un des maîtres du genre, réalisant des compositions originales lumineuses et d’une grande perfection technique.

Après la Révolution française, il ne réalise plus que des gravures de reproduction à l’aquatinte ou à la manière noire. Il collabore aussi au Journal des dames et des modes[1]. Sa technique reste entière mais l’imagination, le charme et la vivacité de la première période se font rares.

Il réalisa des gravures pour les éditeurs Didot, notamment en 1801 les illustrations pour Héro et Léandre écrit par son ami le chevalier de Quérelles.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Miniatures
  • Fête champêtre, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques
  • Jeune homme et jeune femme dansant, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques
Dessins
  • Profil de jeune homme vers la gauche, Pithiviers, musée d'Art et d'Histoire
Estampes
  • Aux Braves Habitants des chaumières, Paris, musée national des Arts et Traditions Populaires
Peintures
  • Cavalier sur une place, Paris, musée du Louvre
  • La Beuverie, Rouen, musée des beaux-arts
  • La Route du marché, Paris, musée du Louvre, département des Peintures
  • Portrait d'un vieillard, Montauban, musée Ingres
  • Portrait de femme en costume d'écuyère, Rouen, musée des beaux-arts
  • Scène champêtre, Beaune, musée des beaux-arts et musée Marey
  • Trait d'humanité de Louis XVI pendant l'hiver 1785, Versailles, musée national du château et des Trianons
  • Villageois et cavaliers regardant la pantomime, Paris, musée du Louvre, département des Peintures

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annemarie Kleinert, Le Journal des dames et des modes ou La Conquête de l'Europe féminine, Stuttgart, Jan Thorbecke Verlag,‎ 2001, p. 151

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Fenaille, L'œuvre gravé de P.-L. Debucourt, préface et notes de Maurice Vaucaire, Paris, 1900.
  • Henri Bouchot, P.-L. Debucourt, Paris, s. d., (1904), Imprimerie et librairie de l'art, série Les Artistes célèbres.
  • Catalogue de l'exposition Debucourt, Pavillon de Marsan, Paris, 1920. Ce catalogue n° 14 fut publié par la Société pour l'étude de la gravure française. À cette occasion fut édité aussi un album de 50 planches tiré à 150 exemplaires réservé aux « Sociétaires souscripteurs aux exemplaires de luxe et aux obligeants préteurs à l'Exposition Debucourt ».

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :