Francie occidentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Francie.

Francie occidentale
Francia occidentalis (la)

Westfrankenreich (de)

843987

Description de cette image, également commentée ci-après

La Francie occidentale (en rouge) en 870.

Informations générales
Statut Royaume
Capitale Paris
Langue roman, latin
Religion Christianisme
Histoire et événements
843 Traité de Verdun : les trois fils de Louis le Pieux se partagent l'Empire, qui est alors dissout en trois royaumes : Charles le Chauve reçoit la Francie occidentale, Lothaire Ier la Francie médiane et Louis le Germanique la Francie orientale (Germanie)
855 Traité de Prüm : division de la Francie médiane de Lothaire Ier entre ses trois fils.
870 Traité de Meerssen : Charles le Chauve et Louis le Germanique se partage la Lotharingie, le royaume de leur neveu Lothaire II.
877 Promulgation du capitulaire de Quierzy, considéré comme fondateur de la féodalité par l'hérédité des honneurs. Charles le Chauve meurt. Son règne aura été celui de l'apogée artistique de la renaissance carolingienne.
880 Traité de Ribemont : les petits-fils de Charles le Chauve cèdent leur part de la Lotharingie à Louis III de Germanie, fils de Louis le Germanique, qui recueille ainsi l'ensemble de la Lotharingie.
924 Mort de Bérenger Ier, dernier empereur d'Occident couronné.
960 Hugues Capet, héritier des puissants Robertiens, devient duc des Francs.
987 Louis V, dernier roi des Francs carolingiens, meurt sans descendance. Élection d'Hugues Capet avec l'appui de l'Église et des Ottoniens. Fondation de la dynastie capétienne. Instauration du principe de primogéniture masculine pour la succession au trône.
Rois
(1er) 843-877 Charles II le Chauve
(Der) 967-987 Louis V le Fainéant

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Francie occidentale est le royaume que reçut le carolingien Charles le Chauve (840-877) lors du partage de Verdun, en 843. Il s'agit des anciennes régions de Neustrie et d'Aquitaine, avec la partie ouest de l'Austrasie et le nord de la Bourgogne, autrement dit, la France des quatre fleuves. Cette partie apparaît vite comme la seule Francie, puisqu'au Xe siècle, la Francie orientale devient Germanie puis l’Empire (germanique).

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le royaume des Francs occidentaux, les Carolingiens furent déstabilisés par les invasions normandes. Ils sont confrontés à la concurrence d'une branche des Carolingiens, les Comtes de Vermandois et surtout à l'émergence de grandes dynasties territoriales, en particulier celle des Robertiens.

Charles II le Chauve devint roi de Francie occidentale après le traité de Verdun (843). Il fut sacré empereur d'Occident à Rome le , après la mort de son neveu Louis II le Jeune. Il mourut le . Après le règne de Charles II le Chauve, Hugues l'Abbé est le personnage principal des règnes de Louis II le Bègue et des ses fils Louis III et Carloman II.

Charles III le Gros devint ensuite Roi de la Francie Occidentale et réunifia l'Empire quelques années. Il fut déposé et le royaume des Francs éclata à nouveau. En 888, un Robertien, le roi Eudes, est élu Roi de France, mais les Carolingiens sont rétablis avec Charles III le Simple. La lignée robertienne revient à nouveau avec les Rois Robert Ier. Le fils de Robert, Hugues le Grand rétablit le Carolingien Louis IV d'Outremer auquel succédèrent les rois Lothaire et Louis V. Au final les Capétiens (issus des Robertiens) remplacèrent définitivement les Carolingiens. En 987, Hugues Capet est élu Roi des Francs, sa descendance gouvernera la France pendant plus de 800 ans.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Création du terme Francie[modifier | modifier le code]

Le mot Francie a été créé par convention par des historiens pour rendre le mot latin Francia autrement que par France, dont c'est la traduction ordinaire, dès lors qu'on se situe aux époques mérovingienne ou carolingienne. Il est utilisé afin de rendre compte de la multiplicité des royaumes appelés Francia et d'éviter un anachronisme. Certains historiens le remplacent par France pour désigner la Francie occidentale dès la fin de l'emploi de Francia dans les deux autres royaumes issus du partage de 843, avec d'abord la dislocation rapide de la Francie médiane, puis l'abandon du nom Francia dans la Francie orientale avec l'arrivée d'une dynastie non franque sur le trône : ainsi Renée Mussot-Goulard parle de France carolingienne au Xe[1].

Du Moyen Âge au XXe siècle, les auteurs traduisaient Francia par France sans recours à Francie car ils ne voyaient pas de rupture entre les deux concepts de France et Francie, les rois de France étant les successeurs des rois des Francs et le changement de titre s'étant fait progressivement : officiellement, les rois de France porteront exclusivement le titre de roi des Francs, Rex Francorum dans leur titulature latine, jusqu'au XIIIe siècle et encore au XVIIe siècle, des médailles royales reprendront le titre de roi des Francs[2]. Les rois de France étaient d'ailleurs comptés et numérotés à partir des rois mérovingiens[2].

Utilisation du mot Francie pour désigner le royaume[modifier | modifier le code]

  • Dès l’époque mérovingienne, on prit l’habitude de parler de « Francia » pour désigner l'ensemble du royaume des Francs[3].
  • Dans la Francie occidentale qui recouvre l'essentiel le territoire originel de Clovis, dès le VIIe siècle, le terme « Franc » a perdu toute connotation ethnique du fait des mariages mixtes entre Gallo-romains et Francs et de l'enrôlement dans l'armée de non-Germains[4]. Seul le royaume de l'ouest conservera le nom de Francia ou France[5].
  • Charles II le Chauve ne fait d’abord référence qu’à ses années de règne, sans précision géographique, puis à partir de son avènement à l’empire (le 25 décembre 875), sa chancellerie prend le parti de désigner ses années de règne dans le royaume occidentale par le terme de Francia ou Francie. Le royaume occidental est appelé Francie par Hincmar en 876-877 dans les Annales de Saint-Bertin, dans les Annales de Saint-Vaast, par des poètes comme Sedulius Scottus, tout comme dans les formules de date de certains diplômes royaux[6]. * Louis II le Bègue, à partir de 877, reprend un temps l’équivalence entre royaume de l'Ouest et Francie, avant que sa chancellerie ne revienne à l’usage de la datation d’après les seules années de règne[6].
  • Au Xe siècle, l’expression de rex occidentalium francorum figure dans l’œuvre de Richer ; vers 900, l’évêque Asser en Angleterre parle du regnum occidentalium Francorum et l’expression est aussi connue en Lotharingie[7]. Dans les années 911-912, à la suite de la récupération de la Lotharingie, Charles III remet à l’honneur le tire de « rex Francorum » qui sera prédominant chez ses successeurs dans les actes du Xe siècle[8], et renforcera l'identification entre France, royaume des Francs et Francie occidentale.
  • Dans les actes de Louis IV, le mot Francie désigne l'ensemble du royaume des Francs[5]. Chez Gerbert, proche de la cour de l'est, comme chez Flodoard, seuls les rois de l’Ouest ont droit au titre de reges Francorum de même que le regnum Francorum est le seul royaume occidental[9].

Utilisation du mot Francie pour désigner une région[modifier | modifier le code]

Pendant que le mot Francie continue de désigner l'ensemble du royaume, le même terme désigne une partie réduite de son territoire correspondant géographiquement à l'Île-de-France. La Francie s’oppose, alors, à la Bourgogne, l’Aquitaine, la Septimanie, et la Provence[10]. Cette évolution est précoce et les deux usages larges et restreints peuvent cohabiter chez un même auteur, par exemple chez Flodoard au Xe siècle, chez qui le mot Francie désigne l’espace situé entre Loire et Meuse, ou bien la totalité du royaume des Francs de l’ouest[9]. Un phénomène analogue se produit dans le royaume de Francie orientale pour la région correspondant à la Franconie et à la Lotharingie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Renée Mussot-Goulard, La France carolingienne : 843-987, Paris, éd. Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1988, 1994.
  2. a et b Hervé Pinoteau, La symbolique royale française, Ve - XVIIIe siècles, PSR éditions, p. 115.
  3. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe-XIe siècle), éd. Fayard, août 1996, p. 68.
  4. Gabriel Fournier, Les Mérovingiens, Presses universitaires de France, collection Que sais-je ?, juin 1987, p. 107.
  5. a et b Hervé Pinoteau, La Symbolique royale française, Ve -XVIIIe siècles, PSR éditions, p. 115.
  6. a et b Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe-XIe siècle), éd. Fayard, août 1996, p. 70.
  7. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe-XIe siècle), éd. Fayard, août 1996, p. 76.
  8. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe-XIe siècle), éd. Fayard, août 1996, p. 89.
  9. a et b Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe-XIe siècle), éd. Fayard, août 1996, p. 79.
  10. Carlrichard Brühl, Naissance de deux peuples, Français et Allemands (IXe-XIe siècle), éd. Fayard, août 1996, p. 78.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]