Wikipédia:Sondage/Écriture inclusive

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Le vote n'est pas ouvert.


Présentation[modifier le code]

Ce sondage a pour but de consulter la communauté sur l'utilisation du langage inclusif qui est un thème récurrent comme en témoigne le marronnier et qui génère nombres de débats. Merci d'argumenter brièvement, et de poster vos arguments et vos sources en Discussion Wikipédia:Sondage/Écriture inclusive.

Par langage inclusif (définition de l'ONU) « on entend le fait de s’exprimer, à l’oral comme à l’écrit, d’une façon non-discriminante, quels que soient le sexe ou l’identité de genre de la personne dont on parle ou à qui l’on s’adresse, sans véhiculer de stéréotypes de genre » (lien).

Modalités d'écriture et exemples[modifier le code]

Les modalités d'écriture du langage inclusif varient en fonction des pays et des habitudes. Certaines modalités sont déjà utilisées sur Wikipédia (comme la féminisation des titres et fonctions). On en résume ici les grands principes généraux (liste non exhaustive). Pour s'informer de façon plus exhaustive, voir les guides de rédaction ci-dessous.

  1. Utilisation de termes englobants ou épicènes lorsque c'est possible plutôt que les recours au masculin universel. Exemples : « le personnel de l'entreprise » plutôt que « les employés d'une entreprise ». « Les personnes contribuant à Wikipédia » plutôt que « les contributeurs ». Les « novices » plutôt que les « nouveaux ».
  2. Éviter les antonomases des noms communs homme ou femme. Exemples : La « journée des droits des femmes » plutôt que la « journée des droits de la femme ». « L'entreprenariat des femmes » plutôt que « l'entreprenariat au féminin ». « Les droits humains » plutôt que « les droits de l'homme ».
  3. User du féminin et du masculin lorsque le recours à un terme englobant n'est pas possible. Exemple : « les contributeurs et les contributrices » plutôt que les « contributeurs ». « Les salarié·es de l'entreprise » plutôt que « les salariés de l'entreprise ». Certaines personnes utilisent des graphies alternatives pour le doublet abrégé (formulation québécoise), comme la parenthèse, le point, le tiret : « salarié.e.s » ou « salarié(e)s ».
  4. Accord en genre des noms et titres de fonction. Exemple : « Theresa May a été Première ministre » plutôt que « Theresa May a été Premier ministre ».
  5. Utilisation de l'ordre alphabétique lors d'une énumération. Exemple : « Alain, Monique et Robert sont au théâtre » plutôt que « Robert, Alain et Monique sont au théâtre ».
  6. Utilisation de l'accord de proximité ou de l'accord de majorité. Exemple : « l'étudiante et l'étudiant inscrits » plutôt que « l'étudiant et l'étudiante inscrits ».

Guides de rédaction[modifier le code]

Voici une liste non exhaustives de manuels de rédaction épicène dans différents pays de la francophonie :

  • France : Raphaël Haddad (dir.), Manuel d’écriture inclusive, Mots-Clés, (lire en ligne)
  • Suisse : Thérèse Moreau, Écrire les genres, guide romand d’aide à la rédaction administrative et législative épicène, Genève, État de Genève, (lire en ligne)
  • Québec : « Banque de dépannage linguistique »
  • Belgique : Marie-Louise Moreau et Anne Dister, Mettre au féminin – Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, , 3e éd. (lire en ligne)

Questions[modifier le code]

Icône pour souligner l'importance du texte
Les questions sont en cours d’élaboration sur la page de discussion.

Remarques générales[modifier le code]

Chacune des trois questions vise à connaître le point de vue de la communauté vis-à-vis d’un ensemble de pratique relevant de l’écriture dite « inclusive » ou « épicène ».

Les participants sont invités à faire connaître votre point de vue sur ce qui serait souhaitable sur l’espace encyclopédique. Il s’agit d’un sondage et non pas d’une prise de décision : l’objectif n’est ici pas d’aboutir à des formulations contraignantes, mais de dégager l’état d’un éventuel consensus sur ce qui est souhaitable ou non sur l’encyclopédie.

Les questions concernent uniquement l’espace encyclopédique. En outre, il est systématiquement sous-entendu que les propositions admettent diverses dérogations de bon sens, notamment :

  • Le respect des écrits originaux en cas de citation verbatim
  • Le respect des noms propres lorsque l’orthographe et la typographie en font partie intégrante
    Par exemple, les questions suivantes ne concernent pas la rédaction du nom propre « Solidaires étudiant-e-s »

Pour chaque question vous êtes prié de répondre au choix :

  • Oui Oui si vous êtes favorable à l’utilisation des techniques d’écriture épicène considérées
  • Non Non si vous y êtes défavorable
  • Tolérer si vous êtes favorable à une tolérance pour ces techniques
  •  Neutre

Les commentaires de vote précisant ces positions (par exemple, dans quelle mesure faut-il tolérer) et arguments sont les bienvenus pour faciliter l’interprétation ultérieure du sondage.

Question 1 : tournures de phrases épicènes[modifier le code]

La présente question vise à connaître le point de vue de la communauté sur des modalités d'écriture conformes au vocabulaire et à la grammaire française usuelle, mais amendées pour englober sans distinctions les genres masculin et féminin.

Êtes-vous favorable à l’utilisation dans l’espace encyclopédique des formes de rédaction suivantes :

  • Utilisation des termes englobants plutôt que des termes au genre masculin utilisé comme neutre, par exemple :
    Le lectorat plutôt que les lecteurs
    Les droits humains plutôt que les droits de l’homme
  • Recours à la double-flexion, plutôt qu’au masculin utilisé comme neutre-englobant, par exemple :
    Les contributeurs et les contributrices intervenant sur le bulletin des administrateurs et des administratrices plutôt que les contributeurs intervenant sur le bulletin des administrateurs.
    Les enfants étaient heureux et heureuses : ils et elles ont mangé des glaces plutôt que les enfants étaient heureux : ils ont mangé des glaces.

Réponses 1[modifier le code]

Question 2 : adaptation de la féminisation[modifier le code]

La présente question vise à connaître le point de vue de la communauté sur certaines modalités de l’écriture inclusive faiblement controversés, qui en particulier n’impliquent pas le recours à des néologismes incluant à la fois la terminaison masculine et féminine.

Êtes-vous favorable à l’utilisation dans l’espace encyclopédique des formes de rédaction inclusives suivantes ?

  • L’accord de proximité plutôt que la règle « le masculin l’emporte sur le féminin », par exemple :
    Consacrer ces trois jours et ces trois nuits entières plutôt que consacrer ces trois jours et ces trois nuits entiers.
  • L’utilisation de féminisations de noms de métiers et fonctions non-encore passées dans l’usage courant, par exemple :
    Mme X est chevalière de l’ordre national de la Légion d’honneur plutôt que Mme X est chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur
    la cheffe de service, la chève de service ou la chèfe de service plutôt que la chef de service ou le chef de service (s’agissant d’une femme)

Réponses 2[modifier le code]

Question 3 : mots-valises masculins-féminins[modifier le code]

La présente question vise à connaître le point de vue de la communauté sur l’usage des « mots-valises masculins-féminins », c’est-à-dire des formes d’écriture des mots faisant apparaître à la fois une terminaison masculine et féminine juxtaposées mais distingués, par l’utilisation de la typographie (en règle générale, utilisation du point médian, du point ou du trait d’union).

Êtes-vous favorable à l’utilisation dans l’espace encyclopédique des formes de rédaction inclusives reposant sur l’usage de mots-valises masculins-féminins, par exemple (plutôt que contributeurs utilisé comme masculin englobant) :

  • contributeur·ice·s
  • contributeur-ice-s
  • contributeur.ice.s
  • contributeur-ices
  • contributeur·trice·s
  • contributeur/ices
  • (liste non-exhaustive)

Réponses 3[modifier le code]

Question 4 : néologismes non-binaires[modifier le code]

La présente question vise à connaître le point de vue de la communauté sur l’usage de termes construits à partir des terminaisons masculines et féminines dans le but d’obtenir des mots inclusifs — noms, adjectifs, déterminants, pronoms.

Êtes-vous favorable à l’utilisation dans l’espace encyclopédique des formes de rédaction inclusives reposant sur l’usage de néologismes non-binaires, par exemple :

  • celleux (pour celles ou/et ceux)
  • iels (pour ils ou/et elles)
  • ou lae (pour le ou la)
  • belleaux (pour beaux ou/et belles)
  • contributeurices (pour contributeurs ou/et contributrices)
  • toustes (pour toutes et tous)

Réponses 4[modifier le code]