Épouvantail (rhétorique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’épouvantail, (« straw man », en anglais, traduit par l'« argument de l'homme de paille »), est un sophisme qui consiste à présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée. Créer un argument épouvantail consiste à formuler un argument facilement réfutable puis à l'attribuer à son opposant.

L'expression désignant cet argument fallacieux est une image tirée de la technique d'entraînement au combat contre un mannequin de paille à l'image de l'adversaire. Se battre contre la représentation affaiblie de l'adversaire assure une victoire facile.

Arthur Schopenhauer appelle ce sophisme le stratagème de l'extension : « il s’agit de reprendre la thèse adverse en l’élargissant hors de ses limites naturelles, en lui donnant un sens aussi général et large que possible et l’exagérer, tout en maintenant les limites de ses propres positions aussi restreintes que possible »[1].

Normand Baillargeon explique que « si on ne peut vaincre un raisonnement donné, il peut être possible de sortir victorieux d'un débat avec une version affaiblie de ce même raisonnement. Cela sera d'autant plus facile si nous créons nous-mêmes la version affaiblie en la façonnant de manière à garantir qu'elle sera démolie »[2]. Il classe ce procédé parmi les paralogismes.

L'argument de l'homme d'acier est l'inverse d'épouvantail, en cela qu'on tente de trouver la meilleure forme de l'argument de l'opposant pour évaluer les opinions adverses[3],[4].

Techniques permettant l’utilisation de l’argument[modifier | modifier le code]

Il est possible de créer un argument épouvantail de différentes manières :

  • Prendre une partie des arguments de son contradicteur, réfuter cette partie et prétendre que l'on a réfuté l'ensemble des arguments.
  • Présenter les arguments de son opposant dans une forme faible, les réfuter et prétendre que les arguments originaux ont été réfutés. Pour atteindre ce but, on peut notamment prendre les arguments originaux et les séparer du contexte dans lequel ils ont été exposés.
  • Présenter une fausse déclaration de son opposant, la réfuter et prétendre que la déclaration initiale est la position véritable de son opposant.
  • Présenter quelqu'un qui défend maladroitement une position, réfuter ses arguments et prétendre que tous les arguments en faveur de cette position sont réfutés.
  • Inventer un personnage de fiction avec des actions ou des croyances que l'on peut facilement critiquer et prétendre que cette personne est représentative du groupe que le locuteur est en train de critiquer.

On peut définir un argument épouvantail comme un argument de fausse déclaration. L'épouvantail est une technique utilisée très fréquemment dans les débats politiques ou d'une manière plus générale dans les médias.

Exemples[modifier | modifier le code]

Exemple 1[modifier | modifier le code]

« Vous ne voulez pas mettre au point ce programme de construction de porte-avions ; je ne comprends pas pourquoi vous voulez laisser notre pays sans défense. »

La proposition « je suis contre la construction d'un porte-avions » a été détournée en « je suis contre la défense de mon pays », argument beaucoup plus facile à mettre en défaut.

Exemple 2[modifier | modifier le code]

  • Le parent : « Tu devrais ranger ta chambre ! »
  • L'enfant : « Je l'ai déjà fait le mois dernier, je ne vais quand même pas le faire tous les jours ! »

La proposition « range ta chambre » a été changée en « range ta chambre tous les jours ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Douglas Walton, « The straw man fallacy », in J. van Benthem, F. van Eemeren, R. Grootendorst and F. Veltman (dir.), Logic and argumentation, North-Holland, Oxford, New York, Tokyo, 1996, p. 115-128, [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Art d'avoir toujours raison - Stratagème I
  2. Normand Baillargeon, Petit cours d'autodéfense intellectuelle, éd. Lux (Québec), 2006, p. 79-80.
  3. (en) Friedersdorf, Conor, « The Highest Form of Disagreement », The Atlantic,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Messinger, Chana, « Knocking Down a Steel Man: How to Argue Better », sur The Merely Real (blog),

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]