Basileus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Basileus (Βασιλεύς / Basileús) signifie « roi » en grec ancien. Le terme, utilisé dans la Grèce antique, désignait entre autres les empereurs romains pour les Grecs, et c'est pourquoi il est aussi le titre des empereurs byzantins.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du mot reste peu claire. Si le mot est originellement grec, il pourrait dériver de βασίς / basís (« base »). Mais cette origine est douteuse, la plupart des linguistes supposent que c'est un mot adopté par les Grecs à l'âge du bronze à partir d'un autre substrat linguistique de Méditerranée orientale, peut-être thrace ou anatolien.

Grèce antique[modifier | modifier le code]

Une pièce d'argent du roi séleucide Antiochos Ier Sôter. L'inscription grecque indique ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΑΝΤΙΟΧΟΥ (roi Antiochos).

La première utilisation connue du mot se retrouve sur des tablettes d'argile cuites découvertes dans les fouilles de palais mycéniens ayant subi la destruction par le feu. Les tablettes sont datées du XIIIe siècle au XIIe siècle et écrites en linéaire B. Le terme « basileus » (qa-si-re-u) était primitivement utilisé pour des nobles ou hauts fonctionnaires qui étaient les superviseurs de districts dans les états mycéniens. Les fonctions et positions exactes d'un qasireu sont peu connues et restent sujettes à discussion. Le terme de qasireu est par ailleurs lié étymologiquement au mot germanique kaiser ainsi qu'il présente la même racine que caesar en latin.

Le souverain grec est désigné comme ϝάναξ / wánax (wa-na-ka en linéaire B) dont le pendant féminin est ϝάνασσα / wánassa (wa-na-sa en linéaire B). Le titre — qui deviendra ἄναξ / ánax plus tardivement ; idem pour le féminin, qui deviendra ἄνασσα / ánassa — est la plupart du temps traduit par « haut-roi » et signifie « qui exerce la suzeraineté sur d'autres rois ». Le wanax exerce donc le pouvoir sur plusieurs « basilei » locaux, et selon certains auteurs, cela ferait de cette organisation une société de type proto-féodale de l'âge du bronze. La signification du mot s'étend plus tard au sens de roi comme l'attestent les écrits d'Homère dans lesquels Agamemnon et Priam portent ce titre.

Les rois achéménides de Perse étaient aussi nommés Megas Basileus (grand roi) ou Basileus Basileon, traduction du persan Shâhanshâh (roi des rois).

L'utilisation du terme « basileus » était limité à quelques États grecs qui n'avaient jamais aboli la transmission du pouvoir royal par hérédité. Ainsi étaient nommés les rois de Sparte, ceux de Macédoine et d'Épire et d'autres rois des tribus barbares de Thrace et d'Illyrie.

Le terme est aussi utilisé à Athènes pendant la période classique pour désigner l'un des archontes, le sens ici n'est que symbolique pour la fonction de prêtre. Dans les autres cités-états, le terme n'est jamais utilisé. Un souverain prenait plutôt le titre de tyran ou d'archonte

Le titre a été porté par Alexandre le Grand et ses successeurs grecs en Égypte, Mésopotamie et Macédoine. Le pendant féminin est βασίλισσα / basílissa et désigne une reine régnante comme Cléopâtre ou une reine consort.

Ensuite, le terme se réfère à n'importe quel roi d'une zone hellénophone au sein de l'Empire romain, comme par exemple Hérode en Judée.

Byzance[modifier | modifier le code]

À l'époque byzantine, le basileus est l'empereur. Héraclius adopta ce terme pour remplacer le titre latin d’Augustus (Augustos en traduction grecque) en 629 : il prit alors le sens d’« empereur ». Il est utilisé comme titre officiel à partir de Justinien II alors que le grec remplace progressivement le latin sur les pièces de monnaie et dans les documents officiels.

Quand les Romains conquirent la Méditerranée, le titre impérial « Caesar Augustus » fut initialement traduit par « Kaisar Sebastos » ("vénérable César") et plus tard hellénisé en « Kaisar Augoustos ». « Imperator » ("ayant tout pouvoir"), un autre titre impérial, fut traduit en « Autokrator ». « BASILEUS » fut gravé sur la monnaie byzantine en écriture latine (à la place de « C.IMP. » pour « Caesar Imperator »). C'est seulement plus tard que l'écriture grecque fut utilisée.

Le titre de « basileus » devient l'objet d'une grande controverse quand Charlemagne fut, lui aussi, couronné « empereur des Romains » par le pape, car le roi franc ne descendait pas des empereurs romains et n'avait pas été adoubé empereur d'Occident par celui d'Orient, conformément à la légalité romaine. Aux yeux de l'impératrice Irène, régente de son fils Constantin VI, Charlemagne avait donc usurpé ce titre et n'avait de légitimité que comme roi des Francs, et non comme « empereur des Romains », titre réservé aux souverains byzantins (« Βασιλεύς αυτοϰρατόρ τών Ῥωμαίων »). Charlemagne proposa néanmoins le mariage à Irène, mais elle refusa ; elle-même utilisait le terme de « basileus » plutôt que « basilissa » ("impératrice") et ne reconnut pas le titre impérial de Charlemagne.

Conception divine[modifier | modifier le code]

Le basileus, servant et lieutenant de Dieu[modifier | modifier le code]

« Basileus » est un titre et une charge qui, comme dans toute la chrétienté orientale (Tsars, rois, voïvodes ou hospodars) ne sont initialement pas transmissibles héréditairement, même si des dynasties réussissent parfois à conserver le trône sur plusieurs générations. L’empereur tire sa légitimité de la volonté de Dieu, et non de son prédécesseur. Jean II considèrera ainsi que la « charge de l’Empire lui avait été confiée par Dieu ». Cette intervention divine est d’autant plus nette lorsque l’Empereur est un usurpateur : tel est ainsi le cas de Nicéphore Ier et de Basile Ier, auxquels « Dieu a concédé de régner sur les chrétiens pour la génération présente ».

En tant qu’individu, le basileus n’est qu’un « servant et lieutenant de Dieu » (ἐργαστος κάι λοχαγός τού Θέού) et tous ses actes dépendent étroitement de la volonté divine. Cette conception se rencontre essentiellement dans les opérations militaires : Alexis Ier Comnène et Jean II Comnène estiment ainsi que l’armée est placée « sous Dieu, général en chef, et moi, son sous-ordre » : une campagne militaire ne peut donc être engagée que si elle prend le chemin voulu par Dieu. Cette conception implique nécessairement que n’importe qui puisse être élu par Dieu pour monter sur le trône impérial : Justin Ier, Michel II, Basile Ier, Michel IV ou Michel V, tous hommes du peuple, furent considérés comme choisis parmi le peuple pour régner sur l’Empire.

Cette conception de la fonction impériale a deux conséquences : tant que le Basileus a les faveurs de Dieu (c'est-à-dire : sait lire ses desseins), se révolter contre l’Empereur est une révolte contre Dieu et le révolté est un ennemi de Dieu (θεομάχος), voire un sacrilège (καθοσίώσίς, terme employé par Michel Attaleiatès lors de la révolte de Constantin Doukas contre Nicéphore Ier) ; mais si le Basileus perd, s’il est "aveugle" face aux desseins de Dieu, alors c’est lui qui devient un ennemi de Dieu, et c’est le révolté qui devient un « servant et lieutenant » du Seigneur. Dans les controverses christologiques et religieuses de l’Empire, comme celle entre les « iconoclastes » et les « orthodoxes », chaque parti est persuadé d’être « dans la Lumière » et de lutter contre l’aveuglement de ses adversaires, qui, eux, sont « dans l’Obscurité  ». Dans ces conditions, l’Empereur peut tout faire dans les limites de la volonté divine et ses victoires sont celles d’un soldat de Dieu ; s’il est vaincu, c’est qu’il n’avait pas su voir la volonté divine (et c’est pourquoi, plus d’une fois, les vaincus furent physiquement aveuglés avant d’être contraints de se faire moines, comme Romain IV Diogène).

Les symboles du pouvoir[modifier | modifier le code]

Le couronnement du roi biblique David représenté dans le Psautier de Paris (Xe siècle). David est sur un bouclier entouré de son armée et couronné selon la volonté de Dieu, comme devaient l'être les empereurs byzantins. Le symbole de David choisi par Dieu a été utilisé abondamment tout au long de l'histoire de Byzance.

L’Empereur est entouré, sur terre, d’un décorum symbolisant l’origine divine de sa fonction et imposant l’idée de sa puissance sacrée à quiconque est introduit en sa présence. Il est l’image terrestre du monde divin, tel que le conçoivent les byzantins. Ce thème de l’Empereur-sacré est utilisé à la cour de Léon VI, d’Alexis Ier et d’Alexis III. Il en va de même de Romain IV qui, lors de sa traversée de l’Asie centrale, est regardé par ses soldats comme étant « l’égal de Dieu ».

Le symbole le plus important du pouvoir impérial demeure cependant la pourpre : l’Empereur est revêtu de pourpre, et en particulier chaussé de bottes pourpres, les kampagia, qui sont par excellence le signe du pouvoir impérial : tant que l’Empereur les porte, il peut prétendre à l’Empire (ainsi, Basile II refuse-t-il de recevoir la soumission de Bardas Sklèros tant qu’il ne s’en est pas dépouillé). Seul l’Empereur, délégué de Dieu, peut user de la pourpre impériale (vêtements, diadèmes, chausses).

Un autre symbole du pouvoir est la monnaie, la nomisma d’or ou le millarision d’argent, qui sont revêtus d’une valeur sacrée au point que le seul fait de les jeter à terre et de les fouler constituent une offense faite à l’Empereur.

Autorité légale[modifier | modifier le code]

L’Empire n’est pas pour autant une théocratie, car c’est la Loi qui le gouverne, et qui s’impose également au Basileus, élu de Dieu, mais soumis aussi à la légalité : étant la loi personnifiée, il ne peut pas, sans se nier lui-même, tomber dans des excès tyranniques. Il est ainsi, dira Kékauménos, soumis aux lois qui garantissent la piété.

La plus importante des lois auxquelles est soumis le basileus est la loi de succession au trône : même si tout vient de Dieu, le byzantin reste persuadé qu’une prise de pouvoir violente n’est pas légale. Isaac Ier Comnène en vient ainsi à abdiquer, rongé par le remords d’avoir pris le pouvoir contrairement aux lois.

Les lois de succession, même non écrites, constituent « les droits communs de l’Empire romain » que le basileus peut interpréter, aux carences desquelles il peut suppléer par des décisions personnelles prises conformément aux coutumes grecques.

Il n’en demeure pas moins que le trône apparaît comme un bien commun impérial, initialement non héréditaire et dont l’Empereur ne doit pas disposer à sa volonté : ainsi par exemple, la décision de Constantin IX de choisir lui-même son successeur, autant que le serment imposé par Constantin X à son épouse de ne jamais se remarier, sont regardés, notamment par l’autorité ecclésiastique, comme illégaux et ne tendant pas au bien commun. De la même manière, l’attribution des fonctions de l’État ne peut procéder de la fantaisie impériale.

Principe dynastique[modifier | modifier le code]

Le principe dynastique, à savoir la transmission héréditaire du pouvoir impérial, n’existait pas initialement : il s’impose progressivement à partir du IXe siècle.

Les impératrices régnantes accouchent dans une salle spéciale du Palais Sacré, la salle pourpre ou porphyra et l’enfant naît ainsi porphyrogénète : c'est une présomption qu’il deviendra héritier du trône.

Le droit dynastique s’impose finalement avec la dynastie macédonienne : pour assurer sa succession, Basile Ier associe au trône ses enfants Constantin, Léon et Alexandre, inaugurant ainsi une pratique qui se perpétuera.

Son fils aîné, Alexandre III, stérile, meurt sans enfant. Léon VI, son successeur, contracte trois mariages sans pouvoir engendrer d’héritier successible : il doit alors, en violation du Code civil qu’il a lui-même édicté, contracter une quatrième union d’où naît un fils, Constantin, que l’impératrice Zoé prend soin de faire naître dans la porphyra.

Devenu empereur, Constantin VII verra sa bâtardise légale s’effacer avec le statut de porphyrogénète, destiné à le différencier de son beau-père, l’empereur associé Romain Ier Lécapène : si celui-ci parvient à associer ses propres fils au trône, il ne parvient cependant pas à écarter Constantin de la succession. La destitution des Lécapène père et fils établit clairement l’attachement des byzantins à la transmission héréditaire du trône : l’héritier légitime est le fils de Léon VI, nonobstant les circonstances de sa conception.

De même Romain II le Macédonien associe-t-il ses deux fils, Basile II et Constantin VIII au trône : bien qu’usurpateurs, Nicéphore II Phokas et Jean Ier Tzimiskès ne peuvent les écarter du trône.

Cet attachement des byzantins au principe de la légitimité conduira le peuple, à la mort de Zoé puis de son époux Constantin IX, à tirer de son couvent la dernière fille de Constantin VIII, Théodora afin de la proclamer basileia.

Divers[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A.Ducellier : Le drame de Byzance, Pluriel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :