Éliane Viennot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viennot.
Éliane Viennot
Eliane Viennot à la Wikiconvention Francophone, août 2016.jpg
Éliane Viennot en 2016.
Fonctions
Présidente
Société internationale pour l'étude des femmes de l'Ancien Régime
-
Nathalie Grande (d)
Professeure des universités
Biographie
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Site web

Éliane Viennot est une linguiste et historienne de la littérature française. Elle est professeuse émérite de littérature française de la Renaissance à l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Lyon, elle y effectue ses études secondaires, milite au MLAC, participe avec un collectif de femmes à la création de la librairie Carabosse (Paris 11e) de 1978 à 1984. Elle obtient l'Agrégation de Lettres[2] puis soutient une thèse de doctorat préparée sous la direction de Madeleine Lazard, et consacrée à la vie et à l'oeuvre de Marguerite de Valois (1991)[3]. Elle mène ensuite une carrière universitaire, Professeuse [4] de littérature française de la Renaissance à l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne . Elle est membre honoraire de l'Institut universitaire de France (senior, promotion 2003, renouvellement 2008)[5].

Éliane Viennot a consacré de nombreuses études aux relations entre les femmes et le pouvoir, en particulier à Marguerite de Valois. Cofondatrice de la Société internationale pour l'étude des femmes de l'Ancien Régime (SIEFAR) en 2000 et sa présidente jusqu'en 2008, elle a également créé deux collections, « La Cité des dames » et « L'École du genre », aux Publications de l'université de Saint-Étienne, afin de diffuser les recherches sur l'histoire des femmes et du genre.

Les archives d’Éliane Viennot sont conservées au Centre des archives du féminisme à l'université d'Angers[6],[7], qui en est propriétaire.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Femmes et pouvoirs sous l'Ancien Régime, Rivages, 1991
  • Éliane Viennot, Marguerite de Valois : histoire d'une femme, histoire d'un mythe, Paris, Payot, coll. « Histoire Payot », , 477-[8] p., 24 cm (ISBN 2-228-88617-3, notice BnF no FRBNF35564863)
    Réédition augmentée, avec un nouveau sous-titre : Éliane Viennot, Marguerite de Valois : « la reine Margot », Paris, Perrin, coll. « Tempus » (no 111), , 660 p., poche (ISBN 2-262-02377-8, notice BnF no FRBNF40030768)
  • Royaume de fémynie : pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes, de la Renaissance à la Fronde, H. Champion, 1999
  • Louise Labé 2005, Publications de l'Université de Saint-Étienne, 2004
  • La France, les femmes et le pouvoir. L’invention de la loi salique (Ve - XVIe siècle), t.I, Perrin, 2006
  • La France, les femmes et le pouvoir. Les résistances de la société (XVIIe - XVIIIe siècle), t. II, Perrin, 2008
  • Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française, iXe, 2014. À propos de la parution de ce livre, voir l'entretien mené par Laurent Angard pour le site Nonfiction.
  • Le langage inclusif : Pourquoi , Comment, iXe, 2018, (ISBN 979-1090062504)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Elle a reçu les prix suivants[8] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « IHRIM - UMR 5317 » (consulté le 14 septembre 2018)
  2. Cf. Histoire des femmes et rapport de pouvoir, ancien régime et époque contemporaine, entretien avec Éliane Viennot à la Maison des sciences de l'homme, Archives audiovisuelles de la recherche, jeudi 24 octobre 2002.
  3. Sous la dir. de Madeleine Lazard, La Vie et l'œuvre de Marguerite de Valois : discours contemporains, historiques, littéraires, légendaires (thèse de doctorat ès lettres), Paris, université Paris-III, (SUDOC 043801331).
  4. Elle indique sur son blog à propos de sa fonction universitaire « professeuse », reprenant cette formulation par une note dans laquelle elle commente « Zut alors ! C'était pas professeure, qu'il fallait dire ? » [lire en ligne]
  5. « Eliane VIENNOT », sur Institut universitaire de France (consulté le 7 janvier 2018).
  6. Centre des archives du féminisme : 15 AF.
  7. http://bu.univ-angers.fr/zone/Patrimoine/centre-des-archives-du-feminisme/archives-viennot-eliane-15-af
  8. « Eliane Viennot : bio », sur www.elianeviennot.fr (consulté le 5 septembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :