Yvette Chassagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chassagne.
Yvette Chassagne
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
NarbonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Yvette BrunetièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Fernand Chassagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Distinction

Yvette Chassagne, née Yvette Brunetière le à Bordeaux et morte le à Narbonne, est une résistante et haute fonctionnaire française. Elle est la première femme à exercer le métier de préfet en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yvette Brunetière est, pendant la Seconde Guerre mondiale, rédactrice auxiliaire à la préfecture de Bordeaux, entre 1943 et 1944, et est recrutée dans un réseau de la Résistance par Daniel Mayer. À ce titre, en 1998, elle témoignera au procès de Maurice Papon. Son nom est cité parmi ceux des personnes ayant prévenu des familles juives avant des rafles.

En 1946, elle épouse Fernand Chassagne et prend le nom d'usage d'Yvette Chassagne. En 1947, elle est une des trois premières femmes reçues à l'ENA. Elle sort administrateur civil au ministère des Armées. Puis elle rejoint la direction des assurances au ministère des finances, où elle devient spécialiste de la coopération technique avec les jeunes États francophones d'Afrique noire. Elle y devient la première femme sous-directrice.

Elle est successivement la première femme « sous-directeur » au ministère des Finances, en 1979 première « conseiller maître » à la Cour des comptes.

Membre du Parti socialiste, elle est nommée en juillet 1981 première femme Préfet en France par le ministre de l'Intérieur Gaston Defferre, après l'arrivée à l'Élysée de François Mitterrand.

Elle devient présidente de l'Union des assurances de Paris (UAP) en 1983, poste auquel lui succède en 1987 Jean Dromer. En 1989, elle devient présidente de La Prévention Routière.

Elle devient conseillère de Gilbert Trigano, PDG du Club Méditerranée. Elle a écrit un livre sur son expérience à l'UAP, Fonctionnaire et patron, les préjugés renversés (Lattès, 1988).

Toujours adhérente socialiste, elle est, à son décès à 85 ans en 2007, conseillère municipale de la liste de l'opposition PS, PCF et Verts à Narbonne.

Distinction[modifier | modifier le code]

Yvette Chassagne est commandeur de la Légion d'honneur et grand officier de l'ordre national du Mérite.

Hommage[modifier | modifier le code]

Une voie privée de la ville de Nantes porte son nom[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom de rues, place aux femmes », sur nantes.fr (consulté le 27 octobre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]