André Goosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Goosse
Description de cette image, également commentée ci-après

André Goosse.

Naissance (91 ans)
Liège
Nationalité Belge
Pays de résidence Belgique
Profession
Conjoint
Marie-Thérèse Grevisse
France Bastia

André Goosse, né à Liège le , est un grammairien belge. Notamment connu pour être le successeur de Maurice Grevisse, il réédite et met à jour l'ouvrage de ce dernier, Le Bon Usage.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Goosse se marie pour la première fois en 1950 avec Marie-Thérèse Grevisse, fille du célèbre grammairien Maurice Grevisse. Après le décès de celle-ci, il épouse en 1988 l'écrivaine belge France Bastia.

André Goosse fait des études littéraires à l'université catholique de Louvain[1], et devient professeur en 1967. En 1976, il rejoint l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, dont il a été secrétaire perpétuel de 1996 à 2001. Il a été président du Conseil international de la langue française.

À la mort de Maurice Grevisse en 1980, il reprend le Bon Usage et continue d’actualiser la grammaire.

Quelques publications[modifier | modifier le code]

  • 1965 : Thèse défendue en 1959, et consacrée à l'œuvre de Jean d'Outremeuse, chroniqueur liégeois du XIVe siècle. Ces travaux avaient été menés sous la direction d'Omer Jodogne.
  • 1991 : La « nouvelle » orthographe, Exposé et commentaires, Duculot, (ISBN 2-8011-0976-2). — Goosse, commente le rapport Les rectifications de l'orthographe, publié le 6 décembre 1990 au Journal officiel de la République française ; il indique qu'il s'agit, non d'une réforme radicale, mais plutôt d'« aménagements » destinés à éliminer certaines « anomalies et absurdités » et « les contradictions contenues entre les dictionnaires ».
  • 1997 : Une langue, une communauté. Le français en Belgique, Louvain-la-Neuve, Duculot (avec Daniel Blampain, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wilmet).
  • 2007 : Le Bon Usage, 14e édition, De Boeck. — Refonte complète. « Cette fois, c'est comme si on avait pris les 2 000 pièces d'un puzzle et qu'on les avait jetées en l'air. Puis, il a fallu reconstruire. »[2]. Cet ouvrage existe aussi pour la première fois en version électronique, permettant une consultation très diversifiée (par exemple par auteurs cités dans les exemples).
  • 2011 : Le Bon Usage, 15e édition, De Boeck Duculot. Édition avec de nouvelles mises à jour. La grammaire est également disponible en version électronique, lisible sur tous les supports multimédia (ordinateurs et tablettes).

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]