Général de brigade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Général.
Un général de brigade français

Général de brigade, brigadier-général ou brigadier est un grade militaire de certaines armées, le premier dans l'ordre des officiers généraux pour une armée de terre ou une armée de l’air[1]. Cependant, certaines armées ne considèrent pas le grade de brigadier comme étant un grade de général même si celui-ci se situe au même niveau hiérarchique. Il se situe généralement après celui de colonel et avant celui de général de division ou de major-général en suivant l'ordre hiérarchique croissant.

Un général de brigade, s'il est affecté à une mission de « terrain », commande habituellement une brigade, unité composée de plusieurs régiments. Les régiments comptant en moyenne environ mille hommes, une brigade rassemble en général une dizaine de milliers d'hommes. Toutefois, leur effectif peut être d'autant plus réduit que le métier sera spécialisé (ce qui est vrai de tous les commandements, l'exemple ultime étant celui de l'officier pilote de chasse, qui n'a parfois aucun autre homme sous ses ordres).

En s'appuyant sur l’exemple de la classification des grades de l'OTAN, « général de brigade » correspond souvent au rang « OF-6 », parfois au rang « OF-7 » dans certains pays.

Dans quelques pays, comme en France, l'appellation « brigadier » — donc bien distincte de celle de « général de brigade » — correspond à un grade de militaire du rang, plus précisément de « caporal » en France, dont c’est une autre appellation coutumière.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brigadegeneral (Allemagne).

Le grade de Brigadegeneral est le premier grade d'officier général.

Allemagne avant 1955[modifier | modifier le code]

Avant 1955, date de création de la Bundeswehr, nouvelle armée allemande d’après la Seconde Guerre mondiale, le grade équivalent en Allemagne était celui de Generalmajor.

Autriche[modifier | modifier le code]

Patte d’épaule d’un Generalmajor de l’armée austro-hongroise de 1918.

Le grade de Brigadier est le premier grade d'officier général de l'actuelle armée autrichienne. L’Autriche a donc choisi une dénomination différente de l’Allemagne pour un grade équivalent. En cela, elle a agi comme la Suisse qui, en langue allemande, désigne ce grade de la même manière : Brigadier (général) (de).

Autriche-Hongrie (avant 1918)[modifier | modifier le code]

Le grade de Generalmajor était le premier grade d'officier général à l’époque de l’empire austro-hongrois (avant 1918) ; il correspondait donc au grade de général de brigade, en français.

Belgique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grades de l'armée belge.

En Belgique, le grade de général de brigade (Brigadegeneraal en néerlandais) est le premier grade des officiers généraux, au-dessus du grade d'officier supérieur de Colonel et en dessous du grade de Général-major.

L'insigne du Général de brigade est constitué d'une épaulette passepoilée d'or contenant une molette d'éperon héraldique de teinte dorée (plus grande que celle des officiers supérieurs et subalternes) dans la Composante Terre, de deux larges galons accompagnés d'un roi, dans les Composantes Air et Médicale.

L'équivalent dans la Composante Marine est : Amiral de flottille

Army-BEL-OF-06.svg BE-Air Force-OF6.svg OF-6 BEL Med comp Brigade-generaal.gif Generic-Navy-O8.svg
Terre[2] Air[3] Médicale[4] Marine

On s'adresse au Général de brigade en disant Général. On s'adresse à l'Amiral de flottille en disant Amiral

Canada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grades des Forces canadiennes.
Un brigadier-général de l'Aviation royale du Canada
L'insigne des manches

Dans l'Armée canadienne et l'Aviation royale du Canada des Forces armées canadiennes, brigadier-général est le premier grade des officiers généraux. Dans l'Armée canadienne, l'insigne du brigadier-général est des épées croisées et dans l'Aviation royale du Canada, son insigne est représentée par une feuille d'érable sur les épaulettes et par un très large galon sur les manches. Son équivalent dans la Marine royale canadienne est le grade de commodore.

Dans l'Armée canadienne, le brigadier-général est généralement le commandant d'une division. Cependant, le brigadier-général occupe aussi diverses positions du niveau stratégique au sein de différentes organisations comme les quartiers généraux de la Défense nationale.


Précédé par
Colonel
Brigadier-Général
Cdn-Army-BGen(OF-6)-2014.svgCDN-Air Force-BGen-2015-Shoulder.svg
Suivi par
Major-général

Croatie[modifier | modifier le code]

L'armée croate (Hrvatska vojska ou HV), pour se conformer aux classifications de l'OTAN, a supprimé en 1999 le grade équivalent, celui de Stožerni brigadir, pour créer celui de Brigadni general. Le brigadir croate est un colonel.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brigadier général (États-Unis).
Insigne de Brigadier General de l'US Army.

Le grade de « brigadier général » est souvent une dénomination alternative pour le commandant d'une brigade. Ainsi le premier grade d'officier général de l'Armée américaine est celui de Brigadier General abréviation BG dans l'US Army (l‘Armée de terre), BGen dans l'US Marine Corps (le Corps des Marines) et Brig Gen dans l'US Air Force (l'Armée de l’air). On dit aussi « général une étoile » (a one-star general) à cause de l'insigne de son grade.

France[modifier | modifier le code]

En France, il existe deux grades de général de brigade, l'un dans l'Armée de terre et la Gendarmerie nationale, le général de brigade sans autre précision, et l'autre dans l'Armée de l'air, le général de brigade aérienne. Son insigne est composé de deux étoiles, portées sur les épaulettes (tenue de travail), le bas des manches (tenue de sortie) ou le milieu du torse (treillis).

Drapeau de la France France Grades de l'Armée de l'air
Military symbol.svg
Précédé par
Colonel
Général de brigade aérienne
GeneBA.PNG
Suivi par
Général de division aérienne
Drapeau de la France France Grades de
l'Armée de terre
Military symbol.svg
Précédé par
Colonel
Général de brigade
Army-FRA-OF-06.svg
Suivi par
Général de division
Drapeau de la France France Grades de la
Gendarmerie nationale
Military symbol.svg
Précédé par
Colonel
Général de brigade
Général brigade gend.svg
Suivi par
Général de division

Avant la Révolution française, le général de brigade était appelé maréchal de camp. Ajoutons qu'il a existé entre 1657 et 1788 un « brigadier des armées du Roi », puis adjudant-général sous la révolution et le début du 1er empire. Cet officier portait une étoile et son grade était compris entre colonel et général de brigade. Ceci explique pourquoi le général de brigade a deux étoiles.

Article détaillé : brigadier.

,

Le général de Gaulle fut général de brigade « à titre temporaire ».

Retraite[modifier | modifier le code]

Il existe des généraux de brigade appelés communément « quart de place », car ils sont promus généraux dans la deuxième section de l'état-major général (réserve) à leur mise à la retraite. Ils touchent une pension de colonel, mais ont droit à vie à 75 % de réduction (comme les autres généraux) à la SNCF, d'où cette appellation.

D'autres généraux sont appelés « six mois », c'est-à-dire qu'ils n'obtiennent ce grade que six mois avant leur départ à la retraite, sans véritable commandement ad hoc. En revanche, à la différence des précédents, ils ont droit à une pension de général de brigade.

Dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), décidée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, ce type de promotion a été supprimé.

Généraux de la Résistance[modifier | modifier le code]

Cinq grands chefs de la Résistance française furent nommés généraux à la Libération : Pierre Guillain de Bénouville, Jacques Chaban-Delmas (à seulement 29 ans le plus jeune général depuis le Premier Empire), Maurice Chevance-Bertin, Alfred Malleret-Joinville et Jean Moulin (à titre posthume).

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Dans l'armée britannique, ainsi que dans nombre d'armées du Commonwealth, le grade de brigadier est intermédiaire entre ceux de colonel et de major-général. Cette position intermédiaire rappelle le brigadier des armées françaises de l'Ancien Régime. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, il ne s'agissait pas d'un grade, mais d'un rang que prenaient certains colonels. Toutefois, il est considéré, dans le système d'équivalence des grades de l'OTAN comme le premier grade d'officier général.

Suisse[modifier | modifier le code]

Dans l'armée suisse, brigadier (anciennement colonel-brigadier) désigne le premier grade d'officier général (avec un edelweiss sur l'épaule). Il est situé juste au-dessus du grade de colonel et précède le grade de divisionnaire.

Autres pays[modifier | modifier le code]

Dans les pays énumérés ci-dessous, le grade indiqué peut être traduit par « général de brigade » et il s’agit, dans la plupart des cas, du premier grade des officiers généraux ; les codes « OF-7 » ou « OF-6 » font référence aux codes employés dans l’OTAN pour l'armée de terre ou pour l’armée de l’air :

Références[modifier | modifier le code]

  1. En effet, dans la marine militaire d’un pays donné, l'appellation du rang équivalent contient souvent le mot « amiral » ; ainsi, comme le montre le tableau des codes OTAN des grades des officiers des marines militaires, le rang équivalent en Belgique est « amiral de flottille », en Allemagne « Flottillen-admiral », au Canada « Commodore », en France « contre-amiral », au Royaume-Uni « Commodore », aux États-Unis « Rear Admiral (lower half) », etc.
  2. Composante Terre, Officier
  3. Composante Air, Officier
  4. Composante Médicale, Officier