Le Teilleul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Teilleul
Le Teilleul
L'église Saint-Patrice.
Blason de Le Teilleul
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Intercommunalité Communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie
Maire
Mandat
Véronique Künkel
2020-2026
Code postal 50640
Code commune 50591
Démographie
Gentilé Teilleulais
Population
municipale
1 681 hab. (2018)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 21″ nord, 0° 52′ 20″ ouest
Altitude Min. 78 m
Max. 234 m
Superficie 66,89 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Mortainais
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Le Teilleul
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Le Teilleul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Teilleul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Teilleul
Liens
Site web www.leteilleul.fr

Le Teilleul est une commune française située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 681 habitants[Note 1].

En 2016, elle est créée sous le statut de commune nouvelle, issue de la fusion de Le Teilleul (commune déléguée), Ferrières, Heussé, Husson et Sainte-Marie-du-Bois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud-est de l'Avranchin historique, au sud du Mortainais, près de la limite administrative entre la Basse-Normandie, les Pays de la Loire et la Bretagne. Son bourg est à 14 km au sud de Mortain, à 16 km au nord de Gorron, à 18 km à l'est de Saint-Hilaire-du-Harcouët et à 19 km à l'ouest de Domfront[1].

Le territoire est situé sur la ligne de partage des eaux de la mer de la Manche et de l'océan Atlantique. Sur le versant nord les ruisseaux et rivières vont se jeter dans la Sélune alors que ceux sur versant sud, vont rejoindre le ruisseau de la Morette, affluent de la Mayenne pour finir dans la Loire. L'étang de Morette est sur la limite avec Mantilly, commune du département de l'Orne. Morette vient du nom hébreu Mareth.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur la limite de partages des eaux entre l'océan atlantique et la mer de la Manche. Sur la commune se trouvent des ruisseaux dont certains y prennent leurs sources :

Bassin versant de la Sélune[modifier | modifier le code]

  • Ruisseau des Gués, prenant sa source au lieu-dit la Gasneraie, devenant ruisseau du Marignon, au passage de la D184, limite avec la commune de Sainte-Marie-du-Bois, pour y entrer ensuite.
  • Ruisseau du Moulin de Pontorsier, prenant sa source au lieu-dit la Palière, devenant rivière dite du Moulin de Chevrier au lieu-dit la Chaloisière, limite avec la commune de Husson, pour y entrer ensuite.
  • Ruisseau du Gués des Ferrières prenant sa source au lieu-dit la Fouquerie, limite avec la commune de Notre-Dame-du-Touchet, pour y entrer ensuite.
  • Ruisseau de Mesnelle, devenant ruisseau du Gués des Ferrières à la Fouquerie, limite avec la commune de Notre-Dame-du-Touchet.
  • Rivière de la Francière, prenant sa source au lieu-dit la Tressinière, limite avec la commune de Saint-Cyr-du-Bailleul, pour y rentrer.
  • Ruisseau de la Roussarière, prenant sa source au lieu-dit la Roussardière, limite avec la commune de Sainte-Marie-du-Bois pour y entrer ensuite.

Bassin versant de la Loire[modifier | modifier le code]

  • Ruisseau de Longuèves, prenant sa source au lieu-dit la Gortière, limite communale avec Heussé, pour y entrer ensuite.
  • Ruisseau de Morette, prenant sa source au lieu-dit la Boulangerie, formant durant son passage l'étang de Morette, limite avec la commune de Mantilly, se jetant dans le ruisseau de Longuèves au lieu-dit Nantrais.
  • Ruisseau dite de la Menillière, prenant sa source au lieu-dit Beauchamps, limite avec la commune de Saint-Cyr-du-Bailleul, pour ensuite entrer dans la commune de Saint-Mars-d'Égrenne.

Transport[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le Teilleul avait, en commun avec Barenton, une gare ferroviaire, dénommée Barenton - Le Teilleul, située sur la ligne Domfront - Avranches.

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Schéma représentatif du réseau routier du Teilleul
Réseau routier

Le bourg se trouve au croisement de la D 976 (ancienne route nationale 176) et de la D 32 qui mène de Gorron à Mortain (route construite au XIe siècle[2]).

Transport inter-urbain[modifier | modifier le code]

Le bourg est desservi par le transport en commun départemental par bus (Manéo) via les lignes 119 (Le Teilleul - Saint-Hilaire-du-Harcouët - Avranches) et 305 (Le Teilleul - Saint-Hilaire-du-Harcouët - Avranches - Coutances, ligne scolaire).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[6]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 971 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 14,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Fraimbault », sur la commune de Saint-Fraimbault, mise en service en 1994[10] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[11],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 874 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Laval-Etronnier », sur la commune de Laval, dans le département de la Mayenne, mise en service en 2010 et à 52 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[14] à 11,8 °C pour 1981-2010[15], puis à 12 °C pour 1991-2020[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Teilleul est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[17],[18],[19]. La commune est en outre hors attraction des villes[20],[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Telliol en 1082, de Telliolo en 1158[22].

Forme ancienne Telliolum[23].

Issu du latin tilia, le tilleul était désigné en ancien français til ou teil[24]. Le toponyme semble formé à partir de ce dernier terme.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune est celle des anciennes communes dont elle est issue.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle et ses communes déléguées.

Une commune nouvelle a été créée en 2015, réunissant les communes du Teilleul, de Sainte-Marie-du-Bois, de Ferrières, d'Heussé et d'Husson[25],

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Le Teilleul (commune déléguée)
(siège)
50P31 Communauté de communes du Mortainais 30,45 1 188 (2018) 39


Ferrières 50179 CC du Mortainais 3,51 50 (2018) 14
Heussé 50245 CC du Mortainais 14,57 213 (2018) 15
Husson 50254 CC du Mortainais 13,59 171 (2018) 13
Sainte-Marie-du-Bois 50508 CC du Mortainais 4,77 59 (2018) 12
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016[26] En cours Véronique Künkel[27]   Directrice générale
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le Teilleul est jumelé avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 1 681 habitants[Note 7].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2015 2016 2017 2018
1 7771 7461 7151 6831 681
(Sources : Insee à partir de 2014[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Écoles[modifier | modifier le code]

  • École publique Antoine-de-Saint-Exupéry.
  • École privée mixte Saint-Patrice fermée depuis .

Collège[modifier | modifier le code]

  • : fermeture du collège public Pierre-Mottier.

Festivités et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Foire de la Saint-Georges, fête annuelle de la commune, un titre de 1609 la mentionne.
  • Tous les jeudis matin : marché, place du champ de foire. Ce marché est mis en place à la suite d'une demande des habitants en 1573[29].
  • Tous les premiers samedis de mois pendant la période estivale : marché des produits locaux et artisanaux.

Économie[modifier | modifier le code]

Les grandes entreprises situées sur la commune :

ZA la Pommeraie
  • Jacky Leduc : fabrication et fumage d'andouille de Vire (avec appellation AOC),
  • Kunkel : fabrication de palettes en bois,
  • MBS : fabrication de meubles d'agencement.
Lieu-dit "La Pierre Blanche"
Lieu-dit "Le Bois Badon"
  • Pépinières Lecomte
route de St-Hilaire
  • Blanchard : vente et réparation matériel agricole,
  • D2N : Commerce de gros de céréales, de semences et d'aliments pour le bétail.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les lieux et monuments de la commune sont ceux des anciennes communes dont elle est issue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs et barons[modifier | modifier le code]

  • Unfrid le Danois, seigneur du Teilleul[30], déjà baron d'Hiesmese devint baron du Teilleul, il fit construire le château du Teilleul et fit entourer la ville de murs.
  • Onfroy du Teilleul[31] ; Adelise de Grentemesnil, sa femme.
  • Robert du Teilleul, fils de Onfroy et Adelise, baron du Teilleul.
  • Robert du Teilleul, fils de Robert du Teilleul.
  • Robin et Alexandre du Teilleul (1198), fils de Robert du Teilleul.
  • Gilles de vaufleury, seigneur d'Ossé au Teilleul.
  • Othon du teilleul.
  • Jean Juhé (XVe siècle).
  • Jéhan du Teilleul (1365).
  • Jacques Cochards (1577-1600) (de gueules à trois fasces d'argent), sieur de la Cochardière, fut maître des Eaux et Forêts à Mortain.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Morel, (1505-1564) imprimeur et érudit.
  • Jean Morel (1541-1559), frère du précédent, martyr protestant.
  • Fédéric Morel (1558-1639), fils de Guillaume, imprimeur du roi.
  • Jean Le Bigot (1549- ????), écrivain.
  • Émile Malon (1888-1940), député de La Manche.
  • Émile Bizet (1920-1983), homme politique, député de la Manche de 1962 à 1983
  • Jean Bizet (1947-), homme politique. sénateur de la Manche depuis 1996, maire du Teilleul de 1983 à 2014

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes du Teilleul

Les armes de la commune du Teilleul se blasonnent ainsi :
D'azur à trois fers à cheval d'argent, posés 2 et 1.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. Extrait des mémoires sur le Teilleul, par Émile Dubois, vicaire de Husson, 1883
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  10. « Station Météo-France Saint-Fraimbault - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Le Teilleul et Saint-Fraimbault », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Saint-Fraimbault - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Le Teilleul et Laval », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Laval-Etronnier - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Laval-Etronnier - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Laval-Etronnier - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1266.
  23. Laurence Echard, M. Vosgien (trad. Laurence Echard), Dictionnaire géographique portatif, Didot, (lire en ligne), p. 528
  24. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 103.
  25. Arrêté portant création de la commune nouvelle de LE TEILLEUL
  26. « Véronique Künkel élue maire de la commune nouvelle », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  27. Réélection 2020 : « Municipales au Teilleul. Véronique Künkel réélue à son siège de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. Mémoires de la Société d'archéologie, de littérature, sciences et arts d'Avranches, t. 6, E. Tostain (Avranches), 1842-1902 éd. (ISSN 1770-6106), p. 82.
  30. Jean Jacques Desroches, Histoire du Mont Saint-Michel et de l'ancien diocèse d'Avranches, (lire en ligne), p. 164
  31. Petit-fils de Unfred le Danois, fils de Ansfrild, dit Gotz ( - 1035)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :