Les Étangs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Étangs
Église Saint-Jean-Baptiste.
Église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Les Étangs
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Le Pays messin
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Chemin
Maire
Mandat
Yves Legendre
2014-2020
Code postal 57530
Code commune 57200
Démographie
Population
municipale
397 hab. (2012)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 35″ N 6° 22′ 50″ E / 49.1431, 6.380649° 08′ 35″ Nord 6° 22′ 50″ Est / 49.1431, 6.3806  
Altitude Min. 207 m – Max. 304 m
Superficie 6,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Les Étangs

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Les Étangs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Étangs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Étangs

Les Étangs est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La flore des Etangs est notamment décrite dans la "Flore de la Moselle" de Jean Joseph Jacques Holandre (1778-1857), neveu de François Holandre, en 1829. La Nied française traverse la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Lez Estans (1404), Le chastel dez Estant (1490), Tenchen aliàs Lestanche ou les Estanges (1594), Tenchen aliàs l'Estang ou les Estangs (XVIIe siècle)[1], Les Étangs (1793), Tennschen (1871-1918), Teckenhof (1940–1944).
  • En allemand: Tennschen[1].

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Ancien surnom des habitants : Les «Escobar», terme ayant la signification de rusé, fin, fourbe, voire hypocrite. On suppose que son origine est à chercher dans un conflit local[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Étangs est un village du Pays messin situé au Moyen Âge dans le Haut-Chemin puis dans le bailliage de Boulay (période 1751-1789). La seigneurie est possédée à l'origine par la famille Borfer, de lignage chevaleresque. Par la suite il y eut deux fiefs, le village faisant partie de la chatellerie de Boulay, le château-fort auquel s'ajoutent les hameaux de la Beuverie et de Bruyère, le moulin de Bonfey, mille arpents de terre et deux étangs formant une seigneurie distincte.

La fondation de la maison forte des Étangs date de 1401, elle fut donnée par les Créhange-Raville à des familles messines, Drouin (1362-1426), Le Hongre en 1426, Baudoche (1489-1552) pour une moitié, Desch (1488-1549), Raigecourt (1550-1639). Le château fut racheté en 1679 par Armand de Blair, président à mortier au Parlement de Metz, chevalier baron de Balthayock, seigneur des Étangs, de la Beuverie et de la Bruyère et resta la propriété de la famille de Blair jusqu'en 1858, puis de leurs ayants droit jusqu'après la seconde guerre mondiale. Des chroniques du XVe et XVIe rappellent que le château fut abattu en 1404 par une coalition féodale, qu'il fut brûlé par les Lorrains en 1490, par les Français en 1552 comme de nombreux autres châteaux de la région. Pourtant en 1681 Louise de Marsal, dame de la seigneurie du château, put faire hommage au Roi de France pour « le château qui est à pont-levis et fossés tout alentour avec trois tours, un colombier dans l'une d'icelle ». Le château, est remanié aux XVIIIe et XIXe siècle afin de devenir un ensemble résidentiel propriété de la famille des Barons de Blair et de Balthayock, descendants de nobles écossaise venus en France au cours du XVIIe siècle. La famille Blair s'illustre au Parlement de Metz comme en témoignent les chroniques. Le dernier descendant direct de la famille Blair, Isidore-François s'éteindra au château des Étangs, après avoir été officier supérieur dans la garde royale, avoir fait toutes les campagnes de l'armée de Condé. Sa carrière prendra fin après les journées de 1830, durant lesquelles il combattit pour le roi Charles X chassé de France. Il ne quittera plus le château des Étangs jusqu'à sa mort en 1858. Par donation d'Isidore-François de Blair, mort sans descendance, le château deviendra la propriété de Ludovic Raillardy de Prautois et de Marie-Pauline Dupasquier de Dommartin qui y firent d'importants travaux dans les années 1860-1865. Le château restera propriété des Dommartin jusqu'à la seconde guerre mondiale[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 1995 Théodore Horsch    
mars 1995   Yves Legendre   néant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 397 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
342 389 448 386 396 390 366 390 361
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
317 344 324 332 317 287 296 266 243
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
244 246 235 226 234 243 274 270 296
1990 1999 2006 2008 2012 - - - -
277 301 394 420 397 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château des Etangs et de La Bruyère

D'après Dom Calmet une voie romaine passait à Tennschen (nom allemand des Étangs), elle allait à Menmerborn, à Boucheporn et au Hiéraple.

  • Le château des Étangs est une maison forte du XVe siècle, c’est un intéressant exemple d’architecture médiévale qui porte témoignage de l'histoire troublée de la Lorraine. Le château est constitué de trois corps de bâtiments et d’un donjon rectangulaire massif situé à l’ouest, ménageant au centre une cour, les bâtiments qui forment un trapèze sont flanqués de quatre tours rondes, les deux tours sud sont accolées au donjon à la manière d'une barbacane avec ses orifices de tir. La tour nord de plan circulaire présente une ogive sculptée, des fenêtres à coussièges, ainsi qu'un sol en terres cuites décorées, l'aile nord offre une monumentale cheminée et son four à pain. La tour nord-est de plan plus irrégulier présente un toit d'ardoise en pavillon. Le donjon massif situé à l'ouest offre quatre niveaux de fenêtres à meneau, ce même type de fenêtres se retrouve sur le corps nord du bâtiment. Le château est remanié aux XVIIIe et XIXe siècles afin d'en faire une ensemble résidentiel : les façades est et sud sont percées de hautes fenêtres rectangulaires, des plafonds à la française ainsi que des cheminées en pierre de Jaumont décorent certaines pièces, les fossés sont comblés et transformés en terrasses, le terrain alentour devient un parc paysager, le pont-levis, encore attesté en 1681, disparaît.

Depuis 2004, le bâtiment est inscrit au supplément de l’inventaire des Bâtiments de France.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle castrale.
  • Chapelle castrale construite par le seigneur Armand-Jean de Blair en 1743 il y est enterré ainsi que sa femme Marie-Thérèse de la Croix en haut de l’église, du côté du clocher. Par ordonnance de l’évêque de Metz elle fut érigée en 1750 en église paroissiale pour toute la commune des Étangs. Aujourd’hui, désaffectée, elle sert de hangar.
  • Église Saint-Jean-Baptiste néo-romane, à côté de la chapelle, 1906 : toiles du XVIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Armand de Blair ( - 21 mars 1719), baron de Balthayock, chevalier, seigneur du château des Étangs, de La Beuverie et de la Bruyère, conseiller du Roi en tous ses conseils, lieutenant général du bailliage de Metz, reçu président à mortier au Parlement de Metz le 26 juillet 1691.
  • Armand-Jean de Blair (8 février 1681 - ), conseiller au Parlement de Metz.
  • Jean-Armand de Blair (25 août 1710 - circa 1790), reçu conseiller au Parlement de Metz en 1733, président à mortier en 1775.
  • La famille Blair de Balthayock est originaire d'Écosse plus exactement du Perthshire sur les bords de la rivière Tay. Thomas second fils d'Alexandre Blair de Balthayock passa en France du temps de Jacques VI d'Écosse (lettres patentes du 7 juillet 1674). La famille Blair compte parmi ses descendants Walter Scott et Tony Blair.
  • Blason : écu d'argent au chevron de sable accompagné de trois tourteaux, deux en chef, un en pointe. Devise "virtute tutus"[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle rédigé en 1868
  2. Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°3 (Septembre-Octobre 2011)
  3. Baron Couet de Lorry, La Terre des Étangs, Typographie Rousseau-Pallez, Metz, 1863.
    J.-M. Pierron, Notice sur le château des Étangs, ABF, 2004.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  6. Emmanuel Michel Biographie du Parlement de Metz, chez Nouvian, Metz, 1855.
    David Mac Gregor, The baronage of Angus and Means Oliver and Boyd, Édinbourgh, 1856.