Rhodes (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rhodes (homonymie).

Rhodes
Rhodes (Moselle)
La mairie
Blason de Rhodes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Canton Sarrebourg
Intercommunalité Communauté de communes de Sarrebourg - Moselle Sud
Maire
Mandat
Jean-Luc Rondot
2014-2020
Code postal 57810
Code commune 57579
Démographie
Population
municipale
120 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 35″ nord, 6° 53′ 53″ est
Altitude Min. 257 m
Max. 283 m
Superficie 11,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Rhodes

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Rhodes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rhodes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rhodes

Rhodes est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique de Lorraine et fait partie du pays de Sarrebourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur la presqu'île de l'étang du Stock, dans la sous-région géologique appelée pays des étangs, car formée sur une couche épaisse d'argile blanche favorable à la création de nombreux étangs à vocation piscicole ou crées comme réservoirs pour les canaux de la Marne au Rhin et de la Sarre (passe en bordure du banc communal à l'est).

Ecarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Adelhouse (ancienne ferme détruite), Domaine Les Bachats (18e siècle), Ferme de Sainte-Croix (18e siècle), Ferme de La tour (Bâtie vers 1980). La commune inclut par ailleurs cinq quartiers répartis le long des rives de l’étang du Stock : des arbres (les Bachats), des poissons, des oiseaux, des fleurs, des Pâquis (PRL).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Rode en 1397. Du germanique roden (essartage), le -s fut tardif[1].
  • La commune est renommée Rodt pendant la première annexion (1871-1918), puis Roth pendant la seconde annexion (1940-1944).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Rhodes est mentionné dans un titre de 1358[2]. D'après M. Michel, l'époque de sa fondation remonte à l'année 1300[3].

Il fut d'abord compris dans le duché de Lorraine puis dans l'évêché de Metz, il s'est formé de la réunion de deux hameaux qui sont indiqués en 1710 sous les noms de Grand Roth et Petit Roth[3].

Rhodes dépendait en 1594 de la châtellenie de Morsperg dans le bailliage d'Allemagne. Puis en 1710, de la prévôté de Lixheim et cela toujours dans le même bailliage. En 1751, Rhodes faisait partie de la châtellenie de Fribourg dans la juridiction et généralité de Vic, sous la coutume de l'évêché. Enfin, en 1790, Rhodes est rattaché au canton de Fribourg et au district de Dieuze[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rhodes Blason Parti de gueules au dextrochère de carnation, vêtu d'azur, mouvant d'un nuage d'argent, tenant une épée d'argent garnie d'or accostée de deux cailloux du même, et de gueules au croc d'or.
Détails
A gauche, sont représentés les armes du chapitre de la cathédrale de Metz, rappelant que Rhodes dépendait de la châtellenie épiscopale de Fribourg. A droite, figurent les armes de la famille de Rode-Guermange, premiers seigneurs connus de la localité.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
13 mars 2001 28 avril 2014 Fabien Haslauer    
28 avril 2014 en cours Jean-Luc Rondot    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2015, la commune comptait 119 habitants[Note 1], en augmentation de 27,96 % par rapport à 2010 (Moselle : -0,06 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
330387440374430411414397350
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
290281273253227195171190197
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1741531261121019684105105
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
91655551567294120119
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7]. |recens-prem=2.)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame.
  • Église de l'assomption de la bienheureuse Vierge Marie (SHAL, section de Sarrebourg), sur l'étang : clocher roman, nef XVIIIe siècle, bénédiction par l’évêque de Metz Henri-Charles de Coislin (1664-1732) en 1707. Autels et statues XVIIIe siècle
  • Croix et Calvaires : Croix d'accident au lieu-dit « Les Rhètes », croix du début du 20e siècle entretenue par la famille Vailly/Wecker. Croix de dévotion au lieu-dit « Les Bachats », sur le chemin de Diane-Capelle, érigée en 1867 par les anciens propriétaires du Domaine Les Bachats Messieurs Hainault et Tourtel à leur arrivée dans le lieu. Restauré en 2000 après des dégâts causés par la tempête de décembre 1999. Propriétaire : La Famille Corsyn[8]
  • Patrimoine Campanaire : Une cloche préfabriquée de 1840 par Baraban (Nancy). Deux cloches de 1927 coulées par F. Causard (Colmar) et bénies le 26 décembre 1927 par le Curé Thiébaut. L'une, prénommée Marie-Joseph, pèse 530 kilos et a comme parrain Léon Feltin Maire de Rhodes et comme Marraine Rosalie Singer des Bachats. L'autre, prénommée Jeanne , pèse 380 kilos et a comme parrain Emile Leblanc et comme Marraine Marie Roser de Sainte-Croix. Les cloches précédentes (1840) ont été descendues du clocher sur réquisition des Allemands le 31 août 1917 et brisées et emmenées le 28 mars 1918[9]

Cimetière Mennonites[modifier | modifier le code]

Le cimetière mennonite.

patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adam-Philippe de Custine (1742-1793), général des armées de la Révolution.
  • Baron Alexandre Bernard Théodore von Uexküll, époux de Gabrielle Elisabeth Marie de Bary. Propriétaire terrien et frère du grand biologiste Jacob von Uexküll (1864-1944).
  • Charles Alexis Collignon de Videlange (16 avril 1801 à Nancy-4 avril 1863 à Saint-Mihiel), époux de Marie-Louise de Vaux (11 juin 1809 à-8 septembre 1854 à Rhodes). Maire en 1844 et Conseiller Général du département de la Meurthe en 1847.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, tome 2, Formations non-romanes.
  2. Henri Lepage, Les Communes de la Meurthe, volume 2, 1853.
  3. a b et c Henri Lepage, Le département de La Meurthe : statistique historique et administrative, deuxième partie, 1843.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Croix et calvaires, Tome 2, BOLLINGER et KLEINE, SHAL Section de Sarrebourg, 2000
  9. Le Patrimoine Campanaire de l'arrondissement de Sarrebourg, RIMLINGER, ELMERICH, SCHMITT, SCHAL Section de Sarrebourg, 2004.