Lambach (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lambach
Glasenberg
Lambach (Moselle)
Vue du village avec l'église de l'Immaculée-Conception.
Blason de Lambach Glasenberg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Éliane Fontaine
2020-2026
Code postal 57410
Code commune 57376
Démographie
Gentilé Lambachois
Population
municipale
505 hab. (2018 en diminution de 3,07 % par rapport à 2013)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 09″ nord, 7° 21′ 37″ est
Altitude Min. 267 m
Max. 428 m
Superficie 5,54 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bitche
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bitche
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Lambach
Glasenberg
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Lambach
Glasenberg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lambach
Glasenberg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lambach
Glasenberg

Lambach est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est. Le village fait partie du pays de Bitche, du Parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village se situe dans le pays de Bitche, en bordure du pays couvert, dans la zone où la forêt est largement trouée par les essartages. Le village-rue de Lambach est dominée par son écart, Glasenberg, qui s'étend sur le plateau.

Le paysage a considérablement changé depuis la Seconde Guerre mondiale, alors que la structure du village a peu évolué. Les prairies de fauche ont été envahies par des herbes folles, faute d'entretien du réseau de drainage et les coteaux, couverts de champs et de prairies, ont été gagnés par la forêt, aujourd'hui omniprésente. Cette mutation du milieu est bien à l'image des changements du monde rural.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lambach est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bitche, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (70 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (70,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (70 %), prairies (15,5 %), zones urbanisées (8,4 %), zones agricoles hétérogènes (6,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionnés en 1577 sous la forme Lampach, du vieil allemand Lam-Bach, le ruisseau marécageux, et en 1750 sous la forme Glasenberg, un toponyme évoquant une verrerie aujourd'hui disparue, les deux agglomérations font partie depuis 1802 du canton de Rohrbach-lès-Bitche, après avoir appartenu de 1790 à 1802 à l'éphémère canton de Lemberg.

Du point de vue spirituel, Lambach est succursale de la paroisse de Siersthal jusqu'à son érection en paroisse en 1907. L'église, dédiée à l'Immaculée Conception de la Vierge Marie, est construite en style néo-roman en 1904-1905. Après la guerre de 30 ans (1618-1648) il y a eu le premier habitant de Lambach

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 En cours Raymond Gabenesch    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 505 habitants[Note 3], en diminution de 3,07 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
475403579582803746802787756
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
645632632670692728762757659
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
635627622646627659648600562
1990 1999 2006 2008 2013 2018 - - -
542562548544521505---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Immaculée-Conception, néo-romane édifiée en 1904.
  • Le village a conservé plusieurs fermes de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle, ainsi que de nombreuses croix de chemin dispersées sur le ban communal.
  • Au 5 rue du Stade, une ferme de la première moitié du XIXe siècle est caractéristique de l'habitat du petit propriétaire moyen. Elle s'étend en largeur, la partie gauche étant réservée à l'étable-écurie et à la grange ouverte par une porte charnière en plein cintre. À droite, le logis surélevé, formé de quatre petites pièces se commandant l'une l'autre, comporte une cave faisant en même temps office de bergerie.
  • Un chemin en bordure de l'étang du Loeschersbach conduit au milieu des aulnes à une croix de chemin érigée en 1749. Très simple, elle est formée d'un large fût portant la représentation de la Sainte Vierge, le cœur percé d'un glaive et l'invocation " Sancta Maria ora pro nobis ". Sur l'autre rive, un moulin reconstruit en 1735 a été transformé par la suite en fabrique de carton.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Beck, Les moulins et scieries du Pays de Bitche, 1999.
  • Joël Beck, Rohrbach-lès-Bitche et son canton, 1988.
  • Joël Beck, Le canton de Rohrbach-lès-Bitche, 2004.
  • Joël Beck, Le Pays de Bitche 1900-1939, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bitche », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Geoplatt
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1968, 1975, 1982, 1990, 1999, 2006, 2008, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.