Rosières-aux-Salines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosières.
Rosières-aux-Salines
La mairie.
La mairie.
Blason de Rosières-aux-Salines
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Lunéville-2
Intercommunalité Communauté de communes des Pays du Sel et du Vermois
Maire
Mandat
Thibault Bazin
2014-2020
Code postal 54110
Code commune 54462
Démographie
Gentilé Rosiérois
Population
municipale
2 869 hab. (2014)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 34″ nord, 6° 20′ 03″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 336 m
Superficie 26,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rosières-aux-Salines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rosières-aux-Salines
Liens
Site web http://www.rosieres-aux-salines.fr

Rosières-aux-Salines est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle et la région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une saline a existé à Rosières depuis le XIIe siècle ; appartenant d'abord à la famille de Lenoncourt, elle fut vendue au XIIIe siècle au duc de Lorraine à qui elle procura d'importants revenus. Son site, séparé de la ville et entouré d'un petit cours d'eau, était défendu par des remparts et comprenait un château fortifié. Le sel était alors « l'or blanc » de l'Ancien Régime... Mais l'exploitation de la saline cessa au XVIIIe siècle, sa rentabilité ayant chuté. Jusqu'à sa fermeture, la saline de Rosières, comme d'ailleurs la saline de Dieuze, a contribué à faire vivre et travailler tout un pan entier du secteur forestier dans le massif vosgien, à commencer par le flottage du bois dans la vallée de la Meurthe et tous les acteurs de la forêt comme les bûcherons, les schlitteurs et les charbonniers. La Chambre des comptes de Lorraine passait tous les ans avant le début du flottage du bois des marchés avec les négociants ou maîtres-flotteurs pour planifier l'approvisionnement des salines en bois de feu[1]. Elle a été remplacée sur le même site par un haras créé par Louis XV ; devenu haras national, il est toujours actif de nos jours et rayonne sur tout le grand Est.

En 2009, une vaste nécropole gallo-romaine a été découverte et les archéologues suspectent l'existence d'une ville oubliée[2] ; les fouilles sont cependant menacées par manque de moyens et la découverte pourrait retomber dans l'oubli[3].

Elle est jumelée avec la commune de La Sagne (Suisse, canton de Neuchâtel).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1989 Jean-Claude Demonté SE  
mars 1989 mars 2001 Denis Craus SE Médecin
mars 2001 mars 2008 Jean Roj SE Professeur
mars 2008 en cours
(au 16 avril 2014)
Thibault Bazin SE Économiste urbain

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 869 habitants, en augmentation de 0,77 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 127 2 564 2 754 2 216 2 512 2 433 2 305 2 250 2 323
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 136 2 179 2 210 2 221 2 395 2 323 2 329 2 392 2 297
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 281 2 260 2 138 2 218 2 258 2 200 2 204 2 359 2 550
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
2 584 2 604 2 830 2 946 2 839 2 817 2 886 2 869 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Beffroi  Inscrit MH (1926).
Fontaine Saint-Pierre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

On voit dans les rues du centre historique nombre de vestiges modestes des XVe-XVIIe siècles (fenêtres gothiques, façades Renaissance, certaines nécessitant restauration). Des façades traditionnelles sont restées inchangées depuis les XVIIe – XVIIIe siècles, fait rare dans les bourgs lorrains.

  • Vestiges de l'ancien château fort de la Motte du XIIe siècle : tour ronde, les murs des remparts restent visibles à certains endroits.
  • Château à Saint-Urbain existait au début du XVe appelé le Rayeux puis Saint-Urbain restauré XIXe de style XVIIIe
  • Château Brun devenu propriété des hospices de Rosières le château a été rasé
  • Hospice Sainte-Odile, quelques bâtiments XVIIIe.
  • Beffroi (appelé le Ban-Ban), reconstruit vers 1720.
  • Ancien hôtel de ville fin XVIe ; actuel hôtel de ville XVIIIe.
  • Plusieurs demeures fin XVIe, XVIIe et XVIIIe, dont 28-30 rue du Colonel-Thiébault, édifice classé au titre des monuments historiques depuis 1994[8].
  • Fontaine monumentale Saint-Pierre construite en 1752
  • Haras national (XVIIIe-XXe siècle) sur l'emplacement de l'ancienne saline : écuries, manèges, sellerie d'honneur, collection de voitures hippomobiles.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre construite en 1745 par l'architecte Mique : deux clochers, boiseries, stèles.
  • Chapelle Sainte-Odile de l'ancien hospice civil. Elle est ornée d'un surprenant décor peint, formant une sorte de théâtre à l'italienne. Son avenir (juin 2015) est incertain.
  • À Cuite-Fève, vestiges de la chapelle des Hospitaliers (XIVe siècle).
  • Vestiges de l'ancien couvent des cordeliers (XVIIe siècle, remanié au XVIIIe).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

D'azur, à une épée d'argent emmanchée d'or, mise en pal, la pointe en haut, côtoyée de deux roses de même[9].

Blason Geoffroy de Rosières.svg Blason Brun de Rosières.svg : armoiries de Geoffroy et Brun de Rosières (voir Armorial du Tournoi de Chauvency).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arnaud Vauthier, « Le flottage du bois en Lorraine : Sa réglementation du XIVe au XVIIIe siècle », Le Pays Lorrain, Société d’Histoire de la Lorraine et du Musée lorrain, vol. 82,‎ , p. 15-22.
  2. Rapport d'Activité de l'INRAP, année 2009 - La nécropole gallo-romaine de Rosières-aux-Salines (p.106)
  3. Communiqué de Thibault Bazin, maire de Rosières-aux-Salines
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Notice no PA00106449, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Constant Lapaix, Armorial des villes, bourgs et villages de la Lorraine, du Barrois et des Trois-Évêchés, Nancy, Chez l'auteur