Sturzelbronn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sturzelbronn
Sturzelbronn
Portail de l'ancienne abbaye.
Blason de Sturzelbronn
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité C.C. du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Guillaume Krause
2014-2020
Code postal 57230
Code commune 57661
Démographie
Gentilé Sturzelbronnois
Population
municipale
178 hab. (2016 en diminution de 2,73 % par rapport à 2011)
Densité 5,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 27″ nord, 7° 35′ 12″ est
Altitude Min. 228 m
Max. 454 m
Superficie 32,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Sturzelbronn

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Sturzelbronn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sturzelbronn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sturzelbronn
Liens
Site web www.sturzelbronn.fr

Sturzelbronn est une commune française du département de la Moselle en région Grand Est.

Village rural de Lorraine, du pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-est, Sturzelbronn est situé à 53,8 km au nord-ouest de Strasbourg, dans le terroir du parc naturel régional des Vosges du Nord. Au niveau intercommunal, la municipalité est intégrée dans la communauté de communes du Pays de Bitche qui regroupe 46 localités autour de Bitche. En 2016, la population légale est de 178 habitants, appelés les Sturzelbronnois.

Le village est surtout connu pour son ancienne abbaye cistercienne, dont il ne subsiste aujourd'hui plus que quelques rares vestiges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe dans la vallée de la Schnepfenbach, et la partie la plus orientale du pays de Bitche, le pays couvert, à l'extrême nord-est du département de la Moselle. Il se situe sur l'ancienne voie romaine menant de Bitche à Wissembourg, à la limite de l'Alsace.

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Camp militaire de Bitche Eppenbrunn (Allemagne) Ludwigswinkel (Allemagne) Rose des vents
Bitche, Camp militaire de Bitche N Obersteinbach (Bas-Rhin)
O    Sturzelbronn    E
S
Éguelshardt, Waldeck Philippsbourg Neudoerfel (Bas-Rhin), Neunhoffen (Bas-Rhin), Dambach (Bas-Rhin)

Ecarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Sturzelbronn : Sturizelebornen (1196), Sturzelenboren (1274), Stuscelbronn (1295), Sturzelburn (1302), Sturcelburne (1314), Sturzelburn (1417), Sturzelburne (1467), Sturzelbronn (1539), Sturzelbrun (1557), Zturzelbrun (1576), Sturzelborn (1594), Sturzelborn (1606), Stilzbrone (1711), Stulzelbronn (1751), Stilzbronn (1756), Stultzbronn (1763), Stilsbronn (1769), Stirzelbronn (1779), Sturzelbronne (1793), Sturtzelbronn (1801), Stürzelbronn (1871-1918). En francique lorrain : Stirzelbrunn[1] (fontaine avec petite chute).
  • Altzinsel : Altzinsel (1755), Vieille-Zinzel (1771), La Vieille-Zenzel (1779), Alt-Zinzel (carte ét.-maj.), Altzingel (1854)[2].
  • Bremendell : Brehendahl (1779), Bremendehel (1862), Brœnne-Dœl (carte de l'état-major)[2].
  • Hartzhoff : Hartzhoffen (1779), Hartz (dictionnaire Viville)[2].
  • Kobrett (Deutsch et Welsch) : Cobart (1178), Chobart (1348), Cobehart (1417), Kobert (1779)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fragments de sculptures de l'époque gallo-romaine témoignent de l'antiquité du site, déjà mentionné en 1155 sous sa forme actuelle, signifiant fontaine jaillissante. Vieille terre lorraine, le pays de Bitche est une des premières possessions des ducs de Lorraine qui érigent au début du XIIe siècle un château à l’emplacement de l’actuelle citadelle et l'abbaye de Sturzelbronn.

Cultes[modifier | modifier le code]

Du point de vue spirituel, la paroisse, qui était desservie par les moines, dépend de l'archiprêtré de Bitche depuis 1804. L'église paroissiale, dédiée à sainte Élisabeth, est une ancienne chapelle construite en 1764, à laquelle a été ajoutée une tour-clocher en 1858.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Auguste Hoff   Nomination par l'Administration Américaine à la Libération
1947 1971 Alexandre Perès    
1971 1983 Joseph Balva    
1983 2014 Alphonse Steiner    
2014 En cours Guillaume Krause    
Les données manquantes sont à compléter.

Du point de vue administratif, le village est commune du canton de Bitche depuis 1790.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 178 habitants[Note 1], en diminution de 2,73 % par rapport à 2011 (Moselle : +0,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
181240249340324348421438357
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
304283272300295295288302271
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
272290287241241234239239205
1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
178189201183178----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6]. |recens-prem=2006 .)
Histogramme de l'évolution démographique

La population, peu importante, a augmenté jusqu'au milieu du XIXe siècle, passant de 215 habitants à 385 en 1851. Depuis elle n'a pas cessé de décroître et ne comptait plus que 179 habitants au recensement de 2014.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monastère vise à l'origine à une relative autarcie, avec des moines agriculteurs, éleveurs et techniciens agricoles : pisciculture, digues, moulins, fabrique de sels de potasse, forges, scierie, tuilerie, faisanderie...

  • les caves creusées dans le grès, cellier troglodytique, anciennes carrières, glacière des moines à la Vallée des Vaches (Kuhtal),
  • le mur d'enceinte,
  • l'hospice,
  • l'hostellerie,
  • la boulangerie,
  • la maison de la Dîme,
  • l'école de l'abbaye,
  • la promenade des moines,
  • la maison du portier,
  • la maison du marcaire,
  • le pilori,
  • la chapelle des étrangers,
  • les digues et forges de Graffenweiher et Jaegerthal,
  • la forge de Strurzelbronn,
  • la borne dite Pierre de Corvée,
  • la Main du Prince, évoquant à la fois une bataille du XIIIe siècle et la chanson du Waltharilied.
  • la Montagne de la Croix (Kreuzberg),
  • le Rocher des Cloches (Glockenfels),
  • les granges et dépendances, centres d'exploitation agricole (de 200 à 300 hectares), exploitées par des frères convers, sous la surveillance d'un frère cellérier,
  • les diverses censes et manses, fermes (affermées à des civils), dont le vieux Mühlenbach,
  • l'écart disparu d'Altzinsel près de l'Erbsenthal.
  • la Bremendell,
  • les trois sentiers transfrontaliers balisés et paysagers,
  • divers vestiges gallo-romains : pierre sculptée d'un monument funéraire,
  • et les nombreux et remarquables sites rocheux, de grès rose des Vosges, si typiques pour le secteur, exemples : Kleiner Hundskopf et Grosser Hundskopf, Pilsfels et Geierfels ou Geierstein, Glockenfels et Luchsfels, Falkenberg et Rothenberg, Kandelfels et Landersberg, Kohlberg et Abrahamfels, Kreuzberg, Erbsenfels, etc.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

La vie matérielle du monastère, globalement à l'origine d'une renaissance du pays de Bitche à cette époque, ne cède rien à la vie spirituelle :

  • vestiges de l'abbaye cistercienne, fondée en 1135 par saint Bernard.
  • église Sainte-Élisabeth, ancienne chapelle de l'abbaye.
    • sarcophage de sépulture seigneuriale, réutilisé, extérieur,
    • pierres tombales, intérieures,
    • et, donnant autrefois accès aux bâtiments entourés d'un mur de clôture, le portail à fronton triangulaire porté par des piédroits à table rentrante, qui date des premières décennies du XVIIIe siècle et constitue l'un des derniers témoignages de la reconstruction de l'abbaye à cette époque.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or au lion desable, terrassé ondé d'azur, à la cotice de gueules
Commentaires : Il s'agit des armes de l'abbaye de Sturzelbronn, auxquelles a été ajouté le terrassé ondé, représentant l'eau courante d'une fontaine (Brunnen, Bronn).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'abbaye cistercienne de Sturzelbronn, Jérôme MICELI, 1994. Archives Municipales de Sarreguemines.
  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. a b c et d Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868, Impr. nationale, Paris
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.