Rolbing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rolbing
Ohrenthal, Opperding
Rolbing
L'église Saint-Vincent-de-Paul.
Blason de Rolbing Ohrenthal, Opperding
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Gaston Leichtnam
2020-2026
Code postal 57720
Code commune 57590
Démographie
Gentilé Rolbingeois
Population
municipale
252 hab. (2018 en diminution de 5,62 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 21″ nord, 7° 26′ 25″ est
Altitude Min. 247 m
Max. 348 m
Superficie 5,97 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bitche
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : France

Rolbing (en allemand Rolbingen) est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est. Le village fait partie du pays de Bitche, du parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Occupant la partie la plus septentrionale du Pays de Bitche, à la frontière franco-allemande et en pays découvert, le village de Rolbing et ses écarts de Obere Ecke, Untere Ecke et Opperding, s'étirent sur la rive gauche de la Horn, seul le hameau de Ohrenthal étant situé à l'écart sur le plateau.

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rolbing est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Roulbingen (1303), Rolbinga (1305), Rolving (1751), Roblingen (1756), Rolwingen et Rolbingen (1771), Rolving (1801), Rolbingen (cartes Cassini et de l'État-major), Rolbingen (1871-1918 & 1940-44).
  • En francique lorrain : Rolwinge[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

La croix, à l'écart de Ohrenthal.

Mentionné en 1303 sous la forme Roulbingen, du nom d'homme Rodulf et du suffixe -ing, le village est un site ancien, puisqu'on y a découvert des tumulus, plusieurs sites gallo-romains ainsi qu'une stèle-maison dédiée à Martialis.

Du point de vue du spirituel, Rolbing a été succursale de Loutzviller, avant de devenir en 1858 paroisse de l'archiprêtré de Volmunster. L'église, dédiée à saint Vincent de Paul, a été érigée en 1854 sur un terrain acquis par les membres de la Conférence de saint Vincent de Paul et par un bienfaiteur, monsieur de Pontbriant, ingénieur-architecte à Metz, et offerte par la suite à la paroisse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1989 Ernest Dumser    
mars 1989 mars 2001 Roland Gross    
mars 2001 mai 2020 Roger Schwarz    
mai 2020 En cours Gaston Leichtnam    
Les données manquantes sont à compléter.

Du point de vue administratif, le village a fait partie de l'éphémère canton de Breidenbach entre 1790 et 1801, avant d'être placé dans celui de Volmunster, les écarts de Opperding et de Ohrenthal lui étant rattachés en 1813.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2018, la commune comptait 252 habitants[Note 2], en diminution de 5,62 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
176243273572634517460421408
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
412473460485479492525581602
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
533551552329429378356330295
1990 1999 2005 2010 2015 2018 - - -
264250279279251252---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10]. |recens-prem=2005 |nomb.)
Histogramme de l'évolution démographique

La population connaît des variations importantes depuis le début du XIXe siècle, passant de 326 habitants en 1817 à 565 en 1852. Relativement forte jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, elle décroît depuis et ne compte plus que 295 habitants au recensement de 1982.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Entre Schweyen et Ohrenthal, en plein pays découvert, le panorama s'étend à perte de vue en direction de l'Allemagne. Plantés au milieu des champs, aux endroits les mieux exposés, même s'ils sont parfois éloignés de plusieurs kilomètres du village, pour éviter le vent des plateaux et le gel des vallées, les arbres fruitiers confèrent au paysage un aspect tout à fait original, rompant la monotonie engendrée par ces vastes étendues exploitées en openfield.
  • Situé dans la partie nord du village, le quartier de Untere Ecke a conservé un peu miraculeusement son aspect d'autrefois : des maisons avec des toits gauchis, dont la faîtière n'est pas parallèle à la façade ; une pompe à bras alimente un abreuvoir et de gros tas de fumier s'étalent devant les fermes.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Depuis le , un "lieu de vie" pour des jeunes en grandes difficultés sociales a vu le jour dans le relais d'Opperding (centre d'hébergement appartenant à la fédération Culture et Liberté Moselle). Ce lieu de vie, CAP Horn pour Centre d'accueil Permanent de la Horn (nom de la rivière traversant la localité) héberge 6 jeunes Mosellans. http://caphornrolbing.free.fr.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rolbing Blason
D'argent à un chevron d'azur, accompagné en chef de deux croix de Lorraine de gueules, et en pointe d'une aiglette de sable
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  6. Geoplatt
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.