Lafrimbolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lafrimbolle
Le temple.
Le temple.
Blason de Lafrimbolle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Canton Lorquin
Intercommunalité Communauté de communes de Sarrebourg - Moselle Sud
Maire
Mandat
Francis Bazin
2014-2020
Code postal 57560
Code commune 57374
Démographie
Population
municipale
210 hab. (2014)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 43″ nord, 7° 01′ 10″ est
Altitude Min. 285 m
Max. 440 m
Superficie 10,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Lafrimbolle

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Lafrimbolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lafrimbolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lafrimbolle

Lafrimbolle est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique de Lorraine et fait partie du pays de Sarrebourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Située a la limite toponymique roman-germanique. D'un nom de personne germanique Laifin + bronn "source"[1].
  • Lascebranne (1203), Laffemborn et Lafenborn (1224), Laffenborne (1244), Laffrenbonne et Leffenborne (1248), Lafferburn (1250), Lauffenborn (1361), Leffelbron (1590), Löffelborn et Löffelbrunn (1667), La Frainbole (1710), Lafrinbonne (1793), Frinbolle (1801), Lascemborn (1871-1915), Lassenborn (1915-1918 et 1940-1944).
  • Leinfribol en lorrain roman.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lafrimbolle se trouvait dans la seigneurie de Turquestein, dans l'ancien duché de Lorraine. Le village a été dévasté en 1310 par les troupes françaises et celle de l'évêque de Metz. Le village était inhabité en 1433. Cependant le passage ici de l'ancienne voie romaine atteste la présence humaine depuis les temps les plus reculés. Annexéeà la France en 1766 comme toute la Lorraine qui perd son indépendance. Le village a fait partie de l'Empire allemand le 10 mai 1871 à la suite du traité de Francfort, puis de la France le 28 juin 1919 avec le traité de Versailles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 2001 Gustave Collin    
mars 2001 en cours Michel Aubriot    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 210 habitants, en diminution de -3,23 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
125 87 119 141 148 715 876 700 758
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
749 768 728 707 664 537 456 406 438
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
411 384 364 353 316 330 220 241 214
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 -
176 159 147 184 198 221 209 210 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Michel.
Cimetière protestant.
  • Église paroissiale Saint-Michel. Seul le clocher, bien que reconstruit à la suite des bombardements de 1944 ce qui lui a valu de perdre son bulbe, témoigne de la présence d'un édifice à l'époque médiévale XIIe siècle, clocher gothique XVe siècle la nef a été reconstruite à partir de 1842 dans un esprit néo-gothique, restaurée en 1968
  • Temple réformé construit au milieu du XIXe siècle, témoin d’une présence huguenote réfugiée, remontant à la Réforme et originaire de Badonviller.
  • Cimetière protestant.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Chevandier de Valdrome (1781-1865), père de Eugène Chevandier de Valdrome.
  • Daniel Legrand, industriel rubanier du Ban de la Roche, disciple d'Oberlin, crée en 1846 une école protestante pour les familles réformées dispersées aux alentours. En 1852 elle est transformée en chapelle-école.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2 - Ernest Nègre
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .