Charleville-sous-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charleville-sous-Bois
Mussy-l’Évêque, Nidange
Château Rexroth.
Château Rexroth.
Blason de Charleville-sous-BoisMussy-l’Évêque, Nidange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Le Pays messin
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Chemin-Pays de Pange
Maire
Mandat
Jerôme Cridelich
2014-2020
Code postal 57220
Code commune 57128
Démographie
Gentilé Carolo-sous-Boisiens, Carolo-sous-Boisiennes
Population
municipale
268 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 25″ nord, 6° 24′ 46″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 347 m
Superficie 12,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Charleville-sous-Bois
Mussy-l’Évêque, Nidange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Charleville-sous-Bois
Mussy-l’Évêque, Nidange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charleville-sous-Bois
Mussy-l’Évêque, Nidange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charleville-sous-Bois
Mussy-l’Évêque, Nidange

Charleville-sous-Bois est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le site inscrit de la vallée de la Canner[1].

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune possède plusieurs écarts : Épange, Mussy-l'Évêque, Nidange, Rénange et Saint-Michel.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Charleville-sous-Bois : Charleville (1793)[2], Karlheim (1871), Charleville (1919), Charleville-sous-Bois (1928)[2], Karlsheim am Wald (1940-1944), Charleville-sous-Bois (1945).
  • Épange: D’un nom de personne germanique Eppo suivi du suffixe -ing francisé en -ange : Eppange (1147), Epinge (1148), Epingen (1184), Appingis (1295), Epengen (1594), Espange ou Esping (XVIIIe siècle)[3], Épinger-Hoff (1845)[4].
  • Nidange: Nitelvilla (909)[5], Nydenges (1031), Nidingis (1147), Nydenge (1429), Nidengen (1510)[3].
  • Rinange: Rininga (1409)[5], Rinange (1627), Renange ou Reininger-Muhl (1845)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 1995 Gilbert Ziegler    
mars 1995 en cours Jacqueline Losson    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 268 habitants, en augmentation de 0,37 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
198 196 221 384 533 481 445 420 394
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
371 370 369 344 292 282 264 267 202
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
266 275 287 280 226 194 190 167 178
1990 1999 2006 2011 2014 - - - -
199 222 272 252 268 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Château du XVIIIe siècle.
  • Le château de Charleville-sous-Bois
  • La Maison de la famille de Vaugelet XVIIe siècle
  • Le Château Rexroth se situe dans la forêt de Befey, en 1912 l’industriel Fritz Rexroth (IDÉAL Tannerie de Wiltz S.A.) fit construire un château dans le style des résidences rhénanes. Il sert depuis 1925 de sanatorium et maison de convalescence (Propriété de l'Institut d'Assurances Sociales d'Alsace-Lorraine). En 2009-2010, l’aspect homogène de cet très bel ensemble du début du XXe siècle a été totalement dénaturé par des constructions en rupture architecturale, venant flanquer le château sur ses deux côtés, sans aucun effort d’intégration paysagère et patrimoniale.

Les Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Honoré Chais, lieutenant en la prévôté de Boulay, anobli en 1715.
  • Jacques de Chais, directeur des Chemins, Ponts et Chaussées de Lorraine et du Barrois sous le régime du Duc Léopold.
  • Jean-Louis Caillou, seigneur de Valmont, lieutenant-colonel au service de France.
  • Jean Baptiste Dufort (1782-1866), gendarme de la compagnie de la Moselle, chevalier de la Légion d’honneur (1831), né à Épange[9].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Henri Michel, Charleville-sous-Bois. Un beau village de Lorraine, une bien belle histoire. Origine, création, dépendances, annexes, les habitants, les événements, les croyances., Charleville-sous-Bois, 347 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lorraine.ecologie.gouv.fr/Liens_CARMEN/Paysage/SITEI/SI57331A.PDF
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  4. a et b Administration générale des postes, Dictionnaire des postes aux lettres, Paris, Imprimerie Royale, 1845
  5. a et b Mémoires de l'Académie nationale de Metz - Volume 45 (1865)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/pays-messin/personnages/dufort-jean-baptiste.pdf