Sanry-sur-Nied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sanry-sur-Nied
Sanry-sur-Nied
Chapelle Saint-Urbain.
Blason de Sanry-sur-Nied
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Intercommunalité Communauté de communes Haut Chemin - Pays de Pange
Maire
Mandat
Marie-Laure Poinsignon
2020-2026
Code postal 57530
Code commune 57627
Démographie
Population
municipale
289 hab. (2018 en diminution de 5,56 % par rapport à 2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 12″ nord, 6° 20′ 41″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 300 m
Superficie 4,81 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pays messin
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Sanry-sur-Nied
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Sanry-sur-Nied
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sanry-sur-Nied
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sanry-sur-Nied

Sanry-sur-Nied est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est. Elle comprend Domangeville entre 1812 et 1936.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sanry-sur-Nied
Laquenexy Pange
Courcelles-sur-Nied Sanry-sur-Nied Bazoncourt
Sorbey Aube Lemud

Le territoire communal est traversé par la Nied française.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sanry-sur-Nied est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune aurait pour origine Sanrinuis, dérivé de Senuis, un nom latin. Le moulin de Senrei est mentionné en 1196 et appartient à l’abbaye de Saint-Sauveur. Évolution du nom du village à travers les âges :

  • 1235 : Sanray et Sanrei ;
  • 1239 : Sanrrei ;
  • 1250 : Xanrei ;
  • 1386 : Jenanrey ;
  • 1404 : Sanrey sus Niet ;
  • 1491 : Sanri surs Niedz ;
  • 1681 : Xanrey ;
  • 1869 : Sanry-sur-Nied ;
  • 1915–18 : Sanrigen an der Nied (en allemand) ;
  • 1918 : Sanry-sur-Nied[6] ;
  • 1940–44 : Senn an der Nied.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est cité pour la première fois en 1235. Il fait partie du Saulnois, en Pays messin. Le domaine appartient à la collégiale Saint-Sauveur de Metz durant le Moyen Âge.

Domangeville est réuni à Sanry-sur-Nied par décret [7].

En 1817, le village compte 6 ha de vignobles (48 vignes de vin médiocres)[8]. Le saint patron du village, saint Urbain Ier, patron des tonneliers, est fêté le . La fête patronale avait lieu le dimanche suivant[6].

Domangeville est cédée à Pange en 1936.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2008 René Pate    
mars 2008 mai 2020 Dominique Bir   Maire
mai 2020 En cours Marie-Laure Poinsignon   Maire
Les données manquantes sont à compléter.

La mairie est située rue Principale.

Population et vie culturelle[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, quelques bénévoles s’occupent des décorations et du fleurissements de la commune.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2018, la commune comptait 289 habitants[Note 3], en diminution de 5,56 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
243220265399450436372372326
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
307311319336327286305329290
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
287298293160185161164162221
1990 1999 2006 2011 2016 2018 - - -
310343331318296289---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12]. |recens-prem=200.)
Histogramme de l'évolution démographique

Association[modifier | modifier le code]

  • Association physique sportive et culturelle de Sanry-sur-Nied.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Un regroupement des communes de Bazoncourt, Sanry-sur-Nied et Sorbey a permis la création d’un accueil périscolaire et d’une cantine (environ 45 enfants)[6].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • colombier ;
  • city stade, premier équipement du genre en France[6] ;
  • château-ferme[13].

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Saint-Urbain, construite après 1945. La cloche de l’ancienne chapelle a été conservée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Joxé (1824-1916), fonctionnaire des postes, député et maire d'Angers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sanry-sur-Nied Blason
Coupé: au 1er de gueules à l'agneau pascal d'argent, au 2e d'or à une croix de gueules et au franc-quartier d'argent chargé d'un lion de sable, armé et lampassé de gueules et couronné d'or.
Détails
Le blason de la commune porte en chef les armes de la collégiale Saint-Sauveur et en pointe celles de la famille Serrières, « voué » de la collégiale aux XVe et XVIe siècles[6].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  6. a b c d et e Communauté de communes du Pays de Pange, Vies Communes, no 11, février 2012, p. 4.
  7. Louis Emmanuel de Chastellux, Le territoire du département de la Moselle : histoire et statistique, Maline, 1860, 232 p., p. 219.
  8. Viville
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. château-ferme (Denkmal Archiv 24Fi579)