Hémilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hémilly
Hémilly
Église Saint-Hubert.
Blason de Hémilly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes du District urbain de Faulquemont
Maire
Mandat
Michel Baylac
2020-2026
Code postal 57690
Code commune 57313
Démographie
Population
municipale
141 hab. (2019 en diminution de 0,7 % par rapport à 2013)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 43″ nord, 6° 30′ 08″ est
Altitude Min. 238 m
Max. 293 m
Superficie 14,04 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Faulquemont
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hémilly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hémilly
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Hémilly
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Hémilly

Hémilly est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hémilly appartient au bassin de vie de la Moselle-Est.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le ruisseau le Grand le ruisseau de Faux, le ruisseau d'Hemilly et le ruisseau Lollenbach[Carte 1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier d'Hémilly.


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hémilly est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (78,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (78,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (76,8 %), terres arables (14,3 %), prairies (7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • De Hamiliacu ou Hamilingas (d'un nom de personne germanique Hamil(o) + -ing)[8], ou d'un nom de personne germanique Helmin + -iacum[9].
  • Anciennes toponymies : Omanges dit Hemilly (1594)[8], im Hemeringer weg (1688)[8], Homlange[10] et Heming[11] (1756), Hemming (1766), Hemilly (1793)[12].
  • En lorrain : Hemly. En allemand : Hemming[10], puis Hemelich (1915-1918 et 1940-1944).
  • Durant le XIXe siècle, Hémilly était également connu au niveau postal sous l'alias de Hemeling[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village était germanophone au Moyen Âge, d'où son ancien nom Hemming.

Il dépend du bailliage de Boulay de 1751 à 1789 et est alors annexe de la paroisse de Guinglange.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1980 mars 1995 Christian Royer    
mars 1990 mars 2001 Denis Sibille    
mars 2000 En cours Michel Baylac    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2019, la commune comptait 141 habitants[Note 3], en diminution de 0,7 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
296276322343360359335293278
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
269231239246218217209198167
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
15714515014412212410280102
1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019 - -
113148147147145141141--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains.
  • Hêtre de 350 ans portant l'inscription « Je suis le hêtre aux loups ».

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame-du-Chêne
  • Église Saint-Hubert, néo-gothique, 1878.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Chêne 1901, en forêt domaniale d'Hémilly.
  • Croix du choléra, en grès local, sur la route qui va à Aoury, seconde moitié du XIXe siècle, érigée par la famille Brun-Wagner. La carte des Naudin atteste l'existence d'une autre croix à cet endroit avant 1720[17].
  • Croix, en allant vers Guinglange[17].
  • Croix de Faux, début XXe siècle, bien conservée, porte les instruments de la passion[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hémilly Blason
Coupé : au 1° parti d'azur au lion couronné d'argent, et d'argent à la clef contournée de gueules ; au 2° de gueules à la rencontre de cerf d'argent sommée d'une croix d'or.
Détails
Le lion, tiré du blason de Berus, rappelle qu'Hémilly appartenait à cette châtellenie. La clef indique que le village faisait partie du ban Saint-Pierre, une possession de l’abbaye de Saint-Pierre-aux-Nonnains de Metz. Enfin le cerf en pointe est l'emblème de saint Hubert, le patron de la paroisse[17].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique d'Hémilly » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Metz », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b et c Onoma - Volumes 36 à 37 - International Centre of Onomastics (2001).
  9. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  10. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  11. Ortsnamenwechsel: Bamberger Symposion 1. bis 4. Oktober 1986 - Rudolf Schützeichel.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Administration générale des postes, Dictionnaire des postes aux lettres, contenant les noms des villes, communes et principaux lieux habités de la France, Paris, Imprimerie Royale, 1845.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. a b c et d Erwin Boulanger, Les croix de chemin et de village de la communauté de paroisses de Sainte-Thérèse au pays de Nied, 1er trimestre 2010, p. 80-83 (ISBN 2.95211714-2-4) édité erroné.