Liederschiedt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liederschiedt
Liederschiedt
Vues du village en 1931.
Blason de Liederschiedt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Étienne Megel
2020-2026
Code postal 57230
Code commune 57402
Démographie
Gentilé Liederschiedois
Population
municipale
120 hab. (2019 en diminution de 10,45 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 19″ nord, 7° 30′ 00″ est
Altitude Min. 257 m
Max. 422 m
Superficie 5,99 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bitche
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bitche
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Liederschiedt
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Liederschiedt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liederschiedt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liederschiedt

Liederschiedt est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine et en région Grand Est.

Le village fait partie du pays de Bitche, du parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-Est. En 2019, la population légale est de 120 habitants, appelés les Liederschiedois et surnommés plaisamment les Liederschiedter Fleheseck (« sacs pleins de puces de Liederschiedt ») en dialecte.

Géographie[modifier | modifier le code]

Café Zuck en 1901.

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé à la frontière franco-allemande, dans la zone forestière trouée par les clairières de défrichement, le village présente une curieuse morphologie avec son axe principal barré aux extrémités par deux rues transversales.

S'avançant dans la forêt, le plateau déboisé tardivement porte sur son rebord le village, surplombant de plus de cent-cinquante mètres la vallée du Grunnelsbach. Les versants escarpés sont occupés à l'ouest et au nord par des prairies ponctuées de bosquets, tandis que ceux exposés à l'est et au sud portent des vergers. Dominant la masse des maisons couvertes de tuiles plates, l'église Saint-Wendelin dresse sa haute silhouette coiffée d'ardoise.

Accès[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Liederschiedt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bitche, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (51,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (52,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (51,5 %), prairies (24,7 %), terres arables (18,3 %), zones urbanisées (5,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Liederschiedt : Lüdenscheit (1313), Lüdenschidt (1594), Liderischeidt (1681), Liderschitt (XVIIe siècle), Luttenscheid/Liderscheit/Linscheid (1756), Liderschidt (carte Cassini), Liederscheidt[8], Liederschille (1793). Liderschid en francique lorrain[9].
  • Remschwiller : Rimeswilre (1273), Remschweiller (1755), Remerswiller (1756), Ramsweiller (1779), Remschweiler[10].

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Die Liederschiedter Fleheseck (les sacs pleins de puces de Liederschiedt)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'épicerie Hener en 1913.

Le village est mentionné pour la première fois en 1313 dans une charte de l'abbaye de Sturzelbronn qui en a alors le patronage, sous la forme Ludenscheidt, du nom d'homme germanique Leudo et du vieil allemand Scheide, la forêt. Quant au lieu-dit Remschviller (ou Remschweiler), il fait allusion à un ancien village mentionné en 1473 et disparu au XVIIe siècle, ancienne propriété de l’abbaye de Hornbach en 1273.

Du point de vue spirituel, le village est une succursale de Walschbronn, devenue paroisse de l'archiprêtré de Hornbach en 1770, est passée dans celui de Bitche en 1802. Administrativement, le village fait partie de l'éphémère canton de Breidenbach de 1790 à 1802, passe ensuite dans celui de Volmunster avant d'être définitivement rattaché au canton de Bitche en 1834.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1995 Jean-Marie Lhussier    
mars 1995 ? Joseph Schaefer    
mai 2020 En cours Etienne Megel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2019, la commune comptait 120 habitants[Note 3], en diminution de 10,45 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
388411464521641489587582519
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
503481452398396425420415394
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
38136035510182170165143138
1990 1999 2006 2011 2016 2019 - - -
130132128136125120---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population a considérablement diminué en dépit de la proximité de l'Allemagne, passant de 459 habitants en 1817 à 650 en 1852, pour chuter à 138 au recensement de 1982. La situation enclavée du village, placé à l'écart des axes de circulation, explique cet état de fait qui se retrouve dans la commune voisine de Roppeviller.

Économie[modifier | modifier le code]

Il y a une école maternelle bilinguale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Vue du village.
L'école en 1931.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
de sinople au mouton d'argent accompagné en chef d'une fleur de lys d'or, à la bordure du même.
Commentaires : Le mouton et la fleur de lys sont les emblèmes de saint Wendelin, patron de la paroisse. La bordure est empruntée aux armes du comté de Bitche.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bitche », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  9. Geoplatt.
  10. Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle - Volumes 2 à 4.
  11. Passé-Présent : La Moselle dévoilée no 10 (Septembre-octobre-novembre 2013).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.