Alzing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alzing
Alzing
Clocher de l'église Saint-Joseph.
Blason de Alzing
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes Bouzonvillois-Trois Frontières
Maire
Mandat
Jean-Marie Egler
2020-2026
Code postal 57320
Code commune 57016
Démographie
Gentilé Alzingeois
Population
municipale
389 hab. (2018 en diminution de 5,35 % par rapport à 2013)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 48″ nord, 6° 33′ 19″ est
Altitude Min. 214 m
Max. 313 m
Superficie 4,54 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bouzonville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bouzonville
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Alzing
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Alzing
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alzing
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alzing

Alzing (en allemand Alzingen), est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Alzing
Bouzonville
Vaudreching Alzing Oberdorff
Brettnach

Le village se situe dans le pays de Nied, à proximité de la ville de Bouzonville, chef-lieu du canton.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Alzing est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bouzonville, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (59 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,2 %), forêts (34,2 %), prairies (17,3 %), zones urbanisées (5,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,2 %), zones agricoles hétérogènes (0,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Alsingen en 1169, Alezenges de leiz Bazonville (Bouzonville) en 1286, Anselingen et Axselingen en 1594, Alsingen en 1633, Altzing au XVIIe siècle, Alzingen et Alsing au XVIIIe siècle.
  • En francique lorrain : Oljhéngen. En allemand : Alzingen.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du site est très ancienne, comme en témoigne la découverte de vestiges archéologiques en forêt communale avec des tumuli.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 mars 2014 Edmond Lechner    
mars 2014 En cours Jean-Marie Egler SE Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2018, la commune comptait 389 habitants[Note 3], en diminution de 5,35 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1836 1841 1861 1866 1871 1875 1880
328339461481488502463418424
1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926 1931
418416413346363379332374373
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
355237303356364336339400399
2006 2007 2012 2017 2018 - - - -
446453417392389----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cultes[modifier | modifier le code]

Le petit village d'Alzing est, du point de vue spirituel, annexe de la vaste et ancienne paroisse Saint-Rémi de Vaudreching, église-mère jusqu'à la Révolution française des villages de Bouzonville, Vaudreching, Alzing, Aidling, Benting, Heckling et même de Brettnach. Le village ne possède cependant aucun lieu de culte à cette époque et les fidèles assistent aux offices célébrés dans l'église-mère, s'y rendant par un chemin de terre, à travers champs et forêts. Au début du XXe siècle, l'idée germe alors d'ériger une église pour la communauté d'Alzing, sous l'impulsion de l'association Saint-Joseph créée le . L'association théâtrale et la société de musique, les pompiers et les mineurs avec le reste de la population se mettent au travail pour collecter les fonds nécessaires à la réalisation du projet.

Des plans sont établis et les autorités diocésaines sont consultées. La réponse ne tarde pas, émettant cependant des conditions : « Alzing n'étant pas une paroisse, elle n'a droit qu'à une chapelle, avec les dimensions d'une chapelle, toutes proportions gardées. » Après bien des difficultés, mais grâce à la volonté farouche des divers acteurs, la première pierre est tout de même posée le , en présence de l'abbé Müller, curé, de Nicolas Jung, maire et de toute la population. Une fois les travaux terminés, l'inauguration peut avoir lieu le et l'édifice est consacré par le chanoine Adam, secrétaire de l'évêché ; elle est dédiée à saint Joseph, patron des travailleurs. Les vitraux actuels datent de 1954 et sont l'œuvre d'un verrier de Strasbourg, tandis que le chemin de croix en bois a été sculpté en Alsace. Les luminaires en bois sont exécutés par Jean Baur, artisan du village, le nouvel autel étant réalisé par Antoine Weiland et Émile Terbiche, menuisiers à Alzing.

Le clocher est particulier puisqu'il est séparé du corps principal de la chapelle. Au XIXe siècle, le village ne possédant pas d'église et donc de cloche, la municipalité décide ainsi en 1839 de construire un beffroi pour animer la vie du village : sonner l'angélus, sonner pour les morts ou encore appeler la population à l'aide lors des incendies. La cloche est fondue et installée en 1841 par l'atelier Perrin de Serrouville.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Substructions d'une villa romaine entre Alzing et Brettnach.
  • Présence de vestiges archéologiques en forêt communale avec des tumuli.
  • l'Arbre des Sorcières (Hexenbaum).

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Joseph.
Chapelle de la Trinité.
  • Église Saint-Joseph, inaugurée en 1934 (le siège de la paroisse est à Vaudreching).
  • Chapelle de la Trinité, datant de 1737 (les statues de saint Éloi et de saint Nicolas ont été volées).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Alzing Blason
D'azur à trois lions couronnés d'argent, à la croix alésée d'or brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 31 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Bouzonville », sur insee.fr (consulté le 31 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.