Hagen (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hagen
Hagen (Moselle)
Église Saint-Valentin.
Blason de Hagen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Intercommunalité Communauté de communes de Cattenom et environs
Maire
Mandat
Daniel Dubuisson
2020-2026
Code postal 57570
Code commune 57282
Démographie
Population
municipale
360 hab. (2018 en augmentation de 5,88 % par rapport à 2013)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 24″ nord, 6° 10′ 21″ est
Altitude Min. 238 m
Max. 290 m
Superficie 3,51 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Luxembourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Yutz
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Hagen
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Hagen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hagen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hagen

Hagen (lb: Hoen) est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hagen
Frisange
(Drapeau du Luxembourg Luxembourg)
Hagen Évrange
Zoufftgen Basse-Rentgen

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hagen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom primitif du village semble avoir été Hageling[9], car Alexandre Wiltheim fait mention d'une charte de l'an 795 par laquelle Guntram et sa femme Amaltrude disposent de biens situés « in pago muslensi in loco Hagelinga »[9]. Par ailleurs le mot Hagen signifie « haies de clôture »[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1681, ce village est le chef-lieu d’une mairie qui se compose de Hagen, Évrange et Eysing, et qui dépend du marquisat de Rodemack[6].

Hagen, qui a également dépendu de la seigneurie de Puttelange[9], devient français à la suite de la convention du .

Par décret du , cette commune est réunie à celle de Frisange dans le département des Forêts ; Hagen est réintégré dans le département de la Moselle en vertu des traités de 1814, avec le statut de commune[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hagen Blason
De gueules à la tête de cheval d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Edmond Alesch    
mars 2001 juin 2013 (démission) Philippe De Lazzer DVD  
septembre 2013 En cours Daniel Dubuisson DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2018, la commune comptait 360 habitants[Note 3], en augmentation de 5,88 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871 1875
5563104104116146143159169
1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926
170180165162161146150139135
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
124131103107120113108114122
1999 2005 2010 2015 2018 - - - -
121144254369360----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maisons de type luxembourgeois.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de 1727 remplacée par l'église néo-gothique Saint-Valentin construite en 1866.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Luxembourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  6. a b c et d M. Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, rédigé en 1868 sous les auspices de la Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, Paris, Imprimerie nationale.
  7. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Marcel Konne et Albert-Louis Piernet, « Dierfer vun äiser Hemecht », Hemechtsland a Sprooch, no 1,‎ (ISSN 0762-7440).
  9. a b c et d Théodore de la Fontaine, « Essai étymologique sur les noms de lieux du Luxembourg germanique : troisième division, Luxembourg français », Publications de la Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, Luxembourg, V. Buck, vol. XVIII,‎ .
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.